Trafic aérien: L'ONDA table sur un taux de récupération de 75% en 2022    Le dirham s'est apprécié de 0,95% face à l'euro    Botola Pro D2 : L'Union Touarga promue en élite    Service militaire : adhésion massive des jeunes marocains    Cours des devises du lundi 16 mai 2022    Web TV et nouvelle version web, la Narsa se digitalise (VIDEO)    Fusillade à Buffalo: Biden appelle les Américains à éradiquer la haine raciale    Blinken se dit « confiant » par rapport à l'adhésion de la Suède et de la Finlande à l'OTAN    VIDEOS: il était une fois, les attentats du 16 mai 2003    La DGSN fête ce lundi le 66e anniversaire de sa création    Coupe de la CAF : La RSB signe une large victoire et file en finale    France/foot: Mbappé élu meilleur joueur de la saison pour la 3è fois consécutive    Botola : le Raja rate le coche face à Oued Zem (VIDEO)    À voir : l'exploit individuel de Théo Hernandez vu des gradins du San Siro (VIDEO)    Tennis : Ons Jabeur se hisse à la 6e place mondiale    Covid-19 en Chine : Retour à la normale en juin à Shanghai    France: Levée de l'obligation du masque dans les transports en commun    Rabat, l'Afrique au cœur et scène culturelle mondiale    La météo pour ce lundi 16 mai 2022    Le Mali se retire du G5 Sahel    Liban: faible affluence aux premières législatives depuis le début de la crise    Maroc: les transferts d'argent ont bondi de 40% en 2021    Somalie: Hassan Cheikh Mohamoud élu président    DGSN: 66 ans d'engagement renouvelé au service du Royaume    Coupe Mohammed VI de karaté : Le Marocain Abdelaali Jina remporte la médaille d'or    Décès du président des Emirats : Moulay Rachid représente le roi à la présentation des condoléances    Maroc : Abdeljaouad Belhaj élu membre du conseil d'administration de l'IBA    Le PIB agricole devrait baisser de 14% en 2022    Villa des Arts / Rabat : Amateurs et pros célèbrent le théâtre d'impro !    Le Prince Moulay Rachid représente le Roi à la présentation des condoléances suite au décès de Cheikh Khalifa Ben Zayed Al Nahyane    Hilale mouche l'ambassadeur algérien pour sa schizophrénie au sujet de l'autodétermination    Message de condoléances et de compassion de SM le Roi à SA Cheikh Mohammed Ben Zayed Al Nahyane    Coronavirus au Maroc: 89 contaminations et zéro décès ce dimanche    DGSN: 66 ans de sacrifices et d'engagement renouvelé au service du citoyen et de la patrie    Températures prévues pour lundi    Voyages au Maroc. Levée de la double exigence « test PCR » plus « pass vaccinal » avant l'opération Marhaba 2022    Amina Bouayach: «L'accès aux droits sociaux et économiques reste un vœu pieux pour de nombreuses couches sociales»    Réélection de Mohamed Khalidi à la tête du parti de la Renaissance et de la Vertu    Le dirham se déprécie de 0,61% face à l'euro du 5 au 11 mai    SM le Roi adresse un ordre du jour aux Forces Armées Royales    France. Zouhair Bennani, « le prince du supermarché marocain » qui inquiète    «Ne me donnez pas de trophées, donnez-moi de l'argent!»    Au CRSC, Kamelia Zarkani tisse des liens entre le Maroc et la Russie    Magazine : Amine Naji, pour le meilleur et pour l'avenir    Hommage : Abderrahim Samadi n'avait pas tout dit    Nizar Baraka souligne la contribution remarquable des Marocains de l'étranger à l'économie nationale    Décès de Fred Ward, l'acteur de « Tremors »    Explosion créative pour les 13 ans de la Fondation Ali Zaoua    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Les grands défis du prochain gouvernement marocain
Publié dans Barlamane le 14 - 09 - 2021

Lundi, Aziz Akhannouch, patron du Rassemblement national des indépendants (RNI), a lancé des consultations pour former le nouveau gouvernement, tout en promettant qu'il serait «harmonieux et cohérent».
La nouvelle coalition, qui sera formée dans les prochains jours, devra faire face à plusieurs défis et enjeux brûlants, notamment sortir de la tranchée de la crise de la Covid-19, relancer l'économie, ainsi que parvenir à la croissance souhaitée. D'aucuns espèrent un coup de jeune symbole d'une véritable ouverture. Le gouvernement doit affronter une économie en convalescence et de profondes inégalités, ainsi qu'un tourisme vivement affecté par la pandémie.
Cette fois, le RNI profitera de la feuille de route royale et les jalons des grandes réformes annoncées par le souverain, à travers le nouveau modèle de développement, le Fonds Mohammed VI d'investissement et le projet de généralisation de la protection sociale.
Au début de ses travaux, la nouvelle coalition gouvernementale devra amender la loi de finances pour l'année 2022, qui a été préparée par le gouvernement sortant, afin de l'aligner sur sa vision pour le prochain exercice budgétaire.
En outre, le prochain gouvernement, dirigé par Aziz Akhannouch, sera confronté à des défis et problèmes liés à la santé, l'éducation, l'emploi, l'économie informelle et le soutien à l'investissement, domaines profondément affectés par la Covid-19.
De grandes attentes
Khalid Achibane, chercheur en économie, a déclaré : «Je pense que la priorité sera donnée aux dossiers de l'éducation, de la santé et de l'emploi. Les Marocains ont beaucoup d'attentes, et il ne faut pas oublier que le Rassemblement national des indépendants, qui dirigera le gouvernement, a fait beaucoup de promesses sur ces dossiers.»
En ce qui concerne les dossiers urgents, M. Achibane a expliqué dans une déclaration que «l'accélération de la reprise et de la reprise de l'économie nationale après la pandémie passe au premier plan, en plus de créer le plus grand nombre d'occasions d'emploi, et ce est principalement lié au taux de croissance économique qui ne devrait pas être nécessaire. À mon avis, il sera inférieur à 5 % au cours des prochaines années afin d'assurer une reprise complète.»
En plus d'assainir l'économie, le prochain gouvernement devra également faire face au dossier de la création d'emplois, dont les chiffres suscitent de vives inquiétudes, alors que le taux de chômage a atteint 12,8 %, selon les dernières données officielles.
Santé et éducation
Khalid Fathi, professeur à la faculté de médecine et de pharmacie et chercheur en politiques de santé, estime que «le prochain projet mondial est la santé. Il a souligné dans le même contexte que le Maroc a lancé de grands plans stratégiques, qui sont le nouveau modèle de développement, en plus du projet de protection sociale lancé par le roi Mohammed VI»
Le chercheur que l'achèvement du projet de protection sociale, qui vise à assurer une assurance maladie pour tous les Marocains, et à fournir les ressources financières, logistiques et humaines pour sa réussite, «est l'un des plus importants priorités du prochain gouvernement, à un moment où le monde se bouscule pour les ressources humaines, les vaccins et les médicaments». Pour cela, dit M. Fathi, «le nouvel exécutif doit s'assurer que les Marocains auront une autosuffisance relative à ces ressources, en plus d'exporter cette expérience vers les pays africains».
En ce qui concerne la création d'emplois, le chercheur a souligné que le Maroc «est tenu de restructurer l'économie, afin d'assurer l'harmonie entre les besoins et les exigences du marché du travail, en plus de tenir la promesse de créer un million d'emplois, ou encore sortir un million de familles de la pauvreté. Cela a été promis par le parti Istiqlal, qui pourrait participer au gouvernement.»
Impôts et investissements
Parmi les questions majeures sur lesquelles l'exécutif sera appelé à traiter d'urgence, figure également une révision du système fiscal afin d'atteindre la justice fiscale, d'assurer l'égalité et de mobiliser des ressources fiscales pour financer les politiques publiques.
A cet égard, ce que l'on appelle la «loi-cadre» définit les cinq priorités de la réforme fiscale qui devraient guider les politiques fiscales dans les années à venir, à savoir encourager l'investissement productif, réduire les disparités, parvenir à la justice spatiale, renforcer la transparence et consolider l'efficacité de l'utilisation des impôts.
Le gouvernement d'Akhannouch devra également adopter une charte d'investissement qui remplacera le cadre incitatif actuel par des mesures directes en faveur de l'entrepreneuriat afin de renforcer l'attractivité du Maroc.
Par ailleurs, le prochain gouvernement devra accompagner les grands projets lancés précédemment, comme la marque «Made in Morocco», soutenir le programme «Intilaqa» qui encourage les jeunes à être entrepreneurs, réformer les institutions publiques et la contractualisation, et améliorer la climat des affaires.
Promesses, promesses
A noter qu'Aziz Akhannouch, a déclaré précédemment lors de la campagne électorale que le programme électoral de son parti est applicable. Selon le porte-parole, le programme du Rassemblement national des indépendants, le programme du parti comprend cinq engagements et 25 objectifs.
Parmi les mesures les plus importantes annoncées par le parti qui dirigera le gouvernement, figure la création d'un revenu de dignité pour les personnes âgées de plus de 65 ans d'une valeur de 1 000 dirhams d'ici 2026, et la mise à disposition de soins de santé gratuits une assurance maladie pour les nécessiteux de cette tranche d'âge.
Le programme comprend «la fourniture d'une sécurité sociale à tous les travailleurs par la généralisation de la couverture santé, et l'ouverture du droit à une pension pour tous les travailleurs, y compris ceux qui opèrent actuellement dans le secteur informel».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.