Mondial 2022. Les Lions de l'Atlas face aux Matadors espagnols en 1/8è    Météo: les prévisions du vendredi 2 décembre    Maroc-Espagne : Convention sur l'appui à la consolidation des CTI    Mondial 2022 : L'esprit combatif et collectif a fait la victoire du Maroc, selon Walid Regragui    L'ouverture d'un consulat à Dakhla renforce les relations entre Guatemala et Rabat    Mort d'un homme en garde à vue : les précisions qui font taire définitivement les rumeurs    Canada – Maroc : Les 11 Lions de l'Atlas face aux Canucks    Mondial 2022 : Le Japon bat l'Espagne et termine premier de son groupe    Soirée de folie dans les villes du Maroc après la qualif' des Lions (VIDEOS)    Conférence d'après match contre le Canada: Walid Regragui rend hommage à Hakimi    Mondial 2022: la RAM annonce une bonne nouvelle aux supporters marocains    Mondial 2022 : l'Allemagne à terre, quitte la compétition    Décès de Yassine Chibli : le Procureur général du Roi dévoile les résultats de l'enquête    Le roi ordonne l'augmentation progressive de l'allocation mensuelle des imams    Le prince héritier de Dubaï félicite chaleureusement les Lions de l'Atlas après leur qualification en 8ème    Mondial-2022 (3è journée/Groupe F): Le Maroc bat le Canada 2 à 1 et va aux 8-èmes de finale    Le gouvernement déterminé à réussir le chantier de réforme du système national de santé    Palestine : Les USA s'engagent à rouvrir le consulat palestinien    Liberté de la presse : Mediapart obtient gain de cause auprès de la justice française    15 morts et 27 blessés dans une attaque contre une école afghane    Démarrage de l'AMO pour les personnes dans l'incapacité de s'acquitter des cotisations    Covid-19/Maroc : 1.290 cas actifs à l'échelle nationale dont 7 cas admis en REA    Casablanca / Opéra Royal du Maroc : La métropole vibre au rythme du 1er Gala    Une nouvelle exposition de l'artiste Mahi Binebine    Le raï algérien désormais inscrit sur la liste du patrimoine mondial de l'UNESCO    Le Maroc entend injecter 14 milliards de dollars dans « le Fonds Mohammed VI pour l'investissement » (ministre)    La République du Guatemala ouvre un consulat général à Dakhla    Révision annuelle des listes électorales générales: le délai d'inscription expire le 31 décembre    L'UGTM appelle le gouvernement à préserver la dignité des travailleurs    Chambre des conseillers : présentation en commission du budget sectoriel du Secrétariat général du gouvernement    Algérie: Un ancien ministre des travaux publics condamné à 12 ans de prison pour corruption    Espagne : Expulsé d'Allemagne, un Marocain arrêté pour endoctrinement djihadiste    ADM: plus de 306.000 nouveaux Pass Jawaz vendus en 2021    Rabat : L'Espace Rivages accueille une exposition du Maroco-italien Abdelkader Meskar    Sidaction : coup d'envoi de la campagne 2022    Alerte météo : Fortes averses parfois orageuses et chutes de neige ces jeudi et vendredi    Mariages des mineures: Ouahbi promet d'interdire les autorisations judiciaires    Rabat: collaboration entre les Archives du Maroc et les Archives nationales de Turquie    Pour la facilitation et la promotion des échanges commerciaux entre les deux pays : Le Maroc et la Chine signent à Rabat un mémorandum d'entente    Afrique du Sud : le scandale du cambriolage agite le sommet de l'Etat, l'argent sale mis en cause    Inflation : impact négatif sur les salaires réels (OIT)    Patrimoine culturel immatériel : Le Royaume immunise ses trésors humains    L'Association «Maroc Impact» lance son projet «Genious Medina»    Nouveau single: «Ha Mama» de Sabrina Belfkih récolte 2 millions de vues en peu de temps    L'Institut du Monde Arabe rend hommage à la grande cinéaste Izza Génini    Secteur non financier: le crédit bancaire progresse de 6,3% en octobre 2022 (BAM)    Banques participatives: les financements augmentent de 23,8% à fin octobre (BAM)    A vos parapluies ; il va pleuvoir ce jeudi 1er décembre 2022    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Session extraordinaire du conseil national du PJD : intenable discours victimaire
Publié dans Barlamane le 20 - 09 - 2021

Le Conseil national du Parti de la justice et du développement (PJD) a annoncé, dimanche, la tenue fin octobre prochain du congrès national extraordinaire du parti. Si le pays avait manifesté ses vœux, ses sentiments, ses intimes aspirations avec une irrésistible évidence le 8 septembre, force est de reconnaître que PJD s'enfonce dans le déni.
C'est un conseil national qui a vu se défiler des hommes dupes de la plus étrange des convictions, aveuglément occupés à gaspiller une situation, à ruiner un avenir, la réputation des institutions, en ajoutant les fautes aux fautes, les inconséquences aux inconséquences : «La défaite du PJD symbolise une régression de la démocratie marocaine et de ses acquis» a déclaré le PJD. Il est certain qu'on a rarement vu un parti laisser plus bénévolement échapper toutes les occasions de rentrer dans la vérité d'une déculottée politique infligée par la peuple, pour se perdre plus que jamais, avec un véritable acharnement de surenchère, dans toutes les maladresses, dans les petites tactiques, dans les plus vulgaires expédients de parti. Il y a dans les régions officielles du PJD une sorte de fanatisme aveugle qui rabaisse tout, qui empêche de voir la réalité des choses et n'a plus même l'excuse de la déception.
Le vote populaire du 8 septembre demandait tout simplement une politique laissant de côté les vaines querelles, les chicanes de parti pour s'occuper désormais de rétablir l'ordre dans les finances, dans l'administration, dans les affaires publiques. C'était le programme tracé instinctivement. Cette impuissance turbulente et confuse se débat aujourd'hui le PJD, sans prévoyance et sans direction, est signe d'un parti malade déterminé à tout souiller, au point de parler de «corruption électorale» et de «volonté de saper la cartographie politique du pays».
Nouvelle direction, nouvelle ligne ?
Outre la date du congrès, fixée pour fin octobre le conseil national a nommé un comité de direction, dont la présidence a été confiée à Jamaâ Mouâtassim, aux côtés de Abdelaziz El Omari, Abdelhak Larbi et Nabil Chikhi, afin d'élire une nouvelle direction chargée de gérer la prochaine étape et de préparer le Congrès national ordinaire du parti, a précisé le Conseil dans un communiqué sanctionnant les travaux d'une session extraordinaire du parti tenue samedi par visioconférence.
Une atmosphère factice, des réunions plénières, des intrigues de couloirs, les élus de la veille du PJD n'acceptent pas que leur parti se soit effondré aux législatives, passant de 125 sièges à 13 sur un total de 395, et de 5 021 élus à 777 aux communales et de 174 sièges à 18 aux régionales contre 174. La ligne dure du parti n'a rien négligé pour imposer bruyamment sa domination en intimidant les indécis de condamner l'esprit du scrutin du 8 septembre. Le secrétariat général passe son temps à louvoyer, à se donner une apparence de maintien, à flotter entre tous les opinions, et, en définitive, à plier aux premières injonctions de ceux qui insultent le parcours démocratique marocain.
Il est grand temps que le PJD se dégage des petitesses de parti et accepter la responsabilité d'un acte de prévoyance et assumer sa défaite. La déguiser sous toute sorte d'euphémismes, c'est ne sauver rien, ne réussir à rien. C'est se placer en dehors du courant populaire, en interprétant les manifestations du suffrage universel de manière erronée. Le PJD est passé de mode peut-être, et ces dernières élections générales elles-mêmes ne sont nécessairement que l'expression d'un mécontentement persistant.
50 nuances d'aigreur
Les déclarations des membres du PJD donnent l'impression que ce parti n'est plus qu'une minorité déçue, aigrie par la défaite, peut-être divisée désormais et impuissante. Ceux qui sont invariables dans leur fidélité à Abdel-ilah Benkiran veulent son retour. La situation du PJD ne laisse pas d'être compliquée, et il pourrait bien y avoir, un jour ou l'autre, de l'imprévu. De toute façon, en dehors même des échauffourées verbales, le fait significatif des élections du 8 septembre est d'avoir démontré la crise redoutable du PJD. Jusqu'ici, chose à remarquer, il avait la ressource d'accuser toujours les éléments extérieurs. Aujourd'hui, le PJD peut avoir ses misères, son organisation, ses ramifications, ses directions n'échappent pas à la défiance la plus ombrageuse. Il n'y a pas à s'y tromper, c'est une lutte engagée où il s'agit de la survie de ce parti, et peut-être de son avenir politique. Ce serait sans aucun doute juger trop légèrement les choses que de voir dans les derniers remous de ses composantes une simple conséquence électorale. Le courant qui a hâte d'inaugurer une politique nouvelle, à la fois intérieure et extérieure, est toujours isolé. La première génération du parti ne peut sûrement accepter sans faire les plus sérieuses réserves.
À quoi tiennent souvent les affaires des partis ? À ces jeux du destin qui font passer les hommes comme des ombres sur la scène. Le congrès national approche. Que diront les dirigeants du PJD pour expliquer la banqueroute politique dont on ne manquera pas de leur imputer la responsabilité ? C'est bien la question qu'ils pressentent, et la réponse à y faire les embarrasse : aussi ont-ils livré, ce week-end, des assauts désespérés pour essayer d'accréditer la thèse d'un jeu électoral truqué. Rien ne sert de courir, dit le fabuliste ; il faut, ou plutôt il aurait fallu partir à temps. Mais l'histoire malheureuse du PJD est l'histoire d'un partis qui ne réfléchit pas par lui-même : qui conduit ses membres avec des mots et vers des apparences. Le mirage les attire. Mais leur défaite le 8 septembre n'en était pas un.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.