Relations Maroc-Mali : Interview exclusive avec Abdoulaye Diop, ministre malien des Affaires étrangères    Pegasus : avant son procès le 25 octobre, Rosa Moussaoui fait une crise de panique    Face aux résistances des vieux briscards : Les Pionniers!    Le taux de fécondité chez les femmes marocaines en forte baisse    Pour ses constructions «eco-friendly» à Casanearshore Parc: Ewane Assets triplement récompensée    Dans le cadre d'un programme de réhabilitation de la ville : Près de 450 millions DH pour relifter Chefchaouen    «Voyou», «honte à vous» : le consul algérien à Paris commémore le massacre du 17 octobre 1961 sous les huées    Eco Trail Amizmiz: Ahmed Ouikhalen et Meryem Mahfoud remportent la 3ème édition    Ligue des champions /2ème tour « aller » : Le Wydad risque de se faire balancer vers la Coupe de la CAF !    Premier League : Les Saoudiens devront d'abord sauver Newcastle de la relégation !    La compagnie El Al porte ses fréquences à deux vols par semaine    «Te Amo» : Nouveau tube de Khaoula Moujahid    L'hommage de la Maison Sara Chraïbi aux femmes marocaines    3ème phase de l'INDH : Lancement à M'diq-Fnideq de 145 projets dans le cadre du programme d'initiatives intégrées    Nigeria: 11 morts dans un accident de la route    Maroc: ce qui va changer dans le secteur de la Santé    Unité flottante de stockage du gaz au Maroc : les dernières infos du ministère    PLF 2022 : Emploi, santé, capital humain, et relance seront prioritaires    Le Congrès international de la SMMU appelle à promouvoir la médecine d'urgence au Maroc    Le plan d'Ait Taleb pour accélérer la vaccination    Coronavirus. La transmission dans une phase baissière au Maroc [Ministère de la Santé]    Covid-19 : Plus de 700.000 personnes ont reçu la 3ème dose    Activité monétique au Maroc: 325,9 millions d'opérations à fin septembre    PLF 2022 : Le marathon législatif démarre    Laâyoune-Sakia El Hamra : Avortement de trois tentatives d'immigration clandestine    Cameroun : neuf morts dans un accident provoqué par des vents forts    France-Algérie : Quand le régime d'Abdelmadjid Tebboune use de la truanderie politique pour faire plier Paris    L'Opinion : Le défi malien    Compteur coronavirus : 269 nouveaux cas positifs, 7 décès enregistrés en 24H    Hydrocarbures : Une OPEP du gaz siérait bien à Moscou    Massacre des Algériens : la France commémore les 60 ans    Meknès : Un patrimoine architectural et urbanistique à préserver    Le concours « Ana Maghribi.a » revient pour sa 8ème édition    Préparation du projet de loi de Finances 2022    Les Emirats Arabes Unis ouvrent la possibilité d'un visa de 5 ans pour les Marocains    Classement FIFA. Le Maroc devrait doubler l'Algérie et intégrer le Top 30 mondial pour la première fois    Quatre migrants morts et 13 autres interceptés au large de l'Algérie    Des experts africains appellent à l'expulsion de la «rasd» de l'UA    Fathallah Sijilmassi en devient le premier Directeur Général    Le Maroc 3ème avec 10 médailles en poche    La RS Berkane bat l'US Ben Guerdane et met un pied en phase de poules    Une ode à la grâce et à l'élégance    Clôture du FICAM 2021: une édition professionnelle qui a tenu toutes ses promesses!    Fin de la «Crise des sous-marins»?    Créer au pont de Saint-Ange    Michel Barnier : élu, je ne «donnerais pas dans la repentance» sur les questions mémorielles avec l'Algérie    Magazine : Sarim Fassi-Fihri, maux croisés    Bruits de bottes    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Conseil national du PJD : les islamistes entre le déni et le refus de toute autocritique
Publié dans Barlamane le 19 - 09 - 2021

Le PJD, confronté à ses dissentions internes, a dénoncé «les violations et irrégularités» qui ont émaillé les dernières élections générales au Maroc, où il a essuyé une déroute historique, selon un communiqué diffusé dimanche 19 septembre. Une sortie démontrant un parti imperméable à toute autocritique.
Le Parti de la justice et du développement (PJD) a dénoncé, dimanche 19 septembre, «d'obscures péripéties ainsi que les irrégularités qu'ont connues les élections», dont «l'usage massif de l'argent», «la manipulation des procès verbaux» ou encore «les noms rayés des listes électorales ou ceux y figurant doublement», accuse le communiqué sanctionnant une session extraordinaire du conseil national du PJD tenue samedi à huis clos.
Ces «formes de corruption électorale» ont «abouti à l'annonce de résultats qui ne reflètent pas la teneur de la cartographie politique et la libre volonté des électeurs», estime le PJD, qui a déploré «une régression de notre expérience démocratique». Selon le ministre de l'Intérieur, Abdelouafi Laftit, les opérations de vote se sont déroulées «dans des circonstances normales», hormis «des cas isolés».
Que d'inconsistances, de revirements et de contradictions brusquement mises à nu à la suite de la défaite du PJD. Que d'impuissances et de vaines ambitions prises en flagrant délit dans la déroute d'un parti refusant toute autocritique. Depuis le 8 septembre, la scène politique a eu sous les yeux tous ces humiliants spectacles : l'effarement incompréhensible de la direction d'un parti contestant le jeu démocratique quand il ne sert pas ses intérêts, l'âpreté vulgaire de ses dirigeants, l'ardeur des compétitions intéressées pour s'emparer de ses rênes, sa ligne en déshérence et en défaillance, tandis que ses lieutenants historiques, dans la peine et dans le péril, auteurs de cette débandade sans précédent, restent dans le déni.
Au pouvoir depuis une décennie, le PJD, dont l'action publique a été contestée de tous les bords, s'est effondré aux législatives, passant de 125 sièges à 13 sur un total de 395. L'ampleur inattendue de la défaite s'est confirmée avec les élections locales, tenues le même jour: le parti a dégringolé de 5 021 élus à 777 aux communales et de 174 sièges à 18 aux régionales contre 174.
Le PJD «est à un tournant important où nous pouvons questionner nos choix (…) sans succomber à la psychologie de la défaite», a dit samedi son secrétaire général démissionnaire, Saad Dine El Otmani, dans la réunion à huis clos. Le parti a convoqué un congrès extraordinaire «fin octobre» qui choisira une nouvelle direction après la démission collective du secrétariat général au lendemain de la débâcle électorale.
«Nous sommes encore sous le choc. C'est comme si le parti était en réanimation, mais nous ambitionnons de le ressusciter», a promis la responsable controversée du PJD, Amina Maelainine. Le PJD s'était endormi sur la foi des discours confiants du président du conseil sortant, il se réveillait en face d'une apparence de désastre, tout au moins d'une gueule de bois aussi pénible qu'inattendue et une série de déclarations énigmatiques, confuses, tumultueuses, publiées coup sur coup, laissaient l'impression d'une implosion sérieuse pour ses troupes. Les mises en accusation sans fondement comme remède pour éviter toute rétrospective.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.