CAN 2021: on connaît l'adversaire du Maroc en quarts de finale (VIDEO)    Interpellation de deux individus imprégnés d'idées extrémistes    Journée à haut risque pour Boris Johnson, sur la sellette    Pourquoi le Sahel est une angoisse ? [Par Jamal Berraoui]    Managem et Glencore signent un partenariat pour la production de cobalt    El Kelaâ des Sraghna : le transport scolaire, un levier majeur de promotion de la scolarisation    « Studios. C »,hommage aux photographes classique    Les films des lauréats projetés en ligne    Corruption: Transparency classe le Maroc à la 87ème place, toujours en recul    La Bourse de Paris termine en forte hausse de 2,11%    Report du Festival international du cinéma africain de Khouribga au 28 mai prochain    Le "risque global" lié à Omicron toujours très élevé, avertit l'OMS    Maroc. La CGEM a reçu Ahmed Rahhou, Président du Conseil de la concurrence    Covid-19 : 7.002 nouveaux cas et 36 décès ce 26 Janvier    Bourita s'entretient avec le SG du CCG    Crise ukrainienne : Moscou déploie des SU-35S en Biélorussie    Automobile : L'attractivité du marché marocain en forte hausse    Le Maroc prend la présidence du chapitre de Vienne du G77    La DGI publie le Code Général des Impôts 2022    Maroc : Jusqu'à 40 cm de neige de mercredi à vendredi dans plusieurs provinces    Covid 19 : l'ouverture des frontières liée à la préservation de la santé des visiteurs et des marocains    Vidéo. La FICC et la Wallonie Bruxelles rendent une étude sur l'industrie de la culture au Maroc    La plateforme de streaming Disney Plus arrivera au Maroc en été    CAN 2021 / Maroc-Malawi : Première victoire des Lions de l'Atlas depuis 2004 en match à élimination directe !    Maroc: le Comité scientifique recommande la réouverture des frontières    France: Plus de 500.000 cas de Covid en 24H, un nouveau record    Maroc: les températures prévues pour ce mercredi    Tunisie : Tests négatifs pour Chaalali, Maaloul, Dahmène et Touzghar    L'Algérie, la Tunisie et la Côte d'Ivoire sanctionnées par la CAF    Ryanair et Easyjet prolongent jusqu'à mars la suspension des vols vers le Maroc    Maroc-Allemagne: réconciliation actée?    CAN: ce que l'on sait sur la blessure de Sadio Mané    A bâtons rompus avec Hasna El Badaoui    Netflix. Le premier film arabe suscite des remous    Le régime algérien refuse un conflit artificiel autour du Sahara marocain – Priorité : l'agenda d'un quarteron de généraux    Conférence de désarmement : le Maroc affirme son attachement pour les voies diplomatiques    Maroc : Allégement du déficit budgétaire à 63,6 MMDH en 2021, contre 82 MMDH en 2020    Mix électrique national à l'horizon 2030 : Le Maroc ambitionne de dépasser 52%    CDG Capital Insight : Renchérissement du fret maritime    M. Atmoun s'entretient avec les membres du groupe d'amitié parlementaire Maroc-Pologne à la SEJM    FMI : révision à la baisse des perspectives de croissance mondiale en 2022    M. Hassan Naciri présente ses lettres de créance au Président Macky Sall    «Les constellations de la Terre» : Voyage au centre du processus créatif de Saïd Afifi    CAN: ce qu'a dit Halilhodzic après la qualification du Maroc    La CEDEAO tiendra un sommet extraordinaire "dans les prochains jours" sur la situation au Burkina Faso    Météo: les prévisions du mercredi 26 janvier    CAN 2021 : Pour voir ou revoir le match Maroc – Malawi    Coups-francs au PSG : Quand Boufal chuchote à l'oreille de Hakimi (vidéo)    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Conseil national du PJD : les islamistes entre le déni et le refus de toute autocritique
Publié dans Barlamane le 19 - 09 - 2021

Le PJD, confronté à ses dissentions internes, a dénoncé «les violations et irrégularités» qui ont émaillé les dernières élections générales au Maroc, où il a essuyé une déroute historique, selon un communiqué diffusé dimanche 19 septembre. Une sortie démontrant un parti imperméable à toute autocritique.
Le Parti de la justice et du développement (PJD) a dénoncé, dimanche 19 septembre, «d'obscures péripéties ainsi que les irrégularités qu'ont connues les élections», dont «l'usage massif de l'argent», «la manipulation des procès verbaux» ou encore «les noms rayés des listes électorales ou ceux y figurant doublement», accuse le communiqué sanctionnant une session extraordinaire du conseil national du PJD tenue samedi à huis clos.
Ces «formes de corruption électorale» ont «abouti à l'annonce de résultats qui ne reflètent pas la teneur de la cartographie politique et la libre volonté des électeurs», estime le PJD, qui a déploré «une régression de notre expérience démocratique». Selon le ministre de l'Intérieur, Abdelouafi Laftit, les opérations de vote se sont déroulées «dans des circonstances normales», hormis «des cas isolés».
Que d'inconsistances, de revirements et de contradictions brusquement mises à nu à la suite de la défaite du PJD. Que d'impuissances et de vaines ambitions prises en flagrant délit dans la déroute d'un parti refusant toute autocritique. Depuis le 8 septembre, la scène politique a eu sous les yeux tous ces humiliants spectacles : l'effarement incompréhensible de la direction d'un parti contestant le jeu démocratique quand il ne sert pas ses intérêts, l'âpreté vulgaire de ses dirigeants, l'ardeur des compétitions intéressées pour s'emparer de ses rênes, sa ligne en déshérence et en défaillance, tandis que ses lieutenants historiques, dans la peine et dans le péril, auteurs de cette débandade sans précédent, restent dans le déni.
Au pouvoir depuis une décennie, le PJD, dont l'action publique a été contestée de tous les bords, s'est effondré aux législatives, passant de 125 sièges à 13 sur un total de 395. L'ampleur inattendue de la défaite s'est confirmée avec les élections locales, tenues le même jour: le parti a dégringolé de 5 021 élus à 777 aux communales et de 174 sièges à 18 aux régionales contre 174.
Le PJD «est à un tournant important où nous pouvons questionner nos choix (…) sans succomber à la psychologie de la défaite», a dit samedi son secrétaire général démissionnaire, Saad Dine El Otmani, dans la réunion à huis clos. Le parti a convoqué un congrès extraordinaire «fin octobre» qui choisira une nouvelle direction après la démission collective du secrétariat général au lendemain de la débâcle électorale.
«Nous sommes encore sous le choc. C'est comme si le parti était en réanimation, mais nous ambitionnons de le ressusciter», a promis la responsable controversée du PJD, Amina Maelainine. Le PJD s'était endormi sur la foi des discours confiants du président du conseil sortant, il se réveillait en face d'une apparence de désastre, tout au moins d'une gueule de bois aussi pénible qu'inattendue et une série de déclarations énigmatiques, confuses, tumultueuses, publiées coup sur coup, laissaient l'impression d'une implosion sérieuse pour ses troupes. Les mises en accusation sans fondement comme remède pour éviter toute rétrospective.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.