L'offensive de charme allemande pour accélérer le dégel des relations avec le Maroc    Lutte contre la corruption : où en sommes nous ?    Rabat : Lancement de « MoroccoTech »    Le festival d'Angoulême en mars    Les NFT ou comment révolutionner le monde de l'art dans son ensemble !    Chine : La croissance du PIB atteint 8,1% en 2021    Après l'affaire Djokovic, Roland-Garros planche sur l'accueil des non vaccinés    CAN 2021 : Satisfait de son choix de joueurs, Vahid ne regrette pas l'absence de Ziyech    Salah relance l'Egypte qui s'impose contre la Guinée-Bissau    Le Real Madrid remporte sa 12ème couronne d'Espagne    CAN 2021 : La voiture de service de Samuel Eto'o impliquée dans un accident mortel    Casablanca-Settat : La formation des cadres statutaires de l'AREF est officiellement lancée    Allemagne : Le corps d'un MRE incinéré, le consulat marocain réagit    Mounia Aram remporte le prix de l'innovation culturelle    Les meilleurs films français et internationaux à l'affiche    Jeudi cinéma de Khouribga: Projection du film "The Dream Of Shahrazad"    Cybersécurité. Le Niger s'allie à l'UA    Maroc : Après le syndicat, Chabat se prépare à mettre la main sur la présidence du FFD    Les ventes mondiales de Renault Group en baisse de 4,5% en 2021    عبد الإله بنكيران يصاب بفيروس كورونا    Agroalimentaire. Un centre d'innovation en la matière lancé à Meknès    Les Lions de l'Atlas en 8e de finale !    Alaa Squalli nommé directeur général du Sofitel Casablanca Tour Blanche    Dimistura reçu par des enfants soldats du Polisario    Les restrictions bientôt renforcées au Maroc ?    Hausse des cas au Maroc: affluence toujours en baisse vers les centres de vaccination    Agression mortelle d'une ressortissante française : Les habitants de Tiznit sous le choc après le drame (vidéo)    Chasse aux profils pour l'éducation nationale    Nouveau coup dur pour Credit Suisse avec la démission surprise de son président    Mali. Décès de l'ancien président IBK à Bamako    L'Espagne expulse une Marocaine pour son appartenance à une cellule djihadiste    La série phare «Salamat Abu Al Banat» revient pour une 4ème saison    Espagne : Albares très prudent sur le retour de l'ambassadrice du Maroc    Chine : à trois semaines des JO, les cas quotidiens de Covid-19 explosent    Banques: Le besoin en liquidité s'atténue à 64,8 MMDH en décembre 2021 (BAM)    Maroc/Météo : Températures du jour en baisse sensible ce lundi 17 janvier    Djokovic reviendra-t-il un jour en Australie ?    Une tempête hivernale « majeure » frappe l'est des Etats-Unis    Eruption et tsunami: gros dégâts aux Tonga, sans internet pour encore « deux semaines »    Poutine veut construire une liaison ferroviaire vers l'Arctique    CAN : la Tunisie se rassure face à la Mauritanie (VIDEO)    Les lois d'urgence sanitaire, deux ans de tempêtes au Parlement français    José Manuel Albares satisfait de la coopération avec le Maroc en matière de canalisation des flux migratoires irréguliers    L'Observatoire du travail gouvernemental dresse le bilan des 100 premiers jours de l'Exécutif    Bonne feuille : Jibril, il y a 42 ans...    L'Humeur : Le raï n'est pas non-algérien    Los Angeles: Des cambrioleurs dérobent un million $ en bijoux de la maison d'une actrice américaine    Magazine : Mohamed Jibril, la plume du perpétuel    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Quand les renseignements algériens sombrent dans la fantasmagorie la plus inepte
Publié dans Barlamane le 14 - 10 - 2021

La propagande des renseignements algériens a commencé à se constituer en discipline indépendante. Pour cibler toute opposition, de faux récits transmis d'abord de première main par les cercles rapprochés du régime ont été conçus, puis de seconde main, par les articles des journalistes à sa botte.
Les renseignements algériens passent à la vitesse supérieure. Au début, les annonces d'arrestation de personnes soupçonnées d'appartenir à un groupe séparatiste qu'Alger considère comme une organisation «terroriste», le fait d'invoquer des affaires d'«atteinte à l'unité nationale, d'atteinte à l'ordre public et d'incitation à un attroupement» comme motifs, étaient légion. L'obsession d'en finir avec le Mouvement pour l'autonomie de la Kabylie (MAK) pousse désormais les autorités algériennes à inventer des complots liant ce groupe à des parties étrangères. Là, une limite a été franchie et Amnesty avait déjà lancé l'alerte : «Les autorités algériennes se servent de plus en plus d'accusations liées au terrorisme formulées en termes vagues pour engager des poursuites contre des journalistes, des défenseurs des droits humains et des militants politiques, et s'attachent à criminaliser deux organisations politiques en les qualifiant de terroristes dans le cadre de la nouvelle répression qui vise la dissidence.»
Les services de sécurité algériens ont affirmé mercredi 13 octobre avoir déjoué des attaques armées qu'un groupe indépendante kabyle planifiait à l'aide de complices à l'étranger, ont rapporté les médias. Les complices ? désignés à mots couverts. Le complot ? Il remonte à 2014, conçu à partir d'une page Facebook. Des «équipements, des armes» et du matériel du MAK ont été découverts au domicile des personnes arrêtées (comme d'habitude) et les suspects tentaient de «semer la discorde et la peur et de réactiver les cellules dormantes de cette organisation terroriste, sur ordre de parties étrangères».
Les relais du régime se sont occupés de la mission d'en grossir les traits, comme à travers une lentille puissante, pour mettre certains détails au premier plan. Pour que la propagande naisse, il suffit d'un événement fortuit, fabriqué : une perception inexacte, ou mieux encore une perception inexactement interprétée. Le pouvoir algérien manipule les susceptibilités du sentiment national en paralysant l'avenir du pays par ses rancunes. Le langage de modération et les arguments de haute valeur ont été sacrifiés sur l'autel des accusations les plus absurdes, les calomnies les plus invraisemblables qui ont chance de produire le plus d'effet et de causer le plus de dommage sur la scène intérieure surtout.
Une chaîne algérienne a consacré toute une émission à l'événement. De faux récits, simples racontars, postures, ont rempli la durée de l'émission. Confondre (sciemment ?) le symbole du deuxième brasseur au niveau mondial et l'étoile de David ? Le scénario avait été minutieusement réglé à l'avance, et plusieurs éléments sans cohérence ont semé le trouble. Il en va de même des autres supposées épreuves dévoilées ; l'intervalle de temps qui sépare le complot et l'annonce des autorités (7 ans!) les dépositions recueillies qui varient selon les cas, mais elles demeurent toujours du même ordre de ridicule. Par ailleurs le nombre de personnes auxquelles s'étend l'enquête se limite le plus souvent à un cercle assez restreint. Il n'était sorte de grossièretés et d'inepties qu'on ne débitât sur cette opérations ; au point que des gens sérieux, eux-mêmes, proche du pouvoir algérien, s'inquiétaient.
Dans un communiqué reproduit par les médias, la Direction générale de la sûreté nationale (DGSN) a annoncé que la police avait démantelé cette semaine un réseau lié au Mouvement pour l'autodétermination de la Kabylie (MAK), classé «terroriste» par l'Algérie, et arrêté 17 personnes dans les préfectures de Tizi Ouzou, Bejaïa et Bouira, en Kabylie (Nord-Est). Les personnes interpellées projetaient de mener des «actions armées visant à porter atteinte à la sécurité du pays avec la complicité de parties internes prônant le séparatisme», a ajouté la DGSN. Selon le communiqué, les suspects ont avoué avoir été «en contact permanent via internet avec des parties étrangères opérant sous le couvert d'associations et d'organisations de la société civile et basées dans l'entité sioniste (Israël) et dans un pays d'Afrique du Nord», selon la même source. Les mêmes éléments de langage réitérés à satiété.
Le plus dangereux, toutefois, c'est la tendance du régime à ce que se propagent, s'amplifient, des histoires fantaisistes qui ne vivent qu'à une condition : trouver dans la scène intérieure en colère contre ses politiques un écho favorable.
Le pays d'Afrique du Nord pointé du doigt n'a pas été nommé, et Alger qui s'oppose à toute velléité indépendantiste de la Kabylie, région berbérophone du nord-est du pays, réclame de la France Ferhat Mhenni. Paris ne l'entend pas de cette oreille.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.