Variole du singe : Baitas se prononce sur les mesures gouvernementales    Au Maroc, les réserves de sang couvrent à peine quatre jours !    La question taïwanaise dans le périple asiatique du président américain    Les Russes cherchent à s'emparer d'une ville de l'est de l'Ukraine    Tout ce qu'il faut savoir sur la billetterie    Tibu Africa et Decathlon Maroc pour une alliance sportive et humaine au profit des jeunes    La délégation égyptienne arrive au Maroc    «Un plaidoyer commun pour la défense de l'intégrité territoriale des Etats»    Un impératif et non une option pour le CESE    Un souffle de vie par l'image et l'échange    Entre défis de sauvegarde et enjeux de développement    Opéra NORMA de Bellini    Ligue Europa Conférence: revivez le sacre de La Roma (VIDEO)    Rabat: on connaît la date d'ouverture du nouveau « parking Bab El Had »    Marina Agadir accueille une grande chaine hôtelière internationale    Marrakech accueille le Festival aboudabien des courses de chevaux pur-sang arabe    Les changements climatiques augmentent les canicules    Maroc : La production locale d'électricité en hausse de 4,1% au 1er trimestre    Covid-19 : 239 nouveaux cas et zéro décès ce 26 mai    Canada: Le TSAF, une maladie évitable de malformations durant la grossesse    Le Suriname ouvre un Consulat Général à Dakhla    NMD : Nadia Fettah Alaoui sollicite l'appui de la BAD    Une grande éruption sous-marine visible depuis l'espace    CHAN Algérie 2022 : Le Maroc déja qualifié, tirage au sort des éliminatoires    Législatives : LREM exclut les «candidats dissidents» Mehdi Reddad et David Azoulay    Le port de Tanger Med dans le top 6 mondial (banque mondiale)    Au sommet Melipol22, le Président du Conseil des ministres de Qatar s'entretient avec Abdellatif Hammouchi    Covid-19: l'état d'urgence sanitaire prolongé jusqu'au 30 juin    Un virus « tueur de cancer » en test sur un patient    L'Algérie confirme avoir écarté des aéroports espagnols à cause de la question du Sahara    Energies renouvelables : en 10 ans, l'Afrique n'a attiré que 2% des investissements    Des arrestations suite à des émeutes ayant suivi le match de l'Ittihad Tanger et RSB Berkane    Taghazout Bay : l'humour à l'honneur les 27 et 28 mai    Voici la liste des joueurs convoqués par Vahid Halilhodžić    Leila Cherkaoui et Abderrahmane Ouardane exposent à «Dak'Art»    «Points de vue» : Treizephotographes marocains livrent leurs sensibilités autour du monde    Le Maroc, l'UA et l'ONU célèbrent l'Afrique de l'espoir, de la diversité et du dynamisme    Plus de 200 cas confirmés de variole du singe dans le monde    Afghanistan : 12 morts dans quatre attentats    Le Maroc et la Hongrie veulent inscrire le partenariat économique dans leur coopération    Suisse: Roche annonce des tests PCR de détection du virus de la variole du singe    Berrechid: l'agresseur de l'influenceuse Loubna Mourid écroué    Le cinéma marocain brille au festival de Cannes    Ouverture du 15e Forum international de la Bande dessinée de Tétouan    La revue de presse du jeudi 26 mai    Corruption : Deux arrestations par semaine en moyenne grâce à la ligne directe    Météo au Maroc: les prévisions du jeudi 26 mai    Guerre en Ukraine : La Russie veut l'appui de l'Afrique pour la levée des sanctions occidentales    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



La justice britannique examine la demande d'appel de Julian Assange pour suspendre son extradition
Publié dans Barlamane le 24 - 01 - 2022

L'Australien risque d'être extradé vers les Etats-Unis, qui lui reprochent d'avoir diffusé plus de 700 000 documents classifiés sur les activités militaires et diplomatiques américaines, en particulier en Irak et en Afghanistan.
C'est peut-être un tournant décisif dans une saga judiciaire qui dure depuis des années. La Haute cour de Londres examine lundi 24 janvier la demande d'appel devant la Cour Suprême du fondateur de Wikileaks Julian Assange, qui risque en cas de refus d'être extradé sous peu vers les Etats-Unis.
Les Etats-Unis reprochent à l'Australien d'avoir diffusé, à partir de 2010, plus de 700 000 documents classifiés sur les activités militaires et diplomatiques américaines, en particulier en Irak et en Afghanistan. Poursuivi notamment pour espionnage, il risque jusqu'à 175 ans de prison dans une affaire qui représente, selon ses soutiens, une attaque gravissime contre la liberté de la presse.
La justice britannique avait initialement tranché en sa faveur il y a un an, lorsque la juge Vanessa Baraitser s'était opposée à la remise aux autorités américaines de l'Australien de 50 ans, invoquant le risque de suicide. Mais Washington a remporté une victoire majeure en décembre, lorsque les hauts magistrats britanniques ont annulé cette décision, estimant que les Etats-Unis avaient fourni des assurances répondant aux inquiétudes de la juge.
Les avocats d'Assange ont alors déposé une demande d'appel devant la Cour Suprême, que les juges de la Haute cour sont chargés d'examiner lundi et d'autoriser ou non. Ils rendront leur décision à 10H45 GMT. En cas de refus, le fondateur de Wikileaks aura presque épuisé ses recours judiciaires. Sa demande d'extradition sera de nouveau transmise à un tribunal britannique avec la recommandation de l'envoyer à la ministre de l'Intérieur britannique Priti Patel, chargée de prendre la décision finale. «Sauf en cas d'appel, la personne recherchée doit être extradée dans les 28 jours suivant la décision du secrétaire d'Etat d'ordonner l'extradition», précise le site du gouvernement.
Dans une prison londonienne depuis deux ans et demi
Incarcéré dans une prison de haute sécurité près de Londres depuis deux ans et demi, Julian Assange avait été arrêté par la police britannique en avril 2019 après avoir passé sept ans dans l'ambassade londonienne de l'Equateur, où il s'était réfugié alors qu'il était en liberté sous caution. Il craignait alors une extradition vers les Etats-Unis ou la Suède, où il faisait l'objet de poursuites pour viol depuis abandonnées.
Lors de l'audience en appel au sujet de son extradition fin octobre, les Etats-Unis ont cherché à rassurer sur le traitement qui serait réservé au fondateur de WikiLeaks.
Washington a assuré qu'il ne serait pas incarcéré à la prison de très haute sécurité ADX de Florence (Colorado), surnommée l'«Alcatraz des Rocheuses» -, où sont notamment détenus à l'isolement quasi-total des membres d'al-Qaïda – et qu'il recevrait les soins cliniques et psychologiques nécessaires. Ils ont évoqué aussi la possibilité qu'il puisse demander à purger sa peine en Australie.
Des garanties qui ont convaincu les juges britanniques, mais pas la fiancée d'Assange, Stella Morris, craignant pour sa santé s'il est extradé vers un pays qui a selon elle «comploté pour tuer Julian à cause de ce qu'il a publié». Stella Morris, avec laquelle Julian Assange a eu deux enfants lorsqu'il était reclus à l'ambassade d'Equateur, sera présente lundi matin à la Haute Cour de Londres, où elle donnera une conférence de presse après la décision du tribunal.
L'Australien a reçu le soutien d'une quarantaine de députés français de tous bords qui ont plaidé pour qu'il puisse bénéficier de l'asile politique en France.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.