Marche de protestation contre les restrictions de déplacement dans les camps de Tindouf    Colloque sur la démocratie participative à la Chambre des représentants    Driss Lachguar préside une réunion consacrée aux préparatifs du 9ème Congrès national de la Chabiba    L'ouverture de consulats au Sahara marocain témoigne de l'intégrité territoriale du Royaume    Youssef Amrani : « l'Afrique est au cœur de l'identité marocaine »    Rencontre à Azilal pour débattre des différents moyens à mobiliser    L'année s'ouvre par un repli de l'indice des prix à la consommation    Tableaux relevés à la 33ème édition du Med Avenir    La Kechoise Marrakech    Mohamed Benabdelkader : Attribuer le blocage de l'adoption du Code pénal aux divergences sur un seul article est une tentative de diversion    Les retrouvailles tant attendues entre les étudiants rapatriés de Chine et leurs familles    Nador : le ministère de la Santé dément la contamination d'un Subsaharien au coronavirus    Celui qui vient de l'avenir : Abdelkébir Khatibi    Italie : à cause du coronavirus, des Marocains se trouvent actuellement isolés à Codogno    Un séisme meurtrier frappe la frontière irano-turque    Agadir : arrestation d'un chauffeur de camion en possession de 589 kg de chira    Le secteur de la pêche côtière et artisanale clôture l'année 2019 en évolution après une période de stagnation    Antarctique : fonte de glace record après l'arrivée de la canicule    Tighadouini a enfin trouvé un club !    Bulaid : « Mike Tyson m'a proposé de fumer un joint avec lui »    Coupe Arabe U20: Pour suivre la rencontre Maroc- Madagascar    Le PPS invité au 18e Congrès des Palestiniens d'Europe    Lafactory ouvre une base à Dakar    Marché des changes : le dirham s'apprécie de 0,53% face à l'euro    Fin de quarantaine pour les Marocains de Wuhan    Le groupe Maroc Telecom tire son épingle du jeu    L'Espagne exprime son désaccord avec l'Algérie sur la frontière maritime    Marrakech : une journée nationale sur les NTI et le développement informatique    Le Maroc propose d'accueillir les finales de la Ligue des Champions et de la Coupe de la CAF    Ligue Europa: La soirée de Ziyech, En-Nesyri, Idrissi et Saïss    La 17e journée en 4 jours    Météo Maroc: risque d'orages sur les provinces du Sud    Coronavirus: le nouveau bilan officiel    Mohamed Alami Nafakh Lazraq dépasse les 50% de participations dans Alliances développement immobilier    «Les arts plastiques connaissent une dynamique créative très importants»    Au-delà des chiffres !    Célébration de la journée internationale de la langue maternelle à Rabat    En Algérie, des milliers de manifestants pour le premier anniversaire du Hirak    Australie : le Maroc à l'honneur au Festival multiculturel de Canberra    L'autre guerre    Les Panafricaines alertent sur l'urgence climatique    L'Allemagne renforce les mesures de sécurité après l'attentat raciste de Hanau    Les Algériens bouclent dans la rue un an de contestation populaire inédite    Tout comme le patrimoine marocain en général : La judaica marocaine a souffert du pillage à travers le temps    Le Maroc, terre d'un patrimoine ancestral : Les trésors juifs de Casablanca    La Commission européenne salue les efforts du Royaume en matière de réformes fiscales    L'industrie du cinéma a été plus inclusive en 2019 que lors de la décennie précédente    Le CCM dévoile les jurys du 21ème Festival national du film de Tanger    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Cliniques privées : Tarification nationale de référence, Le non-respect est la règle.
Publié dans Challenge le 21 - 11 - 2012

Les cliniques privées ne respectent pas la tarification Nationale de référence instaurée dans le cadre du système de l'Assurance Maladie Obligatoire. Alors qu'elles l'ont approuvée en signant la convention nationale et ses avenants.
Les assurés payent un tarif réel et sont remboursés sur la base d'un tarif « légal » qui n'est jamais respecté par les producteurs de soins ! Un état de fait paradoxal, quand on sait que les opérateurs privés, à travers leurs organismes de représentation ont validé et signé la convention nationale qui a mis en place les grilles de la tarification nationale de référence. En effet, au moment de l'entrée en vigueur de l'AMO, des négociations ont été menées entre le gouvernement (représenté par la Santé et l'ANAM) et les différents prestataires de soins dont les médecins généralistes, les spécialistes et cliniques privées pour fixer le tarif à appliquer pour chaque prestation médicale. «Je ne comprends pas pourquoi les médecins se plaignent des tarifs nationaux de référence alors qu'ils faisaient partie des négociations des conventions nationales. S'ils n'étaient pas d'accord, pourquoi l'ont-ils validé ? », s'interroge un cadre de la CNOPS. La réponse des médecins ne se fait pas attendre. «Les cliniques privées s'adaptent au pouvoir d'achat. Alors qu'une césarienne couterait entre 10.000 et 15.000 dirhams à Casablanca, elle serait de 6000 dirhams à Marrakech», explique Ahmed El Filali, président du Syndicat National des Cliniques Privées du Maroc (SNPCM). Selon lui, cette différence de prix s'explique par la différence de charges et coûts de gestion d'une clinique d'une région à une autre. Un infirmier d'un bloc opératoire serait payé à Casablanca 15.000 dirhams par mois, alors qu'il ne toucherait que 5000 dirhams à Marrakech. «Les caisses ont avancé qu'elles avaient tant d'argent pour telle intervention avec des plafonds bien déterminés et elles ont demandé aux cliniques d'appliquer ces tarifs», explique le président du SNPCM. Et d'ajouter, «j'aimerais savoir combien coûte à l'Etat une appendicite ou une césarienne que le contribuable paie indirectement !». Il prétend que « le coût de revient d'une césarienne réalisée dans un hôpital public est compris entre 40.000 et 50.000 dirhams, l'opération de la vésicule biliaire coûterait 35.000 dirhams, une appendicite 16.000 dirhams ». Evidemment, il s'agit là de chiffres invraisemblables. Mais, il ajoute : «nous sommes prêts à faire de la sous-traitance pour le quart du coût de revient des actes médicaux au niveau du secteur public», lâche Ahmed El Filali.
Révision des tarifs
Pour les opérateurs, les tarifs imposés par l'ANAM ne reflètent pas la réalité. Une raison qui les a poussés à renégocier les tarifs de plusieurs actes médicaux avec les gestionnaires de l'AMO pour les réviser. Le syndicat des médecins spécialistes privés et les cliniques privées ont proposé à l'ANAM, à titre d'exemple, de fixer le tarif de la réanimation à 4500 DH alors que le tarif en vigueur est de 1500 dirhams. Soit une augmentation de 200%. Ils réclament le double du tarif de l'Angiographie rétinienne pour atteindre 1000 DH au lieu de 500 DH. Le prix actuel du scanner (Crâne 3D) est de 1000 DH, les opérateurs veulent qu'il passe à 2100 DH. Dans leurs revendications, on trouve même des augmentations qui dépassent les 400%. C'est le cas de la ponction exploratrice dont le tarif actuel est de 675 DH. Ils espèrent le rehausser à 3500 DH. Même les tarifs des consultations n'ont pas échappé à la demande de révision. Le tarif en vigueur pour une consultation chez un généraliste est de 80 DH, tandis qu'il est de 150 dirhams chez un spécialiste. Ils cherchent à faire passer le tarif respectivement à 150 et 200 dirhams. «C'est parce qu'il n'y a pas de prise en charge des malades par le système des assurances, que ces derniers trouvent les prix demandés par les cliniques privées chers», lâche Mohammed Naciri Bennani président du SNMSL. Il poursuit, «dans le monde entier, un patient qui n'a pas d'assurance maladie, ni de prise en charge sociale, quel que soit son revenu ne pourra jamais supporter seul les frais de médecine ».Les arguments avancés par la profession ne semblent pourtant plus tenir si l'on prend en considération les revalorisations effectuées dans le cadre d'anciens rounds de négociation et toujours pas respectées par les opérateurs. Exemple à l'appui, «la césarienne a fait l'objet d'une revalorisation en 2008. Un engagement solennel a même été signé par l'ANCP pour respecter le tarif en contrepartie de cette révision. Or, non seulement le tarif n'a pas été respecté, mais la plupart des saisines faites par la CNOPS à l'ANAM, environ 260 réclamations, l'accouchement est le poste où l'impunité est la plus manifeste», lâche une source à la CNOPS.
Tout compte fait, cette révision des prix risque aussi de ne pas profiter au citoyen qui continuera toujours à débourser de sa poche des montants conséquents même avec une prise en charge. «Si la consultation est remboursée à hauteur de 200 DH, le médecin pourra facturer au patient 300 DH car la différence est moins importante que si le remboursement n'est que de 100 DH », explique un proche du dossier. Par ailleurs, «cette révision risque de faire sombrer l'équilibre financier des organismes gestionnaires», explique un cadre de la CNOPS. «Déjà avec la tarification en vigueur, les cliniques privées ont reçu en remboursement de tiers payant de près de 900 millions de dirhams en 2011 ; sur la période 2005-2011, ce montant est de 4 milliards de dirhams», poursuit-il. Selon ce dernier, une étude CNOPS confirmée par l'ANAM montre que cette proposition du syndicat aboutirait à un cumul de déficit de 4,5 milliards de dirhams à l'horizon 2017. Mais la logique de la CNOPS, dans ce sens, est simple. «Oui pour l'augmentation de certains tarifs à condition de les respecter scrupuleusement et d'amortir l'effet par des mesures qui touchent la biologie, le médicament et les lignes de prescription. Oui pour des rapports de «bonne facture», mais à condition de respecter la transparence à travers l'affichage des prix et la remise d'une facture précise aux assurés».
Le mot est lâché. Mais la question qui se pose est de savoir qui empêcherait les cliniques privées, qui ont jusque-là enfreint impunément les dispositions de la convention nationale, de continuer à le faire ?
4 Mrds DH
C'est le montant perçu par les cliniques privées au titre du remboursement du tiers payant de la CNOPS en 2005-2011. Le chiffre d'affaires du secteur doit valoir des milliards de dirhams si on compte en plus les remboursements de la CNSS et si l'on prend en considération que les montants payés par les patients sont toujours augmentés.
Parcours universitaire : Bac+4 de l'ENCG Settat option marketing et communication
Expériences professionnelles antérieures : journaliste à Economie | Entreprises Responsable des éditions Spéciales à Success Publication
Activité préférée : Ecrire
Mon livre préféré : L'alchimiste de Paulo Coelho entre autres...
Ma plus grande qualité : L'ambition
Mon pire défaut : L'impatience et l'entêtement


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.