Visite de Pompeo au Maroc: Le bilan    Représentativité politique des femmes: Partis et ONG interpellés    Opep: Membres et partenaires se retrouvent à Vienne    Taxe Gafa: Les hostilités relancées…    L'Otan adopte une déclaration finale    Informations    Enseignement: 2 écoliers sur 3 analphabètes!    Tilda Swinton, l'insaisissable icône du 7e art    Washington et Rabat déterminés à travailler de concert    La lutte contre la sextorsion requiert des mécanismes développés de surveillance et de traçage    Comment protéger vos données personnelles    "Microfracture" pour Hazard, forfait pour le clasico    Infantino va entrer au CIO en janvier    Le WAC vise une cinquième victoire face au Mamelodi Sundowns en Ligue des champions    Ralentissement économique attendu dans près des deux tiers des villes du monde en 2020-21    Une nouvelle antenne de la BERD inaugurée à Agadir    La filière oléicole assure une entrée de devises équivalente à 1,8 milliard de DH par an au Maroc    Bertrand Tavernier : L'arrogance est l'ennemi déclaré du réalisateur    Jeremy Thomas : L'inventivité est primordiale même sans budget    Le cinéma australien brille de mille feux à Marrakech    Académie du Royaume du Maroc : Concert mémorable de l'orchestre de l'opéra national du Pays de Galles    Le PLF 2020 passe le cap des Conseillers    L'AMMC présente son guide de lutte contre le blanchiment d'argent    PLF2020: le RNI remonté contre le PJD, à cause de l'article 9    Arribat Center en feu !    Australie: Des incendies fusionnent en un « mégafeu » au nord de Sydney    OCP MS devient le 1er centre certificateur Mobius au Maroc    Deuxième plainte de Huawei contre l'administration Trump    Nouvel élan pour les relations entre le Maroc et les Etats-Unis    70e anniversaire de l'OTAN: Le sommet de la discorde…    Quarts de finale de la Coupe Mohammed VI : Le Raja contre le MC d'Alger ou Al Quwa Al Jawiya d'Irak    Coupes africaines : Wydad-Mamelodi Sundowns, deux géants qui se connaissent bien    JO 2022 : Les organisateurs cherchent 39.000 bénévoles    Tous à Londres, personne à Madrid!    PCM-PLS-PPS: Un parti, un référentiel et un combat    18ème Festival international du film de Marrakech : Mouna Fettou dédie son hommage à son fils    «Jeshop.ma» : Un pop-up store mis en place au FIFM    Pyongyang s'inquiète d'une « rechute du gâtisme » de Trump    Hakimi en lice pour le titre des jeunes, Ziyech chez les grands    Lancement du plan national de lutte contre la mendicité des enfants    Salon de l'emploi : 1.000 postes à pourvoir pour une 1ère édition    Plusieurs partenariats ont été scellés lors du Forum économique Fès-Meknès : Des synergies innovantes se créent    «La mer est un personnage principal dans Lalla Aïcha»    Les Verts sont à Kinshasa. Coulisses d'un voyage    Le Congrès va entamer la rédaction de l'acte d'accusation de Trump    Fondation Al omrane : La 1ère classe préscolaire ouvre à Charafate    Météo: le temps qu'il fera ce vendredi    L'éducation à la petite enfance se porte bien, mais …    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Upskilling : Le précieux conseil de PwC aux entreprises
Publié dans Challenge le 30 - 10 - 2019

La notion dite Upskilling a été mise en avant lors de la conférence organisée aujourd'hui à Casablanca par le cabinet international d'audit, d'expertise comptable et de conseil PwC, pour le lancement de la « Ligne de service people and organisation ».
L'Upskilling ou le processus d'enseigner aux employés de nouvelles compétences est aujourd'hui un impératif dans un contexte professionnel hautement compétitif. Animée par le leader dudit événement, Pierre Antoine Balu, partner chez PwC en charge des activités people et organisation en France et en Afrique francophone ainsi que Karim Tazi partner chez PwC mettaient l'accent, cette conférence a eu pour objectif d'inciter les entreprises au Upskilling. Aujourd'hui, tous les métiers sont impactés par le digital, et les dirigeants se retrouvent devant l'obligation de communiquer à leurs employés qu'ils doivent faire face à ce mouvement.
Il est important d'évoluer certes, mais il faut le faire de manière intermittente et collective par l'instauration d'un débat et d'un discours, l'objectif étant d'identifier les atouts de l'entreprise sur lesquels s'appuyer et se concentrer sur les dimensions les plus faibles en vue de les améliorer. Cela passe par la mobilisation des collaborateurs à une grande échelle. Toutefois, des interrogations peuvent être soulevées : comment faire au Maroc, lorsqu'il y a une difficulté déjà à l'accès à l'emploi, auquel s'ajoute une transformation digitale des entreprises actuelles ayant un impact sur les postes actuels ? Qu'en est-il des PME ? Est-ce que les PME sont capables de s'inscrire dans un processus de digitalisation sans appui financier étatique ?
Lire aussi : Jonathan Le Henry, PwC : «Le Maroc doit mettre en place un nouveau pacte industriel»
Pour progresser, il faut une somme d'initiatives. Les PME n'ont pas de moyens certes mais d'autres entreprises vont s'associer pour investir et obtiendront des retours sur investissement avec des formations préparées pour les employés futurs qui seront prêts pour les étapes digitales et la formation.
«Il faut capitaliser sur toutes les générations, y compris celles actuelles et futures, car les compétences sont diverses et variées et faire participer les RH sur les réflexions de l'entreprise afin d'aligner la politique de l'entreprise sur les nouvelles stratégies futures par un recrutement adapté», explique Karim Tazi, partner chez PwC.
Et d'ajouter : «La culture de l'entreprise est le plus important ; il faut mettre fin à cette verticalité, il faut impulser une nouvelle dynamique, et le top management doit décider de la logique de financement et de l'évolution au sein de l'entreprise».
Pour Pierre Antoine Balu, partner chez PwC en charge des activités people et organisation en France et en Afrique francophone, «la destruction technologique induit la restructuration organisationnelle. Il faut savoir modifier le management et les RH se doivent d'être prêtes pour participer à ce changement par le recrutement de nouvelles compétences».
Des compétences qui s'alignent sur la nouvelle stratégie socio organisationnelle et digitale de l'entreprise. PwC a pour objectif d'encadrer les entreprises et les conseiller sur ce mouvement au travers de leur ligne de service dite people et organisation.
Avec 276.000 personnes réparties dans 158 pays, les entités membres du réseau PwC aident les entreprises de toutes tailles, publiques et privées, à créer de la valeur en développant les missions de conseil, d'audit et d'expertise comptable. Au MAroc, Pwc développe cette approche à travers deux entités juridiques, membres du réseau international PwC : PwC Maroc (Audit, expertise comptable et conseil fiscal) et PwC Advisory (Stratégie et consulting, transactions et conseil juridique).


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.