Bourita : la PEV est plus que nécessaire en ces temps de crise    Crédit Agricole du Maroc à l'écoute des Fédérations interprofessionnelles    Tout savoir sur le budget sectoriel 2021    Black Friday. Orange casse les prix    Ligue des Champions de la CAF : Al Ahly et le Zamalek SC s'affrontent dans la finale du siècle    Diego Maradona enterré dans un cimetière de Buenos Aires    Affaire de la fillette torturée par sa mère à Larache: ce qu'a décidé la justice    Erreur de dosage pour le vaccin AstraZeneca : les précisions du Dr Samir Machour    Covid-19 au Maroc: voici la date des premières vaccinations    Sida Maroc : 73% des cas savent qu'ils sont atteints    La CGEM et l'IFC s'engagent pour l'employabilité des femmes    Guergarat. L'appui du batonnier Jean-Claude Muyambo et l'alliance des amitiés Congo-Maroc    UM6P : quatre chercheurs distingués par l'Université de Stanford    Devises vs Dirham: les cours de change de ce vendredi 27 novembre    Covid-19 : La Russie promeut «Sputnik» au Maroc    Ce que coûtent les violences physiques et sexuelles par victime (HCP)    El Guerguarat: l'ambassadeur du Maroc à Genève recadre la délégation de la Namibie    Le bel hommage des joueurs de Naples à Maradona    Rencontre    L'appel de Johnny Depp rejetée dans l' affaire "The Sun "    Vernissage à Salé d' une exposition collective d' art contemporain autour du patrimoine marocain    Message de condoléances du roi Mohammed VI au président du Niger    Ils usurpent l'identité de Mehdi Qotbi pour acquérir des objets d'art antique    CAF : Ahmad Ahmad se scandalise et accuse la FIFA !    Tennis : À l'A.C.S.A... sympathique et conviviale    Le Mexique veut en finir avec le " machisme qui tue "    Le Bahreïn décide d'ouvrir un Consulat Général à Laâyoune    Au-delà des bonnes intentions, Biden confronté à des défis internationaux complexes    « Fonds Mohammed VI pour l'Investissement »: Le Conseil de gouvernement adopte le projet de loi    La RAM renforce son programme de vols internationaux    Le Parlement européen vote une résolution d'urgence sur la détérioration des libertés en Algérie    Mahmoud El Idrissi a succombé à la Covid-19: Le chanteur de «Saâ Saida» n'est plus    Violence à l'encontre des femmes. Un coût énorme pour la société    Covid-19, le vaccin est là !    Maradona. Les buts que l'Angleterre n'a jamais gobés !    Belle opération de la Marine royale à Nador    Plusieurs eurodéputés soutiennent du Maroc    UM6P : Lancement d'une grande école d'ingénieurs dans le numérique    Nikol Pachinian, un héros devenu traître    9è Festival maghrébin du film d'Oujda sous format digital    «La septième porte»: un certain regard sur l'histoire du cinéma au Maroc de 1907à 1986    La beauté intérieure et l'essence de l'existence    Le Maroc appelle à l'Union africaine au respect de la légalité et l'impératif du développement de l'Afrique    SM le Roi se recueille sur la tombe de Feu SM le Roi Hassan II    Al-Ahly – Zamalek, une finale 100% endiablée    Guergarate : Le Maroc dit tout au Conseil de sécurité    Un nouveau shooting de Samira Saïd enflamme la Toile (PHOTO)    L'actrice Manal Seddiki endeuillée (PHOTO)    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Patriotisme fiscal : l'urgence d'un élan patriotique dans le domaine de l'impôt
Publié dans Challenge le 05 - 07 - 2020

Malgré l'amnistie en matière de recouvrement, prévue par la loi de finances de l'année 2018 (Article 10), les restes à recouvrer continuent à s'accumuler et à se chiffrer en plusieurs milliards de dirhams, sommeillant profondément et tranquillement.
Certes, parfois il s'agit d'affaires contentieuses portées devant les commissions fiscales ou devant le tribunal administratif, ou la Cour de cassation, attendant l'issue définitive. Mais dans d'autres cas, et assez souvent, il s'agit tout simplement de « personnalités pesantes et influentes » gardant un « esprit féodal », c'est-à-dire la croyance en un statut de privilégiés qui les mettrait au-dessus des lois fiscales et des actions des percepteurs qui oseraient éventuellement les mettre dans le viseur. D'autres encore, tout simplement, échappent de fait à l'impôt. Le radar du contrôle fiscal les ignore. «L'œil de mica» persiste malgré les grandes avancées de la digitalisation.La crise sanitaire actuelle, avec ses prolongements socio-économiques, devrait secouer la conscience de cette catégorie de «non contribuables», victime de préjugés, et d'une vision anachronique, emprisonnée dans les intérêts les plus égoïstes et les plus étroits.
Lire aussi | Ahmed Akhchichine : « Dans cette crise, les régions ont pris l'option d'aller là où l'Etat ne peut pas aller en termes d'intervention »
Pour de nombreux secteurs, la reprise économique sera lente et difficile. Le rôle de l'Etat et des collectivités territoriales devra être central. Mais avec quelles ressources assurer la relance ? En recourant à de nouveaux emprunts, et donc en ne faisant que reporter la crise dans le temps ? En faisant payer le prix aux générations futures qui n'ont nullement donné leur accord ? Une autre alternative existe, conditionnée par la volonté et le courage politiques. A toute situation exceptionnelle, s'imposent des mesures exceptionnelles. La liste des récalcitrants vis-à-vis de l'impôt émis et non payé peut être aisément établie. Dans cette liste figurent d'anciens ministres récemment éjectés, des parlementaires, des commis de l'Etat, et autres «gros navets». Une campagne de mise en œuvre du recouvrement forcé peut être efficacement menée, avec une forte implication des autorités locales et de la Justice.
Lire aussi | Tout ce qu'il faut savoir sur le Schéma directeur de la digitalisation du système judiciaire
Par ailleurs, le projet de loi de finances rectificative, en cours d'élaboration, peut prévoir des mesures nouvelles et exceptionnelles pour appuyer la mise en œuvre du recouvrement forcé. Quelques actions fortement symboliques à travers notamment la contrainte par corps peuvent donner de bons résultats. Mais tout cela demeure conditionné par l'existence d'une volonté politique ferme et déterminée.
Tribune et Débats
La tribune qui vous parle d'une actu, d'un sujet qui fait débat, les traitent et les analysent. Economistes et autres experts, patrons d'entreprises, décideurs, acteurs de la société civile, s'y prononcent et contribuent à sa grande richesse. Vous avez votre opinion, convergente ou différente. Exprimez-la et mesurez-vous ainsi à nos tribuns et débatteurs.
Envoyez vos analyses à : [email protected], en précisant votre nom, votre prénom et votre métier.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.