Liga: Real Madrid bat FC Barcelone 2-1 et s'empare du fauteuil de leader    LDC Afrique: Le Wydad termine en beauté sa phase de groupes    Météo Maroc: formations brumeuses ce dimanche 11 avril    Clasico: le Real bat le Barça et prend la tête de la Liga (VIDEO)    VIDEO/Retour sur la vaste opération d'Interpol contre le trafic et la traite de migrants avec le concours du Maroc    19è festival du film éducatif de Fès : ''Hakakech'' remporte le prix de l'œuvre complète    La France, un «ennemi traditionnel et éternel», fulmine un ministre algérien    Quotient électoral : le PJD déplore la décision de la Cour constitutionnelle    La chambre du détenu S. Raissouni a fait l'objet d'une opération de fouille dans le total respect (Mise au point)    Laâyoune: Mise en échec d'une tentative de trafic de 1.500 comprimés psychotropes    La situation épidémiologique au 10 avril 2021 à 18H00    Mekki El Hannoudi, maire de la commune de Louta, placé en garde à vue    Somalie : un kamikaze se fait exploser, au moins six morts    Fès: cinq appartements transformés en maisons closes, plusieurs interpellations    Université de Printemps : Lancement de la 3ème édition dédiée aux jeunes MRE    Présidentielle au Tchad : 7,4 millions d'électeurs appelés dimanche aux urnes    Exemption de visa : Le journal colombien El Tiempo promeut le Maroc comme destination touristique post-pandémie    Suarez veut revenir à son ancien club    Tétouan : Arrestation d'un individu incitant au non-respect de l'état d'urgence sanitaire    CDG Invest lance la 3ème promotion du programme 212Founders    Ataa Charity Foundation : Des cartes bancaires prépayées pour préserver la dignité des familles précaires    FAF : Le futur président est connu, un seul candidat pour succéder à Zetchi    Tourisme: sans clients étrangers, le secteur toujours mal en point    La BM disposée à apporter son appui financier et technique aux différents chantiers de réformes lancés par le Maroc    Covid-19: Otmani attendu lundi au Parlement    La BVC en hausse du 5 au 9 avril    Un journal Colombien chante les louanges du Royaume    Lois électorales: la Cour constitutionnelle a tranché    La régularité des élections démontre la stabilité du modèle démocratique marocain (El Malki)    Cinq tonnes de chira repêchées au large de Safi (Source militaire)    Heure GMT au Maroc: n'oubliez pas de régler vos montres !    LDC: Benoune et El Kaabi dans le top 5 africain (France Football)    Programme foot: les matchs à ne pas rater ce week-end !    Carol Moseley-Braun salue le rôle rassembleur du Maroc en Afrique    Marrakech : Une vente aux enchères d'oeuvres artistiques en hommage à l'artiste peintre Mohamed Melehi    Développement agricole, rural, touristique et de pêche maritime: Akhannouch et Nadia Fettah Alaoui lancent et visitent des projets à Souss Massa    Botola Pro D1:Victoire des FAR contre le DHJ    Décès du prince Philip: le roi Mohammed VI présente ses condoléances à Elizabeth II    Décès du prince Philip: les condoléances du roi Mohammed VI au prince Charles    Lamiaa Chraibi, productrice: "L'inégalité du genre dans l'industrie du film est systémique et non pas un simple phénomène "    23 manifestants détenus en grève de la faim    Biden dévoile un plan limité contre la violence des armes à feu    Le dernier film de Naya Rivera, enregistré avant sa mort, va bientôt sortir    Angelina Jolie et Brad Pitt : Leur très cher et très long divorce    Tourisme patrimonial : Volubilis mènera son expérience «phygital»    Sahara : le Parti d'Emmanuel Macron ouvre une antenne à Dakhla    Le prince Philip, époux de la reine Elizabeth II, tire sa révérence à l'âge de 99 ans    Omar Raji : «mes poèmes sont un hymne à l'humanité, la modernité et le patrimoine»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Fatima Zohra Alaoui, Dg de l'AMITH : « L'amendement de l'ALE avec la Turquie rétablira une concurrence plus loyale sur le marché local »
Publié dans Challenge le 11 - 11 - 2020

La modification de l'Accord de libre-échange avec la Turquie validée récemment par le gouvernement constitue une bouffée d'oxygène pour les opérateurs de l'industrie textile dans cette phase de relance économique. Fatima Zohra Alaoui, Directrice générale de l'Association Marocaine des Industries du Textile et de l'Habillement (AMITH) revient sur l'impact de la crise sanitaire sur le secteur, les mesures du PLF 2021, l'impact de la dévaluation constante de la monnaie turque…
Challenge: La monnaie turque a beaucoup perdu de sa valeur ces derniers mois. Quelles sont les répercussions de cette situation sur le secteur ?

Fatima Zohra Alaoui: La dévaluation continue de la monnaie turque, depuis presque deux ans, donne aux produits textiles turcs une compétitivité prix indiscutable, surtout dans un contexte de crise sans précédent dans l'industrie du textile et l'habillement liée à la Covid19. Les marques et les distributeurs, nationaux et internationaux, sont à la recherche de produits très compétitifs au niveau prix, et la dévaluation de la livre donne aux produits trucs un avantage compétitif certain face à ses concurrents. Cependant, cette dévaluation continue de la livre turque est une forme de manipulation monétaire qui fausse, avec des taux de change artificiellement bas, les règles de concurrence loyale. Au Maroc, l'afflux massif et la croissance exponentielle des importations turques de produits finis textiles à des prix défiants toute concurrence a entrainé la fermeture de dizaines d'unités textiles opérant sur le marché local, et la perte de dizaines de milliers d'emplois chaque année.
Lire aussi| Transport aérien : nouvelle condition d'accès au territoire marocain pour les voyageurs
Challenge: La modification de l'Accord de libre-échange avec la Turquie a été approuvée il y a quelques semaines. Qu'est-ce que cette modification apporte au secteur et comment l'AMITH entend-t-elle tirer profit de cela ?
FZA: Nous avons accueilli cette nouvelle avec beaucoup de soulagement. Avec le fort soutien du Ministère de l'Industrie, l'AMITH mène ce combat pour amender l'ALE avec la Turquie depuis plusieurs années pour freiner l'hémorragie des fermetures d'usines et des pertes d'emplois. Le but étant de sauvegarder notre tissu industriel national et de préserver les emplois dans notre secteur. Cet amendement est une bouffée d'oxygène qui soulagera les industriels du textile et de l'habillement opérant sur le marché local, et ce en rétablissant des règles de concurrence plus loyale sur le marché local entre produits turcs et produits marocains. En effet, il est de notoriété publique que l'industrie textile turque est fortement subventionnée tout au long de la chaine de valeur, y compris sur le volet distribution. Suite à la signature de l'ALE, les exportations turques de produits finis vers le Maroc, que ce soit habillement ou textile de maison, ont connu une croissance exponentielle liée à leur prix défiant tout concurrence grâce aux subventions dont elles bénéficient. Vous rajoutez à cela la dévaluation continue de la monnaie turque et cela vous donne une compétitivité prix de ces produits avec laquelle il est impossible de rivaliser, à moins d'adopter des pratiques similaires. En parallèle, les exportations marocaines vers le marché turc n'ont cessé de baisser depuis la signature de l'ALE en raison des barrières non tarifaires imposées par la Turquie pour bloquer l'entrée sur le territoire de produits textiles marocains. Les exemples de ces pratiques sont nombreux et ont été dénoncés par nos industriels mais sans succès auprès des autorités turques. Aujourd'hui, l'amendement de l'ALE donne l'opportunité aux industriels marocains de se réapproprier leur marché domestique en substituant une offre « Made in Morocco » de qualité aux importations turques dans tous les circuits de distribution existants.
Lire aussi| Souss-Massa : voici le guide du foncier industriel [Document]
Challenge: A l'instar de la majeure partie des secteurs de l'économie nationale, l'industrie textile est également très impactée par la crise sanitaire. Où en est le secteur aujourd'hui quant à la relance économique?
FZA: Une des particularités de la crise de la Covid-19 est liée à l'incertitude et à l'absence de visibilité sans précédent qu'elle engendre. Après 3 mois de quasi-arrêt de notre secteur, un rattrapage a été enregistré entre juin et septembre 2020. Depuis le mois d'octobre, nous enregistrons une nouvelle baisse des exportations liée à l'évolution de la pandémie dans nos principaux marchés à l'export, et les perspectives pour les derniers mois de l'année sont malheureusement très inquiétantes. A ce titre, nous estimons que l'impact de la pandémie sur notre secteur sera de l'ordre de 35% de baisse sur les marchés à l'export et de l'ordre de 60% de baisse sur le marché local. Cependant, nous sommes convaincus que notre industrie a suffisamment d'atouts et d'avantages comparatifs à faire valoir. Elle est capable de se réinventer et de s'adapter à tout changement. La meilleure démonstration est la dynamique fraîchement vécue par toutes les forces vives du secteur, en sachant vite adapter l'outil productif et répondre au besoin en masques de protection pour nos concitoyens et des E.P.I. pour les marchés à l'export. Le plus important aujourd'hui pour tous les acteurs du secteur est de passer le cap de cette crise et maintenir les forces productives vivantes pour pouvoir se projeter dans la phase post-Covid.
Challenge: Les mesures du PLF 2021 satisfont-elles l'AMITH ?

FZA: Nous ne pouvons que nous réjouir de toute mesure qui privilégie la préférence nationale, stimule l'investissement et crée des emplois. Par ailleurs, Il faut rappeler que plusieurs filières de notre industrie possèdent d'importantes capacités qui sont insuffisamment utilisées. La mobilisation de ces dernières serait salutaire pour nos écosystèmes afin de retrouver un relatif équilibre et présager de meilleures perspectives. Les mesures prévues par le PLF 2021 visant à encourager la substitution à l'importation permettront à la fois de mieux exploiter les capacités industrielles existantes mais aussi d'encourager les nouveaux investissements dans le secteur en vue d'améliorer la qualité et la compétitivité des produits marocains, et préserver ainsi les emplois dans un secteur qui reste, rappelons-le, le premier employeur industriel du pays. Notre but est de renforcer la contribution de notre secteur à la réduction du déficit de la balance commerciale de notre pays, d'autant plus que les produits bénéficiant de certaines des mesures prévues dans le PLF 2021 sont produits voire même exportés par nos acteurs. Nous nous devons tous de préserver ce savoir-faire textile et consolider tout acquis industriel de notre économie. Cette pandémie nous l'a bien enseigné ! La substitution par la production nationale s'impose donc naturellement, surtout pendant la période post-Covid durant laquelle nos acteurs devraient gagner en confiance et en dynamisme pour se repositionner sur l'échiquier mondial.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.