Fusillade devant un hôpital à Paris: un mort et un blessé grave    Suivez le LIVE de l'émission « Ach Waq3 » de MFM Radio    FRMF : Zakaria Aboub, seul rescapé de la restructuration de la DTN    Ligue des Champions : l'Afrique du nord en force en quarts de finale    Coronavirus : les déclarations chinoises sur une faible efficacité des vaccins sont un «malentendu»    Chtouka Ait Baha : Tout sur l'inscription les greniers collectifs au patrimoine mondial de l'UNESCO (Vidéo)    Un hommage au grand artiste Mohamed Melehi aura lieu en mai prochain à Marrakech    Automobile: Inauguration à Casablanca du CETIEV 2.0    Raja: ce qu'a dit El Bekkari après la victoire contre Pyramids (CAF)    Football : mort d'un joueur après s'être effondré lors d'un match de championnat amateur    MM. Bourita et Le Drian réaffirment l'excellence des relations bilatérales    La Chine approvisionnera le Maroc de 10 millions de doses de vaccins courant avril et mai    DMG : de fortes averses orageuses et rafales de vent attendues mercredi et jeudi    Les clés de la solidarité pour ouvrir les portes du Ramadan.    Le président de la commune de Louta visé par une enquête    L'Arabie saoudite annonce le début du mois de Ramadan    Maroc: Cours de change des devises étrangères contre le dirham pour lundi 12 avril    La Fondation TGCC lance la première édition du Prix Mustaqbal    Le Sahara marocain plombe la diplomatie algérienne et envenime les relations entre Alger et Paris    Nadir Yata incarnait une formidable force militante    Tanger: localisation de deux mineurs objets d'un avis de recherche dans l'intérêt des familles    L'Ouganda et la Tanzanie se lient pour la construction d'un oléoduc    Ramadan 2021: voici les horaires de travail dans les administrations au Maroc    CDG Invest lance la 3ème promotion du programme 212Founders    France: stupeur et condamnation après des actes ciblant les musulmans à l'approche du Ramadan    Pyramids-Raja: les buts du match (VIDEO)    Liga : Bounou, En-Nesyri et Munir attendus face au Celta Vigo    Météo au Maroc: le temps qu'il fera ce lundi    Lois électorales : Feu vert de la Cour constitutionnelle    Selon le FMI, le Maroc sur une bonne trajectoire    Droits des sociétés : Les principales nouveautés    Tijara 2020 : La formation du capital humain, un véritable levier de développement    JSK-RSB (0-0) : Les Berkanais se compliquent la tâche    Malgré une perspective négative : Moody's maintient la note Ba1 pour le Maroc    Le ramadan, un mois de jeûne qui se prépare depuis plusieurs jours (Reportage)    Edito : Débat clos    Salé : Voici les lauréats du concours de sculpture métallique monumentale récompensés    Regain de tension dans le Donbass    Nora Iffa, une voyageuse engagée    Melehi et Chebaa à l'affiche    L'écriture poétique et l'esprit de l'amour… !    "L'Oiseau bleu " de Mouha Ouhdidou, Grand Prix du Festival national du court-métrage d'Oujda    Classement Forbes : deux Marocains parmi les milliardaires africains en 2021    Les Ligues régionales de football en réunion à Laâyoune : Les présidents pour un 3e mandat du président actuel de la FRMF    Agence Bayt Mal Alqods : les lauréats du concours "Les couleurs d'Al Aqsa" primés    L'Association marocaine des droits des victimes tient son assemblée générale constitutive    Le Maroc à l'OMC: La révolution contre les déchets plastiques aura-t-elle lieu ?    Covid-19/Maroc : Séance commune des deux chambres du parlement lundi    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La Russie, un marché difficile pour les exportateurs marocains
Publié dans Challenge le 11 - 12 - 2013

«En dépit des accords de partenariat existant entre le Maroc et la Russie, les échanges commerciaux entre les deux pays stagnent » L'offre marocaine peine à se faire une place sur ce marché.
«
Ce n'est pas tous les jours qu'on rencontre 42 chefs d'entreprise russes à Casablanca ». Cette assertion de Zahra Maafiri, directrice générale de Maroc Export, lors de son discours, lundi, au séminaire d'affaires maroco-russe tenu à Casablanca, illustre bien l'état actuel du partenariat économique entre Rabat et Moscou. En effet, le niveau des échanges commerciaux entre les deux pays est loin d'être satisfaisant. Seulement 2,5 milliards de dollars, dont 2 milliards à l'importation et quelque 600 millions à l'exportation en 2012. Cela va sans dire que l'offre marocaine, de façon générale, n'a pas encore trouvé ses lettres de noblesse sur le marché russe, en dépit des efforts consentis, dont notamment la signature d'un accord de partenariat stratégique en 2002, une ligne maritime directe Agadir Saint-Petersburg etc. «Le marché russe est un vaste marché. La Russie est un pays en pleine croissance économique, avec une classe moyenne qui developpe de nouveaux comportements de consommation. Le pays a récemment intégré l'OMC, il y a une restructuration de la politique commerciale extérieure en cours. Nous sommes donc face à un environnement nouveau. Cela veut dire que l'exportateur ou investisseur marocain doit être à l'âffut de l'information. C'est pour cette raison que le marché russe demeure aujourd'hui assez difficile. C'est un marché en perpétuelle mutation, avec de nouvelles règlementations », explique la directrice générale de Maroc Export.
Madina Kalimullina, représentant le Conseil des Muftis de la Russie et Hassan Sentissi, président du Conseil d'Affaires Maroco-Russe lors de la signature du mémorandum d'entente.
Impulser une nouvelle dynamique aux affaires
Son institution a, d'ailleurs, mené une offensive très remarquée sur le marché russe tout au long de cette année, à travers des missions BtoB entre entrepreneurs marocains et russes de divers secteurs, afin que l'offre marocaine soit mieux représentée sur ce marché lointain. Pour Said Maghraoui Hassani, directeur de la politique du commerce extérieur au ministère en charge de ce volet, la difficulté des hommes d'affaires marocains sur le marché russe est liée, avant tout, à la barrière culturelle qui existe entre les deux pays. « Il y a une entrave culturelle. Cela fait que ce marché représente un marché de niche lointain pour les entrepreneurs marocains. Les difficultés sont aussi liées au circuit de distribution qui sont des circuits particuliers en Russie, qui ne fonctionnent pas sur le même modèle de circuit de distribution en Europe ou dans les autres pays. L'exportateur marocain est donc contraint à faire des efforts supplémentaires pour connaitre ces circuits », confie-t-il. L'ambassadeur russe à Rabat, Valeriy Vorobiev, abonde dans le même sens, estimant qu'il y a un souci de communication entre les deux parties qu'il faudra dépasser. Pour le moment, les exportations marocaines vers la Russie sont dominées par les produits agroalimentaires, dont notamment les agrumes, de la farine de poisson et de la tomate. Mais, au vu du poids économique que la Russie a acquis ces dix dernières, et de son statut de membre du BRICS ( le bloc regroupant les économies émergentes Brésil, Russie, Inde, Chine et Afrique du sud), une diversification des échanges s'avère impérative. « Il faut diversifier l'agroalimentaire en incluant par exemple l'huile d'olive et d'argan. Le textile également doit faire partie de la liste. Aussi, devons-nous passer à des coopérations fructueuses dans le seceteur pharmaceutique, dans l'industrie chimique, dans les technologies de l'information, les pièces de rechanges d'automobiles. Il faut être beaucoup plus agressif sur ce marché », souligne Zahra Maafiri.
Equilibrer la balance commerciale
La présence d'entreprises russes au Maroc est faible, même si le Royaume représente le premier partenaire commercial de Moscou sur le plan africain et arabe. La Russie, quant à elle, est le huitième partenaire commercial du Maroc avec une contribution de l'ordre de 3,5% (à fin 2011) dans le total des échanges du Maroc, selon les statistiques de l'Office des changes. Rabat importe essentiellement du pétrole, du gaz et du souffre brut de Russie. Des deux côtés, on s'accorde, en toute évidence, à dire que le niveau actuel des échanges commerciaux ne réflète aucunement les potentialités qui existent. Le Maroc veut capter plus d'investissements russes, et la Russie est bien disposée à investir dans le Royaume. C'est d'ailleurs la raison principale de ce forum d'affaires maroco-russe à Casablanca. Une « mission séduction » pour la quarantaine d'entreprises russes, représentant les secteurs clés du tissu économique de la Russie. A travers les rencontres BtoB, soigneusement organisées par le Conseil d'affaires maroco-russe, les chefs d'entreprises russes ont su montrer leur intérêt et leur volonté de passer à une vitesse supérieure dans les relations d'affaires avec le Maroc. L'Association des exportateurs marocains (ASMEX) et Maroc Export ont d'ores et déjà annoncé un agenda 2014 assez enrichi en événements de promotion et de marketing (Salons, missions BtoB dans divers secteurs...) des produits marocains sur le marché russe, afin de renforcer la nouvelle dynamique.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.