Fête du trône : les vœux du roi Felipe VI d'Espagne    Fête du Trône : Plusieurs édifices emblématiques du Canada illuminés aux couleurs du drapeau marocain    Maroc: Le dirham s'apprécie de 0,20% face au dollar du 23 au 28 juillet (Bank Al-Maghrib)    Sa Majesté le Roi Mohammed VI reçoit le Wali de Bank Al-Maghrib    Youssoufia : Sessions de formation à partir du 02 août sur le rôle des coopératives dans l'économie sociale    Le Roi d'Espagne félicite SM le Roi à l'occasion de la Fête du Trône    France: plus de 200 mille manifestants conte le pass sanitaire    Fès: la salle omnisports 11 janvier transformée en centre de vaccination    Compteur coronavirus : 7.529 nouvelles infections, le nombre des cas actifs dépasse les 51.000 personnes    Maroc : la découverte d'un biface acheuléen jette une nouvelle lumière sur la préhistoire de l'Afrique du Nord    En Algérie, deux superstructures sécuritaires à couteaux tirés pour s'emparer des leviers du régime    JO 2020. Les Marocains El Guesse et Oussama qualifiés pour les demi-finales du 800 m    JO-2020: Le programme du dimanche 1er août    Maroc. Radisson Hotel Group ouvre quatre nouvelles plateformes hôtelières    Monétique: le CMI affiche des chiffres records pour le mois de juillet    Covid-19. Les vaccins, une voie à la fois sûre et fiable vers l'immunité    Liban : l'UE est prête à imposer des sanctions pour peser sur la formation d'un gouvernement    Elections : L'Istiqlal déterminé à renforcer la position des Chambres de Commerce, d'Industrie et des Services    Etats-Unis : les déclarations d'impôts de Trump doivent être transmises au Congrès    Libye : de retour, le fils de Kadhafi songe à se présenter à la présidentielle    Le Président du Parlement arabe salue les réalisations accomplies par le Maroc sous le leadership du Roi Mohammed VI    Levée des subventions sur le gaz butane, le sucre et la farine: ce qu'il en est vraiment    Finale de la Coupe du Trône de basketball (2020-2021) : Le FUS Rabat remporte le titre face au Kawkab Marrakech    Au sujet des paris sportifs... L'ITIA et la FRMT suspendent à vie Mohamed Hirs et 35 000 $ d'amende !    Conjoncture économique: les prévisions du HCP pour 2021 et 2022    Fête du trône : les vœux de Justin Trudeau    En Algérie, le scandale de faux comptes de désinformation liés au régime    Al Haouz: Fermeture d'un établissement hôtelier pour violation des mesures sanitaires    Covid-19 : Les objectifs de vaccination sont loin d'être atteints (OMS)    Maroc/Météo:Temps chaud, ce samedi 31 juillet    Pays-Bas : découverte d'un grand laboratoire de drogues de synthèse    Covid-19 au Maroc. Port du masque: les autorités serrent la vis    Le Maroc s'inscrit, conformément à ses priorités, dans une perspective diplomatique multilatérale (ambassadeur)    La sélection nationale de Breakdance se prépare à Ifrane au Championnat du monde    Tunisie : le président Kaïs Saïed confie le portefeuille de l'intérieur à Ridha Gharsallaoui    Tunisie : L'hôpital de campagne marocain à Manouba opérationnel    ONCF. De bonnes performances et une nouvelle feuille de route à l'horizon    JO 2020. Les Marocains El Bakkali et Tindouft qualifiés pour la finale du 3 000 m steeple    Slalom Kayak aux J.O de Tokyo : Le Marocain Mathis Saoudi perd en demi-finale    Basket-ball : La finale féminine de la Coupe du Trône reportée à cause de la Covid-19    "Allayla Sahratena": Une soirée spéciale fête du Trône, samedi à 21h45    Yassine Saibi, la musique dans la peau    Pegasus, médiatus, propagus    "Réduction des risques... le Manifeste" : un ouvrage qui décortique les urgences du monde en temps de pandémie    Lever de rideau sur le 22è Festival international de luth    Art contemporain : La Fondation nationale des musées met en avant la jeune scène artistique    "Nektachfou Bladna"-Replay: Visiter le Maroc autrement avec les artistes    Fête du Trône : «Nehzzo lwan dyialna !», l'appel pour exprimer la fierté du pays    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Les patrons de six grandes villes
Publié dans Challenge le 30 - 05 - 2009

Ils sont parfois hyper-médiatisés, quelquefois controversés, souvent admirés,
redoutés ou jalousés... Les maires sont aujourd'hui au coeur d'un dispositif
politico-administratif qui n'est pas toujours - loin s'en faut - une sinécure !
Omar Bahraoui
Maire de Rabat
Tout le monde veut
sa place
Le maire de Rabat connaît bien les collectivités locales, il en a été le Directeur au ministère de l'Intérieur pendant longtemps. Il quitte l'administration et se présente aux élections. Il ne vit pas de ses mandats électifs, sa fortune n'a rien à voir avec les émoluments des parlementaires, immobilier et agriculture sont ses domaines d'activité. En 2003, il a pris la mairie de Rabat à l'USFP. Depuis, il a fort à faire avec une opposition représentée par de hauts calibres et qui scrute ses faits et gestes. Il doit faire face aux candidatures de Oualalou, Chaâbi et Daoudi du PJD. Rien que du beau linge.
Mohamed Sajid
Maire de Casablanca
L'amour de la chose publique
«Corruption, incompétence, mafioso, il n'est jamais dit celui qui peut travailler pour l'intérêt général », c'est en ces termes que Mohamed Sajid décrit la perception qu'ont les gens des élus. Et puis, le maire de Casablanca et futur candidat dans l'une des nouvelles zones périphériques de la métropole, reconnaît qu'il « faut travailler énergiquement à la réhabilitation de la crédibilité de l'élu ». Et il donne même des pistes de solutions. Comme par exemple, l'organisation d'élections où les élus ne se représentent pas pour la énième fois, avec à leur passif des dossiers colossaux d'irrégularités et des faramineux rapports d'inspections. Des documents qui, selon Sagid, représentent une pile dans les tiroirs de l'autorité tant locale que centrale. La famille Sajid était connue tant dans l'industrie, le commerce que l'industrie dès l'après-indépendance. Le père fortuné était aussi connu comme mécène. Une plaque rappelle que c'est lui qui a offert le terrain sur lequel est bâtie l'école américaine à Casablanca sur la base qu'elle soit ouverte aux nationaux. Mohamed Sajid et ses frères sont toujours en association. Ils ont plusieurs sociétés dans le textile, la plus connue étant « Mazafil », mais bien d'autres activités. Sajid s'est présenté pour la première fois dans son patelin d'origine en 1993. Elu triomphalement, il a beaucoup fait pour les équipements dans sa circonscription. En 2003, il devient maire de Casablanca à la tête d'une coalition très hétéroclite. Sa gestion est diversement appréciée. Il brigue un nouveau mandat et devra se préparer à une belle bataille.
Omar JAZOULI
Maire de Marrakech
L'homme
des polémiques
«Je ne suis pas homosexuel, je suis connu comme étant un homme intègre », c'est l'une des dernières déclarations du maire de Marrakech, à l'un de nos confères de la presse, en réponse à des attaques dont il fut victime. Membre de l'Union Constitutionnelle (UC) depuis toujours, on l'a toujours dit soutenu par le défunt Abdellatif Semlali dans sa carrière. C'est en 2003 qu'il accède au poste de maire de la ville ocre. Et c'est tout de suite après qu'il se retrouve dans la mélasse. Une affaire judiciaire l'oppose à l'usefpéiste Mohamed Lakhssassi, mettant en cause le financement de sa campagne. Il aurait voulu payer sa campagne promotionnelle sur le budget de la ville. Cette affaire aurait été déclenchée avant les élections communales. Après avoir été condamné en première instance, à trois mois de prison ferme et à 5.000 DH d'astreinte pécuniaire, le plaignant a été débouté en cour d'appel qui a cassé le jugement du TPI.
Tariq KabbaJ Maire d'Agadir
Le soussi d'adoption
Il n'y a pas un seul gadiri pour contester la « soussitude » de la famille Kabbaj. Pourtant, c'est son engagement dans la lutte pour l'indépendance qui a amené le père à s'installer dans la région. Adopté, il y a réussi et a développé ses affaires essentiellement dans l'agriculture. Son amitié avec feu Bouabid le pousse à se présenter en 1977 sous les couleurs de l'USFP. Et son expérience de militant refait surface, lorsqu'il tient à préciser que : « durant des années, l'Etat a détruit les élites et combattu les élus qui se battaient pour les pauvres et le développement économique». C'est l'une des raisons qu'il donne pour tenter d'expliquer le malaise que connaît la population vis-à-vis des élus. Il présente la machine. Et l'exemple qu'il énonce est révélateur de la difficulté de travailler selon les techniques modernes du management. Il répond à ceux désirant du concret et que du concret, qu'une fois un budget voté, le problème du financement reste toujours posé. Il faut alors attendre 5 mois pour le déclenchement des fonds. Ceci dit pour la vie quotidienne. Le fils Tariq est Tihadi depuis toujours. Il est membre du premier Bureau National de la Chabiba Ittihadia. Homme d'affaires avisé, il a développé, en association avec son frère, ses activités agricoles, industrielles, et immobilières. Ses fermes sont citées en exemple, il respecte les normes les plus avancées en matière d'environnement. Il se fait un point d'honneur à respecter la législation sociale. Il fait mieux, une fondation Kabbaj offre des crèches et des cours aux enfants des femmes employées dans les fermes. Il est maire d'Agadir depuis 2003 et se représente à sa propre succession. La concurrence sera rude, d'autant plus qu'il a « cassé » l'alliance avec le RNI, par souci de défense des derniers publics, dans une affaire d'autorisations de construire. Ce soussi d'adoption, élevé à la dure, est sans concession.
Dahmen DERHEM Maire de Tanger
Le sudiste du Nord
Ce député-maire de la ville du Détroit est natif de Goulmime et industriel de profession. Il a hérité du don du commerce, de son père qui faisait transiter ses caravanes de Tanger à Tombouctou. Sa famille demeure l'une des plus grandes des provinces du sud du Maroc. De 1983 à 1992, il est élu président du conseil municipal de Tanger, puis jusqu'en 1997, il est conseiller à la commune urbaine de Charf, dans la même ville. C'est un 12 octobre 2003 qu'il devient maire. Et lors du scrutin du 8 septembre 2006, il siège à la deuxième chambre des Conseillers.
Hamid CHABAT
Maire de Fès
Le «puschiste»
Depuis qu'il a brigué le siège de maire de la ville de Fès en 2003, sous l'étiquette istiqlalienne, il n'arrête pas de faire l'actualité. Sa dernière sortie est celle qui a ébranlé la Koutla sur l'affaire Ben Barka, traitant les magistrats de la cour des comptes de « terroristes ». Et c'est également lui qui récupère le poste historique de secrétaire général de l'Union Générale des Travailleurs du Maroc (UGTM), détrônant dans un premier temps le mastodonte Abderrazak Afilal. Puis c'est au tour de Mohamed Benjelloun Andalousi de lui céder le siège. Et c'est définitivement qu'il prend l'appellation de « puschiste ». Cet enfant de Taza a démarré dans la vie active en tant qu'ouvrier dans une usine de montage de motocyclettes à Fès. Chose qu'il a démentie des années plus tard. w


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.