Pose de la première pierre du nouveau consulat général US à Casablanca    Stef Blok : Les actions du Maroc sont une réaction au blocage d'El Guerguarat par le Polisario    Le Conseil de gouvernement adopte deux projets de décret relatifs à la promulgation de mesures exceptionnelles au profit de certains employeurs adhérents à la CNSS    Mariage de raison    « Vaccination obligatoire au Maroc ». LCI l'a décidé    PLF 2021 : le refus des amendements agite les groupes parlementaires    AWB sacrée Meilleure banque marocaine pour la 9ème fois    Vente de médicaments en ligne, fin de l'anarchie    L'action humanitaire du Maroc reconnue à travers son élection au Conseil d'administration du PAM    Evolution du coronavirus au Maroc : 3996 nouveaux cas, 372.620 au total, vendredi 4 décembre à 18 heures    Dr Moncef Slaoui : « Nous aurons assez de doses pour vacciner la totalité du monde d'ici la première moitié de 2022 » [Vidéo]    "Au Nom des miens " , une exposition de Hassan Bourkia    Parution du recueil poétique "Marrakech : Lieux de passage " d'Ahmed Islah    Les festivals artistiques virtuels, un excellent remède pour garder vive la flamme avec le public    Covid-19 : le Maroc, désormais, parmi les pays à taux de contamination modéré    L'ONEE désigné une nouvelle fois centre collaborateur de l'OMS    Unesco. Le Maroc soutient Audrey Azoulay pour un second mandat    Fès: décès du premier proviseur marocain du lycée Moulay Driss    Porté disparu à Midelt, un technicien de 2M retrouvé sain et sauf    Institut Cervantes : Le cycle du cinéma "Courts-métrages au féminin" en ligne du 7 au 30 décembre    Automobile: les ventes du neuf en baisse    Covid-19 : ce que l'on sait sur le vaccin qui sera administré au Maroc    CGEM-DGI : vers une réduction des litiges entre l'Administration et les entreprises    L'Intérieur dénonce les déclarations irresponsables visant des institutions sécuritaires nationales    Une enveloppe de 400 millions de dollars pour une riposte sociale à la Covid    Tout ce qu'il faut savoir sur la nouvelle cellule terroriste démantelée par le BCIJ à Tétouan (vidéos)    Le tourisme balnéaire au cœur du plan de relance du secteur à Dakhla Oued Eddahab    Décès de Aziz Abdelaziz Aïouch, 1er proviseur marocain du lycée Moulay Driss de Fès    Casablanca: décès suspect dans une clinique privée, la famille dénonce    Sahara marocain : ARTE dévoile au grand jour les fake news du « polisario »    Le film marocain «Much Loved» bientôt sur Netflix !    Personnes en situation de handicap : l'accès à l'éducation et l'intégration professionnelle au centre de deux conventions interministérielles    La rappeuse marocaine « Khtek » parmi les 100 femmes influentes dans le monde    Une nouvelle cellule terroriste démantelée à Tétouan    Coup de filet du BCIJ: démantèlement d'une cellule terroriste à Tétouan    La directrice de la comm' de la Maison Blanche jette l'éponge    Exclusif – Premières révélations sur l'opération anti-terroriste en cours à Tétouan (vidéo)    ONU : Le cannabis sort de la liste des drogues les plus dangereuses    Le Hassania d'Agadir tient ses AG le 15 décembre    Les prémices d' une saison prometteuse pour le CAYB    Décès de Mohammed Abarhoune    Ligue des champions : Paris revient, Chelsea déroule    Le Wydad fin prêt pour la reprise de la Botola    Le sport national en deuil : Saïd Bouhajeb n'est plus de ce monde !    Le Groupe arabe salue les efforts inlassables de SM le Roi pour la défense d'Al-Qods    Messaoud Bouhcine: «Les arts vivants sont en crise»    LOI DE FINANCES 2021 : UN BUDGET DE CONVALESCENCE    16 cas testés positifs au sein du MAS à la veille de la nouvelle saison : "Jouer football mais penser Covid-19 " !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





«L'effort enregistré en amont du secteur n'a pas été poursuivi en aval»
Publié dans Challenge le 19 - 07 - 2016

Le Président de la FISA met la lumière sur la stratégie de la Fédération et fait le bilan en chiffres des réalisations dans le cadre de la feuille de route de la filière.
Pourriez-vous nous brosser brièvement un tableau sur le poids du secteur avicole au sein de l'économie nationale ?
Le secteur avicole joue un rôle socio-économique important dans l'économie nationale. Il assure la totalité des besoins du pays en viandes de volailles et en œufs de consommation. En 2015, la consommation moyenne par habitant et par an a atteint près de 19 kg de viandes de volailles et 170 œufs, assurant environ 38% des protéines d'origine animale dans la ration alimentaire du consommateur marocain. Les investissements cumulés dans le secteur ont avoisiné les 11 milliards de DH, le chiffre d'affaires s'est élevé à 29,6 milliards.Le secteur offre 136 000 emplois directs dans les unités de production et 310 000 emplois indirects dans les circuits de commercialisation et de distribution des produits avicoles.
Quelles évaluations faites-vous aujourd'hui des contrats-programmes du secteur ainsi que de l'application de la loi N° 49-99 et son décret d'application ?
Le premier contrat-programme signé en avril 2008 entre le gouvernement et la Fédération Interprofessionnelle du Secteur Avicole (FISA), pour la période 2009-2013 a été marqué dans une grande mesure par la mise à niveau technique et sanitaire des unités avicoles. Pour ce qui est des objectifs quantitatifs du contrat-programme 2009-2013, ces derniers ont été atteints et même dépassés dès 2010 pour la filière viande de volaille et étaient très avancés pour la filière œufs de consommation.
Cette réalisation avant terme du premier contrat programme a conduit à la signature d'un deuxième contrat programme en avril 2011, pour la période 2011-2020 en vue de définir de nouveaux objectifs socio-économiques en phase avec les objectifs du Plan Maroc Vert en orientant les investissements vers la modernisation des unités d'élevages et de commercialisation des produits avicoles, au développement des modèles d'agrégation autour des abattoirs avicoles et des centres de conditionnement d'œufs de consommation et à la promotion de l'exportation des produits avicoles
L'ensemble de ces activités sont actuellement à un stade d'avancement conforme par rapport aux prévisions du contrat-programme.
Depuis la mise en œuvre de la loi 49/99 et ses textes d'application en avril 2007, une avancée importante dans la mise à niveau technique et sanitaire des élevages avicoles a été enregistrée. En effet depuis cette date, seules les fermes d'élevages répondant aux normes et dispositions réglementaires sont autorisées à exercer l'activité d'élevage avicole. Actuellement, plus de 8000 fermes d'élevage sont autorisées par les services de l'Office National de la Sécurité Sanitaire des Produits Alimentaires –ONSSA.
Cependant, l'effort enregistré en amont du secteur n'a pas été poursuivi au niveau de l'aval du secteur en ce qui concerne la commercialisation, l'abattage et la distribution des produits avicoles. Les abattoirs ne représentent que 10 % de l'abattage global du poulet de chair. En effet, le marché reste dominé par les tueries artisanales dites Ryachat. Je tiens à préciser qu'il existe un CPS pour la mise à niveau de ces tueries en unités d'abattage de proximité pour les particuliers et dont la réhabilitation ne coûterait que quelques milliers de dirhams par unité.
Les cageots en bois utilisés pour le transport des volailles, ne se prêtant pas au lavage et à la désinfection, ont été interdits par la loi 49-99 pour limiter la contamination entre les élevages avicoles. Ces cageots en bois devaient être remplacés par des cageots métalliques ou en plastique. A la date d'aujourd'hui, nous ne comprenons pas pourquoi cette disposition qui a été appliquée dans pratiquement toutes les villes du pays n'a pas pu être mise en œuvre à Casablanca et ce, malgré nos multiples interventions auprès des autorités concernées!
Apparemment, la grippe aviaire a eu des effets dévastateurs en occasionnant des pertes colossales chez certains opérateurs. Pourriez-vous nous fournir quelques données sur les impacts de ce virus ?
Suite à l'apparition pour la première fois au Maroc en fin janvier 2016 de l'Influenza Aviaire Faiblement Pathogène du sous-type H9N2, donc sans obligation de déclaration auprès de l'OMS, le secteur avicole a subi des dégâts considérables matérialisés par des mortalités plus au moins importantes au niveau des élevages de volailles, mais surtout par des chutes importantes du taux de ponte au niveau du cheptel reproducteur et des élevages de poules pondeuses.
La FISA et le ministère de l'Agriculture et de la Pêche Maritime ont déployé des efforts considérables pour surmonter cette crise. Ainsi, l'impact de ce virus a été cerné d'une manière rapide et efficace suite à la réaction et l'intervention rapide de l'ONSSA qui, en étroite collaboration et concertation avec la FISA, a mis en place un plan de contrôle basé sur le renforcement des barrières sanitaires au niveau des élevages avicoles et sur une stratégie de vaccination des volailles.
En lien avec cette question et c'est un sujet de préoccupation pour le consommateur, cette tendance continue de la flambée des prix des viandes de volaille et des œufs. N'est-ce pas une situation anormale compte tenu de la fin d'un cycle mettant fin au virus de la grippe aviaire ? Quelles explications donnez-vous à cet état de fait ?
Il faut savoir que depuis quelques semaines et suite au redressement progressif de la production nationale du poulet de chair et d'œufs de consommation, les prix à la ferme ont enregistré des baisses importantes. En effet, le prix du poulet de chair qui avait dépassé les 20 Dh/kg vif à la ferme se négocie actuellement entre 14 et 15 DH. De même, pour l'œuf de consommation, les prix ont diminué de 1,30 DH/unité à la ferme à près de 1 DH. Le problème est que la baisse de prix à la ferme ne profite pas rapidement et entièrement au consommateur. En effet, le marché de la distribution reste dominé par le rôle actif des intermédiaires qui ne répercutent pas forcément les baisses de prix enregistrées à la ferme.
Quelles actions de communication entreprend votre Fédération pour la promotion de la consommation des viandes de volaille ?
Pour la promotion de la consommation des produits avicoles, la FISA mène régulièrement des campagnes médiatiques de communication au profit du grand public. Je pense que tout le monde garde en mémoire la journée de dégustation organisée le 09 Avril 2016 et qui a connu le soutien des ministres Akhannouch et Louardi, de personnalités du monde sportif, acteurs, …..
Pour ce faire, la FISA établit des conventions de partenariats avec des professionnels culinaires de renom tels que Choumicha et Chef El Hadi, ainsi qu'avec des nutritionnistes. Ces partenariats ont pour objectifs d'élaborer des supports de communication pour la promotion de la consommation des produits avicoles qui sont utilisés pour la production de messages radios, spots TV, flyers, guides culinaires, dépliants,...
Ces actions nécessiteront la mobilisation d'un financement d'un montant de 4 millions de dirhams par an.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.