Les Emirats Arabes Unis ouvrent un consulat à Laâyoune    Volleyball: le message du roi Mohammed VI à Bouchra Hajij    Covid-19 : une étude britannique fait état d'une diminution rapide de l'immunité acquise chez les malades asymptomatiques    PLF 2021: l'opposition déplore « un manque d'audace »    Banques participatives: 7,7 MMDH de financements accordés à fin juin 2020    Un autre pays africain ouvre son consulat à Laâyoune    Prison de Tiflet: le chef de la cellule terroriste démantelée à Témara commet un meurtre    Crimes et violence au Maroc: 220.000 arrestations en 2020    FC Barcelone: Josep Maria Bartomeu démissionne    Le président de la FIFA testé positif au covid-19    Tourisme: quelle est la perception générale de la destination Maroc ? (Etude)    3988 nouveaux cas au Maroc: la répartition par régions    Aïd Al Mawlid: contrôles renforcés à Tanger    Magazine : F.C. Séville et Atalanta Bergame, deux clubs qui donnent des leçons gratuites    Ce que l'on sait sur l'assassinat d'un gardien de prison par «Moul triporteur»    Football : La Renaissance Sportive de Berkane sur le toit de l'Afrique    Le Maroc plaide à l'ONU pour un système multilatéral renouvelé et plus équitable    Habib El Malki reçoit son homologue libyen    Les fondements psychologiques de l'incorrection de Trump lors des débats présidentiels    Sektioui, brillante transition de la pelouse au banc    Bouchra Hajij élue présidente de la CAVB    Hausse de l' encours global des avoirs conservés par Maroclear en 2019    Maroc Telecom, "Top Performer RSE" pour la 7ème fois consécutive    Le Conseil supérieur des oulémas dénonce toute forme d'atteinte à la sacralité des religions    Journée du patrimoine audiovisuel, une "fenêtre sur le monde " au temps de la Covid19    Les révélations inattendues de Lara Fabian    "Eclat d' amour et des amours confinées " , nouveau recueil de Bouchra Fadel    Coronavirus au Maroc : le bilan bimensuel du ministère de la Santé    Intox au sujet de la forêt de Bouskoura : Les précisions du département des Eaux et Forêts    US Round Up du mardi 27 octobre – Elections américaines, Wall Street, La juge ACB, le Dakota du Sud    « Finding Agnes ». Le Maroc inspire les réalisateurs étrangers    Les signatures et approbation des marchés déléguées aux directeurs régionaux    Un 5ème Sela Park pour Aradei Capital    Port du masque : les autorités locales donnent des chiffres    Ce facteur augmenterait le risque de mourir du Covid-19    Dans un communiqué conjoint du PPS, PI et PAM    L'UEM annonce la tenue de son prochain congrès    La semaine mondiale de l'entrepreneuriat en sa 2è édition    Najlae Benmbarek: directrice de la diplomatie publique    Chili: La troisième mort de Pinochet    Khalid Ait Taleb : « Le taux d'occupation des lits dans les services de réanimation est passé de 5% au début de la pandémie à 31,3% aujourd'hui »    Hier, l'avenir était meilleur !    La vie est belle dans les yeux d'un homme qui aime le cinéma    Caricatures du prophète : Le « Conseil des sages musulmans » veut poursuivre Charlie Hebdo en justice    "La démondialisation", thème de la 9e édition des Dialogues Stratégiques    Aquaculture Coopération maroco-espagnole pour lancer des projets au niveau du littoral nord    Conférence : L'Afrique dans la pensée de Feu SM Hassan II sous le feu des projecteurs    « La Maroc artistique » vu par Bank Al-Maghrib    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Outsourcia : «La dynamique entrepreneuriale est un levier majeur de création de valeur dans les pays du Sud»
Publié dans Finances news le 23 - 12 - 2011

■ Outsourcia a récemment été classé 29ème au N.Africa Fast Growth 50 et 150ème à l'Arabia 500 pour ses performances en terme de croissance.
■ Eclairage de Youssef Chraïbi, Directeur général d'Outsourcia sur les performances de l'entreprise au cours des 3 dernières années.
✔ Finances News Hebdo : Que représente pour la société Outsourcia cette
classification ?
✔ Youssef Chraïbi : Nous saluons d'abord l'initiative de la création de ce classement valorisant les entreprises arabes à plus forte croissance, réalisée par Allword Network, organisation déjà reconnue pour l'établissement de classements similaires dans les régions du Sud.
Je suis convaincu que la dynamique entrepreneuriale est un levier majeur de création de valeur dans les pays du Sud. Cette rencontre, première du genre, a regroupé à Istanbul 500 entrepreneurs arabes et turcs qui ont pu partager leur expérience entrepreneuriale et favoriser ainsi la collaboration Sud-Sud. Nous sommes, bien entendu, ravis que Outsourcia puisse faire partie de ce classement, (pour information, Outsourcia a été classé 29ème au N.Africa Fast Growth 50 et 150ème à l'Arabia 500) et nous sommes convaincus de l'importance de faire émerger des champions nationaux dans cette région.
✔ F.N.H. : Comment expliquez-vous cette performance de croissance de votre groupe qui vous a permis d'atteindre ce classement ?
✔ Y. Ch. : Le classement de Allword a été établi selon 3 critères audités sur les 3 dernières années : la croissance du CA, le nombre d'emplois créés et la part des revenus à l'export.
Sur la base de ces critères, Outsourcia a enregistré de belles performances ces dernières années : une croissance forte de l'ordre de 40% en moyenne depuis son démarrage, la création de plus de 400 emplois ces
3 dernières années et la réalisation de plus de 85% de son chiffre d'affaires à l'export.
✔ F.N.H. : Le secteur des centres d'appels, activité «offshoring» par excellence, s'est développé d'une manière remarquable au cours des dernières années ; quelle est la marge de progression possible de ce secteur à moyen et long terme ?
✔ Y. Ch. : L'année 2010 a été exceptionnelle en termes de croissance (+20%) et création d'emplois (2011). Le premier semestre 2011 confirme cette tendance avec une forte croissance des sociétés leaders sur le marché. Je reste très confiant sur le potentiel de croissance de ce secteur, étant donné l'engouement croissant des entreprises pour l'outsourcing de fonction de services de façon générale, et pour l'offshoring, en particulier qui offre des modèles économiques attractifs. Le Maroc, étant positionné comme destination leader de l'offshoring francophone, devrait conserver ce rang compte tenu de ses atouts structurels et également de son positionnement sur des prestations à forte valeur, le protégeant d'une concurrence sur les prix, notamment des destinations d'Afrique subsaharienne
✔ F.N.H. : Qu'en est-il de la main-
d'œuvre ? Est-ce que le Maroc dispose de compétences qualifiées pour faire face à la concurrence internationale et attirer d'avantage d'investisseurs?
✔ Y. Ch. : Notre main-d'œuvre est à la fois notre principal atout mais peut également constituer le principal frein à un développement encore plus massif de cette activité. En effet, compte tenu de la croissance organique importante des acteurs déjà installés, nous ressentons, non pas une pénurie mais une tension croissante sur le marché de l'emploi, impactant les délais de recrutement. Cela est lié avant tout aux compétences linguistiques et comportementales qui s'avèrent être insuffisantes compte tenu du niveau d'exigence de nos donneurs d'ordre. Afin d'y remédier partiellement, nous avons mis en place au niveau de l'AMRC, en partenariat avec l'ANAPEC, un programme d'urgence de mise à niveau en français, qui a déjà permis de former gratuitement plus de 700 personnes. Il convient à présent d'affiner et d'intensifier ce programme pilote.
✔ F.N.H. : Quels sont les défis relevés pour atteindre encore plus de performances et les perspectives d'extension d'Outsourcia à moyen et long terme ?
✔ Y. Ch. : Notre ambition première est de tenter de maintenir un rythme de croissance élevé et de poursuivre notre diversification sectorielle et géographique, afin de contribuer à l'émergence de champions nationaux, dans un métier (l'offshoring), encore largement dominé par des acteurs étrangers. Pour nous, cela passe aussi par une présence plus importante en France. Nous avons ainsi fait une acquisition d'une société française et avons par ailleurs ouvert un nouveau centre d'appels en France, où nous employons désormais 250 personnes, en plus des 500 au Maroc. Car nous pensons que, paradoxalement, la meilleure façon de développer l'offshore et de créer des emplois dans la région, est d'avoir une bonne implantation onshore, afin de sécuriser nos marchés et maîtriser les arbitrages en terme de localisation. ■
Propos recueillis par L.Boumahrou


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.