Bras de fer autour de Mellilia    La HACA sévit contre les dérapages : Carton rouge pour Radio Mars    Projet de loi organique sur la grève. L'impasse !    Procédure pénale. Aujjar livre sa copie    Sacré Maroc (12)    Habib El Malki invité à participer à la réunion de l'Assemblée parlementaire du Commonwealth    Le premier vice-président de la Chambre des conseillers décoré    Le Maroc primé à Libreville pour ses efforts en faveur de l'autonomisation de la femme    Maroc : 74% des ménages équipés en accès internet    Compact II : La CGEM et le MCA-Morocco main dans la main    Enquête L'Economiste-Sunergia/Petits équipements collectifs: Les chiffres montrent une nouvelle piste pour l'inclusion    Trésor: 4,6 milliards de DH de dividendes à fin juin    Al Omrane et le CNRST s'allient pour promouvoir la recherche en matière d'habitat    Commission des investissements : 9 projets à l'étude pour 5 MMDH    Hausse historique de 26,54% :Transport aérien : Plus de deux millions de passagers en juin    Les aviculteurs font leur bilan dans le cadre du Plan Maroc Vert    Trump se défend de tout racisme, silence des leaders républicains    Ursula von der Leyen verdit son discours pour convaincre le Parlement européen    La géopolitique du Maroc dans un nouvel ordre mondial en crise    L'Egypte expulse des supporters algériens après la demi-finale de la CAN    Au moins 180 morts de la mousson en Asie du Sud    Une délégation d'éminents hommes d'affaires africains en visite au Maroc    PSA augmente de 4,7% sa part de marché au Maroc    France. 282 personnes interpellées après la victoire de l'Algérie    L'organisation des Jeux Africains est un défi pour le Maroc, dixit Talbi Alami    Achraf Bencherki rejoint le Zamalek    La décision du TAS avant la fin du mois en cours    La FRMF dément la démission de Hervé Renard    Karaté. Le Maroc champion d'Afrique    L'Algérie mobilise 28 avions pour la finale    Un ancien footballeur sud-africain tué par balles    Football marocain : Les vraies questions à poser sur ce sport-passion    La loi-cadre de l'enseignement adoptée en commission parlementaire    Des braqueurs de camions sous les verrous    La plage Ba Kassem à Tanger hisse le Pavillon bleu pour la septième année consécutive    Lutte contre le sida en 2018: Ombres et lumière    Enquête L'Economiste-Sunergia/Petits équipements collectifs: A 33 contre 28, les jeux arrivent devant les espaces verts    Résultats du Bac: Nouveau record!    Le Groupe scolaire Jacques Chirac homologué    Rendez-vous, ce soir, avec l'éclipse lunaire    Fès : Plaidoyer pour la promotion de la diversité culturelle    Il était une fois Hassan Megri    L'actrice Lashana Lynch va devenir l'agent 007 mais James Bond reste un homme    De l'urgence d'un plan «Maroc Culture»    The «Morocco Corner» s'invite chez les Vikings    Vers la création d'une Caisse sociale pour les auteurs    Farid Chamekh : "Il faut s'inspirer de tout, sans plagier bien sûr"    Le Maroc, invité d'honneur de la Foire internationale du livre de Bruxelles    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





AMST : «Nous préconisons la réalisation d'une étude géologique avant le lancement de tout projet d'infrastructure»
Publié dans Finances news le 19 - 07 - 2012

L'intervention des sciences de la terre reste limitée à l'enseignement de la recherche scientifique et à l'exploration et la valorisation minière et pétrolière.
Pour les grands chantiers d'infrastructures, l'utilisation des sciences de la terre devrait être systématisée, notamment en amont pour servir de soubassement aux analyses géotechniques.
Abdellah Mouttaqi, président de l'Association Marocaine des Sciences de la Terre, détaille les actions phares retenues lors de la conférence-débat, en vue d'une implication efficiente des sciences de la terre dans le développement des régions.
- Finances News Hebdo : Est-ce qu'on peut dire qu'actuellement le recours aux sciences de la Terre reste limité au Maroc, notamment dans les grands chantiers d'infrastructures ?
- Abdellah Mouttaqi : Le constat que nous pouvons faire aujourd'hui est que l'intervention des sciences de la Terre reste limitée à deux domaines que je pourrais qualifier de traditionnels : d'une part, celui de l'enseignement et de la recherche scientifique et, d'autre part, celui de l'exploration et de la valorisation minière et pétrolière. Nous travaillons au niveau de notre association pour que les sciences de la Terre s'ouvrent davantage sur la société et couvrent d'autres champs de développement comme l'aménagement du territoire, la question de l'eau sous-terraine, le géotourisme et les problématiques des sols, l'environnement et des risques naturels voire celui de la géologie médicale. Pour les grands chantiers d'infrastructures, je propose que l'utilisation des sciences de la Terre soit systématisée, notamment en amont pour servir de soubassement aux analyses géotechniques. En effet, si ces dernières se basent sur les paramètres physiques des terrains, les sciences de la Terre vont, quant à elles, permettre d'avoir une vision plus large sur le dimensionnement en amont du projet, car elles vont préciser la structure globale du site, avec ses lithologies, ses zones de faiblesse (fractures, failles...), ses plissements ainsi que les relations géométriques entre les différents corps géologiques identifiés. La compréhension de la structuration géologique permettra donc de s'assurer de la qualité du site et de ses faiblesses et, en filigrane, de mieux paramétrer l'agencement des travaux. Nous préconisons donc la réalisation d'une étude géologique détaillée avant le lancement de tout projet d'infrastructure afin de quantifier le risque géologique aussi bien lors du déroulement des travaux que durant la vie de l'ouvrage.
- F. N .H. : Comment les géologues peuvent-il agir sur les politiques et les stratégies de développement de la région?
- A. M. : Le modèle que nous proposons pour agir sur les stratégies de développement de la région se base sur la combinaison de deux approches ; d'abord, selon une approche participative avec tous les départements et les intervenants dans la gestion de la chose régionale et, ensuite, sur le croisement entre les différents champs d'intervention du géologue et les spécificités de chaque région comme son contexte géologique, ses ressources naturelles et ses besoins en termes d'infrastructures. Je souligne que selon cette approche, le métier de géologue est pris dans sa dimension la plus large et qui couvre, certes à des degrés différents, des thématiques variées comme la recherche minière et pétrolière, la qualité de l'eau sous-terraine, l'environnement, le géotourisme, la géothermie, les risques naturels, l'aménagement du territoire et la géologie médicale.
Dans ce volet, notre objectif, comme il a été adopté lors des travaux de notre conférence-débat, peut se décliner en trois actions :
• réussir à intégrer la reconnaissance géologique comme composante de base pour le développement régional et affecter un géologue pour superviser et optimiser la réalisation des projets ;
• élaborer pour chaque région une matrice basée à la fois sur ses spécificités thématiques et sur les différentes facettes du métier du géologue ;
• présenter cette matrice au niveau des régions pour choix et validation des axes de développement.
- F. N .H. : Aujourd'hui, quelles sont les potentialités minières par région que seuls les géologues peuvent mettre à contribution ?
- A. M. : La recherche minière constitue un champ d'activité traditionnel pour les géologues ; les travaux démarrent par la reconnaissance générale pour aboutir, si les résultats sont concluants, à une estimation des réserves qui pourrait passer à une mise en exploitation si l'étude de faisabilité confirme la rentabilité économique du projet.
Le Maroc se caractérise par une géologie très diversifiée et très productive ; c'est un pays à longue tradition minière avec certaines découvertes qui remontent au Moyen-âge. Les travaux d'exploration menés depuis le début du siècle dernier ont permis de mettre en évidence de nombreuses concentrations de substances très variées de métaux précieux, de métaux de base et substances énergétiques et de roches et minéraux industriels. La présence de telle ou telle substance ainsi que les types de gisements sont fonction du contexte et de l'histoire géologiques. Les potentialités minières pour chaque région sont synthétisées ci-dessous ; seules les substances en exploitation sont données en italique alors que les autres, elles, font l'objet de travaux de recherche et/ou de développement :
• Oued Eddahab- Lagouira : Zr, Si, Nb, Ta, Terres rares, Fe, U, Mo.
• Laayoune-Boujdour – Sakia El Hamra: Phosphates, Fe ; argiles, sel, schistes bitumineux.
Guelmim Es- Smara : Au, Ag, Pb, Zn, Cu, Zr, Ti, U, Fe, argiles, feldspaths.
• Gharb-Chrarda-Beni Hssen : sel, argiles.
• Chaouia-Ouardigha : Phosphates, potasse, sel, argiles, Fe, schistes bitumineux
Marrakech – Tansift – El Haouz : S, Ag, Pb, Zn, Au, Cu, talc, barytine, U, W, Mo, phosphates, graphite, andalousite, wollastonite, argiles, cipolin, sel.
• Souss – Massa- Daraa : Au, Ag, Pb, Zn, Au, Cu, talc, barytine, U, Mo, argiles, cipolin, marbre, oligiste, Fe, Co, Mn, feldspaths, schistes bitumineux.
• Oriental : Mn, Cu, barytine, Au, Zn, Pb, W, Fe, Cu, fluorine, dolomies industrielles, argiles réfractaires, charbon, bentonites, diatomite, perlite.
Rabat-Salé-Zemmour – Zaer : Sn, fluorine, Sb, W, potasse, feldspaths, kaolin, micas, dolomies industrielles.
• Doukkala – Abda : barytine, Pb, Zn, Cu, Gypse, sel.
• Tadla Azilal : Pb, Zn, Ni, Cu, barytine.
Meknès-Tafilalt : Sn, Au, Pb, Ag, Zn, fluorine, Fe, barytine, Sb, diatomite, TR, U, polymétallique.
Fès – Boulmane : Zn, Pb, lignite, calcite, schistes bitumineux.
Taza-Al Hoceima-Taounate : Zn, Pb, Sb, Au, argiles fibreuses, sel, barytine.
TangerTétouan : Zn, Pb, Sb, magnésite, sables siliceux, sel, schistes bitumineux.
Il est important de souligner qu'en raison de la longue tradition minière de notre pays, la majorité des indices affleurant ont été découverts ; l'exploration minière se trouve donc confrontée au défi de la recherche de gisements cachés et de plus en plus profonds, ce qui nécessite l'utilisation de géotechnologies de plus en plus sophistiquées.
- F. N .H. : Dans cette nouvelle ambition de positionnement, quel rôle peut jouer l'AMST ?
- A. M. : L'AMST a été créée suite à la volonté de chercheurs géologues désireux de disposer d'un espace d'échange pour la promotion des sciences de la Terre et de leurs techniques. Dans cette nouvelle ambition de positionnement, l'AMST va agir sur plusieurs niveaux sans cependant se substituer aux instances institutionnelles; d'abord elle va continuer œuvrer pour que les sciences de la Terre s'ouvrent davantage sur la société, ensuite pour contribuer à la valorisation du métier du géologue en élargissant de manière factuelle son champ d'activité, au-delà des secteurs traditionnels (mines-hydrocarbures et enseignement) et enfin jouer le rôle d'interface avec toutes les parties prenantes dans la gestion de la chose régionale, afin de permettre aux sciences de la Terre de jouer pleinement leur rôle dans le développement régional.
- F. N .H. : Est-ce que la formation suit ce développement dans la conception et de positionnement du métier ?
- A. M. : De manière générale, dans le domaine des sciences de la Terre, nos universités, écoles et instituts dispensent des formations d'un bon niveau et nos chercheurs sont reconnus à l'échelle internationale par la qualité et la pertinence de leurs travaux de recherche et le niveau élevé de leurs publications. Cependant, tenant compte de cette nouvelle ambition de repositionner les sciences de la Terre comme vecteur du développement régional, je pense que même s'il faut continuer à soutenir les formations de base pour accéder à une donnée de qualité qu'il faudrait par la suite traiter en utilisant des techniques performantes, notre pays y gagnerait si on adopte une nouvelle vision qui élargit davantage le référentiel de formation en couvrant toutes les facettes du métier de géologue dans sa définition plurielle et en impliquant les acteurs économiques pour intégrer des spécialités touchant au développement régional et introduire quelques modules de base sur la région, ses spécificités, sa stratégie de développement, sa géologie, ses ressources naturelles, son potentiel, ses projets, ses besoins, etc. Je suis également convaincu que dans ce modèle de formation, le partenariat public- privé aura un rôle très important à jouer et que la mutualisation des systèmes experts, qui seront ainsi développés, va permettre une implication efficiente des sciences de la Terre dans le développement des régions.
Propos recueillis par Imane Bouhrara


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.