Fête du trône : les vœux du roi Felipe VI d'Espagne    Fête du Trône : Plusieurs édifices emblématiques du Canada illuminés aux couleurs du drapeau marocain    Maroc: Le dirham s'apprécie de 0,20% face au dollar du 23 au 28 juillet (Bank Al-Maghrib)    Sa Majesté le Roi Mohammed VI reçoit le Wali de Bank Al-Maghrib    Youssoufia : Sessions de formation à partir du 02 août sur le rôle des coopératives dans l'économie sociale    Le Roi d'Espagne félicite SM le Roi à l'occasion de la Fête du Trône    France: plus de 200 mille manifestants conte le pass sanitaire    Fès: la salle omnisports 11 janvier transformée en centre de vaccination    Compteur coronavirus : 7.529 nouvelles infections, le nombre des cas actifs dépasse les 51.000 personnes    Maroc : la découverte d'un biface acheuléen jette une nouvelle lumière sur la préhistoire de l'Afrique du Nord    En Algérie, deux superstructures sécuritaires à couteaux tirés pour s'emparer des leviers du régime    JO 2020. Les Marocains El Guesse et Oussama qualifiés pour les demi-finales du 800 m    JO-2020: Le programme du dimanche 1er août    Maroc. Radisson Hotel Group ouvre quatre nouvelles plateformes hôtelières    Monétique: le CMI affiche des chiffres records pour le mois de juillet    Covid-19. Les vaccins, une voie à la fois sûre et fiable vers l'immunité    Liban : l'UE est prête à imposer des sanctions pour peser sur la formation d'un gouvernement    Elections : L'Istiqlal déterminé à renforcer la position des Chambres de Commerce, d'Industrie et des Services    Etats-Unis : les déclarations d'impôts de Trump doivent être transmises au Congrès    Libye : de retour, le fils de Kadhafi songe à se présenter à la présidentielle    Le Président du Parlement arabe salue les réalisations accomplies par le Maroc sous le leadership du Roi Mohammed VI    Levée des subventions sur le gaz butane, le sucre et la farine: ce qu'il en est vraiment    Finale de la Coupe du Trône de basketball (2020-2021) : Le FUS Rabat remporte le titre face au Kawkab Marrakech    Au sujet des paris sportifs... L'ITIA et la FRMT suspendent à vie Mohamed Hirs et 35 000 $ d'amende !    Conjoncture économique: les prévisions du HCP pour 2021 et 2022    Fête du trône : les vœux de Justin Trudeau    En Algérie, le scandale de faux comptes de désinformation liés au régime    Al Haouz: Fermeture d'un établissement hôtelier pour violation des mesures sanitaires    Covid-19 : Les objectifs de vaccination sont loin d'être atteints (OMS)    Maroc/Météo:Temps chaud, ce samedi 31 juillet    Pays-Bas : découverte d'un grand laboratoire de drogues de synthèse    Covid-19 au Maroc. Port du masque: les autorités serrent la vis    Le Maroc s'inscrit, conformément à ses priorités, dans une perspective diplomatique multilatérale (ambassadeur)    La sélection nationale de Breakdance se prépare à Ifrane au Championnat du monde    Tunisie : le président Kaïs Saïed confie le portefeuille de l'intérieur à Ridha Gharsallaoui    Tunisie : L'hôpital de campagne marocain à Manouba opérationnel    ONCF. De bonnes performances et une nouvelle feuille de route à l'horizon    JO 2020. Les Marocains El Bakkali et Tindouft qualifiés pour la finale du 3 000 m steeple    Slalom Kayak aux J.O de Tokyo : Le Marocain Mathis Saoudi perd en demi-finale    Basket-ball : La finale féminine de la Coupe du Trône reportée à cause de la Covid-19    "Allayla Sahratena": Une soirée spéciale fête du Trône, samedi à 21h45    Yassine Saibi, la musique dans la peau    Pegasus, médiatus, propagus    "Réduction des risques... le Manifeste" : un ouvrage qui décortique les urgences du monde en temps de pandémie    Lever de rideau sur le 22è Festival international de luth    Art contemporain : La Fondation nationale des musées met en avant la jeune scène artistique    "Nektachfou Bladna"-Replay: Visiter le Maroc autrement avec les artistes    Fête du Trône : «Nehzzo lwan dyialna !», l'appel pour exprimer la fierté du pays    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Exposition: danse avec le papier
Publié dans Finances news le 20 - 06 - 2021

La galerie Thema dévoile quelques œuvres inédites de Florence Arnold (Flo). Certaines en papier, d'autres sur papier. «D'un monde à l'autre», une expo qui donne chaud !

Par R. K. Houdaïfa

Voilà une œuvre qui, à première vue, mérite à peine un regard. Sublimement accrochées sur les cimaises de la galerie Thema, des cartographies froissées – comme si l'on n'avait plus besoin d'elles et attendent qu'on les jette à la poubelle. Alors, qui se permet et ose les clouer carrément aux murs ? C'est Flo. Elle crée d'étonnantes installations à partir de papier. Elle en inspecte cependant les qualités plastiques, les mouvements, les plis et les replis… pour tirer le meilleur parti de l'espace en le grignotant pour mettre en scène des formes aériennes et organiques.
«Ces formes n'ont aucune limite, elles se répandent comme un tracé de poudre, laissant apparaître un nuage sans explosion comme dans un rêve», nuance-t-elle. Le travail de cette artiste montre des créations qui posent un nouveau regard sur ce matériau soudain métamorphosé. L'air de rien, elle le dépiste, l'affleure pour le transformer en quelque chose assimilable à un nuage, voire une corolle, même. Et de là, l'on a envie de voir dans sa création, a priori anodines, une grande fleur : une pivoine, un œillet ou, mieux, un coquelicot… D'ailleurs, on peut également faire illusion à une vulve, carrément.
Des flots de papier mouvants et vibrant sous le frôlement de nos mains, car n'étant pas toujours emprisonnés dans une cage de plexiglas, jaillissent ainsi de ses œuvres. Nous sommes plongés dans un blanc tellement pur, d'une grande douceur, mais aussi d'une grande subtilité, qu'il projette le visiteur dans un univers lyrique, presque magique, à l'image de toutes ses créations. Aussi, avec une technique draconienne qui s'apparente au classicisme des peintres du XVIIIème et XIXème siècle, tels Nicolas Poussin et Jean Dominique Ingres, Flo (dont la première passion était la danse) sublime le corps – ces corps auxquels nous devons plaisirs et désirs.
Corps nus, jambes tantôt écartées, tantôt démultipliées, griffées parfois sous une vague de couleurs, apparitions de sexes mêlés, entremêlés, décuplés, greffés à d'autres membres que l'on ne saurait pas vraiment identifier... «Ce n'est pas le nu, la nudité, ni l'érotisme qui m'intéressent, mais une mise à nu émotionnelle servie par des corps humains, coquilles de nos émotions (…) Je mets le corps dans tous ses états», martèle-t-elle.
Errance
«Mon enfance m'a influencée dans ma recherche artistique, toujours en mouvement, changeant de pays, de maison, de culture. J'ai beaucoup appris des autres», raconte-t-elle. Née en 1975 à Schirmeck (Alsace/France), Flo a passé son enfance principalement en Afrique subsaharienne et du Nord. Elle fit ses premiers pas en Côte d'Ivoire, avant de bifurquer sur les pistes rouges de latérite du Cameroun. Elle a ensuite vécu à Alger et embrassé le grand Erg oriental. Puis, elle prit ses cliques et ses claques, mettant le cap vers la France pour bénéficier d'une formation artistique.
Destination : l'Académie des Arceaux, à Montpellier. Plus tard, elle (re)fixe les voiles et traverse l'océan pour séjourner aux Etats-Unis, où elle est membre de «The American Watercolor Society». «Ma vie est une histoire de terre et de rencontres; mon identité, "citoyenne du monde",» dit-elle. Après qu'elle s'est empiffrée gloutonnement d'art, elle revient s'installer sur «sa terre», même si elle se désigne «citoyenne du monde» : le Maroc. Elle s'est installée à Casablanca, il y a plus de vingt ans, où elle vit et travaille actuellement en ne se rassasiant jamais de créer.
«La motivation dans l'art, pour Flo, c'est l'amour : l'amour est le moteur de la vie» ! Son mode de création a connu une évolution constante et progressive. Du dessin, «trop bien fait», elle est passée de l'aquarelle à l'acrylique, puis à peindre sur des toiles et, maintenant, elle ne cesse de chercher, mélanger, faire danser et embrasser supports et matériaux… Ses compositions nous observent et confirment qu'il s'agit bien là d'une histoire : celle de l'artiste, la nôtre, la vôtre. Sans tralala ni fanfaronnade, Flo fait un artifice, une esthétique mettant en œuvre «les émotions, la sensibilité, la délicatesse, le romantisme, la beauté de l'amour et la tristesse», dit-elle. Ses œuvres, au sens profond, génèrent la paix, la pureté et la beauté. A voir absolument !

* «D'un monde à l'autre», jusqu'au 10 juillet, à la galerie d'art Thema, à Casablanca.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.