Défaite et repli du «Polisario» maquillés en redéploiement tactique ?    A propos de sa demande de décharge de ses fonctions ministérielles : Ramid fait volte-face    La masse monétaire progresse de 9,2% en janvier    Nigeria : 42 personnes relâchées, dont 27 élèves, après un enlèvement dans un pensionnat    Algérie : le Hirak de retour pour dénoncer le pouvoir militaire et réclamer plus de démocratie    Covid-19 : plus de 3 400 000 personnes vaccinées    Allemagne : la commission vaccinale envisage de recommander le vaccin AstraZeneca pour les plus âgés    La HACA et la SNRT lancent à Dakhla des visites aux sites régionaux de production et de diffusion de radio et de télévision    Covid19 / Maroc : La situation épidémiologique au 27 février 2021 à 18H00    Talib viré du TAS    L'ONU annonce de nouveaux dispositifs d'identification pour lutter contre la pêche illégale    CAN U20 : Les tirs de la chance privent le Maroc de la demi-finale !    AS FAR-SCCM (1-1) : Les Militaires rejoints sur la ligne d'arrivée !    Des manifestations monstres contre les caciques : Les Algériens disent «degage» au régime    Luca Attanasio, ambassadeur italien, tué en RDC    Le secrétaire général du Polisario reçu par le président Algérien    Deuxième anniversaire du Hirak : retour sur les faits saillants qui ont marqué les manifestations du 22 février    Groupe Al Omrane: Mise en chantier en 2020 de 46 projets d'une consistance de près de 17.000 unités    Le Maroc, un modèle en matière de vaccination    Joaillerie : Hicham Lahlou lance sa collection « Magic Alice »    Marché de capitaux: 4,83 MMDH de levées en janvier 2022    Alerte – Veille – Relance post-covid19 – Investissements étrangers et compétition internationale – Ce que préparent les concurrents du Maroc    Les entrepreneurs marocains invités à investir au Burundi    Meurtre de Khashoggi: Washington accuse le prince saoudien...Ryad dénonce !    La Chambre des représentants libyenne tend à former un gouvernement provisoire restreint composé des compétences de toutes les régions du pays    Marrakech : 29 interpellations pour violation de l'état d'urgence sanitaire et aménagement d'une villa pour les jeux de hasard    ONCF: un chiffre d'affaires consolidé de 3,1 MMDH en 2020    Il y a 45 ans, le dernier soldat étranger quitta les provinces du Sud    Une nouvelle Ecole Américaine à Benguerir    Mustapha Ramid sera opéré ce samedi    Le dirham s'apprécie de 0,32% par rapport à l'euro    Les Golden Globes remettent leurs prix sans public ni tapis rouge    Le président de la FIFA exprime ses remerciements à S.M le Roi    Le Maroc adhère à l'Organisation islamique pour la sécurité alimentaire    Le personnel des FAR reçoit la 2è dose du vaccin anti-Covid-19    Percevoir le cannabis tout autrement    Le MAS présente son nouvel entraîneur, Miguel Angel Gamondi    Le WAC à Ouagadougou en quête d' une seconde victoire en Ligue des champions    Premier Colloque international de linguistique à Marrakech    "Biggie " , le géant éphémère du rap par ceux qui l' ont connu    Plus de 25.000 pièces archéologiques seront mises à la disposition des étudiants et du grand public    Administration pénitentiaire: Reprise exceptionnelle des visites familiales au profit des détenus du 1er mars au 12 avril    CAN U20 Mauritanie : Maroc-Tunisie pour une place en demi-finales    Réunion ce vendredi du Conseil de gouvernement    «Yawmiat Kaen Osabi», nouveau-né de Loubna El Manouzi chez «Mokarabat»    Rencontre autour d'une publication : «Pour une Maison de l'histoire du Maroc» dotée d'un savoir accessible à l'esprit de tous    Un immense tour d'une ville en pleine mutation : Dakhla change de visage    Gianni Infantino salue l'engagement du roi Mohammed VI en faveur du développement du football au Maroc    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Nouveau modèle de développement : 77 milliards de DH pour valoriser les provinces du Sud
Publié dans Finances news le 12 - 11 - 2015

Les provinces du Sud vont connaître un décollage économique sans précédent grâce au lancement du nouveau modèle de développement. L'enveloppe consacrée est de 77 milliards de DH. Les investisse- ments touchent tous les secteurs productifs de la région et lui permettront de se positionner comme un hub incontournable entre le Maroc et les pays d'Afrique subsaharienne, confor- mément à la nouvelle politique africaine du Royaume. Les détails des programmes éco- nomiques et sociaux.
Samedi 7 novembre, en début d'après-midi, le gouvernement marocain a présenté devant Sa Majesté le Roi Mohammed VI, le nouveau modèle de développement des provinces du sud. Dans une salle immense, et devant une assistance composée essentiellement de Sahraouis en habit traditionnel, Mohamed Hassad, ministre de l'Intérieur, suivi de Mohamed Boussaïd, ministre de l'économie et des Finances, ainsi que le président de la région Laâyoune-Sakia El-Hamra, ont décliné les grandes lignes de la stratégie de lancement de ce modèle de développement, qui ambitionne, en application des Hautes orientations royales, de faire des régions du Sud des pôles de compétitivité économique et enclencher une dynamique de croissance créatrice d'emplois et de richesses. Une véritable révolution économique, industrielle, sociale et culturelle attend les provinces du Sud.
Multiplier le PIB de la région par 2
77 milliards de dirhams d'investissement seront consacrés aux trois régions, sur un horizon d'une dizaine d'années, à travers plus de 200 projets et 8 programmes. Le PIB de la région sera multiplié par deux, tandis que le nombre d'opportunités d'emplois à créer atteindra les 120.000, avec un taux de chômage divisé par deux.
Depuis le déclenchement de la Marche Verte, de nombreux acquis et progrès ont été réalisés pour les habitants des provinces sahraouis qui bénéficient d'un niveau de vie supérieur à la moyenne nationale (33.864 DH contre 27.356 DH), d'un taux d'accès à l'eau potable de 99% contre 92% au niveau national, et d'un investissement public supérieur à la moyenne nationale. Comme l'a souligné avec force le Souverain dans son discours, désormais, le Maroc passe à la vitesse supérieure pour le développement des provinces du Sud. Si les années 1975-2015 ont été celles de l'édifica
tion des fondations (infrastructures de base, lutte contre la pauvreté) avec un rôle moteur joué par l'Etat, les années 2015-2025 seront celles de l'essor économique et du développement humain et durable. Désormais, le citoyen est au coeur des préoccupations, et c'est la région qui joue le rôle de catalyseur.
Fortes de ces nouvelles prérogatives, les provinces du Sud sont érigées en modèle d'opérationnalisation de la régionalisation avancée, à travers une gouvernance exemplaire, fondée sur la contractualisation entre l'Etat et les régions. 5 contrats ont été signés devant Sa Majesté le Roi entre l'Etat et les 3 régions. 7 milliards de DH seront transférés de l'Etat vers la région de Laâyoune Sakia-El Hamra, 6,63 milliards de DH vers la région de Dakhla Oued Ed Dahab, et 5,5 milliards de DH pour la région de Guelmim-Oued Noun. Les contrats portent aussi sur l'opérationnalisation des agences régionales pour exécuter les projets, ainsi que la création d'un Fonds interrégional.
Le nouveau modèle de développement des provinces du Sud est fortement inspiré du rapport du Conseil économique social et environnemental (CESE). Ce modèle se fonde sur 4 axes : économique (création de richesses, d'emplois, pôle de compétitivité, valorisation des ressources locales), social (croissance inclusive et consolidation des questions culturelles), gouvernance et développement durable.

Aspects économiques
Le modèle de développement des provinces du Sud accorde une place importante à l'agriculture, à travers plusieurs projets de valorisation agricole, qui permettront la création d'emplois et la diversification des sources de revenus. L'objectif du programme est de créer plus de 11.000 emplois, de dégager près de 615 millions de dirhams de valeur ajoutée annuelle, tandis que les projets d'agriculture solidaire bénéficieront à 16.800 personnes.
Dans le détail, 5.000 hectares de terres agricoles seront valorisés près de Dakhla, pour un coût de 1,3 milliard de DH, en cultures maraîchères sous serre, et 1.000 hectares à Boujdour, nécessitant une enveloppe de 465 millions de dirhams. Ces deux valorisations permettront la création de 5.750 emplois. La moitié de la superficie du périmètre irrigué de Dakhla sera réservée pour être exploitée par de jeunes agriculteurs de la région. L'irrigation sera assurée par une usine de dessalement de l'eau de mer, qui verra le jour près de Dakhla.
Par ailleurs, 1,1 milliard de DH sera consacré au lancement de 50 projets d'agriculture solidaire dans la région de Laâyoune.
Secteur des phosphates : 16,8 milliards de DH pour Phosboucraa
C'est l'un des programmes-phares du nouveau modèle de développement. Le programme de développement industriel Phosboucraa (filiale de l'OCP à 100%) vise la valorisation sur place des ressources des phosphates et le renforcement de l'avantage concurrentiel du Maroc en Afrique. Le programme assurera l'intégration complète de la chaîne de valeur, de la mine à l'exportation, à travers les nouvelles infrastructures portuaires. Le but est de «ne plus déplacer la production à El Jadida pour la valoriser, mais de créer de la valeur sur place et, surtout, la garder sur place», explique Mustapha Terrab, PDG de l'OCP, lors de la présentation du programme devant le Souverain. C'est dans ce sens que de nombreux investissements seront entrepris pour le stockage et le traitement des phosphates, la mise en place de nouvelles usines, ainsi que la construction d'un port pour exporter la production. Le coût total du programme est estimé à 16,8 milliards de dirhams. Il doit favoriser la création de 1.200 emplois directs, et renforcer la compétitivité de l'offre phosphatière marocaine en Afrique.
Par ailleurs, l'OCP bâtira une technopole à Foum El Oued, pour un investissement de 2 milliards de DH. Celle-ci comprendra une université pluridisciplinaire, un lycée d'excellence et un centre de qualification de compétences. A ce propos, l'OCP a annoncé le recrutement de 500 jeunes de la région, qui suivront, à partir de janvier 2016, des formations à El Jadida.
Secteur de la pêche : valorisation des ressources
C'est déjà l'un des secteurs les plus dynamiques des régions du Sud. Il le sera encore plus, grâce à la mise en place de 6 projets à haut niveau de valorisation des petits pélagiques (sardines, maquereaux, anchois) à Dakhla, pour un investissement global de 1,2 milliard de DH, permettant ainsi la création de 4.300 emplois directs.
Il est également prévu le lancement de projets d'investissement dans le secteur aquacole au sein de 3 zones de la région Dakhla-Oued Eddahab. L'enveloppe consacrée sera de 2,8 milliards de DH et permettra la création de 3.500 emplois. En tout, 8.000 postes d'emploi seront disponibles.
De plus, il est programmé la réalisation d'un pôle de compétitivité des produits de la mer à Dakhla, à travers la création d'une zone industrielle, principalement autour des petits pélagiques, en complément aux infrastructures portuaires. Cette zone d'activité accueillera dix unités de valorisation des petits pélagiques, débouchant à terme sur la création d'environ 6.500 emplois directs.
Secteur du tourisme durable : une nouvelle destination attractive
Le programme de développement touristique des régions du Sud ambitionne de faire de celles-ci un nouveau pôle touristique balnéaire, combinant mer, désert et nature. Ce programme se décline en 84 projets, pour une enveloppe globale de 2 milliards de DH, générant à terme 800 emplois directs.
Grands projets structurants : faire des provinces du Sud un hub régional
De grands projets structurants à portée stratégique ont été annoncés par le ministre de l'Equipement du Transport et de la Logistique, Aziz Rabbah, lors de la cérémonie de lancement du nouveau modèle de développement des provinces du Sud. L'objectif de ces grands projets est d'accompagner la dynamique de croissance et de créer une connexion rapide de ces régions au reste du territoire national.
La route reliant les provinces du Sud au Nord du Royaume sera considérablement améliorée grâce à la réalisation d'une double voie rapide entre Tiznit et Dakhla, de 1.115 km. Celle-ci se décompose en deux linéaires : une voie express Atlantique de 555 km reliant Tiznit à Laâyoune pour un coût de 6,2 milliards de DH, et qui sera opérationnelle en 2018; l'élargissement à 9 mètres et le renforcement de la liaison entre Laâyoune et Dakhla sur une distance de 565 km pour un coût de 2,3 milliards de DH, prévu pour 2021. Cette nouvelle route est une liaison stratégique plaçant les provinces du Sud au centre de la liaison entre le Nord du Royaume et l'Afrique subsaharienne.
Par ailleurs, le Port de Dakhla verra également le jour pour un coût de 6 milliards de DH. Cette infrastructure répond à des objectifs géostratégiques de développement régional et de valorisation des ressources pélagiques, agricoles, minières, énergétiques, industrielles, etc.
La réalisation de ce port permettra la transformation d'une large gamme de produits bruts ou semi-finis importés et leur réexportation vers l'Afrique.
Sur le plan de l'électricité, le raccordement de Dakhla au réseau électrique national est programmé avec une ligne Boujdour-Dakhla, pour un montant de 1,7 milliard de DH.
En outre, le renforcement et l'extension de la couverture 2G/3G/4G dans les régions du Sud sont également sur les rails, pour un investissement de 1 milliard de DH.
CGEM : le patronat au rendez-vous
Miriem Bensalah-Chaqroun a decliné devant le souverain les projets d'investissement de la CGEM dans les 3 régions. Le montant global de l'engagement de la CGEM atteint 5,4 milliards de DH, pouvant générer 10.300 emplois. La présidente de la CGEM a indiqué que les 56 projets d'investissements prévus entrent dans le cadre de l'initiative de mobilisation des investissements et de création d'opportunités d'emploi dans les provinces du Sud. Cette initiative mise en oeuvre en partenariat avec la CGEM, le ministère de l'Intérieur et les autorités locales, porte sur la réalisation de 17 projets dans la région de Dakhla-Oued Eddahab, 39 dans la région de Laâyoune-Sakia Al Hamra dont 36 projets dans la ville de Laâyoune, 2 à Boujdour et un projet à Tarfaya. Les projets sont répartis entre plusieurs secteurs, à savoir l'industrie avec 13 projets d'une valeur de 983 millions dirhams, qui généreront 3.011 postes d'emploi, l'énergie et les énergies renouvelables avec des projets pouvant créer 400 postes d'emploi, l'immobilier avec 5 projets qui permettront la création de 6.005 postes d'emploi, et le commerce et les services avec des projets d'une valeur de 181 millions de dirhams, pouvant générer 150 postes d'emploi. La CGEM avait, dans ce sens, signé quatre conventions avec l'Office de la formation professionnelle et de la promotion du travail (OFPPT), la Fondation Phosboucraa, Microsoft et Injaz Al-Maghrib pour la formation des ressources humaines de la région.


Aspects sociaux
Le développement social est au coeur du nouveau modèle de développement des trois régions. La création du Centre hospitalier universitaire de Laâyoune contribuera fortement à améliorer l'accès des citoyens à des services de santé de qualité. Le CHU sera équipé des dernières technologies de pointe pour pallier le retard de la région en matière d'équipements de santé, et anticiper les besoins grandissants d'une population qui devrait dépasser le million d'habitants en 2020.
Le CHU sera doté de 6 pôles d'excellence, d'une capacité de 440 lits, de 12 salles d'opération. L'investissement total pour ce projet est de 1,2 milliard de DH.
Promotion de la culture hassanie
Afin de promouvoir la culture hassanie comme levier et dimension essentielle du nouveau modèle de développement, le processus de son intégration progressive dans les médias et les contenus pédagogiques des programmes scolaires sera enclenché. Par ailleurs, l'offre culturelle de proximité sera diversifiée. Il est également prévu le renforcement des activités du Centre d'études sahariennes, la réalisation d'un pôle culturel et muséal à Dakhla, pour la préservation et la valorisation des composantes patrimoniales du Maroc saharien. Un Institut de recherches et de formation sur les espaces sahariens sera aussi mis en place dans la ville de Smara.
Développement durable et préservation de l'environnement
Tous ces projets et investissements devront tenir compte des impératifs de durabilité, notamment à travers la gestion durable des ressources en eau. D'où la réalisation d'un barrage dans la région de Guelmim sur l'Oued Noun pour l'eau potable et l'agriculture.
Ce qui devrait permettre d'arrêter l'utilisation de la nappe phréatique et la protection de la région contre les inondations. La construction de ce barrage, dont les études préliminaires sont en cours, nécessite un investissement de 800 millions de dirhams.
Par ailleurs, 3 stations de dessalement sont prévues pour l'approvisionnement en eau potable (Laâyoune), l'agriculture (Dakhla) et l'industrie (Laâyoune).
En outre, les provinces du Sud bénéficieront de 4 projets de développement des énergies renouvelables d'une puissance de 500 MW pour l'énergie éolienne à Boujdour, Tiskrad et Tarfaya, 100 MW pour les centrales solaires photo-voltaïques NOOR de Laâyoune et Boujdour.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.