Des projets de codes qui font trembler les barreaux    Le réveil de l'Istiqlal    SIAM: Tour d'horizon dans les différents pôles    Fiscalité: Transparency pointe les zones grises    20% de touristes golfeurs en plus dès 2020    Mawazine2019: Du Hip Hop à l'OLM Souissi    Maroc-EAU : La ministre émiratie de la culture souligne la bonne entente entre les deux pays    Mea Culpa d'Hervé Renard sur Hakim Ziyech    Combien gagne les acteurs de Game of Thrones ?    Trafic de drogues : Gros coup de filet à Casablanca    Le BCIJ annonce le démantèlement d'une nouvelle cellule terroriste à Salé    Meurtres d'Imlil : Ouverture du procès le 2 mai    Espagne. Les mineurs marocains, sujets de campagne électorale    Intelligence artificielle. Rachid Guerraoui alerte sur les "fragilités"    L'EI revendique les attentats au Sri Lanka    L'ESAV lance un nouveau Pôle d'excellence    L'institut CDG lance le débat : Quel modèle de retraite pour le Maroc ?    Botola Maroc Telecom : WAC et RCA se neutralisent au terme d'un derby emballant    126e derby casablancais, WAC-RCA 2-2    Mohcine Akhrif: une départ tragique…    Fin de la visite d'une délégation du PPS au Kurdistan d'Irak    Maroc Telecom consolide ses performances au premier trimestre    Gestes et significations    Ziyech convoité par les Merengue    Tenue de plusieurs comités provinciaux du PPS    5ème édition du JIDAR Toiles de rue    Le ministère annule sa réunion avec les syndicats d'enseignants    FIAB-2019 à Essaouira : Beauté, innovation et responsabilité en Afrique    Révolutionnaire ! Fini les facultés à accès ouvert    HCP : Stagnation de l'indice des prix à la consommation en mars 2019    Trump rejette la menace d'une destitution, les démocrates débattent    Artisanat : Les exportations se consolident de 12% au premier trimestre    Responsibles Banking Principles de UNEP FI : BMCE Bank of Africa, 1ère banque marocaine à y adhérer    ONU Femmes : Lancement d'une campagne contre la traite humaine au Maroc    Marathon de Rabat : Deux nouveaux records et une bonne prestation des Marocains    Divers    Le vélo électrique serait meilleur pour la santé mentale    Création d'un Centre de créativité pédagogique à la Faculté des sciences de Tétouan    Coupe internationale Mohammed VI de karaté    Les leaders de la contestation au Soudan suspendent leurs discussions avec l'armée    Youssef Chiheb : Le Grand Remplacement, nouveau paradigme de l'islamophobie en Europe    Divers    Les efforts de la diplomatie marocaine ont fini par payer    Clôture en beauté du Festival de la culture Aissaoua    "La Malédiction de la dame blanche" en tête du box-office    L'œuvre du cinéaste et poète Abbas Kiarostami au cœur des Journées cinématographiques de Safi    L'Union arabe de taekwondo s'installe à Rabat    Le PPS au Kurdistan d'Irak: La diplomatie partisane agissante    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Pourquoi le déficit budgétaire a moins baissé que prévu ?
Publié dans Finances news le 23 - 03 - 2017

L'ajustement budgétaire se poursuit, mais à un rythme moins rapide que prévu. Explications.
Les objectifs de déficit budgétaire contenus dans la Loi de Finances 2016 n'ont pas été atteints. En effet, à fin décembre 2016, le déficit budgétaire hors privatisation s'établit à 42,1 milliards de DH, soit 4,2% du PIB, alors que la Loi de Finances 2016 tablait sur un déficit de 3,5% du PIB. L'écart entre la réalité et la prévision avoisine les 5,5 milliards de DH. Rappelons qu'en 2015, le déficit budgétaire s'établissait à 4,4% du PIB (voir graphe).
Comment expliquer cette contre-performance ? Selon la Banque centrale, ce décalage peut être attribué à au moins trois facteurs :
- L'accélération sensible des dépenses d'investissement, notamment dans les grands projets d'infrastructure (TGV, etc.). Une hausse qu'il faut rapprocher de la forte progressions des importations de biens d'équipements en 2016.
- Les remboursements plus importants des crédits de TVA aux entreprises pour soulager leur trésorerie (8,1 milliards en 2016 contre seulement 5,3 milliards de DH 2015).
- La faible réalisation des recettes en dons des pays du Golfe. Celles-ci ont plafonné à 7,2 milliards de DH en 2016, contre 13 milliards de DH prévus dans la Loi de Finances 2016.
Pour les deux années à venir, l'ajustement budgétaire devrait se poursuivre, quoiqu'à un rythme plus lent. La Banque centrale anticipe ainsi un déficit budgétaire de 3,7% en 2017 et de 3,4% en 2018. Il ne sera donc pas inférieur à 3% du PIB en 2017, comme le souhaitait le précédent gouvernement.
La dette du Trésor devrait de son côté connaître une baisse à moyen-terme, après plusieurs années de hausse. En 2016, elle se serait établie à 65% du PIB, et devrait se situer à 64,7% du PIB en 2017 (50,8% du PIB pour la dette intérieure et 14% du PIB pour la dette extérieure). La dette du Trésor reste toutefois encore éloignée de ses niveaux d'avant 2012. A l'époque, cette dette représentait seulement 58,2% du PIB.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.