Vidéo – Le WAC arrache le nul à 10 et ne se fait pas aider par la VAR (1-1)    Un juge suspendu pour avoir critiqué Donald Trump    Match nul pour le WAC    Elections européennes: Et c'est parti…    Elections générales sud-africaines 2019: Quel impact sur le Maroc?    Le GAM dévoile sa vision 2022    Noor Midelt I attribué au consortium mené par EDF    Mammifères    Episode 10 Jésus, une grande figure biblique du Coran: Marie, mère de Jésus, dans le Coran    Un nouveau festival dédié à la «cuisine de rue»    Les 5 marques africaines les plus appréciées, selon African Business Magazine    Chine : Le contrat secret qui a sauvé des millions de vies    L'Unesco reproche aux assistants vocaux de véhiculer des "préjugés sexistes"    Délais de paiement des entreprises : L'Intérieur animé de bonnes intentions    Coupe d'Allemagne : La dernière danse de Robben    Lyon prépare son grand ménage d'été    La RSB tout près de sa première étoile africaine    Habib El Malki : Les associations constituent un pilier essentiel pour les institutions    Amir Al Mouminine préside la quatrième causerie religieuse du Ramadan    Les personnes vivant seules souffrent plus de troubles mentaux    Les politiques de vaccination contre la rougeole insuffisantes pour contrer l'épidémie    S.M le Roi inaugure la section régionale du Centre national Mohammed VI des personnes en situation de handicap    Recul des prix des actifs immobiliers au premier trimestre    Ces tournages qui ont tourné au drame : Resident Evil    Insolite : Enorme surprise pour des étudiants américains    Issam Kamal : Les textes de la chanson marocaine, à quelques exceptions près, n'ont pas encore atteint la qualité souhaitée    Evénements d'Al Hoceima : Le CNDH accueille des mères et membres de familles de détenus    "Matthias et Maxime" de Xavier Dolan, d'amour ou d'amitié...    Al Barid Bank: 16% des transactions réalisées via le canal mobile au T1-2019    Le WAC cherche à plier la finale à Rabat    «Génération Africaine, la force du design» : A la découverte d'une cinquantaine de designers africains    Les déficiences du football national!    Khalid Naciri: «En hommage à celui pleuré, seul, à quatre mille kilomètres d'ici»    «En cas d'insuffisance rénale ou de dialyse, il faudrait s'abstenir de jeûner»    Santé. Plus de 3,8 millions de rendez-vous en ligne    2004: Les Lions en finale, meilleure performance après le sacre de 1976    Selon un rapport du Conseil de l'éducation : A peine 83.000 handicapés décrochent un job    Lahoucine Aboudrar, le débonnaire!    Certification de documents : L'administration traîne les pieds    Mohamed Saïd Afifi, le «Hamlet» marocain    Theresa May pose les armes    Conseil national de l'entreprise de la CGEM, focus sur la concurrence    La guerre contre l'Iran n'aura pas lieu    Plus de 30.000 tentatives d'immigration clandestine ont été mises en échec en 2019    Pas de cessez-le-feu en vue en Libye : Haftar reçu par Macron à Paris    La politique sanitaire exposée en séance plénière de la Chambre des représentants    L'Everest pour la 23ème fois    2ème Festival Meknès du théâtre : Une édition dédiée au Prix Hassan El Mniai    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Cancer colorectal : Il faut s’y prendre à temps !
Publié dans Finances news le 15 - 02 - 2007

* La première réunion scientifique internationale organisée à Marrakech par la Fédération nationale des centres d'oncologie privés met le cancer colorectal sous la loupe.
* Le professeur Hassan Errihani, chef de service d'oncologie médicale à l'Institut National d'Oncologie de Rabat, dresse le bilan des connaissances et thérapeutiques en ce qui concerne le cancer colorectal.
Après le cancer du poumon, le cancer colorectal est la deuxième cause de décès par cancer. Il est la plus fréquente des tumeurs malignes. À l'issue de la première réunion scientifique internationale organisée à Marrakech par la Fédération nationale des centres d'oncologie privés, on apprend qu'entre 40 % et 45 % des malades atteints mourront de ce cancer. Parmi les principales recommandations à cette réunion : la sensibilisation de la population sur le mécanisme de ce type de cancer.
Diagnostiquer le cancer colorectal précocement multiplie en effet les chances de guérison.
Ce cancer se développe sur la paroi intestinale avant d'envahir cette région et se propager. Il se localise dans le gros intestin ou dans le rectum et peut ensuite se propager vers le foie, les glandes lymphatiques ou d'autres parties de l'organisme. Il manifeste des symptômes comme la fatigue, la faiblesse, les selles inhabituelles où l'on retrouve des traces de sang et des douleurs dans le bas-ventre.
Même si un patient ne présente aucun de ces symptômes, un cancer colorectal peut être décelé par la recherche de sang occulte dans les selles. La coloscopie est le type d'examen le plus fiable pour détecter toute anomalie. En ce qui concerne la prévention, à partir de 50 ans, il est conseillé de subir des examens régulièrement, ce qui peut diminuer le taux de mortalité associée au cancer colorectal.
les facteurs de risque
Le chef de service d'oncologie médicale à l'Institut National d'Oncologie de Rabat, le professeur Errihani, rappelle les facteurs de risques, notamment l'âge puisque la plupart des cas sont diagnostiqués à partir de 70 ans. Le facteur héréditaire est également à prendre au sérieux. Il explique qu'une alimentation qui présente trop de viande rouge, trop de sucre, pas assez de fibres, peut provoquer cette tumeur maligne. Le surpoids, la sédentarité, l'alcool et le tabagisme figurent également dans le box des accusés.
« On peut également noter que le manque de fer et de lumière naturelle accroît les risques de développer ce type de cancer», explique-t-il avant d'étayer les traitements possibles pour venir à bout de cette tumeur.
Le professeur Errihani a insisté sur le fait que les résultats des traitements sont liés à la rapidité d'intervention. Dans les cas de tumeur du côlon ou du rectum, une chirurgie s'impose. Si le cancer est à un stade avancé, un traitement par radiothérapie et chimiothérapie (dans le cas d'une tumeur rectale), ou chimiothérapie (dans le cas d'un cancer du côlon) sera utilisé. De nouvelles molécules à utilisation orale telles que l'Irinotécan, l'Oxalipaltine ou la capécitabine sont plus confortablement utilisables par le patient. L'anti EGRF est une thérapeutique plus ciblée et efficace.
Et un espoir de plus pour les patients puisqu'une très récente classe thérapeutique se distingue par son originalité et son efficacité : se sont les antigiogéniques. Le Bevacizumab est le premier et le seul médicament de cette classe qui montre une réelle efficacité clinique en ce qui concerne les cancers colorectaux.
Il permet d'améliorer nettement et significativement la qualité de vie du patient. Il doit cependant être pris à temps et de manière continue pendant au moins 10 à 12 mois.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.