Tramway de Casablanca : un nouveau mort    Julian Assange, confus et bredouillant devant la justice à Londres    Les Editions de la Gazette en deuil, Nadia Sefraoui nous a quittés    Les supporters du WAC interdits de déplacement à Safi    Bank Al-Maghrib et la Banque Centrale d'Egypte renforcent leur partenariat    Mohammed Abdennabaoui : Le ministère public veille à préserver l'activité de l'entreprise    SOS Méditerranée cherche de nouveau un port sûr pour 104 migrants    Hong Kong : Premières excuses officielles de la police    Brexit: Guérilla attendue au Parlement britannique sur l'accord    Le Salon du cheval: Une 12ème édition réussie    Safi : Ouverture d'une enquête judiciaire pour féminicide    Martil: Avortement d'une tentative de trafic de près de 600 kg de chira    Marrakech accueille son premier musée dédié au Patrimoine immatériel    Technopole Foum El Oued : Une cité du savoir et de l'innovation au service des jeunes    Concert pour la tolérance 2019 : Pari réussi    Les fantaisies d'un président!    Journées musicales de Carthage. Un festival courageux !    Azrou promeut la culture coréenne    PLF 2020: Les chiffres à retenir    Label'Vie. "Une valeur de croissance au profil résilient"    Conformité fiscale/Personnes physiques : un cadre légal spécifique est en vue    Le Maroc rejoint le Réseau des Autorités de prévention de la corruption    «L'écriture réhabilite la mémoire, efface la souffrance et interroge l'Histoire»    Liban : Les manifestants ne décolèrent pas    Météo : Fortes pluies dans plusieurs régions du Maroc    Recherche scientifique. Un nano-satellite universitaire envoyé pour deux ans dans l'espace    Accidents de travail. La facture fait mal aux entreprises    Gouvernement. El Ouafi lâche la migration    Une belle leçon des joueurs botolistes    Akhannouch appelle à favoriser l'emploi des jeunes    Solid'Action : Faisons des enfants des douars nos enfants !    Rabat : Arrestation d'un malade mental pour agression contre un muezzin    Au-delà d'une LDF    Production alimentaire : Le Maroc a atteint «un bon niveau» de couverture de ses besoins    Accès à l'information. Le parquet général secoue les tribunaux    Attijariwafa bank décroche le titre «Top Performer RSE» de l'année    Pour exercice de la médecine sans autorisation : Un Français épinglé à Marrakech    Météo: le temps qu'il fera ce lundi    Belle distinction de Yasser Daho    La politique pénale du Maroc jaugée à l'aune des droits de l'Homme    Calcio : La Juventus et Ronaldo enchaînent    Salon du cheval : La Sorba de Maher El Bachir remporte le GP S.M le Roi Mohammed VI de Tbourida    Les enseignants cadres des AREF se remettent en grève    Coppola travaille sur "Megalopolis", son projet de film le plus ambitieux    Participation marocaine au Festival des musiques "Oslo World"    Projection en Norvège du film "Paris Stalingrad" de la Marocaine Hind Meddeb    Salon du cheval: La Sorba de Maher El Bachir remporte le Grand Prix Mohammed VI de Tbourida    Les Botolistes proches de la qualification    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Cancer colorectal : Il faut s’y prendre à temps !
Publié dans Finances news le 15 - 02 - 2007

* La première réunion scientifique internationale organisée à Marrakech par la Fédération nationale des centres d'oncologie privés met le cancer colorectal sous la loupe.
* Le professeur Hassan Errihani, chef de service d'oncologie médicale à l'Institut National d'Oncologie de Rabat, dresse le bilan des connaissances et thérapeutiques en ce qui concerne le cancer colorectal.
Après le cancer du poumon, le cancer colorectal est la deuxième cause de décès par cancer. Il est la plus fréquente des tumeurs malignes. À l'issue de la première réunion scientifique internationale organisée à Marrakech par la Fédération nationale des centres d'oncologie privés, on apprend qu'entre 40 % et 45 % des malades atteints mourront de ce cancer. Parmi les principales recommandations à cette réunion : la sensibilisation de la population sur le mécanisme de ce type de cancer.
Diagnostiquer le cancer colorectal précocement multiplie en effet les chances de guérison.
Ce cancer se développe sur la paroi intestinale avant d'envahir cette région et se propager. Il se localise dans le gros intestin ou dans le rectum et peut ensuite se propager vers le foie, les glandes lymphatiques ou d'autres parties de l'organisme. Il manifeste des symptômes comme la fatigue, la faiblesse, les selles inhabituelles où l'on retrouve des traces de sang et des douleurs dans le bas-ventre.
Même si un patient ne présente aucun de ces symptômes, un cancer colorectal peut être décelé par la recherche de sang occulte dans les selles. La coloscopie est le type d'examen le plus fiable pour détecter toute anomalie. En ce qui concerne la prévention, à partir de 50 ans, il est conseillé de subir des examens régulièrement, ce qui peut diminuer le taux de mortalité associée au cancer colorectal.
les facteurs de risque
Le chef de service d'oncologie médicale à l'Institut National d'Oncologie de Rabat, le professeur Errihani, rappelle les facteurs de risques, notamment l'âge puisque la plupart des cas sont diagnostiqués à partir de 70 ans. Le facteur héréditaire est également à prendre au sérieux. Il explique qu'une alimentation qui présente trop de viande rouge, trop de sucre, pas assez de fibres, peut provoquer cette tumeur maligne. Le surpoids, la sédentarité, l'alcool et le tabagisme figurent également dans le box des accusés.
« On peut également noter que le manque de fer et de lumière naturelle accroît les risques de développer ce type de cancer», explique-t-il avant d'étayer les traitements possibles pour venir à bout de cette tumeur.
Le professeur Errihani a insisté sur le fait que les résultats des traitements sont liés à la rapidité d'intervention. Dans les cas de tumeur du côlon ou du rectum, une chirurgie s'impose. Si le cancer est à un stade avancé, un traitement par radiothérapie et chimiothérapie (dans le cas d'une tumeur rectale), ou chimiothérapie (dans le cas d'un cancer du côlon) sera utilisé. De nouvelles molécules à utilisation orale telles que l'Irinotécan, l'Oxalipaltine ou la capécitabine sont plus confortablement utilisables par le patient. L'anti EGRF est une thérapeutique plus ciblée et efficace.
Et un espoir de plus pour les patients puisqu'une très récente classe thérapeutique se distingue par son originalité et son efficacité : se sont les antigiogéniques. Le Bevacizumab est le premier et le seul médicament de cette classe qui montre une réelle efficacité clinique en ce qui concerne les cancers colorectaux.
Il permet d'améliorer nettement et significativement la qualité de vie du patient. Il doit cependant être pris à temps et de manière continue pendant au moins 10 à 12 mois.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.