Séisme au PJD : Ramid ne partira plus    Le Maroc suspend ses vols avec la Belgique et l'Italie    Non au nihilisme !    Evolution du coronavirus au Maroc : 112 nouveaux cas, 483.766 au total, lundi 1er mars 2021 à 18 heures    La Bourse de Casablanca termine en retrait    Le Roi ordonne de faire don d'un million de dollars au Yémen    Le Maroc blackliste l'ambassade d'Allemagne à Rabat    Région de Dakhla: plus de 570 MDH pour des projets de développement    Après Tanger, la ville de Tétouan noyée par des pluies torrentielles (Vidéos)    Tennis : À Dakar, nos jeunes ont gagné en expérience    FCA Morocco : ce que prévoit le MotorVillage pour accompagner sa croissance    Recherche et développement : la CGEM s'allie à l'UM6P    Procès à distance: Plus de 300.000 affaires mises au rôle en 10 mois    El Guerguarat: inauguration de logements de fonction pour les agents de douane    Officiel: le Maroc prolonge le couvre-feu    Marrakech: une villa transformée en casino perquisitionnée par la DGSN    Egypte : décès de l'acteur Youssef Chaabane, à l'âge de 90 ans, des suites de la covid-19    Chine : les trois actions efficaces pour éradiquer la pauvreté    Mohamed Bazoum, nouveau président du Niger    Prolongement de l'état d'urgence, usage légal du cannabis... Ce qui est prévu lors du Conseil de gouvernement    Covid-19 en France: « Il faut encore tenir », selon Macron    Export : Dakhla nouveau fief pour l'Asmex    Le nouveau clip de Saad Lamjarred fait un carton ! (VIDEO)    Guerguerat : inauguration de logements de fonction pour les agents de douane    TOOMORE célèbre la femme marocaine    Le président de la FIFA en visite au Maroc: Bons baisers de Rabat    La Juve sans joker derrière l'Inter et Milan    Les Robots de l'apocalypse, de Gabriel Banon    Chelsea et United scotchés, Liverpool repart    Yetnahaw Gaâ : en Algérie, la résistance démocratique face à la répression et l'entêtement du régime    Covid-19 au Royaume-Uni : plus de 20 millions de personnes ont reçu leur première dose de vaccin    La NASA adopte la carte complète du Maroc    Présidence de la CAF : la Fifa a fini par trouver un compromis entre les 4 candidats en lice    Samy Mmaee : Ma première sélection, le meilleur moment de ma carrière    Hicham Maidi présente une exposition mêlant l'âme et la matière    14e anniversaire de SAR la Princesse Lalla Khadija    JO de Tokyo : France-Etats Unis dès le 25 juillet pour les basketteurs    Léger recul de l'activité de Centrale Danone en 2020    Jeunes Talents Maghreb L'Oréal-Unesco pour les femmes et la science : Deux chercheuses marocaines récompensées    ‘'KISSARIYA'', nouvelle sitcom ramadanesque    «Pour moi, la musique est un don de Dieu»    Réunion sur l'accord nucléaire : l'Iran ne considère pas le moment comme «approprié»    «Schizophrénies marocaines» de Abdelhak Najib    Ronaldo et Messi dans le viseur d'un club    Troisième grand parti politique aux Etats-Unis? Trump met les choses au clair    Syrie : l'UNICEF appelle au renvoi chez eux des enfants déplacés dans le Nord-Est    Algérie: affrontements entre la police et des manifestants    La folle histoire qui lie Winston Churchill à la ville de Marrakech    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Bourse : Les valeurs bancaires en berne
Publié dans Finances news le 05 - 06 - 2008

* Trois valeurs bancaires enregistrent des contre-performances notables. Trois autres sont au vert mais font moins que le marché.
* Les résultats (décevants) des banques cotées, leur niveau de valorisation exagéré et la morosité du marché boursier en sont les principales raisons.
Les valeurs bancaires ont-elles perdu de leur lustre? Tout laisse à penser que oui. Les banques cotées affichent en effet des performances boursières en demi-teinte. Le CIH, le Crédit Du Maroc et la BMCI affichent des contre-performances pour le moins notables. Elles ont perdu respectivement 4,44%, 0,44% et 7,11% de leurs valeurs depuis le début de l’année. Les trois bancaires restantes affichent, quant à elles, des performances positives, mais bien loin des exploits d’antan. Avec des performances respectives de 7,14%, 7,87% et 12,08%, les trois mastodontes du secteur, Attijariwafa bank, la BCP et la BMCE n’arrivent même pas à s’aligner sur l’indice général de la cote (Masi) qui, lui, affiche des gains cumulés de près de 14%. Le déphasage est patent. Les bancaires nous ont habitués à mieux. À la même période de l’année dernière, celles-là distançaient de loin le marché. Que se passe-t-il alors? Comment s’explique cette baisse de régime?
Les banques ont fait moins que prévu…
Selon des avis recoupés de quelques professionnels du marché, trois éléments majeurs peuvent justifier cet état de choses. D’abord, les résultats opérationnels de ces établissements. «Bien qu’étant ressortis au vert, les résultats des banques cotées au titre de l’année 2007 ont été décevants. Le marché s’attendait à mieux», lance d’emblée un gestionnaire d’actifs. Son avis est partagé par la quasi-majorité des analystes interrogés par FNH. La BCP a d’abord et, contre toute attente, accusé un net repli opérationnel en 2007. Son RBE a baissé de 4,1% par rapport à 2006. Pis, sa capacité bénéficiaire s’est délestée de 15,2%, détériorant au passage sa marge nette de 4,7 points à seulement 13,8%. Les autres établissements, quant à eux, ont également déçu. Bien qu’ayant signé une croissance notable entre 2006 et 2007, les réalisations des bancaires ont été en deçà des prévisions du marché et les progressions enregistrées ont été moins imposantes que ce qui a été réalisé ces trois dernières années. Le CIH et la BMCE Bank sortent, toutefois, du lot avec des progressions de résultats pour le moins extraordinaires. La banque d’Othmane Benjelloun a boosté son RBE de 52,6% par rapport à 2006 et sa capacité bénéficiaire s’est appréciée de 52,7% dépassant pour la première fois le milliard de dirhams. Idem pour l’ex-OFS dont la capacité bénéficiaire s’est littéralement envolée de 265% à plus de 1,4 milliard de dirhams, contre seulement 387 MDH un an auparavant ! Mais dans ce cas comme dans l’autre, il aura fallu compter sur des éléments exceptionnels pour en arriver là. La BMCE Bank a dû engranger une plus-value de cession d’un montant avoisinant les 700 MDH pour réaliser un tel exploit. Même son de cloche chez le CIH qui, sur un seul dossier de créances en souffrance (Hôtel Mansour Dahbi de Marrakech), a pu récolter, entre plus-values et reprises sur provision, la bagatelle de
690 MDH… Des prouesses, somme toute, difficilement reproductibles dans le futur !
… Et sont relativement chères
Outre cet élément, le niveau de valorisation des bancaires peut également être utile pour appréhender cette baisse de régime. Traitant à un niveau de PER 27 fois les bénéfices engrangés en 2007 et plus de 24 fois de ceux attendus en 2008, le secteur bancaire figure parmi les compartiments les plus chers de la cote. Nuance toutefois. Toutes les banques ne sont pas logées à la même enseigne. Si la BMCE, ATW ou encore la BCP traitent à des niveaux on ne peut plus exagérés, la BMCI, le CDM et le CIH, eux, présentent un niveau de valorisation assez correct. Et c’est bizarrement ces trois valeurs qui subissent de plein fouet la baisse! Le marché en a décidé ainsi.
Et c’est là le troisième élément qui explique le bilan en demi-teinte des valeurs bancaires. Le marché boursier passe, ces derniers temps, par des moments pour le moins difficiles. La morosité a jeté son dévolu sur la place et ne veut plus la lâcher. Les indices flanchent. Les volumes se tassent. Et les investisseurs sont indécis. Du coup, aucune tendance logique ne se dégage. «Et les bancaires, à l’image de la quasi-majorité des valeurs cotées, sont tout simplement prises dans la tourmente du marché. On peut même dire qu’elles résistent bien», martèle cet analyste financier. «Car, quoique l’on puisse dire, les valeurs du secteur bancaire restent (et resteront) la locomotive de la place» renchérit-il. Évoluant dans un secteur des plus solides et des plus prometteurs, les banques cotées ont encore de beaux jours devant elles. Personne n’en doute. Leur liquidité sur le marché fait également qu’elles sont et seront toujours plébiscitées par les investisseurs… sauf «catastrophe naturelle», ironise ce professionnel du marché, qui conclut sur une note assez positive en disant que «la décrue de cette année pourrait être salutaire pour les bancaires. Ça aurait au moins le mérite de les faire revenir à des niveaux de PER un peu raisonnables». C’est en tout cas tous le mal que l’on espère !


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.