Conseil de gouvernement: ce qui est prévu jeudi à Rabat    La Bulgarie salue le rétablissement de la libre circulation civile et commerciale à El Guergarat    Susana Diaz : le Maroc, le "partenaire le plus stable de l'Espagne dans toute la Méditerranée"    Ahmad Ahmad, le président de la CAF suspendu 5 ans par la FIFA    Karim Belhassan, nouveau Directeur général Adjoint de BMCI    L'hébergement des touristes chez l'habitant : une activité laminée par le Covid-19    Faut-il réglementer le télétravail?    PJD. Tu critiques tu dégages    Les hommes d'Ammouta disposent facilement du MCO    inwi: Partenaire Officiel du Football National    Allemagne: le sort de Joachim Löw se jouera le 4 décembre    Vaccination au Maroc: Ait Taleb donne (presque) tous les détails    Pourquoi les cas de covid-19 ont baissé au Maroc, selon un expert    Covid-19 au Maroc: quels sont les symptômes du moment ?    Société Générale Maroc revisite ses bâches publicitaires    Disparition d'un garçon de 13 ans à Asilah : Le pire est à craindre    Port du masque: les autorités de Larache serrent la vis    Les vagues du roman maghrébin et la richesse de l'imaginaire    Clôture du VFM: une édition digitale «déconfinée», placée sous le signe de la résilience!    «Radia Aliya»: Mourad Asmar rend hommage aux mères    Mémoire du judaïsme marocain    L'actrice marocaine Saadia Louk dénonce les fake news des séparatistes    Entretien / Prévisions des tendances du digital en 2021    Equipe nationale féminine: Double confrontation amicale Maroc-Ghana, les 26 et 30 novembre à Accra    Football / La sélection nationale U20 en stage de préparation à Maâmora    Griezmann brise le silence sur ses rapports avec Messi    Al-Nasr : la colère d'Amrabat après la défaite face à Al Hilal (VIDEO)    Coronavirus : voici les métiers les plus à risque [Etude]    Moncef Slaoui : « La vaccination pourrait démarrer le 11 décembre »    Service client : Schneider Electric et Ingram Micro North Africa scellent un partenariat    Flexibilité du dirham : Jouahri chez les députés    Guergarate : La République tchèque salue l'engagement du Maroc à maintenir l'accord de cessez-le-feu    Concentrateurs d'oxygène, la ruée inutile    Devises vs Dirham: les cours de change de ce mardi 24 novembre    USA: Trump prêt à céder le pouvoir    Guerguarat : Le Burkina Faso réitère son soutien à l'intégrité territoriale du Maroc    BCIJ : Démantèlement d'une cellule terroriste affiliée à «Daech»    Modèle de développement : Le processus de consultations de la CSMD touche à sa fin    Mohamed Ramadan s ' attire les foudres du public    Le Parlement libyen tient une séance de L consultations àTanger    Gad El Maleh ne sera pas père de prince    Thaïlande: Bras-de-fer entre la jeunesse et l'institution monarchique    L'ancien président Nicolas Sarkozy jugé pour corruption    Pedro Sanchez: «Le Maroc souffre d'une pression migratoire»    Etats-Unis : Biden va commencer à dévoiler son gouvernement    Exposition. L'art en Afrique médiévale à l'honneur à Washington    Israël-Arabie saoudite. Netanyahu en secret chez MBS    Maroc : Lancement du 7è Prix national de la lecture    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Label Vie / Groupe BMCE Bank : S’agit-t-il d’un règlement de comptes ?
Publié dans Finances news le 19 - 06 - 2008

* Label Vie aurait refusé de reprendre l’enseigne Hanouty, laquelle peine à faire ses marques sur le marché national.
* En représailles, la BMCE aurait décidé de se retirer du syndicat de placement.
* Aux dernières nouvelles, les objectifs attendus pour l’IPO «ont été largement dépassés».
Jamais opération d’introduction en Bourse n’avait fait autant de bruit…, hormis, bien entendu, celle avortée de GSI Maroc ! Des salles de marché jusqu’aux soirées cigares, en passant par les comptoirs de bars branchés, l’IPO d’Hyper SA, société propriétaire de l’enseigne de grande distribution Label Vie, était sur toutes les lèvres. Le débat sur la valorisation de la société a été passionnant. Une première d’ailleurs puisque c’est la même raison avancée par le groupe BMCE Bank pour justifier son surprenant retrait du syndicat de placement de l’opération, intervenu à moins de 24 heures du démarrage de la période de souscription. Une décision inattendue qui a fait jaser plus d’un. Même du côté de Label Vie. Joint par téléphone le jour même du désistement de la banque d’Othman Benjelloun (vendredi matin), Zouheir Bennani, Président de l’enseigne, n’a pas manqué d’exprimer son grand étonnement quant à cette décision. «C’est une énorme surprise. C’est la dernière des choses à laquelle on pouvait s’attendre», avait-il laissé entendre. Un étonnement justifié. Puisque, jusque-là, tout allait pour le mieux entre Label Vie et la BMCE. La collaboration entre les deux «protagonistes» d’aujourd’hui ne date pas d’hier.
Le groupe Benjelloun avait même pris pied dans le capital de Label Vie à un certain moment (entre 2002 et 2007), d’abord via sa filiale de crédit à la consommation, Salafin, et ensuite par l’entremise du fonds Holding Benjelloun Meziane (plus connu sous le signe HBM)… «La BMCE a tenu également à être présente dans le réseau placeur de l’opération. Et de hauts cadres de la banque nous ont accompagnés dans notre road show pour vendre l’opération aux investisseurs institutionnels», nous a confié Z. Bennani.
Que s’est-il alors passé ? Qu’est-ce qui a déclenché les hostilités ? Et pourquoi la banque d’Othman Benjelloun a-t-elle attendu la veille du démarrage des souscriptions pour se retirer de l’affaire?
Le coup de théâtre !
Disons-le tout de suite. L’argument avancé par la BMCE semble bien léger. «Le groupe BMCE Bank était en possession de tous les éléments de l’IPO avant même que cela ne soit rendu public», nous a dit Z. Bennani. «Et les cadres de la BMCE se réunissaient régulièrement, depuis déjà plus d’un mois, avec les équipes de BMCI Finance (conseiller et coordinateur global de l’opération) pour discuter des modalités de la valorisation, de placement des titres…», ajoute-t-il. Si le groupe Benjelloun avait jugé que la valeur était trop chère, pourquoi ne l’avait-il pas manifesté dès le départ ? Pourquoi avoir attendu jusqu’à la dernière minute… ?
Cette affaire recèle, faut-il le dire, beaucoup de non-dits. Et ce n’est pas de la BMCE ni de Label Vie que nous aurons des réponses à nos interrogations. Les réponses sont à chercher ailleurs. Une source digne de foi a bien voulu nous révéler les dessous de cette affaire. «C’est au sommet de la hiérarchie de BMCE qu’a été prise la décision à cause d’un différend avec les actionnaires de la société Label Vie concernant Hanouty», nous déclare notre source.
Le Groupe BMCE chercherait, en effet, depuis quelques mois, un repreneur pour Hanouty, enseigne qui aurait véritablement des difficultés à s’affirmer. «Hanouty est aujourd’hui à la peine. Aucun des objectifs fixés au départ par les promoteurs du projet n’a été atteint. Et le concept même n’a pas trouvé écho chez les Marocains», explique notre source. C’est la raison pour laquelle Label Vie aurait été appelée à la rescousse. «Une proposition alléchante a été faite par la BMCE pour reprendre Hanouty. Les négociations avaient été entamées il y a seulement trois mois, et il était entendu que les actionnaires de Label Vie allaient étudier la question pour donner une réponse finale le plus tôt possible», nous dit notre source. Et le verdict est tombé la semaine dernière. L’idée de reprendre Hanouty n’a pas, semble-t-il, trop accroché les actionnaires de Label Vie… qui ont décliné (poliment) la proposition. Mais la pilule n’est pas passée, faut-il le dire. «Hanouty et Label Vie ont deux business-modèle complètement différents. Marier les deux aurait été une catastrophe», explique notre source. Le refus est donc économiquement justifié.
Mais le Groupe BMCE aurait vraisemblablement vu la chose d’un mauvais ?il. Ce qui expliquerait leur retrait du syndicat de placement.
Cela n’a néanmoins point entravé la bonne marche de l’IPO. Puisqu’à l’heure où nous mettions sous presse (mardi soir), les membres du syndicat de placement venaient tout juste de sortir d’une réunion marathonienne pour faire le décompte des souscriptions.
Et à en croire une source proche du dossier, l’opération a connu un réel succès aussi bien chez les particuliers que du côté des zinzins. «Les objectifs de l’IPO ont été largement dépassés. Le chef de file voulait même clôturer la période de souscription par anticipation, comme prévu dans la note d’information. Mais il a été décidé au final de prolonger les souscriptions jusque dans la matinée du mercredi pour satisfaire la demande de quelques grands souscripteurs qui se sont manifestés à la dernière minute», nous révèle notre source. «L’analyse des profils des souscripteurs montre que ce sont tous des gens avertis. Du coup, il paraît aussi clair qu’évident que le débat sur la valorisation de la société était non seulement inutile, mais également non-fondé», conclut-il.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.