Driss Lachguar se réunit avec la Commission provinciale des élections à El Jadida    Prévisions météorologiques pour le lundi 1er mars 2021    El Othmani rend visite à Ramid après une opération chirurgicale réussie    Covid 19: Décès de l'acteur égyptien Youssef Chaabane    Ligue des Champions / WAC-Kaizer (4-0) : Le Wydad... un match de référence !    IRT-MCO (1-2) : Une victoire pour se relancer !    Démission de Azami Idrissi des instances dirigeantes du PJD : le parti dit niet    Vaccination anti-Covid : Le Maroc toujours dans le top 10 mondial    Ligue des champions : le Wydad écrase les Sud-africains de Kaizer Chiefs (4-0)    Coronavirus au Maroc : 244 nouveaux cas en 24 heures, 8 décès    Cannabis : La Tunisie emboîte le pas au Maroc    Russie : l'opposant Navalny transféré dans un camp à 200 km de Moscou    La folle histoire qui lie Winston Churchill à la ville de Marrakech    Participation du Maroc au Championnat d'Afrique de cyclisme en Egypte    CAN U20. L'EN éliminée par la Tunisie    Signature d' une convention de partenariat entre le ministère de la Justice et la CNDP    Séisme d'Agadir : les vérités sur un drame qui transcende le temps (I)    Syrie : Biden entre en guerre    Habib El Malki se félicite de la coopération avec le FOPREL    Dakhla : L'ASMEX se dote d'une délégation régionale    Credit Bureau: «les solutions apportées par les différents intervenants ont permis de limiter l'envolée des impayés»    "Biggie " , le géant éphémère du rap    Portrait: ElGrande Toto, un as de trèfle qui pique le cœur    Alerte météo : fortes averses orageuses et chutes de neige jusqu'au 2 mars dans plusieurs provinces    La Bourse de Casablanca dans le rouge du 22 au 26 février    Les indices s'enfoncent malgré un léger reflux des taux    Victoire in extremis du HUSA, les FAR et le Chabab se neutralisent    Liga: Barcelone bat le FC Séville et enchaîne    Le FUS s'offre l'AS FAR à domicile    Transavia annonce le lancement d'une nouvelle ligne aérienne entre le Corse et le Maroc    Les arméniens réclament le départ du Premier ministre    Un «mini Maghreb» sans le Maroc et la Mauritanie, une idée aussi incongrue qu'irréaliste    Libye : près de 150 migrants secourus en mer Méditerranée    La 316 ème fortune de France s'implante à Marrakech    Voyages : voici les pays européens prêts à lancer leurs passeports vaccinaux    Le Maroc peut profiter de la guerre géopolitique du Gaz européen    «Nidaa Oujda», un appel contre le discours de division    La France doit être «plus claire» et reconnaitre la souveraineté du Maroc sur le Sahara    Appel à Biden pour appuyer la décision américaine reconnaissant la souveraineté du Maroc sur son Sahara    HPS: des revenus en hausse en dépit de la crise    Présentation du beau livre «Pour une Maison de l'Histoire du Maroc»    «Tout ira bien», nouveau recueil de poèmes de Driss Meliani    Interview avec Selma Benomar, l'ambassadrice du luxe à la marocaine    Covid-19 : les Etats-Unis autorisent un troisième vaccin    Manuels et cahiers scolaires : les imprimeurs gagnent leur bataille pour la préférence nationale    Anniversaire : SAR la Princesse Lalla Khadija souffle sa 14ème bougie    Marrakech se dote du premier radiotélescope au niveau national    Harcèlement sexuel : de nouvelles allégations contre le gouverneur de New York Andrew Cuomo    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Procès intentés par l’Etat : Un vrai boulet
Publié dans Finances news le 18 - 12 - 2008

* Excès de zèle ou précipitation démesurée, certains procès intentés par la Justice marocaine restent à la traîne jusqu’à être classés.
* C’est le cas du procès d’Ahmed Réda Benchemsi et de Nadia Yassine, qui voient leurs procès reportés de manière permanente.
* Certains articles du code pénal, surtout ceux relatifs à la personne du Roi, peuvent être interprétés hors de leur contexte.
Deux importants procès suivis de près par la presse ont été reportés. Il s’agit du procès du Directeur des hebdomadaires Nichane et Tel Quel, Ahmed Reda Benchemsi, poursuivi depuis l’été 2007 pour «manquement au respect dû au Roi». Le président du tribunal de Casablanca a affirmé, avant la clôture de la séance le 3 septembre 2008, que la «Cour pourrait convoquer à nouveau Benchemsi, si tous les éléments du dossier étaient réunis». Le deuxième est celui de Nadia Yassine, fille du Cheikh Ahmed Yassine et dirigeante fondatrice de la section féminine du mouvement Al Adl Wal Ihsane, poursuivie pour «atteinte aux institutions sacrées du Royaume», reporté au 26 février 2009, alors que l’intéressée est poursuivie depuis juin 2005 suite à une interview accordée à l'hebdomadaire marocain «Al Ousbouiya Al Jadida» (du 2 juin 2005). Elle est poursuivie pour avoir exprimé clairement ses positions concernant la monarchie et le système de gouvernance au Maroc, positions qu'elle n'a cessé d'exprimer depuis des années.
Pour beaucoup d’observateurs, le report incessant de certains de ces procès s’explique par le fait que ceux-ci ont été intentés dans la précipitation, créant ainsi le tollé. Ce n’est qu’après coup que les autorités cherchent à calmer le jeu. Surtout quand il s’agit de personnalités éminentes. Ainsi, dans le cas de Nadia Yassine, elle risque entre 3 et 5 années de prison et une amende de 10.000 à 100.000 DH, sur la base d’articles du Code pénal se référant à la personne du Roi et à la famille royale. L'ancien Directeur de la publication, Aziz Koukas, et les journalistes Adil Najdi et Mostafa Hairane, qui ont réalisé l'entretien avec Nadia Yassine, sont également poursuivis dans cette affaire en vertu des articles 41, 67 et 68 du Code de la presse et de l'édition.
Comme l’explique un avocat ayant requis l’anonymat : «Par excès de zèle, certains propos peuvent facilement tomber sous le coup de certains des articles du Code pénal !». Chose que confirme l’intéressée : «Je pense que c’est une réaction démesurée et un cafouillage que seule une constitution telle que celle octroyée à notre pays peut générer. Dans un des derniers numéros du «Journal hebdomadaire», il est dit que mon procès a déclenché les foudres royales. C’est d’autant plus inquiétant que cela confirme l’arbitraire le plus absolu puisqu’il se conjugue avec un bon vouloir qui n’est même pas centralisé», explique Nadia Yassine.
Dans le cas du procès d’Ahmed Réda Benchemsi, Reporters Sans Frontières est monté au créneau : «Ce n’est pas en pratiquant la politique de l’autruche que la Justice marocaine fera avancer l’état de la liberté de la presse dans le Royaume. Nous attendons toujours du gouvernement d’Abbas El Fassi un réel engagement sur le terrain législatif. En attendant, Ahmed Reda Benchemsi reste passible d’une peine de prison pour avoir exprimé son opinion dans un éditorial», a indiqué l’organisation.
Contacté par Reporters sans frontières, Ahmed Reda Benchemsi a affirmé que ce report était «le signe que la Justice cherchait manifestement à classer l’affaire sans avoir à la juger».
Pourquoi cette volonté d’apaisement en aval ne s’est-elle pas manifestée en amont, provoquant des procès qui tournent rapidement à la mascarade? Une question à laquelle il est difficile de répondre à la place des concernés.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.