Système de protection sociale : Les lapalissades de M. El Othmani    1500 participants visés par Basket F'Douar    Météo : Chutes de neige au menu…    Guerre mondiale : Retour à Rabat sur le rôle des soldats marocains    Brexit : La perspective d'un accord en novembre toujours aussi incertaine    Presse électronique : La FMEJ dénonce les comportements irresponsables    Elalamy fait le point sur les nouvelles normes marocaines    L'armateur CMA CGM lance une caravane au profit des producteurs agricoles marocains    Education    Parlement. Le code de déontologie sera-t-il respecté ?    Flash hebdomadaire    Botola Maroc Telecom : La belle remontée du Youssoufia de Berrechid    Pétrole : Les grands producteurs veulent éviter une surproduction en 2019    C'est parti pour le cadastre solaire marocain    Le Maroc participe à «La Semaine de la cuisine italienne dans le monde»    Les œuvres de Morran Benlahcen au So Art Gallery    Galerie H : Trois designers à l'honneur    Hamid Baali, victime de la neige ou de la négligence?    Le Maroc participe au Forum de Paris sur la paix    Adoption en commission de la première partie du projet de loi de finances 2019    Nadia Larguet obtient gain de cause dans une affaire d'atteinte au droit d'auteur    Afrique/administration. Le Maroc élu président adjoint    Dakhla: Le Brésilien Carlos Mario remporte la 2è édition du Championnat mondial de kitesuf    Interview – Elad Levi : « La musique andalouse, c'est toute ma vie ! »    Nadia Larguet obtient gain de cause dans une dans une affaire d'atteinte au droit d'auteur    SM le Roi participe à la commémoration du centenaire de l'Armistice    Journée scientifique de partage de compétences : La maladie de Parkinson examinée par des experts marocains et français    Nexans Maroc et Envol Afrique lancent «Nexans Côte d'Ivoire»    SAR la Princesse Lalla Hasnaa inaugure le Parc Hassan II de Rabat    Le sens de l'image    Le ministère de la justice rend un vibrant hommage à Abdelwahed Radi    Les dernières cartes à jouer du programme de privatisations?    Farine subventionnée. Une rente d'un milliard de dirhams    Divers    Signature à Rabat du protocole d'accord conférant au Royaume l'organisation des Jeux africains 2019    La Californie toujours en proie aux flammes    Cure de jouvence promise pour les maisons de jeunes    Finalisation d'un projet relatif au droit des autistes à l'éducation inclusive    Divers    Premier League Des milliers de supporters rendent à nouveau hommage à l'ancien propriétaire de Leicester    Mohamed Benabdelkader appelle à une gouvernance publique efficace, performante et productive    Abderrahmane El Youssoufi : La main tendue de S.M le Roi, une initiative sincère pour une victoire collective des Algériens et des Marocains    divers    Sofia'' de Meriem Ben M'barek rafle trois prix    Nouvelle édition de la "Nuit des philosophes"    Cri de l'âme'' de Abdelilah El Jaouhari en avant-première à Casablanca    Midterms: Une forte présence des femmes au Congrès mais…    Arrivée du Souverain à l'Elysée pour la commémoration du centenaire de l'Armistice    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Plan Emergence : Un moyen de relance industrielle
Publié dans Finances news le 29 - 07 - 2009

* C’est sous l’impulsion du Souverain que le plan Emergence a été mis en place.
* Il devrait, entre autres, permettre de renforcer le PIB industriel.
Le plan emergence a été lancé en 2006 avec pour leitmotiv le repositionnement du tissu industriel national sur des métiers porteurs qui représenteront 70% de la croissance industrielle et dans lesquels le Maroc pourrait faire valoir ses atouts (proximité, main-d’œuvre qualifiée, accès aux marchés…). C’est d’ailleurs dans ce sillage que les pouvoirs publics et le secteur privé avaient lancé, en février 2009, un Pacte, National pour l’Emergence Industrielle couvrant la période 2009-2015. Ce pacte qui vise à construire un secteur industriel fort et à créer un cercle vertueux de croissance, a été conçu autour de trois idées fondamentales : la nécessité absolue de focaliser les efforts de relance industrielle sur les filières pour lesquelles le Maroc possède des avantages compétitifs clairs et exploitables, la nécessité de traiter l'ensemble du tissu des entreprises à travers quatre chantiers (compétitivité, amélioration du climat des affaires, formation et développement des parcs industriels) et la nécessité de mettre en place une organisation institutionnelle à même de permettre la mise en œuvre efficace et efficiente des programmes.
Tous ces efforts devraient permettre, à l’horizon 2015, le renforcement du PIB industriel et des exportations du secteur avec, respectivement, plus de 50 Mds et 95 Mds de DH, la création de 220.000 emplois et l’attraction de 50 Mds de DH d’investissements privés.
Considéré comme étant le premier pilier du Programme Emergence, l’offshoring a retenu l’attention des pouvoirs publics. Il s’agit d’un secteur qui présente un potentiel considérable pour l'économie nationale puisqu’il permettrait d'atteindre, d'ici 2015, un PIB additionnel de 15 milliards de dirhams et de créer environ 100.000 emplois qualifiés.
Une stratégie de repositionnement du secteur automobile a été, par ailleurs, poursuivie en juillet 2003 par la cession de la participation publique dans la SOMACA (38% du capital) au constructeur français Renault et par la conclusion, avec ce dernier, d’une convention portant sur le lancement de la nouvelle «voiture familiale». Ce projet représente un montant d’investissement de
220 MDH hors prix de cession, et permet d’intégrer l’outil national dans la stratégie d’un constructeur mondial qui apporterait son savoir-faire et son expertise pour améliorer la performance automobile locale et lui permettre d’atteindre les standards Internationaux en matière de normes et de qualité.
Autre illustration de l’émergence de ce secteur au Maroc : l’investissement du constructeur Renault à Tanger d’un montant de 600 millions d’euros portant sur la création d’un complexe industriel d’une capacité de production annuelle de 400.000 véhicules dont 90% destinés à l’export. Concernant l’industrie aéronautique, le «Plan Emergence» envisage la réalisation d’un chiffre d’affaires additionnel de 4 milliards de dirhams et la création de 12.000 emplois nouveaux à l’horizon 2015.
A l’instar de ce qui précède, des réformes ont été mises en place, accompagnées d’un ensemble d’actions portant notamment sur la mise à niveau de l’industrie, l’adoption d’une nouvelle politique d’aménagement des zones industrielles, la promotion de l’investissement privé industriel ainsi que sur la mise en œuvre d’une nouvelle politique industrielle basée sur des niches prometteuses à l’international.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.