Une rentrée politique qui promet des remous, et le PJD toujours dans ses petits calculs    Les autorités publiques dénonce les contrevérités de « Human Rights Watch »    Premier League : Liverpool arrête Arsenal    El Guerrab interpelle l'AEFE sur les dysfonctionnements des écoles française    Un Marocain produit une machine de désinfection à ultraviolets    Combien coûte le test PCR dans le privé ?    Importation : les transitaires se plaignent des bureaux de contrôle    Chami présente ses recommandations pour une intégration régionale réussie du Maroc en Afrique    Real Madrid: Eden Hazard indisponible au moins 15 jours    HCP: le PIB recule au 2ème trimestre 2020    INWI : El Mountassir Billah remplace Nadia Fassi-Fehri à la présidence    Immobilier marocain : la formule gagnante pour conquérir des capitaux institutionnels internationaux    L'affaire Naïma. Les parents racontent toute l'histoire derrière l'abominable meurtre de leur fillette (reportage vidéo)    ONDE: Mobilisation générale contre les violeurs et les agresseurs d'enfants (vidéo)    Tanger : réouverture des salles de sport à partir de...    Marrakech : «Hikayat Shahrazad», l'art au service des nobles causes    Une étape importante qui transforme une impasse de plusieurs années en un véritable élan    Le FC Barcelone tient son nouveau défenseur !    Le HUSA assure son maintien, le CAYB menacé    Vahid Halilhodzic tiendra une conférence de presse    Roland-Garros: Serena Williams déclare forfait    Communiqué du bureau politique du PPS    Cour des Comptes : L'encours à la dette a plus que doublé durant la dernière décennie    Le «nœud»    Hong Kong: Arrestation de Joshua Wong    TikTok : La bataille juridique s'achèvera-t-elle ?    L'Algérie a besoin d'un prix du baril de pétrole à 157,2 dollars pour équilibrer son budget    Années 30. Comment vivaient les Juifs du Maroc    «Les Gnawa de Lalla Mimouna», de M'bark El Haouzi et Erwan Delon aux Editions l'Harmattan    Rentrée scolaire: quid de l'enseignement de l'amazighe?    La Chikha est avant tout une guerrière    Technologie de stérilisation des matelas : SteriMat, une innovation signée dolidol    Imam Mahmoud Dicko: dans les situations difficiles, le Maroc "est le premier pays qui vient au secours du Mali"    Voici le temps qu'il fera ce mercredi    Marsa Maroc : CA de 1 454 MDH au 30 juin    Des Marocains bloqués à Melilia bientôt rapatriés    CNSS : nouveau soutien au profit des entreprises [Document]    Le nouvel Émir du Koweït prête serment    Présidentielle américaine : le premier débat entre Donald Trump et Joe Biden sombre dans la confusion générale    Colère en Inde après la mort d'une jeune femme à la suite d'un viol collectif    Restitutions d'œuvres d'art : la gestion française du dossier laisse à désirer    Subventions accordées aux artistes: le coup de gueule de Latifa Raafat (VIDEO)    Covid-19 au Maroc: triste bilan des décès    Chama Zaz : L'étoile de l'Aita Al Jabalia s'en est allée !    Programme de soutien destiné au domaine artistique : 459 projets subventionnés    La course aux points bat son plein aussi bien en haut qu ' en bas du tableau    Matchs amicaux de l'équipe nationale : Halilhodzic dévoilera la liste des Lions de l'Atlas ce jeudi    Terrorisme : le Secrétaire à la Défense américain, Mark Esper, au Maroc ce vendredi    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Médiation bancaire : Rompre l’anarchie dans les conflits banques/clients
Publié dans Finances news le 15 - 10 - 2009

* La médiation devrait rompre le favoritisme dont jouissaient
les banquiers en cas de litiges avec leur clientèle.
* Les banques se sont engagées à se plier aux propositions du médiateur pour le règlement du litige quand ce dernier porte sur un montant ne dépassant pas 100.000 DH.
* Le client aura toujours le droit de recourir à la Justice s’il estime qu’il est toujours lésé après consultation du médiateur.
La relation banque/client entre dans une nouvelle ère que les responsables de la supervision du secteur bancaire veulent la plus équitable possible. En effet, si auparavant les faits faisaient état d’un certain «favoritisme» pour les banques en cas de conflit avec leur clientèle, désormais la donne est différente avec la mise en place d’une commission de médiation bancaire. Selon nos satellites, ce projet est bouclé et devrait entrer en vigueur dans les jours qui viennent. Il ne serait même plus question que de la mise à jour des conventions de compte régissant la relation entre le client et sa banque, puisque les établissements bancaires et les sociétés de financement ont déjà signé la charte relative au projet. La Banque centrale a, quant à elle, approuvé durant le premier semestre, la mouture du projet qui lui a été adressée.
«L’avantage que procure le recours à la médiation pour le client est que la banque est tenue impérativement de respecter la décision du médiateur tandis que le client disposera toujours du droit de recours à la Justice si l’avis du médiateur ne lui convenait pas», confie Abdellatif Jouahri, gouverneur de Bank Al-Maghrib. Il faut juste ajouter que les responsables des établissements bancaires marocains se sont engagés, de bonne foi, à accepter l’avis du médiateur, quel qu’il soit, si le litige porte sur une somme inférieure ou égale à 100.000 DH. Cependant, la réglementation voudrait que le client n’ait recours au médiateur qu’une fois épuisées les voies de règlement à l’amiable du litige avec la banque. Aussi, faut-il savoir que «le médiateur n’entre en service que dans le cadre des erreurs sur les comptes de clients, sur les opérations bancaires ou bien sur le prélèvement de frais. Il n’est en aucun cas question de traiter les recouvrements de créances», rappelle un banquier de la place. En d’autres termes, la médiation bancaire concernera les conflits liés à la gestion des comptes et des moyens de paiement, les écritures comptables, et notamment les dates de valeur des opérations ainsi que les engagements pris dans le cadre du contrat liant la banque à son client.
Par ailleurs, il semblerait que la mission de médiation ait été confiée à un ancien banquier, en l’occurrence Mohamed Alaoui Kacimi, ex-cadre de BMCE Bank, pour une durée renouvelable de trois ans. Selon certains observateurs, «le fait de faire d’un homme appartenant au milieu bancaire un médiateur dans les conflits des établissements de crédit avec leurs clientèles pose un problème de conflit d’intérêts». Or, le gouverneur de la Banque centrale pense différemment. Il estime que ce rôle se devait d’être de la responsabilité d’une personne qui connaît bien le secteur bancaire, et que Mohamed Alaoui Kacimi a fait ses preuves dans ce domaine durant plusieurs années. Aussi, « il ne faut pas oublier l’engagement de la Banque centrale de continuer à jouer son rôle de superviseur, notamment dans les dossiers de médiation», ajoute A. Jouahri. En effet, le Comité de médiation inclura, en plus des membres banquiers, un représentant du gouverneur de BAM. A noter que les sociétés de financement auront leur propre médiateur, à savoir Mohamed Tehraoui, membre fondateur de l’Association professionnelle des sociétés de financement, tandis que les représentants de l’association au Comité de médiation du secteur ont été désignés lors du Conseil de l’APSF de juin dernier.
Quid du fonctionnement ?
Sur le volet opérationnel, en cas de constatation d’anomalie, le client doit en premier lieu se tourner vers son banquier, et ce en adressant ses doléances à la banque avec, bien évidemment, un accusé de réception. Si le délai de 3 semaines est écoulé sans qu’il y ait une quelconque réponse, ou encore sans que le client n’en soit satisfait, le recours au médiateur devient légitime. Seule condition à cela : ne pas avoir fait appel à une instance juridique au préalable.
La médiation prendra au maximum 60 jours après la saisie de l’arbitre. Celui –ci devra consulter chacune des deux parties avant de rendre son avis. Une fois celui-ci approuvé, il sera consigné dans un accord signé par le représentant de la banque et le client afin de prononcer son exécution. Enfin, en cas de refus, c’est la position de chacune des parties qui sera consignée dans un procès verbal avant la clôture du dossier.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.