La revue de presse du jeudi 26 mai    Gestion de l'eau: «le Maroc peut profiter l'expérience israélienne», assure Orit Farkash-Hacohen    Une amende de 150 millions de dollars pour Twitter    La météo pour ce jeudi 26 mai 2022    Visite de travail du CESE du Maroc en Côte d'Ivoire    Les milliards de la nature    Corruption : Deux arrestations par semaine en moyenne grâce à la ligne directe    Météo au Maroc: les prévisions du jeudi 26 mai    AC Milan: coup dur pour Ibrahimovic    Rabat: l'ambassade du Suriname inaugurée    Hakim Ziyech s'en prend violemment à Vahid Halilhodzic (VIDEO)    Maroc/Covid-19: 170 nouveaux cas et 1 décès ces dernières 24h    Découvrez « Yallah Rouh », le dernier clip de Samira Saïd (VIDEO)    La danseuse Maya au cœur d'une polémique    CEDAW: HarmonizationNow salue la décision du Maroc mais affiche ses réserves    Guerre en Ukraine : La Russie veut l'appui de l'Afrique pour la levée des sanctions occidentales    Frontières maritimes : L'ambassadrice du Maroc en Espagne tente de rassurer les Iles Canaries    Qui est Salvador Ramos, le tireur d'Uvalde ?    Romain Saiss proposé au Barça, le Betis et Besiktas à l'affût    Partygate: Un rapport accuse Boris Johnson qui refuse de démissionner    AZIZ, l'intellectuel révolutionnaire, qui a su lier la pensée à l'action    Meurtre de Shireen Abu Akleh : Washington pour une enquête «complète et transparente» mais pas à la CPI    Sahel : Une crise alimentaire aiguë pointe à l'horizon    Des milliers de traversées de la frontière entre le Maroc, Ceuta et Melilla une semaine après son ouverture    Le Maroc accueille une réunion de militaires et civils libyens    Guerre en Ukraine : Trois mois déjà et pas de paix en perspective    Vidéo. Sélection nationale: Vahid défend ses choix    Le Museo Arqueológico Nacional célèbre les liens entre le Maroc et l'Espagne dans sa nouvelle exposition    La liste des 25 Lions de l'Atlas pour la date FIFA de juin 2022    Canada : Consulat mobile au profit des Marocains de l'Alberta    Nadia Fettah prend part aux assemblées annuelles de la BAD    Le Cercle des Eco. Comment renforcer et fidéliser sa Customer community ?    Couverture médicale pour les agriculteurs : 4 conventions majeures signées à Rabat    La Journée mondiale de l'Afrique célébrée ce mercredi 25 mai    Sélection nationale: voici la liste des joueurs convoqués par Vahid Halilhodžić    «Casa-Paris», le beau duo d'Issam Kamal et AliceCatDesigner    Une Mercedes de 1955 vendue 135 millions d'euros, record mondial pour une voiture aux enchères    Le temps qu'il fera ce mercredi 25 mai 2022    Variole du singe au Maroc : les 3 cas suspects testés négatifs    L'espace maroco-italien invite Mohamed El Jem et sa troupe chez Da Vinci    Gestion de l'eau : Les recommandations clés de Nizar Baraka en matière de gouvernance    Visite au Maroc du chef d'Etat-major général des Forces armées mauritaniennes    Fusillade au Texas. Biden tire sur le lobby des armes    Variole du singe : la flambée des cas reste « maîtrisable », selon l'OMS    Chelsea passe des Russes aux Américains    Les couleurs du Maroc brillent à Cannes pour la troisième année consécutive    SIEL : la 27e édition célèbre la littérature africaine    Chelsea : Hakim Ziyech voudrait changer d'air cet été    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Investigation : "Pegasus, les dessous d'une affaire" (Replay)
Publié dans 2M le 27 - 01 - 2022

En plein été 2021, la nouvelle tombe comme un couperet : le Maroc "est un Etat espion". Sans les précautions d'usage, des médias européens accusent le Maroc d'avoir acquis le logiciel israélien Pegasus pour espionner des journalistes, des militants, des responsables politiques et même des chefs d'Etat. Derrière ces accusations, des ONGs, un consortium de journalistes d'investigationet un réseau prestigieux de médias à travers le monde. L'affaire Pegasus est née.
Pegasus est le nom d'un listing de 50.000 personnes dont les numéros de téléphone auraient été piratés et espionnés. Ces accusations sont graves et à ce jour, personne ne sait qui est l'émetteur de cette liste ni dans quelles conditions elle a été récupérée.
En l'espace d'un mois, l'affaire Pegasus a failli faire voler en éclats des décennies de bonnes relations du Royaume avec ses partenaires. Le Maroc, "un pays ami, stable et sur lequel on peut compter" : ces mots sont ceux d'un haut diplomate européen et c'est aussi un sentiment partagé par de nombreuses puissances du vieux continent.
Le Royaume a toujours été cité en exemple par ses partenaires européens qui le saluent pour sa coopération exemplaire : promoteur de l'islam du juste milieu, modéré et tolérant, protecteur de ses frontières et de celles des autres contre toutes formes de trafic, de migration illégale mais aussi un partenaire stratégique dans la lutte contre le terrorisme et la criminalité transfrontalière. Mais ces succès répétés dans les sphères économique et diplomatique commencent à gêner et à agacer. Le Maroc est désormais un concurrent sérieux, et celui qui réussit, dérange.
Le Maroc est désormais au coeur de batailles feutrées parfois violentes, au biais de désinformation et d'attaques numériques dont l'objectif ultime est de faire perdre pied, faire mal, déstabiliser...
Dans une enquête au long cours, 2M démêle le fil de cette affaire et de comprendre comment des médias de référence ont publié des informations qu'ils n'ont ni collectées ni recoupées dans "Pegasus : les dessous d'une affaire".
Regardez. ►


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.