Tragédie de Mellilia : l'UE confirme le récit du Maroc et pointe le doigt vers l'Algérie    CAN féminine : Le Sénégal bat le Burkina Faso (1-0)    Phosphates et dérivés: les exportations marocaines ont doublé à fin mai    Bourita : une feuille de route de l'avenir des relations bilatérales    Le Parlement andin tient sa session ordinaire à Laâyoune    « Epargner aux pays africains d'être sévèrement touchés par la vague inflationniste »    Le Maroc pour de nouvelles options de financement à vocation structurelle    Hausse de 173% par rapport à 2021    France : L'épreuve de feu pour Borne II    Rabat: Nasser Bourita reçoit Staffan de Mistura    Le Wydad s'adjuge le trophée et conserve sa couronne    Dari au Stade Brestois, Laaziri à l'Olympique Lyonnais !    Liga : FC Barcelone prolonge le contrat du jeune marocain Chadi Riad    Fatima-Ezzahra Aboufaras et Omar Lakehal remportent la médaille d'argent en Taekwondo    Covid. 11 nouveaux décès au Maroc ces dernières 24h    Covid: le ministère appelle les Marocains à effectuer « d'urgence » leur dose de rappel    Phosphates et dérivés: Les exportations ont doublé à fin mai    La Bourse de Casablanca termine en nette baisse    Sahara. Nasser Bourita s'entretient avec Staffan de Mistura    Tunisie: Kais Saied défend son projet de Constitution controversé    Jeux marocains du sport en entreprise : De l'or pour la MDJS dans la catégorie gaming    L'euro au plus bas depuis 2002, l'économie de l'UE à la merci des vicissitudes internationales    Campagne agricole 2021-2022 : baisse de 69% des trois principales céréales    Maroc/Covid-19: 3.849 nouveaux cas et 11 décès en 24H    Azemmour : La préservation du Malhoune, une priorité...    Non, Dounia Boutazout ne mettra pas un terme à sa carrière    Marrakech. Le groupe espagnol Baiuca fait sensation au FNAP    MOGA Festival revient à Essaouira : Du 28 septembre au 2 octobre 2022    La 17ème édition du festival Timitar du 15 au 16 juillet à Agadir    Clap de fin pour le Trophée Hassan II Tbourida 2022    Harcèlement, viol, chantage... Quand la haute société française bascule dans le gore et demeure impunie    La journaliste Abu Akleh « vraisemblablement » tuée par un tir israélien « non-intentionnel » (Département d'Etat)    Remise en service des centrales de Tahaddart et Aîn Béni Mathar à partir du GNL importé    Températures prévues pour le mercredi 06 juillet 2022    Voici le nouvel entraîneur du PSG    Dounia Batma s'offre un relooking (PHOTO)    Medias jordaniens : la gouvernance de la migration au Maroc encadrée par une vision humanitaire et solidaire    Condamné à mort, le Marocain détenu en Ukraine saisit la Cour suprême des séparatistes    La France rapatrie 51 mineurs et femmes retenus dans des camps en Syrie    Une clôture aux rythmes gnaoua    Moussem d'Asilah : Une 43ème édition saison ouvre la saison estivale    Alerte Météo : Vague de chaleur du mercredi au samedi avec des températures allant jusqu'à 45°C    La Cedeao a un nouveau président    Météo au Maroc: les prévisions du mardi 5 juillet    Aïd al-Adha au Maroc: la demande estimée à environ 5,6 millions de têtes    Décès de Abdallah Charif El Ouazzani: les condoléances du roi Mohammed VI    Baccalauréat-2022 : Un taux de réussite de 97% chez les candidats non-voyants    France/Covid: la pression hospitalière augmente, le système de santé «à bout de souffle»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Sahraouis séquestrés en Algérie: Les parlementaires marocains saisissent leurs homologues européens
Publié dans Hespress le 17 - 05 - 2022

Les Sahraouis détenus dans les camps de Tindouf en Algérie sont des « populations séquestrées », a déclaré Lahcen Haddad, coprésident de la commission parlementaire mixte Maroc-UE, dans une lettre adressée à ses homologues européens. « Cette situation nous préoccupe » parce qu'une grande partie de Sahraouis séquestrés sont « Marocains », indique la lettre.
Interpellant les députés européens interpellés sur les violations systématiques des droits humains dans les camps de Tindouf par le pouvoir algérien, les députés marocains ont adressé une lettre à leurs homologues pour leur faire part de leurs inquiétudes et de leurs profondes inquiétudes pour leurs compatriotes retenus par l'Algérie.
« Cette situation nous préoccupe en tant que députés marocains, car une bonne partie des populations séquestrées dans les camps de Tindouf sont des Sahraouis marocains », a souligné Lahcen Haddad, dans cette lettre.
Malgré les appels du Conseil de sécurité de l'ONU et du Haut Commissariat Réfugiés (HCR) pour que l'Algérie compte et enregistre les « réfugiés » sahraouis comme le stipule le droit international, l'identité et le nombre de ces présumés réfugiés restent un mystère, a-t-il déclaré.
Selon les chiffres du HCR datant de 2018, le nombre de personnes vivant dans les camps de Tindouf serait de 90 000 personnes, avec un ajout de 35 000 rations supplémentaires qui y ont été ajoutées pour cause d'impact d'inondations sur les plus vulnérables. Le nombre a été conservé en cas de nouvelle catastrophe naturelle.
« L'Algérie et le polisario affirment qu'un plus grand nombre de réfugiés vivent dans les camps et reçoivent une aide humanitaire à la lumière de ces estimations, très probablement, exagérées. Mais ils refusent continuellement de compter et d'enregistrer les "réfugiés" malgré les appels constants du HCR et du Conseil de sécurité de l'ONU », a écrit Lahcen Haddad.
Si l'Algérie considère les Sahraouis marocains (ainsi que d'autres venants de la région du Sahel) sur son sol comme des « réfugiés », pour le Maroc, ces personnes sont des « populations séquestrées » détenues contre leur gré dans les camps de Tindouf.
Leur incapacité de se déplacer en Algérie ou à l'étranger et encore moins, leur droit au retour au Maroc ne leur est pas permis. Ils vivent dans des camps et des bâtisses de fortune, en plein désert, n'ont pas le droit d'avoir d'activités lucratives, et sont donc condamnés à vivre dans la pauvreté et la privation.
Les députés marocains ont dénoncé les « violations systématiques » et la « situation désastreuse » des droits humains dans ces camps de Tindouf situés non loin de la frontière avec le Maroc.
En effet, l'Algérie n'applique pas pour les Sahraouis la Convention de Genève de 1951 ni le Protocole de 1967 y afférent. M. Haddad a interpellé les parlementaires européens sur la situation de ces Sahraouis et cette culture d'« entreposage » que leur impose l'Algérie et qui est contraire à l'esprit et à la lettre du droit international sur les réfugiés.
En outre, l'Algérie et sa milice du polisario (créée pour menacer l'intégrité du Maroc depuis qu'il a récupéré son territoire anciennement colonisé par l'Espagne, NDLR) détournent les aides internationales destinées aux « réfugiés » sahraouis depuis près de 50 ans dans l'impunité absolue.
Ces aides contribuent indirectement à maintenir le statu quo et à poursuivre l'oppression des Sahraouis qui sont devenus depuis toutes ces années un business qui rapporte autant pour l'Algérie que le polisario.
En 2015, l'Office de lutte antifraude de l'Union européenne a découvert que l'aide humanitaire de l'Union européenne destinée aux réfugiés séquestrés par l'Algérie, dont le montant atteignait 105 millions d'euros était détourné par le polisario pour des activités telles que l'achat d'armes.
Le 24 juillet 2020, les parlementaires européens ont déposé une motion de résolution à ce sujet dénonçant le détournement de ces « aides humanitaires » pour le financer une organisation séparatiste armée.
1. Haddad a donc exhorté tous les députés européens à prendre les mesures nécessaires pour inciter l'Algérie à mettre fin à cette situation illégale et à lui faire assumer toute sa responsabilité dans la gestion des camps et la libre circulation de la population et le libre accès à la justice algérienne.
Le responsable marocain a également appelé la sous-commission des droits de l'homme du Parlement européen à mener une enquête complète sur l'utilisation illégale d'enfants soldats par le polisario. Il rappelle que le recrutement et l'utilisation d'enfants de moins de 15 ans comme soldats sont interdits par le droit international humanitaire. Ces pratiques sont considérées comme un crime de guerre par la Cour pénale internationale.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.