Maroc-Australie : un processus d'exploration de niches économiques enclenché ?    Elections du 8 septembre : Des parlementaires européens saluent les efforts du Maroc en matière de démocratie    Le Parlement Marocain à la tête de la Commission permanente de la paix et de la sécurité internationale de l'UIP    Ryad Mezzour: « Tous les ingrédients sont réunis pour la réussite du modèle congolais »    L'INDE, première étape du road show international "Morocco Now"    Crédit du Maroc: Forte hausse des bénéfices de la banque à fin septembre 2021    Contrôle de vie des bénéficiaires de pension : La CNSS dématérialise les procédures    Fermeture des frontières Maroc-France : Air France prête à renforcer son programme de vol    Doucement mais sûrement, le marché de l'immobilier au Maroc se redresse    Le renseignement, entre efficacité et légitimité : le Maroc, l'un des rares pays qui satisfait à cette union    Le Forum économique de Davos annule une réunion après des menaces de complotistes    Sénégal: Macky Sall veut restaurer le poste de Premier ministre, supprimé en 2019    Maroc-Israël : Les enjeux et non-dits d'un accord historique    Fermeture des comptes bancaires des mosquées : Le CFCM sort de son silence et dénonce l'arbitraire    CAF : La Supercoupe poussée jusqu'à février 2022    Mondial- Barrages africains : Tirage des matches le 26 janvier au Cameroun    Interception de 230 migrants d'Afrique subsaharienne à Laâyoune et Tarfaya    CAN 2021: la CAF met fin aux rumeurs d'une éventuelle délocalisation du tournoi    Le calendrier 2022 de la Diamond League dévoilé :Rabat accueille la 4ème étape    Interdiction d'accès au Maroc à tout passager en provenance de l'Afrique du Sud    Compteur coronavirus : 154 nouveaux cas et 3 décès en 24H    OFI : « La violence faite aux femmes salit l'image du pays »    Covid-19 : Le nouveau variant, baptisé Omicron, classé préoccupant par l'OMS    Covid-19 : Interdiction d'accès au territoire marocain à tout passager en provenance de l'Afrique du Sud (officiel)    La DGAPR n'intervient pas dans les concours de recrutement externes (Mise au point)    FIFM: qui sont les lauréats de la 4ème édition des Ateliers de l'Atlas?    Rabat: Remise de prix aux gagnants du concours «Je dessine mon Patrimoine»    "Khartoum Offside": Au Soudan, le football féminin, plus qu'une passion, un combat pour les droits    Israël vend au Maroc le système de missile multi-missions Barak 8    Covid-19 : Le Maroc en tête des pays africains ayant acquis plus 400 millions de doses de vaccin    Tunisie : près de 500 migrants secourus au large par la Marine    L'UE prévoit l'instauration d'un salaire minimum ''équitable''    Maroc/Inde : Appel au renforcement de la coopération en termes d'investissements bilatéraux    Prix Goncourt : une magnifique consécration à la littérature africaine    Le PSG battu mais qualifié, City, Real et Inter en 8es, Benzema buteur    BAD : 120 millions d'euros pour soutenir les entrepreneurs, les TPME et stimuler la relance    Covid-19 : Que sait-on sur le nouveau variant détecté en Afrique du Sud ?    Naufrage de migrants : Les Britanniques écartés de la réunion du 28 novembre    Rejet de 25 candidatures, dont celle de Saïf Al Islam Kadhafi    Protection sociale: le Conseil du gouvernement adopte un décret d'application relatif aux médecins    Le Maroc favori face au Danemark à Marrakech    «Fragments de vie» de Abdelatif Habib en vernissage à Rabat    Le processus de la création et le pouvoir des mots    «Juifs d'Orient, une histoire plurimillénaire»    L'Education requiert des réformes profondes et urgentes (M. Baitas)    Benny Gantz prie pour SM le Roi à la Synagogue « Talmud Torah » à Rabat    Mondial 2022 au Qatar : Les conditions désastreuses des travailleurs migrants    «Comme avant...» : Une exposition de Rero pour rouvrir l'espace d'art Montresso    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



LE RNI NEW LOOK : Le plaidoyer de Mustapha Mansouri
Publié dans La Gazette du Maroc le 25 - 06 - 2007

Le président du RNI pense que l'Islam, Tamazight et l'unité nationale sont la propriété de tous les Marocains. Il n'est pas question que ces notions soient exploitées par des opportunistes et extrémistes pour leurs propres intérêts ou pour s'approcher du pouvoir.
Même si son président Mustapha Mansouri, refuse de l'affirmer, le Rassemblement National des Indépendants (RNI) a bel et bien donné une grande leçon en démocratie à l'ensemble des partis politiques et notamment les plus anciens d'entre eux. Après le congrès national, la composition du comité exécutif s'est déroulée dans des conditions transparentes. Tous les moyens logistiques et organisationnels ont été mobilisés, afin que ces élections, très convoitées, se passent dans des conditions optimales. 70 personnes ont été élues. Elles représentent les 16 régions et une trentaine de provinces et préfectures. Casablanca a obtenu 4 membres. Et Marrakech, Nador, Tanger et Fès ont deux membres chacune.
Par ailleurs, invité à l'émission Hiwar de la première chaîne nationale, mardi dernier, Mustapha Mansouri est revenu sur plusieurs dossiers importants, concernant le pays, la vie du parti et les prochaines élections législatives.
Ainsi, l'affaire du Sahara a été au centre des débats. Pour le président du RNI, le Maroc a pris l'initiative de présenter son plan d'autonomie pour les provinces du Sud. Un pas soutenu par l'ensemble des grandes puissances. Mansouri a rappelé que c'est une offre équilibrée et juste, le maximum que notre pays peut faire, puisque deux lignes rouges seront infranchissables : la Souveraineté et l'Unité du Royaume. «Si le Polisario est d'accord, tous les détails de l'autonomie et l'étendue de ses attributions peuvent faire l'objet de pourparlers», affirme Mustapha Mansouri.Justement, le leader du RNI et membre du gouvernement, a été interpellé sur deux questions épineuses et étroitement liées : l'Amazighité et la situation dans le Rif, une région dont est originaire Mustapha Mansouri (il est député de Nador et président de la commune de Laroui). Pour lui, ceux qui exigent l'instauration d'une autonomie dans le Rif, à l'instar de ce qui est prévu pour le Sahara, ne sont qu'une «poignée d'égarés qui ne représentent, en fait, que leur propre personne». Pire, «ils sont manipulés pour agir contre les intérêts de leur pays et leur région». En clair, Mustapha Mansouri est contre toute tentative de déstabilisation du Rif et partant, du Maroc. «Ceux qui se cachent derrière le Moujahid Mohamed Abdelkarim El Khattabi pour revendiquer une autonomie dans le Rif, doivent se rappeler qu'El Khattabi a lutté, toute sa vie, contre la colonisation française et espagnole et surtout dans un seul et unique but : l'unité du Maroc».
Ceci dit, la question de la gestion territoriale, du Rif ou de toute autre région du Maroc, s'impose avec acuité. A cela, Mustapha Mansouri a une réponse originale et longuement réfléchie. En somme, le RNI préconise la création de cinq grandes régions au Maroc, au lieu de 16 aujourd'hui. Celle du Nord, s'étendra de Nador à Tanger. La région Sud, de Dakhla à Tarfaya. La région Est, d'Oujda à Tafilalet. Celle de l'Ouest, de Tan Tan à El Jadida. Et enfin, la région du Centre qui s'étalera de Casablanca à Fès.
Par ailleurs, chaque région possèdera sa propre assemblée délibérante, qui héritera des attributions de la deuxième chambre du Parlement. Pour ce faire, le Conseil économique et social, prévu par la Constitution et pas encore activé, doit absolument être créé. «Dans ce cas de figure, chaque citoyen défendra sa région et partant, son pays».
Face à ce découpage, Mustapha Mansouri insiste sur un point primordial. Une sorte de garantie pour la réussite: le Pouvoir central doit être fort. La Monarchie marocaine est un dénominateur commun de toutes les régions. Et ces dernières se lanceront dans une réelle concurrence économique, loin de toute surenchère politicienne.
Concernant Tamazight, Mustpaha Mansouri estime que «le Maroc est un pays qui puise sa force dans ses racines africaines, amazighs et dans l'Islam. Il respire par son ouverture vers l'Occident, en y puisant ce qui est positif et en rejetant tout ce qui n'est pas conforme avec sa tradition, sa culture et sa religion». Ceci dit, Mustapha Mansouri ne cache pas ses craintes, quant à la reproduction de l'expérience de l'arabisation hative, au lendemain de l'indépendance : Une élite qui envoie sa progéniture aux missions étrangères et les «enfants du peuple» soumis à l'arabisation de l'enseignement qui s'est avéré sans débouchés. «Avant d'enseigner l'amazigh, il faut former des professeurs et promouvoir la recherche», lance Mansouri. En une phrase, le président du RNI pense que «l'Islam, Tamazight et l'unité nationale, sont la propriété de tous les Marocains. Il n'est pas question que ces notions soient exploitées par des opportunistes et extrémistes pour leurs propres intérêts ou pour s'approcher du pouvoir».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.