Maroc-Australie : un processus d'exploration de niches économiques enclenché ?    Elections du 8 septembre : Des parlementaires européens saluent les efforts du Maroc en matière de démocratie    Le Parlement Marocain à la tête de la Commission permanente de la paix et de la sécurité internationale de l'UIP    Ryad Mezzour: « Tous les ingrédients sont réunis pour la réussite du modèle congolais »    L'INDE, première étape du road show international "Morocco Now"    Crédit du Maroc: Forte hausse des bénéfices de la banque à fin septembre 2021    Contrôle de vie des bénéficiaires de pension : La CNSS dématérialise les procédures    Fermeture des frontières Maroc-France : Air France prête à renforcer son programme de vol    Doucement mais sûrement, le marché de l'immobilier au Maroc se redresse    Le renseignement, entre efficacité et légitimité : le Maroc, l'un des rares pays qui satisfait à cette union    Le Forum économique de Davos annule une réunion après des menaces de complotistes    Sénégal: Macky Sall veut restaurer le poste de Premier ministre, supprimé en 2019    Maroc-Israël : Les enjeux et non-dits d'un accord historique    Fermeture des comptes bancaires des mosquées : Le CFCM sort de son silence et dénonce l'arbitraire    CAF : La Supercoupe poussée jusqu'à février 2022    Mondial- Barrages africains : Tirage des matches le 26 janvier au Cameroun    Interception de 230 migrants d'Afrique subsaharienne à Laâyoune et Tarfaya    CAN 2021: la CAF met fin aux rumeurs d'une éventuelle délocalisation du tournoi    Le calendrier 2022 de la Diamond League dévoilé :Rabat accueille la 4ème étape    Interdiction d'accès au Maroc à tout passager en provenance de l'Afrique du Sud    Compteur coronavirus : 154 nouveaux cas et 3 décès en 24H    OFI : « La violence faite aux femmes salit l'image du pays »    Covid-19 : Le nouveau variant, baptisé Omicron, classé préoccupant par l'OMS    Covid-19 : Interdiction d'accès au territoire marocain à tout passager en provenance de l'Afrique du Sud (officiel)    La DGAPR n'intervient pas dans les concours de recrutement externes (Mise au point)    FIFM: qui sont les lauréats de la 4ème édition des Ateliers de l'Atlas?    Rabat: Remise de prix aux gagnants du concours «Je dessine mon Patrimoine»    "Khartoum Offside": Au Soudan, le football féminin, plus qu'une passion, un combat pour les droits    Israël vend au Maroc le système de missile multi-missions Barak 8    Covid-19 : Le Maroc en tête des pays africains ayant acquis plus 400 millions de doses de vaccin    Tunisie : près de 500 migrants secourus au large par la Marine    L'UE prévoit l'instauration d'un salaire minimum ''équitable''    Maroc/Inde : Appel au renforcement de la coopération en termes d'investissements bilatéraux    Prix Goncourt : une magnifique consécration à la littérature africaine    Le PSG battu mais qualifié, City, Real et Inter en 8es, Benzema buteur    BAD : 120 millions d'euros pour soutenir les entrepreneurs, les TPME et stimuler la relance    Covid-19 : Que sait-on sur le nouveau variant détecté en Afrique du Sud ?    Naufrage de migrants : Les Britanniques écartés de la réunion du 28 novembre    Rejet de 25 candidatures, dont celle de Saïf Al Islam Kadhafi    Protection sociale: le Conseil du gouvernement adopte un décret d'application relatif aux médecins    Le Maroc favori face au Danemark à Marrakech    «Fragments de vie» de Abdelatif Habib en vernissage à Rabat    Le processus de la création et le pouvoir des mots    «Juifs d'Orient, une histoire plurimillénaire»    L'Education requiert des réformes profondes et urgentes (M. Baitas)    Benny Gantz prie pour SM le Roi à la Synagogue « Talmud Torah » à Rabat    Mondial 2022 au Qatar : Les conditions désastreuses des travailleurs migrants    «Comme avant...» : Une exposition de Rero pour rouvrir l'espace d'art Montresso    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



PROGRAMME ELECTORAL : Le PPS donne sa parole
Publié dans La Gazette du Maroc le 09 - 07 - 2007

Le Parti du Progrès et du Socialisme, (PPS) a présenté le 3 juillet, les grandes lignes de son programme électoral. Ce dernier est clairement ambitieux, mais il a également le mérite d'être pragmatique.
D'emblée, le Parti du Progrès et du Socialisme (PPS) recherche la confiance des électeurs, en choisissant pour slogan de son programme électoral, l'expression en arabe dialectal : «Ândna El Kelma» (nous tenons notre parole).
Le PPS a ainsi préparé une batterie de mesures concernant pratiquement tous les secteurs, qu'ils soient politiques, diplomatiques, économiques, sociaux ou culturels. Rien n'a été oublié et le tout a été présenté devant les médias, le 3 juillet à Rabat, dans une conférence de presse animée par le Secrétaire général du PPS, Moulay Ismaïl Alaoui.
Toutefois, quatre points importants ont été mis en exergue par le patron des Ppsistes. Il s'agit de quatre engagements, que le PPS a l'intention de respecter au cours des cinq prochaines années, s'il reste bien évidemment au pouvoir. Commençons par l'aspect qui intéresse en premier lieu les électeurs : l'emploi. Le PPS promet de créer 400.000 emplois par an à l'horizon 2012, soit un total de 2 millions d'emplois à la fin du mandat du prochain gouvernement. «Nous voulons, non seulement mettre le pays en état de faire face à l'afflux sur le marché du travail, mais aussi résorber le chômage existant», assure Moulay Ismaïl Alaoui. En matière de développement humain (pauvreté, scolarisation, analphabétisme, corruption, place de la femme…), le PPS envisage la progression de 25 places dans le classement de l'Indice de développement humain. Aujourd'hui, le Maroc occupe la 123ème place dans le classement du PNUD et le PPS souhaite le hisser au 98ème rang, occupé actuellement par des pays comme l'Iran, la Géorgie ou l'Azerbaïdjan. Force est de constater que sur ce point, le programme du PPS n'est pas très ambitieux. Mais il a tout de même le privilège d'être pragmatique. La remarque est importante, car elle dénote tout d'abord que le PPS a compris que les électeurs marocains veulent entendre un discours réaliste, et surtout, elle prouve que le PPS a présenté aux électeurs un programme réalisable. A cet effet, le PPS promet une progression significative et spectaculaire du niveau d'intégration de la femme au développement, à travers une stratégie multidimensionnelle. Il envisage également de promouvoir l'approche genre dans toutes les politiques publiques et l'élimination progressive de toutes les formes de discrimination (juridique, politique, économique, culturelle, sociale) vis-à-vis des femmes.
Indemnité de formation
Sur le plan économique, le programme politique et électoral du PPS, comporte de multiples mesures précises et chiffrées, comme, notamment, les produits des privatisations à venir, estimés à 40 milliards de dirhams sur cinq ans. Mieux encore, le PPS promet, au cas où il continuerait à participer à la gestion de la chose publique, d'affecter les sommes drainées par les privatisations à la réduction de l'endettement, particulièrement interne, dont le taux sera abaissé à moins de 50% du PIB d'ici à 2012. Ce dernier objectif est ambitieux, certes, mais sa faisabilité dépend de plusieurs paramètres techniques, difficiles à évaluer pour le moment.
Le PPS a également fait dans l'innovation : mettre annuellement en formation 35.000 jeunes diplômés de l'université, restés sans emploi. Les stagiaires recevront une indemnité mensuelle de stage de 1800 DH. Cette mesure coûtera 800 millions de DH par an et sera financée par un supplément de la taxe professionnelle de 0,6%. Le monde agricole n'a pas été oublié, puisque le PPS prévoit une vaste réforme, notamment des circuits de commercialisation et la réduction immédiate à 3 % des taxes prélevées dans les marchés de gros. «Il n'est ni juste ni normal que les réseaux de distribution s'approprient actuellement 80% de la valeur ajoutée produite par le paysan», a lancé Moulay Ismaïl Alaoui. Aussi, ce dernier prévoit la mise en place, en substitution au fonds de développement agricole, d'un fonds de soutien à l'intensification agricole, alimenté par les taxes fiscales indirectes et impôts supportés par les agriculteurs, soit plus de 4 milliards de Dhs par an.
Le secrétaire général du PPS a également souligné, que son parti veut que le prochain gouvernement soit doté d'un ministère de la ville : «Il faut mettre en place une politique nationale de la ville par l'établissement de schémas d'aménagement urbain dans toutes les agglomérations urbaines, de programmes d'animation culturelle, sportive et de loisirs, et leur approbation de telle sorte, qu'ils engagent toutes les parties prenantes dans le domaine de l'habitat et de l'urbanisme : privé, promoteurs immobiliers, communes, pouvoirs publics». Enfin, une refonte profonde du système de formation des personnels médical, para- médical et administratif du secteur de la Santé est programmée. Il s'agit de passer, à l'horizon 2012, de 57 médecins pour 100.000 habitants à 90 médecins pour 100.000 habitants, et accompagner cette action par la formation des infirmiers, pour disposer de 3 infirmiers pour 1 médecin.
UMA
Une opportunité à saisir
Pour le PPS, le Maghreb est un espace régional stratégique, qui n'arrive pas à exister en tant qu'espace économique intégré, et encore moins en tant qu'espace de politique concertée. Pourtant le Maghreb possède un potentiel de développement unique au sud de la Méditerranée. «L'édification d'un espace de démocratie et de prospérité, l'ouverture sur la modernité et sur le monde et la lutte contre les opérations de déstabilisation constituent un impératif des années à venir», peut-on lire dans le programme du PPS. Pour relever ces défis le parti propose une coordination entre les Etats maghrébins et d'une réactivation de l'UMA, instituée en 1989. Et pour cause, les coûts économiques et politiques du «non-Maghreb» sont considérables : inexploitation des avantages comparatifs, faible attractivité des investisseurs étrangers, réduction de la taille des marchés, pouvoir de négociation marginalisé à l'échelle mondiale, manque à gagner estimé à un minimum de 2% par an, en terme de croissance du PIB.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.