BMCE Bank distingué en Afrique du Sud    Aziz Akannouch reçoit une médaille à Abidjan    Wydad-Raja en huitièmes de finale retour de la Coupe arabe Mohammed VI : Le derby qui tient tout le Maroc en haleine    Finale de la Copa Libertadores : Un match sur fond de crise    Supercoupe d'Afrique : L'ES Tunis affronte le Zamalek au Qatar    Même pas peur: Xi Jinping réplique à Trump en pleine guerre commerciale    Le moteur d'un Boeing s'enflamme dans le ciel, frayeur à Los Angeles (Vidéo)    Inezgane: Un individu arrêté pour sextorsion    Twitter annonce une nouvelle fonction pour protéger les utilisateurs    Quelques heures après son retour du Maroc, French Montana hospitalisé    Des parlementaires du Pays Basque dénoncent vigoureusement    Son business model arrive à bout : L'ONCF se prépare à tourner la page    Au-delà des célébrations, l'urgence de concrétiser les droits…    Lydec : Hausse de 1,8% du CA à fin septembre    MDJS vs PSG : Une rencontre choc pour l'e-sport marocain    Disparités régionales: Mohand Laenser tire à boulets rouges sur le PLF 2020    L'hétéroclicité fortement dominée par la technocratie    Une incommunication inquiétante    Selon les détails de l'enquête nationale du HCP : 63% des entreprises sur l'axe Casa-Tanger    Maroc : Un autre opérateur renonce à ses explorations d'hydrocarbures    Destitution: Trump jugé pire que Nixon par les démocrates après des auditions choc    Le froid de canard!    Vidéo. Bab Darna : le président arrêté    Electrochoc en Israël, Netanyahu inculpé pour corruption    Rabat vibre aux rythmes internationaux!    18è FIFM: La 2ème édition des Ateliers de l'Atlas accompagnera 28 projets    La 9e édition d'une tradition sensationnelle!    USA : Les meilleurs écrivains de l'année primés au "National Book Awards"    Hervé Renard fan de cuisine marocaine    La police tangéroise met la main sur un dangereux récidiviste    Marrakech: Ouverture du procès de l'ancien directeur de l'Agence urabaine    La province de Midelt frappée pour la deuxième fois en une semaine par un séisme    Le régime successoral est à revoir    Shinzo Abe, une longévité record sans successeur en vue    L'OCS croit pleinement en ses chances à Radès    Les billets du derby se font désirer sur internet    Euro 2020 : Casse-tête au tirage et chocs en perspective    Unis contre Trump, les démocrates exposent leur division entre modérés et progressistes    Tiznit s'achemine vers un nouveau marketing territorial    Le Maroc, un acteur majeur dans le domaine industriel en Afrique    Philippe Vasseur : On ne va pas changer le monde uniquement avec des décisions qui viennent d'en haut    Deux films marocains en compétition aux Journées cinématographiques de Kairouan    Malgré la polémique, le film de Polanski attire le public    Lizzo en tête des nominations aux Grammys, la diversité triomphe    Bourita reçoit Jean-Yves Le Drian à Rabat    Mosquées: Ahmed Toufiq s'engage pour l'amélioration de la qualité des lieux    Le Maroc que nous voulons...    Los Angeles se met à l'heure marocaine    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Abdeljalil fenjiro : Récompensé par… l'ingratitude
Publié dans La Gazette du Maroc le 04 - 07 - 2008

Même s'il a été au meilleur poste d'observation de la scène journalistique nationale, en dirigeant l'agence de presse nationale (MAP) durant plus de trois décennies, Abdeljalil Fenjiro n'a jamais pêché par orgueil. L'homme est resté humble et accessible.
Il ne porte en lui aucune rancune, lit beaucoup, rédige patiemment ses mémoires et rencontre de temps à autre ceux de nos confrères qui lui gardent jalousement leur fidélité. L'homme a marqué la MAP de son empreinte. Mehdi Bennouna a donné naissance au bébé ; Abdeljalil Fenjiro l'a élevé. Lorsqu'il arriva à la MAP comme stagiaire en 1962, il n'y a guère trouvé plus d'une dizaine de collaborateurs dont la majorité était composée d'étrangers. Français, Espagnols, Italiens… etc. animaient la jeune agence de presse marocaine que Mehdi Bennouna avait rêvée en des temps où la cause nationaliste primait sur toutes les ambitions carriéristes. Fenjiro devait puiser dans cette source patriotique. Après son stage, il gravira les échelons, devenant successivement Rédacteur chef général (arabe et français), puis directeur politique, avant d'être nommé directeur général par dahir. En quittant l'Institution en 1999, il a laissé derrière lui 660 salariés dont 250 journalistes, plus de vingt bureaux à l'étranger et une trentaine de bureaux régionaux. Il n'est pas un de nos confrères qui ne lui voue estime et ne reconnaît sa compétence. Dûment remercié et décoré par S.M Mohammed VI, il fut aussitôt nommé ambassadeur à Beyrouth. Arrivé à l'âge de la retraite, il regagna le Royaume en septembre 2003. Abdeljalil Fenjiro est l'exemple même du serviteur de l'Etat qui n'eut droit qu'à l'ingratitude de ce même Etat. En quittant la MAP, on lui servit un solde de tout compte ridicule. Plus tard, on lui refusa jusqu'à sa retraite d'ancien ambassadeur. Chez nous, certains sont «moins ambassadeurs» que d'autres. Il vit aujourd'hui avec une pension inférieure à 9.000 DH. Pourtant, comme l'écrivit si bien notre confrère Abdallah El Amrani, «Fenjiro n'avait qu'une seule passion, le journalisme, une seule obédience, le Trône». Mais il y a pire : certains ont attendu qu'il soit déchargé de toute fonction officielle, six ans après son départ de la MAP, pour lui jeter sur la figure un chef d'accusation pour le moins insultant de «complicité de détournement de deniers publics». Au fil des confrontations et d'un parcours judiciaire particulièrement éprouvant, son innocence n'a cessé d'être confirmée. Aujourd'hui, il attend sereinement que la justice l'innocente au moyen d'un non-lieu. «je garde foi en la justice de mon pays», dit-il.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.