Un élan haussier royal!    Lydec se rattrape au second semestre 2018    La C.I.J. juge recevable la demande de l'Iran    Botola Maroc Télécom : Sous un accent des nouveaux coachs    Ahmed Boukous et les traducteurs Hamid Guessous et Azzeddine Chentouf primés    Hossain Bouzineb, premier Marocain à intégrer l'Académie royale espagnole    Etude du CMC : Le secteur agricole doit gagner en compétitivité    Amzazi : Le digital, indispensable à l'employabilité des jeunes    SIEL-2019: Remise du Prix national de la lecture    SIEL-2019: Remise du Prix national de la lecture    Vidéo-MSC2019 : La formule de Lavrov qui a fait mouche    Bruxelles: Des marocains partagent avec des étudiants leurs expériences inspirantes    Amzazi: Le digital, un levier indispensable pour l'employabilité des jeunes    Cinq morts dans une fusillade près de Chicago    Vidéo-Live : Le Président égyptien présente les défis sécuritaires de l'Afrique au MSC2019    Vidéo-Live : Angela Merkel parle des vraies sources d'insécurité en Algérie et en Afrique    El Othmani : Le Maroc attache un intérêt particulier à la coopération avec le FMI et la BM    Sahara marocain : La loi budgétaire américaine très favorable à la position du Maroc    Les mises à jour de sécurité prendront fin dans un an    4L Trophy 2019: Une course pour les jeunes façon Paris-Dakar    Code de la famille: Les écueils qui plombent la réforme    Appel à des mesures concrètes pour répondre aux problématiques des petites entreprises    Frontex place les Marocains au Top ten des passeurs    Ligue Europa : Arsenal tombe à Borisov, le Séville FC s'offre la Lazio    Divers sportifs    Une journée au complet et du spectacle en vue    Les entreprises espagnoles opèrent au Maroc dans des secteurs de grande importance    Nasser Bourita : Les accords Maroc-UE sont compatibles avec le droit international    Repenser la cohabitation entre les automobilistes et les cyclistes    Cancer du col de l'utérus: le vaccin est "sûr et indispensable"    Appel à une stratégie nationale visant à faire de l'école un espace pour tous    Divers    Les conditions de travail demeurent précaires à l'échelle mondiale    Bouillon de culture    Trump va déclarer l'"urgence nationale" pour construire son mur à la frontière    Divers    La bourde de Katy Perry    Pourquoi Johnny Depp n'incarnera plus jamais Jack Sparrow    Les problèmes de peau de Kim Kardashian    Nador : Arrestation d'une bande de présumés passeurs    Le Forum international de l'étudiant à Safi    La nouvelle vie du Grand théâtre Cervantès    La Botola pro adopte le VAR la saison prochaine    Vidéo – Munich : La sécurité mondiale en question    Coupe de la CAF : La RSB bat le HUSA et s'adjuge la première place    Le Maroc et l'Espagne écrivent un nouveau chapitre de coopération économique    Parlement : Une session mi-figue, mi-raisin    La première édition d'ADCC en Afrique se déroulera au Maroc    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Abdeljalil fenjiro : Récompensé par… l'ingratitude
Publié dans La Gazette du Maroc le 04 - 07 - 2008

Même s'il a été au meilleur poste d'observation de la scène journalistique nationale, en dirigeant l'agence de presse nationale (MAP) durant plus de trois décennies, Abdeljalil Fenjiro n'a jamais pêché par orgueil. L'homme est resté humble et accessible.
Il ne porte en lui aucune rancune, lit beaucoup, rédige patiemment ses mémoires et rencontre de temps à autre ceux de nos confrères qui lui gardent jalousement leur fidélité. L'homme a marqué la MAP de son empreinte. Mehdi Bennouna a donné naissance au bébé ; Abdeljalil Fenjiro l'a élevé. Lorsqu'il arriva à la MAP comme stagiaire en 1962, il n'y a guère trouvé plus d'une dizaine de collaborateurs dont la majorité était composée d'étrangers. Français, Espagnols, Italiens… etc. animaient la jeune agence de presse marocaine que Mehdi Bennouna avait rêvée en des temps où la cause nationaliste primait sur toutes les ambitions carriéristes. Fenjiro devait puiser dans cette source patriotique. Après son stage, il gravira les échelons, devenant successivement Rédacteur chef général (arabe et français), puis directeur politique, avant d'être nommé directeur général par dahir. En quittant l'Institution en 1999, il a laissé derrière lui 660 salariés dont 250 journalistes, plus de vingt bureaux à l'étranger et une trentaine de bureaux régionaux. Il n'est pas un de nos confrères qui ne lui voue estime et ne reconnaît sa compétence. Dûment remercié et décoré par S.M Mohammed VI, il fut aussitôt nommé ambassadeur à Beyrouth. Arrivé à l'âge de la retraite, il regagna le Royaume en septembre 2003. Abdeljalil Fenjiro est l'exemple même du serviteur de l'Etat qui n'eut droit qu'à l'ingratitude de ce même Etat. En quittant la MAP, on lui servit un solde de tout compte ridicule. Plus tard, on lui refusa jusqu'à sa retraite d'ancien ambassadeur. Chez nous, certains sont «moins ambassadeurs» que d'autres. Il vit aujourd'hui avec une pension inférieure à 9.000 DH. Pourtant, comme l'écrivit si bien notre confrère Abdallah El Amrani, «Fenjiro n'avait qu'une seule passion, le journalisme, une seule obédience, le Trône». Mais il y a pire : certains ont attendu qu'il soit déchargé de toute fonction officielle, six ans après son départ de la MAP, pour lui jeter sur la figure un chef d'accusation pour le moins insultant de «complicité de détournement de deniers publics». Au fil des confrontations et d'un parcours judiciaire particulièrement éprouvant, son innocence n'a cessé d'être confirmée. Aujourd'hui, il attend sereinement que la justice l'innocente au moyen d'un non-lieu. «je garde foi en la justice de mon pays», dit-il.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.