Vidéo – Le WAC arrache le nul à 10 et ne se fait pas aider par la VAR (1-1)    Un juge suspendu pour avoir critiqué Donald Trump    Match nul pour le WAC    Elections européennes: Et c'est parti…    Elections générales sud-africaines 2019: Quel impact sur le Maroc?    Le GAM dévoile sa vision 2022    Noor Midelt I attribué au consortium mené par EDF    Mammifères    Episode 10 Jésus, une grande figure biblique du Coran: Marie, mère de Jésus, dans le Coran    Un nouveau festival dédié à la «cuisine de rue»    Les 5 marques africaines les plus appréciées, selon African Business Magazine    Chine : Le contrat secret qui a sauvé des millions de vies    L'Unesco reproche aux assistants vocaux de véhiculer des "préjugés sexistes"    Délais de paiement des entreprises : L'Intérieur animé de bonnes intentions    Coupe d'Allemagne : La dernière danse de Robben    Lyon prépare son grand ménage d'été    La RSB tout près de sa première étoile africaine    Habib El Malki : Les associations constituent un pilier essentiel pour les institutions    Amir Al Mouminine préside la quatrième causerie religieuse du Ramadan    Les personnes vivant seules souffrent plus de troubles mentaux    Les politiques de vaccination contre la rougeole insuffisantes pour contrer l'épidémie    S.M le Roi inaugure la section régionale du Centre national Mohammed VI des personnes en situation de handicap    Recul des prix des actifs immobiliers au premier trimestre    Ces tournages qui ont tourné au drame : Resident Evil    Insolite : Enorme surprise pour des étudiants américains    Issam Kamal : Les textes de la chanson marocaine, à quelques exceptions près, n'ont pas encore atteint la qualité souhaitée    Evénements d'Al Hoceima : Le CNDH accueille des mères et membres de familles de détenus    "Matthias et Maxime" de Xavier Dolan, d'amour ou d'amitié...    Al Barid Bank: 16% des transactions réalisées via le canal mobile au T1-2019    Le WAC cherche à plier la finale à Rabat    «Génération Africaine, la force du design» : A la découverte d'une cinquantaine de designers africains    Les déficiences du football national!    Khalid Naciri: «En hommage à celui pleuré, seul, à quatre mille kilomètres d'ici»    «En cas d'insuffisance rénale ou de dialyse, il faudrait s'abstenir de jeûner»    Santé. Plus de 3,8 millions de rendez-vous en ligne    2004: Les Lions en finale, meilleure performance après le sacre de 1976    Selon un rapport du Conseil de l'éducation : A peine 83.000 handicapés décrochent un job    Lahoucine Aboudrar, le débonnaire!    Certification de documents : L'administration traîne les pieds    Mohamed Saïd Afifi, le «Hamlet» marocain    Theresa May pose les armes    Conseil national de l'entreprise de la CGEM, focus sur la concurrence    La guerre contre l'Iran n'aura pas lieu    Plus de 30.000 tentatives d'immigration clandestine ont été mises en échec en 2019    Pas de cessez-le-feu en vue en Libye : Haftar reçu par Macron à Paris    La politique sanitaire exposée en séance plénière de la Chambre des représentants    L'Everest pour la 23ème fois    2ème Festival Meknès du théâtre : Une édition dédiée au Prix Hassan El Mniai    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Abdeljalil fenjiro : Récompensé par… l'ingratitude
Publié dans La Gazette du Maroc le 04 - 07 - 2008

Même s'il a été au meilleur poste d'observation de la scène journalistique nationale, en dirigeant l'agence de presse nationale (MAP) durant plus de trois décennies, Abdeljalil Fenjiro n'a jamais pêché par orgueil. L'homme est resté humble et accessible.
Il ne porte en lui aucune rancune, lit beaucoup, rédige patiemment ses mémoires et rencontre de temps à autre ceux de nos confrères qui lui gardent jalousement leur fidélité. L'homme a marqué la MAP de son empreinte. Mehdi Bennouna a donné naissance au bébé ; Abdeljalil Fenjiro l'a élevé. Lorsqu'il arriva à la MAP comme stagiaire en 1962, il n'y a guère trouvé plus d'une dizaine de collaborateurs dont la majorité était composée d'étrangers. Français, Espagnols, Italiens… etc. animaient la jeune agence de presse marocaine que Mehdi Bennouna avait rêvée en des temps où la cause nationaliste primait sur toutes les ambitions carriéristes. Fenjiro devait puiser dans cette source patriotique. Après son stage, il gravira les échelons, devenant successivement Rédacteur chef général (arabe et français), puis directeur politique, avant d'être nommé directeur général par dahir. En quittant l'Institution en 1999, il a laissé derrière lui 660 salariés dont 250 journalistes, plus de vingt bureaux à l'étranger et une trentaine de bureaux régionaux. Il n'est pas un de nos confrères qui ne lui voue estime et ne reconnaît sa compétence. Dûment remercié et décoré par S.M Mohammed VI, il fut aussitôt nommé ambassadeur à Beyrouth. Arrivé à l'âge de la retraite, il regagna le Royaume en septembre 2003. Abdeljalil Fenjiro est l'exemple même du serviteur de l'Etat qui n'eut droit qu'à l'ingratitude de ce même Etat. En quittant la MAP, on lui servit un solde de tout compte ridicule. Plus tard, on lui refusa jusqu'à sa retraite d'ancien ambassadeur. Chez nous, certains sont «moins ambassadeurs» que d'autres. Il vit aujourd'hui avec une pension inférieure à 9.000 DH. Pourtant, comme l'écrivit si bien notre confrère Abdallah El Amrani, «Fenjiro n'avait qu'une seule passion, le journalisme, une seule obédience, le Trône». Mais il y a pire : certains ont attendu qu'il soit déchargé de toute fonction officielle, six ans après son départ de la MAP, pour lui jeter sur la figure un chef d'accusation pour le moins insultant de «complicité de détournement de deniers publics». Au fil des confrontations et d'un parcours judiciaire particulièrement éprouvant, son innocence n'a cessé d'être confirmée. Aujourd'hui, il attend sereinement que la justice l'innocente au moyen d'un non-lieu. «je garde foi en la justice de mon pays», dit-il.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.