Programme Intelaka: Mieux couvrir le périurbain et le rural    Cuir: «La menace turque ne fait pas peur!»    Wikileaks: Les enjeux du procès de Julian Assange    Brèves Internationales    Coronavirus/Maroc: les dernières précisions du ministère    Les notaires se disent "ouverts" à un dialogue avec le gouvernement sur les honoraires    Insolite : Défi original    Mohamed Benabdelkader : Aucun nouveau cas de spoliation foncière n'a été enregistré    Colloque à la Chambre des représentants sur le thème de "La démocratie participative entre problématiques actuelles et perspectives de développement"    Rabat et Mexico conviennent de créer une plateforme de coopération parlementaire    Moubarak, l'autocrate déchu à l'image corrompue    Sous le feu de ses rivaux démocrates Sanders se pose en rempart à Trump    La détention de l'éditeur suédois Gui Minhai perturbe les relations entre la Chine et la Suède    En vidéo: Les obsèques de l'ancien président égyptien Hosni Moubarak    Tunisie : vote de confiance attendu pour le nouveau gouvernement    Soufiane El Bakkali vise l'or aux JO de Tokyo    Rabat se prépare à la 13ème édition de la Course féminine de la victoire    Le MAT et l'OCS accrochés El Guisser voit rouge    Les syndicats en mal de syndiqués    Le coronavirus se répand dans le monde mais tue moins en Chine    Manger gras et sucré dérègle le cerveau en à peine une semaine    Le calvaire des mères célibataires    "Chi wqat", nouveau titre de Khaoula Moujahid    Le streaming continue de stimuler l'industrie musicale    Nouvelle édition du Salon régional du livre et de l'édition à Laâyoune    Coronavirus : l'Iran accuse les Etats-Unis de répandre « la peur »    Virgin Galactic : près de 8.000 personnes sur la liste d'attente des voyages dans l'espace    Maria Sharapova annonce sa retraite    Champions League: le Wydad et le Raja dans une mauvaise passe    Cinq boxeurs marocains en demi-finales du Tournoi pré-olympique de Dakar    5ème Festival du livre de Marrakech : Leïla Slimani invitée d'honneur    «Chi wqat» : Nouveau titre de Khaoula Moujahid et Abdelilah Arraf    Mutandis Auto réduit ses parts dans Immorente Invest    Zina Daoudia se défend après ses propos en Arabie Saoudite (VIDEO)    «30 Melyoun» cartonne au cinéma    Basket-ball : La NBA s'invite en Afrique    Zouhair Feddal sur le point de rejoindre ce club    Abdelouahed Radi: “J'étais un disciple de Mehdi Ben Barka” (VIDEO)    Volvo Cars appelle à lutter contre les inégalités en matière de sécurité routière    Agadir, ce n'est pas si mauvais que cela!    La JS tire la sonnette d'alarme sur l'approfondissement de la perte de confiance    Les notaires « ouverts » à un dialogue avec le gouvernement sur leurs honoraires    Matinées de l'industrie : M. Elalamy met le cap sur la production décarbonée    Salé sous le choc après un parricide    Coronavirus : Tanger Med muscle les contrôles    Suite aux mouvements de grève annoncés pour mars prochain : Le ministère de l'éducation suspend le dialogue avec les enseignants    Les efforts du Maroc en matière de lutte contre la torture mis en relief à Genève    3e édition de l'Afrique du Rire    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Risques professionnels La prévention, une affaire de tous !
Publié dans La Gazette du Maroc le 22 - 05 - 2009

Comment prévenir les risques professionnels dans le tissu productif au moment où le code du travail n'est pas observé et que les conditions dangereuses de travail exposent les salariés à des menaces d'accidents ou de maladies accrues ?
E n invitant le jeudi 26 mars l'expert en Hygiène et sécurité, ingénieur d'Etat à la Fonction publique française, Charles Antoine, le Département de l'Emploi et de la Formation professionnelle a su valoriser les atouts de son «administration citoyenne» pour étendre ses prérogatives de la gestion des Fonds du Travail aux domaines de la prévention et de la sensibilisation aux risques professionnels.
Le «flou artistique» des statistiques
Et ce, d'autant plus que la situation de la Santé et de la Sécurité au travail dans les entreprises est plus qu'inquiétante. Pour illustrer la dimension opaque qui entoure les procédures de réparation des accidents du travail et des maladies professionnelles au Maroc, sachez seulement que 80% des déclarations d'accidents sont considérées comme frauduleuses par l'administration centrale. Et qu'au moins 50% des dossiers traités par les compagnies d'assurances sont classés aussi, dans la rubrique «fraude» par ces dernières. Plus de 65 000 accidents du travail (chiffres de 2005) ont été déclarés dont 20% considérés comme graves (mortelles y compris). Ce sont surtout les activités industrielles et du BTP qui sont les plus touchées. Pour cette même année de référence, les compagnies ont dû débourser 650 millions DH en indemnisations d'assurances. Les responsables se sont insurgés contre le « flou artistique » qui affecte des statistiques fournies en vrac sans pouvoir en déterminer les spécifications utiles. Foi d'Abderrafie Hamdi, Directeur de l'AFT : «au Maroc, il existe un gros problème de statistiques et même les assurances qui indemnisent les victimes de la sinistralité ne sont pas en mesure d'en spécifier les données sectorielles ni par filières ». Et de poursuivre sur sa lancée, en admettant qu'il «est vrai que le Maroc n'a pas fait de gros efforts ces dernières années, jusqu'au plan d'urgence mis en œuvre par la Commission nationale ad-hoc».
Pour l'hôte du jour excipant d'une trentaine d'années d'expertise en la matière, Charles Antoine s'est risqué à fustiger la désobéissance civile qui caractérise le domaine de la sinistralité du travail dans l'entreprise : «Aussi bien au Maroc qu'en France, l'indiscipline existe. Il est impératif de responsabiliser les entreprises, de renforcer les contrôles et de promouvoir une véritable culture de la prévention des risques professionnels. Il faut encourager les entreprises à être des acteurs de la sécurité et de la santé au travail». Pour aussitôt souligner dans la foulée, que « la prévention est l'affaire de tous et chaque effort individuel doit être un maillon assembleur ». A ce stade, les contraintes ne sont pas des moindres pour mettre à niveau le dispositif législatif et règlementaire du Royaume avec l'acquis communautaire : «Le Maroc doit s'imposer des règles basiques en parfaite cohésion avec celles en vigueur dans l'Union européenne». Non sans mettre en relief les progrès capitalisés par le Royaume en ces termes : «Le Maroc est l'un des rares pays à avoir anticipé les directives européennes dans plusieurs domaines». Mais il est dans l'intérêt de notre pays de se doter d'un service de documentation très pointu.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.