Quelques chiffres des Lions de l'Atlas sous l'ère Renard    Buzzichelli Maroc : les raisons de la faillite    Incendie : Atlanta Assurance s'explique    2ème opération de régularisation : 82% des dossiers devraient être traités selon Yazami    Sheraton Casablanca hotel dit « Merci » à ses clients    (Vidéo) Elimination de la violence à l'encontre des femmes : Il reste encore beaucoup à faire selon Guterres    Lalla Salma a remis des prix à deux pionniers de lutte contre le cancer    Tanger Med : Saisie de 25 kg de stupéfiants    Mort du général El Kadiri, figure amblématique des FAR    Casablanca-Settat : près de 1300 demandes de subvention de projets soumis    C'est parti pour Visa for Music    La première édition du Festival national de la chanson à Kénitra    6ème Semaine internationale de l'éducation et de l'information: L'éducation aux médias passe par les compétences    Football : Le Maroc gagne 8 places au classement FIFA    Tirage CDM 2018: Et si on considérait le classement de Novembre ?    52% des migrants dans la zone de Rabat-Casa-Salé souhaitent vivre au Maroc    L'écosystème Bombardier sur de bons rails    Bitcoin: Le rappel à l'ordre de BAM et de Boussaid    Morocco Adventure Film Festival : Le festival qui aimait la nature    Emmanuel Macron à une Marocaine : « il faut retourner dans votre pays »    Le Décathlon débarque à Agadir    Boulaalam    La Galerie H expose les « Inspirations Africaines » de cinq designers    Ouezzane : Un projet pour 5.000 petits agriculteurs    Sahara : Le Conseil de sécurité salue « une nouvelle dynamique pour faire avancer le processus politique »    Conflit des Balkans : La fin de l'impunité en héritage    Un mineur agresse son professeure à l'arme blanche à Casablanca    Diplomatie, Macron remet la France au centre    Trump nomme un industriel de l'automobile ambassadeur au Maroc    Eredivisie: deux Marocains dans l'équipe-type de la 12e journée    CONSOMMATION: RECUL DE 0,1% DE L'INDICE DES PRIX EN OCTOBRE    Zone A, Zone C : la schizophrénie infligée aux Palestiniens    Mustapha Hadji, le porte bonheur des Lions de l'Atlas ! Spécial    Tanger/Bni Makada: Un 2e centre pour la Fondation Ali Zaoua    Mohamed Ben Abdelkader : Il ne faut pas réduire l'excellence administrative à son aspect de gestion en omettant la question de la moralisation    La version actualisée du Plan national en matière de démocratie et de droits de l'Homme serait fin prête    Emmerson Mnangagwa sera investi président vendredi au Zimbabwe    Le Premier ministre libanais Saad Hariri suspend sa démission    Les chimpanzés capables d'évaluer un danger et d'en avertir leurs congénères    Divers    Ligue des champions : Le Real s'amuse, Dortmund sort la tête basse    Suspension à vie pour 3 ex-responsables de la Fifa    Mondial 2018: 2,4 millions de dollars de prime pour les joueurs nigérians    News    L'analphabétisme touche plus les filles que les garçons    Les meilleurs films de tous les temps    La Lune de Jupiter : Un thriller fantastique sur les migrants    Le Maroc prend part au Festival international du film du Caire    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le rallye Toulouse-Saint Louis du Sénégal
Publié dans La Gazette du Maroc le 06 - 10 - 2003


Sur la trace de l'Aéropostale
Chaque année, une équipe de passionnés d'aviation part sur les traces des grands aviateurs de l'Aéropostale dont les plus célèbres restent Saint-Exupéry, Mermoz, Guillaumet…Les participants reproduisent, avec leurs appareils et selon des règles bien précises, une épopée qui se déroulait il y a près d'un siècle dans le ciel marocain…
L'hôtel Hyatt de Casablanca, lundi 29 septembre, 20 heures. Aujourd'hui la réception doit faire face à l'accueil de clients un peu particuliers. Alors qu'on a plus l'habitude d'y voir pénétrer des hommes en costard-cravate, des chefs d'entreprise à attachés-case ou des touristes fortunés, ce soir on croise dans le hall toute une troupe de Français à l‘accent chantant, dont les blagues et rigolades s'entendent de loin. Certains, noirs de poussière, sont encore revêtus d'une combinaison de vol rouge et dégagent des effluves d'essence...
Nous venons de faire connaissance avec les participants du rallye aérien reliant Toulouse à Saint Louis du Sénégal sur les traces de l'Aéropostale.Un événement sportif en l'honneur de grands personnages tels Saint-Exupéry, Mermoz, Guillaumet qui ont marqué de leurs exploits l'aventure aéronautique. Ce rallye est né en 1983 sur l'initiative d'André Salas, sous le parrainage de Sa Majesté le Roi Mohammed VI, du temps où il était encore Prince héritier et avec la participation active de la RAM. Il est organisé par l'association “ Air aventure ”, un groupe de bénévoles qui manifestent leur passion du vol en retraçant durant dix jours l'aventure qu'ont vécue en leur temps les célèbres “ chevaliers du ciel ”.
Le rallye repose donc sur l'aspect historique tout en se basant sur l'idée de partage : “l'avion comme moyen de communication”. C'est à ce titre que l'événement est sponsorisé au Maroc par Siemens, toujours à la pointe dans cette sphère. L'escadrille est composée de 17 avions et de leurs équipages, principalement de nationalité française même si on peut y découvrir quand même quelques Allemands, Anglais, Italiens ou Grecs. Certains participants passionnés sont même venus depuis la Polynésie. Il y a aussi des équipages féminins et ils se montrent largement aussi motivés que leurs collègues hommes, mixité oblige ! Les équipages vont ainsi parcourir 10.000 kilomètres aller-retour à une vitesse moyenne comprise entre 200 et 300 kms / heure. Le rallye relie des étapes historiques tout en passant par de petites villes typiques.
Une bonne occasion pour les pilotes de visiter et d'apprécier le Maroc, d'autant qu'ils ont le privilège de découvrir le continent africain “ vu du ciel ”. Ils s'émerveillent de la variété des paysages qu'il leur est donné de survoler tout au long de cette traversée. Plus de la moitié du parcours concerne le territoire marocain puisque 8 escales sur 14 s'y déroulent. En phase avec l'esprit des pionniers de l'aviation, l'aventure conserve une certaine part de poésie. Lors de la traversée du désert, par exemple, les équipages se branchent sur la même fréquence radio et l'un d'eux lit pour tous, dans la torpeur de la carlingue, les écrits de leurs prédécesseurs.Un esprit d'aventure Mais un rallye est aussi, ne l'oublions pas, une compétition. Malgré la bonne ambiance qui règne (nous sommes entre passionnés unis par les épreuves et les sacrifices), l'émulation demeure. Le classement est annoncé tous les soirs. Comme les avions inscrits sont de types très différents, aussi bien au niveau de l'autonomie que de la taille ou de la vitesse, les épreuves du rallye sont adaptées. Pour les avions et les pilotes, il s'agit tout d'abord de retrouver les anciennes sensations et techniques de vol et de pratiquer ce que l'on appelle le “ vol à vue” ; les épreuves sont donc de types variés. Elles concernent en partie le temps de vol : chaque équipage fixe en fonction de son appareil un temps moyen de vol qu'il doit respecter en passant à un repère précis à la seconde près ! Il y a aussi des épreuves de visualisation, de consommation, d'atterrissage et même des tests de culture générale qui donnent lieu à toutes sortes de combines pour ne pas se faire coller ! Cela nécessite une organisation attentive pour assurer le suivi et le ravitaillement des avions menés à rude épreuve (réparations, pleins d'essence) mais aussi des hommes (accueil, halte, soins d'urgence, d'où la présence permanente d'un médecin) tout aussi sollicités que leurs machines ! Les responsables ont tenu à saluer à ce propos l'aide des intervenants marocains qui les assistent. Le premier but reste donc de célébrer l'Aéropostale en tant que “ patrimoine commun entre le Maroc et la France ” selon les organisateurs.L'association insiste avant tout sur le but non lucratif et désintéressé de l'évènement. Pourtant, le rallye a pu aussi donner naissance à des initiatives d'ordre privé et personnel, à but humanitaire, comme l'acheminement de médicaments dans des zones défavorisées…Cette année, une des initiatives consiste en un échange, un partenariat entre des élèves français et une école sénégalaise. Les écoliers français ont rassemblé des cartables remplis de stylos et de cahiers destinés aux enfants défavorisés. Ils peuvent suivre, grâce à Internet, de façon pédagogique l'aventure des pilotes qui ont accepté de se charger (bien qu'ils soient limités en poids) de l'acheminement de ces fournitures scolaires. Le rallye se révèle donc à la fois une aventure technique, sportive, culturelle et humaine qui mérite d'être connue. Souhaitons-lui une longue vie, dans la passion et l'entraide, en tant que diffusion de rêve et incarnation des ailes de l'espoir…


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.