Maroc Telecom : Belle progression du chiffre d'affaires, au Maroc comme à l'étranger    Ouverture à Meknès des 10èmes assises de l'agriculture    98 MQx, la campagne céréalière 2018 sauvée de justesse    Lancement d'une nouvelle génération de carte nationale d'identité électronique    Le Club Afrique Développement et la SIB à l'heure des « Fintech »    Vidéo : Chaimaa interprète une chanson de Daoudia dans The Voice !    Semaine de la langue espagnole au Royaume du Maroc    Des programmes pour répertorier le patrimoine hassani    L'Istiqlal nomme un président du conseil national et rejoint l'opposition    Festival arabe du théâtre «El Feddane» à Tétouan    SM le Roi nomme de nouveaux ambassadeurs    CAN de Beach Volley U19 : le Maroc termine 4e de la compétition    Un adolescent britannique condamné pour avoir piraté le compte d'un ex-chef de la CIA    Un Marocain arrêté pour financement du terrorisme        Point de vue : Le pouvoir magique d'une photo    5 000 bénéficiaires au Raid International de Solidarité    Fusillade à Bruxelles en 2016: Abdeslam condamné à 20 ans de prison    Evénements de Jerada : Des peines avec sursis à l'encontre de sept mis en cause    Abdelhaq Al Arabi : «La hausse des salaires deviendra insignifiante en cas de sa généralisation»    SIAM : 1 400 exposants de 70 pays    Prix des médicaments : Les députés reviennent à la charge    La Task Force de la FIFA a évalué le dossier du Maroc    Remise des prix de la 45ème édition du Trophée Hassan II de golf    Prison locale Ain Borja: Taoufik Bouachrine jouit de tous ses droits légaux    Casablanca : Un officier de police placé en garde à vue    Macron aux Etats-Unis pour une visite pleine d'incertitudes    Au moins 48 morts et 112 blessés dans un attentat suicide à Kaboul    Abdellatif Hammouchi, le Marocain le plus influent en Afrique    15 milliards DH investis à Marrakech-Safi    Vidéo – Polémique: Gad El Maleh raciste ?    À 34 ans, l'artiste et animatrice télé, Wiam Dahmani, n'est plus    Les Américains, hors-jeu !    Edito : Autocritique    Administration publique : Le Maroc partage son expérience avec le Burundi    La FIFA de retour aujourd'hui au Maroc    Entrepreneuriat féminin : La BCP finance des PME ivoiriennes    Mohamed Salah élu joueur de l'année de Premier League    Triathlon :le Maroc conserve son titre grâce à Badr Siwane    Les fusillades dans les écoles américaines "en augmentation constante"    Turquie: Des élections avant l'heure...    USA: Une fillette de trois ans tire sur sa mère enceinte    «L'arsenal juridique et réglementaire de protection du patrimoine est caduc et désuet»    Le livre piraté, un tsunami qui inonde le marché!    Journées pédagogiques au profit des enseignants de français    Oujda : Un policier tente de se suicider en se tirant une balle    Santé: La grippe tue en masse en France    Destruction de plus de 6,4 t de Chira à Laâyoune    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le rallye Toulouse-Saint Louis du Sénégal
Publié dans La Gazette du Maroc le 06 - 10 - 2003


Sur la trace de l'Aéropostale
Chaque année, une équipe de passionnés d'aviation part sur les traces des grands aviateurs de l'Aéropostale dont les plus célèbres restent Saint-Exupéry, Mermoz, Guillaumet…Les participants reproduisent, avec leurs appareils et selon des règles bien précises, une épopée qui se déroulait il y a près d'un siècle dans le ciel marocain…
L'hôtel Hyatt de Casablanca, lundi 29 septembre, 20 heures. Aujourd'hui la réception doit faire face à l'accueil de clients un peu particuliers. Alors qu'on a plus l'habitude d'y voir pénétrer des hommes en costard-cravate, des chefs d'entreprise à attachés-case ou des touristes fortunés, ce soir on croise dans le hall toute une troupe de Français à l‘accent chantant, dont les blagues et rigolades s'entendent de loin. Certains, noirs de poussière, sont encore revêtus d'une combinaison de vol rouge et dégagent des effluves d'essence...
Nous venons de faire connaissance avec les participants du rallye aérien reliant Toulouse à Saint Louis du Sénégal sur les traces de l'Aéropostale.Un événement sportif en l'honneur de grands personnages tels Saint-Exupéry, Mermoz, Guillaumet qui ont marqué de leurs exploits l'aventure aéronautique. Ce rallye est né en 1983 sur l'initiative d'André Salas, sous le parrainage de Sa Majesté le Roi Mohammed VI, du temps où il était encore Prince héritier et avec la participation active de la RAM. Il est organisé par l'association “ Air aventure ”, un groupe de bénévoles qui manifestent leur passion du vol en retraçant durant dix jours l'aventure qu'ont vécue en leur temps les célèbres “ chevaliers du ciel ”.
Le rallye repose donc sur l'aspect historique tout en se basant sur l'idée de partage : “l'avion comme moyen de communication”. C'est à ce titre que l'événement est sponsorisé au Maroc par Siemens, toujours à la pointe dans cette sphère. L'escadrille est composée de 17 avions et de leurs équipages, principalement de nationalité française même si on peut y découvrir quand même quelques Allemands, Anglais, Italiens ou Grecs. Certains participants passionnés sont même venus depuis la Polynésie. Il y a aussi des équipages féminins et ils se montrent largement aussi motivés que leurs collègues hommes, mixité oblige ! Les équipages vont ainsi parcourir 10.000 kilomètres aller-retour à une vitesse moyenne comprise entre 200 et 300 kms / heure. Le rallye relie des étapes historiques tout en passant par de petites villes typiques.
Une bonne occasion pour les pilotes de visiter et d'apprécier le Maroc, d'autant qu'ils ont le privilège de découvrir le continent africain “ vu du ciel ”. Ils s'émerveillent de la variété des paysages qu'il leur est donné de survoler tout au long de cette traversée. Plus de la moitié du parcours concerne le territoire marocain puisque 8 escales sur 14 s'y déroulent. En phase avec l'esprit des pionniers de l'aviation, l'aventure conserve une certaine part de poésie. Lors de la traversée du désert, par exemple, les équipages se branchent sur la même fréquence radio et l'un d'eux lit pour tous, dans la torpeur de la carlingue, les écrits de leurs prédécesseurs.Un esprit d'aventure Mais un rallye est aussi, ne l'oublions pas, une compétition. Malgré la bonne ambiance qui règne (nous sommes entre passionnés unis par les épreuves et les sacrifices), l'émulation demeure. Le classement est annoncé tous les soirs. Comme les avions inscrits sont de types très différents, aussi bien au niveau de l'autonomie que de la taille ou de la vitesse, les épreuves du rallye sont adaptées. Pour les avions et les pilotes, il s'agit tout d'abord de retrouver les anciennes sensations et techniques de vol et de pratiquer ce que l'on appelle le “ vol à vue” ; les épreuves sont donc de types variés. Elles concernent en partie le temps de vol : chaque équipage fixe en fonction de son appareil un temps moyen de vol qu'il doit respecter en passant à un repère précis à la seconde près ! Il y a aussi des épreuves de visualisation, de consommation, d'atterrissage et même des tests de culture générale qui donnent lieu à toutes sortes de combines pour ne pas se faire coller ! Cela nécessite une organisation attentive pour assurer le suivi et le ravitaillement des avions menés à rude épreuve (réparations, pleins d'essence) mais aussi des hommes (accueil, halte, soins d'urgence, d'où la présence permanente d'un médecin) tout aussi sollicités que leurs machines ! Les responsables ont tenu à saluer à ce propos l'aide des intervenants marocains qui les assistent. Le premier but reste donc de célébrer l'Aéropostale en tant que “ patrimoine commun entre le Maroc et la France ” selon les organisateurs.L'association insiste avant tout sur le but non lucratif et désintéressé de l'évènement. Pourtant, le rallye a pu aussi donner naissance à des initiatives d'ordre privé et personnel, à but humanitaire, comme l'acheminement de médicaments dans des zones défavorisées…Cette année, une des initiatives consiste en un échange, un partenariat entre des élèves français et une école sénégalaise. Les écoliers français ont rassemblé des cartables remplis de stylos et de cahiers destinés aux enfants défavorisés. Ils peuvent suivre, grâce à Internet, de façon pédagogique l'aventure des pilotes qui ont accepté de se charger (bien qu'ils soient limités en poids) de l'acheminement de ces fournitures scolaires. Le rallye se révèle donc à la fois une aventure technique, sportive, culturelle et humaine qui mérite d'être connue. Souhaitons-lui une longue vie, dans la passion et l'entraide, en tant que diffusion de rêve et incarnation des ailes de l'espoir…


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.