Brahim Ghali, accusé de crimes contre l'humanité, appelle ses partisans «à poursuivre leur combat contre le Maroc»    Casablanca : un inspecteur de police contraint d'utiliser son arme pour interpeller un multirécidiviste dangereux    Driouch : une secousse tellurique de magnitude 4,1 degrés    L'arganier présente une forte plasticité écologique et climatique (Spécialiste )    Météo Maroc: temps assez stable sur une majeure partie du pays ce vendredi    Conflit israélo-palestinien : la session du Conseil de sécurité de l'ONU sera tenue dimanche    Célébration du 65ème anniversaire de la création des Forces Armées Royales (FAR)    Coupes de la CAF : Missions périlleuses pour le WAC et le Raja en déplacement    Israël-Palestine: L'ONU déplore l'impact "dévastateur" du conflit sur les enfants    France/Covid: Les députés valident une rallonge budgétaire de 7,2 mds d'euros    Nouvelle destination probable pour Mohamed Ihattaren    Le Maroc réitère son rejet des mesures israéliennes affectant le statut juridique d'Al-Qods    Driss Lachguar: L'USFP est depuis toujours un parti responsable qui place les intérêts du pays avant les siens    Le FEC ouvre une ligne de crédit de 2,2 MMDH pour la région de Fès-Meknès    Les cours mondiaux des produits alimentaires poursuivent leur envolée    La SNRT a affiché une tendance haussière pendant le Ramadan    "La femme dans le cinéma marocain, devant et derrière la caméra": L'hommage mérité aux comédiennes et cinéastes marocaines    La Londonienne Dua Lipa sacrée " meilleure chanteuse " aux Brit Awards    L'événement culturel «Mois du patrimoine 2021» en mode virtuel à Dakhla    Fermeture des salles de cinéma : Les exploitants lancent un appel au ministre El Ferdaous    Ce vendredi à 19h00, le WAC face au Mouloudia d'Alger : Le Wydad en mission pour assurer le retour    Livre. Danse avec les riches    Foot africain : Hector Cuper sélectionneur de la RDC    Equipe nationale : Deux matches de préparation en juin prochain    Corruption: La loi n°19-46 publiée au B.O    La Russie veut franchir un nouvel cap dans sa reconquête de l'espace    Coronavirus au Maroc: 238 nouveaux cas et 513 guérisons en 24H    60 ans des relations diplomatiques entre le Maroc et le Chili: Riche programmation culturelle dans les universités chiliennes    La prestation d'Amine Harit contre le Herta Berlin    En Espagne, appels à empêcher Brahim Ghali de fuir le pays et que des mesures soient prises à cet effet    L'encours des bons du Trésor devrait s'établir à 617,5 MMDH au 19 mai    UEFA : La finale de la Ligue des champions déplacée d'Istanbul à Porto    Migration : La CEA se penche sur la reconnaissance des compétences africaines au Maroc    Marché des changes : le dirham se déprécie de 0,33% face à l'euro    Huawei : le Maroc favorable pour accélérer le développement de l'école numérique    Agressions israéliennes contre les Palestiniens : La Chine appelle l'Etat hébreu à la retenue    Madaëf Eco6-Tamuda Bay: le CRI, l'APDN et Madaëf s'allient    Botola Pro: résultats, classement et buteur / 16ème journée    Prime 4-Replay: Voici le montant remporté par l'équipe de Hassan FOULANE...    SM le Roi, Amir Al-Mouminine, accomplit la prière de l'Aïd Al-Fitr    BVC : la confiance envers les actions à un plus haut    Météo/Maroc: temps généralement stable ce jeudi 13 mai    Des couleurs à retrouver pour la couture traditionnelle    Message de Mahmoud Abbas au roi Mohammed VI    Le Gabon veut intégrer le Commonwealth    M'Barek Bouderka relate l'histoire étonnante d'un jeune résistant (VIDEO)    Laâyoune: La désalinisation pour assurer l'essor de la région    «Aywad»: un hymne à la vie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Un symbole ancestral
Publié dans La Gazette du Maroc le 06 - 05 - 2002


Le thé à la menthe
D'abord, mettez environ deux cuillères à café de thé dans la théière “ berrad ”, versez-y un peu d'eau chaude et remuez. Puis, versez le liquide obtenu dans un verre que vous mettez de côté. Ajoutez-y
une cuillère de thé et quelques morceaux de sucre et faites chauffer (t'chaher) le thé jusqu'à ébullition, puis, ajoutez-y le contenu du verre que vous avez mis de côté.
Laissez infuser le thé, le temps d'incorporer (t'siyess) toutes ses composantes et buvez. Le premier “ verre ” est réputé le plus savoureux. Pour la préparation du deuxième “ verre ”, reprenez la même opération en ajoutant de la menthe et/ou de l'absinthe. Voici le détail d'un rituel alimentaire séculier, ancré dans le mode de vie des Marocains : le thé traditionnel à la menthe. Nul n'est dépourvu de culture, puisque chacun adopte les attitudes du groupe social qui est le sien. A cet égard, l'observation des pratiques alimentaires peut s'avérer très utile pour lever le voile sur les modes de vie qui déterminent les traits culturels spécifiques à chaque communauté. Dans ce sens, l'observateur ne manquera pas de relever la relation privilégiée qu'entretiennent les Marocains avec le thé traditionnel, en tant que pratique alimentaire de base de tous les jours.
D'ailleurs, les écrits historiques portant sur le Royaume témoignent de l'importance prépondérante du thé dans la vie quotidienne des Marocains. En effet, les dynasties qui se sont succédé au Maroc ont adopté le thé comme partie intégrante de leur mode de vie. Ainsi, les Alaouites ont toujours considéré le thé comme une composante essentielle de l'hospitalité à l'égard des hôtes qui venaient au Royaume. La preuve en est l'intérêt que portaient les sultans alaouites à l'importation et à la commercialisation du thé, surtout celui d'Asie orientale. Cette tradition s'est perpétuée durant le protectorat. À ce propos, les Marocains refusaient de consommer le café qui symbolisait, selon eux, la culture du colonisateur français. Ce faisant, ils gardaient intactes leurs pratiques alimentaires en considérant le “ thé ”, non seulement comme un trait culturel qui caractérise les Marocains, mais aussi comme un symbole culturel qui renforçait le patriotisme et la solidarité dans la lutte pour l'indépendance. Pendant le protectorat français, les Marocains ont eu l'idée de consommer le thé accompagné de dattes, pour compenser l'absence du sucre dont ils étaient privés à cette époque.
La situation n'a guère changé après l'indépendance, puisque le “ thé traditionnel ” s'est même imposé comme un rituel traditionnel officiel, même dans les cercles du pouvoir. En effet, lors de la célébration des cérémonies officielles, par exemple, le Roi invite toujours ses hôtes à déguster ensemble un verre de thé, souvent servi par un professionnel, nommé communément “ As-saki ”.
Désormais, le “ thé ” est considéré comme le symbole culturel, par excellence de la tradition gastronomique marocaine. Il n'est nul foyer au Maroc qui ne dispose des accessoires relatifs à la préparation du thé (berrad, sinniya…etc.). Plus, les us et coutumes marocaines prévoient la présentation de ces accessoires, souvent en argent, par l'époux à sa future conjointe, pour lui témoigner son respect et sa considération. D'ailleurs, le thé demeure, de loin, la boisson traditionnelle préférée pour accompagner la célébration des fêtes et des mariages. Il suffit de rappeler que le thé traditionnel a marqué les chants et les contes populaires marocains, à l'image de la musique traditionnelle du “ Malhoun ” qui a célébré le thé traditionnel dans le fameux “ poème ” intitulé : “ Sinniya ”.
Le fameux thé traditionnel à la menthe a même été reconverti en outil de marketing dans les campagnes publicitaires réalisées par les professionnels du tourisme. Du coup, il figure sur les menus de toutes les chaînes de restauration et d'hôtels. Pour aller plus loin, il peut être considéré comme un trait culturel incontestable, qui marque l'identité collective de la communauté marocaine. Autrement dit, c'est un “ melting pot ” identitaire, qui consolide la solidarité et l'homogénéité de communautés multiculturelles et pluriethniques. Ainsi, malgré les différences culturelles dont regorge le Royaume, le thé traditionnel demeure une base commune pour toutes les ethnies. De fait, peu importe que vous soyez Rifain, Sahraoui, Bidaoui, Berbère, Fassi ou autre, le thé traditionnel étant organiquement lié aux pratiques alimentaires de tous les Marocains sans exception.
D'ailleurs, l'observation des pratiques alimentaires des Marocains atteste d'une consommation croissante du thé traditionnel, même s'il n'existe pas d'études empiriques sur le sujet. En effet, ils se sont habitués à boire sans modération le thé traditionnel. La preuve en est la consommation excessive du sucre qui doit accompagner le “ thé ”. Une des raisons de cet excès réside, sans doute, dans la précarité du niveau de vie des Marocains, qui ont trouvé dans le thé un moyen de subvenir à leurs besoins alimentaires.
Résultat, le thé traditionnel est en train de perdre sa portée culturelle, pour se réduire à une denrée vidée de toute substance symbolique. Pis encore, il est souvent associé à la pauvreté. D'où la fameuse association à connotation péjorative : le pain et le thé sont les sources de vie des plus démunis. Voilà comment l'étude des pratiques alimentaires, aussi ordinaires soient-elles, peut nous renseigner sur la situation socio-économique et politique d'un pays. À votre santé !
Aziz Chahir


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.