Tunisie: Nabil Karoui recouvre la liberté    Ikea France condamné pour avoir espionné ses salariés    Al Ahly : Badr Banoun déja sur le départ ?    Retour des MRE: scènes de joie à l'aéroport de Casablanca (VIDEO)    Usage légal du cannabis: le projet de loi définitivement adopté    L'ASMEX prépare un Plan stratégique pour réussir le défi de la croissance économique régionale    Message Royal de félicitations au nouveau Premier ministre israélien    Affaire Raissouni : selon le parquet, l'accusé retarde l'échéance de son procès    « African Lion 2021 »: Une opération de décontamination au port militaire d'Agadir pour évaluer la réactivité de l'Unité de Secours et Sauvetage des FAR    Nouveau modèle de développement : le rapport de Benmoussa présenté à des diplomates à Rabat    « African Lion 2021 »: une opération de décontamination au port militaire d'Agadir    Algérie : le FLN remporte les législatives, le Hirak craint le retour de «la prétention dictatoriale»    Le nouveau gouvernement israélien compte quatre ministres d'origine marocaine    À Paris, Saïd Chengriha enterre «le supposé non interventionnisme» de l'armée algérienne    Maroc-Espagne: Une "gestion calamiteuse" et une crise qui demeure    Melilla : tentative échouée d'entrée de 150 migrants clandestins grâce à la collaboration du Maroc    Hilale: le développement socio-économique est un droit inaliénable au Sahara marocain    RAM : forte affluence des MRE sur les agences [Vidéos]    Début imminent de la construction du gazoduc Maroc-Nigéria    Evolution du coronavirus au Maroc : 476 nouveaux cas, 524.475 au total, mardi 15 juin 2021 à 16 heures    Murcie. Un marocain abattu par un espagnol sur la terrasse d'un café    Environ 14 tonnes de drogue incinérées à Dakhla    M'Art Studio démarre ses activités avec Marie Bugnon & Jennifer Sormani    Festival universitaire de musique de l'ENCG Kénitra : Une troisième édition pour aiguiser l'art de l'écoute    Le théâtre du Studio des arts vivants reprend ses activités    [ Interview Anas El Filali ] La première production en 3D, 100% marocaine, prête en septembre    Pays de l'Otan : la politique envers la Chine à renforcer, selon le SG de l'OTAN    Entretien entre Erdogan et Biden    La gifle américaine !    Devises vs Dirham: les cours de change de ce mardi 15 juin    L'Inter Milan prend une décision au sujet de Hakimi    France : vers la levée de l'obligation du masque en extérieur    Les Lionnes de l'Atlas s'offrent le Mali    1,1 milliard d'euros de pertes pour les clubs de Premier League    Retour à la maison pour Buffon ?    La Bourse de Casablanca ouvre dans le vert    «JOY» : 11 artistes livrent leur perception de la joie    Flo Arnold dans ses œuvres    Le nostalgique et l'artistique    Le Maroc réélu au comité des Nations unies sur les disparitions forcées    BKGR: BAM devrait maintenir le taux directeur inchangé    Nomination : Salima Amira, nouvelle DG Maroc chez Microsoft    Euro 2020 : La Suède neutralise l'Espagne    Relance économique : OBG et l'AMDIE préparent un nouveau rapport    La Hongrie soutient le plan d'autonomie au Sahara marocain    Ce qui s'est passé lundi sur l'autoroute de Kénitra (DGSN)    Basket : Labib El Hamrani nommé sélectionneur national des seniors    Hassan Rachik: Madih Al Howiyat Al Marina    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Relations saines mais platoniques
Publié dans La Gazette du Maroc le 22 - 11 - 2004


Maroc-Brésil
“Au niveau bilatéral, je ne cesse de le répéter, le Brésil entretient avec le Maroc des relations très saines sur le plan diplomatique et politique, mais des efforts restent à faire sur le plan économique et commercial”, affirme l'ambassadeur du Brésil au Maroc, Carlos Alberto Simas Magalhaes. Les relations entre les deux pays sont effectivement saines, mais restent platoniques. La visite de S.M le Roi Mohammed VI au Brésil sera donc l'occasion de leur donner un sérieux coup de pouce, notamment via la signature de trois accords : le premier en matière de tourisme, un autre en matière de coopération entre les Académies diplomatiques et le troisième, le “plus important” aux yeux de l'ambassadeur brésilien à Rabat, est l'accord-cadre commercial entre le Maroc et le Mercosur (marché commun régional qui regroupe le Brésil, l'Argentine, l'Uruguay et le Paraguay) qui est encore en cours de négociations. En effet, les relations commerciales se font entre le Maroc d'un côté et de l'autre le Brésil en tant que membre du Mercosur. “Nous avons un niveau de commerce tout à fait acceptable avec le Maroc mais il existe un potentiel de croissance évident” assure Magalhaes.
Les échanges commerciaux entre le Brésil et le Maroc en sont actuellement à quelque 450 millions de dollars. Un montant qui est appelé à augmenter avec la signature de l'accord-cadre commercial entre notre pays et le Mercosur. Cet accord constituerait un premier pas pour établir un système de préférence tarifaire. “Nous allons successivement au cours de l'année prochaine définir la liste des produits qui feront l'objet de préférences tarifaires entre le Mercosur et le Maroc. On pourrait ensuite enchaîner avec une autre phase de négociations pour arriver à établir une zone de libre-échange” explique le diplomate brésilien.
Sur un plan strictement bilatéral, trois équipes gouvernementales marocaines se rendront au Brésil en décembre pour des échanges qui toucheront notamment aux secteurs de l'agriculture, de la gestion des eaux, de la formation professionnelle et de l'habitat. Pour ce qui est de l'investissement, “la priorité est de faire en sorte que les banques brésiliennes et marocaines se connaissent bien. Nous avons déjà établi des contacts dans ce sens”, signale l'ambassadeur brésilien.
Depuis quelques mois, les deux pays examinent les modalités de dynamiser les relations entre opérateurs privés. En juillet dernier, une réunion a eu lieu entre le président de l'association marocaine des exportateurs (ASMEX) et le président de l'association Brésil-Maroc (ABRAMAR) où il a été convenu d'identifier, pour chacune des deux parties, les potentialités nationales d'importation pour ajuster l'offre exportable, d'analyser la faisabilité d'échanges de données d'informations et d'intervenir auprès des autorités de chaque pays, notamment en vue de lever les obstacles en matière de logistique tant aérienne que maritime (relance de la ligne Casa-Rio et suppression des taxes portuaires). Il s'agit notamment de développer des programmes de formation professionnelle, comme l'indique un communiqué de l'ASMEX. Il a également été convenu de développer le niveau des échanges et de l'investissement dans les secteurs de l'artisanat, du tourisme de l'agroalimentaire.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.