Tunisie : Kais Saied et Nabil Karoui au second tour de la présidentielle anticipée    Heetch accompagne les auto-entrepreneurs    Sahara : La Grande Bretagne réitère son plein soutien au processus onusien et aux efforts du Maroc    Arbitrage, corruption à la CAF, rapport financier... Tout sur l'Assemblée générale de la FRMF    Le surfeur Ramzi Boukhiam qualifié pour Tokyo 2020    Global Teacher Conclave & Awards 2019 : Un Marocain primé    Affaire Griezmann: une sanction de 300 euros ou un huis clos pour le Barça    Sebta et Melilia. Les parlementaires de Vox veulent ériger un mur    Lancement officiel et adoption des recommandations de l'OMS    Agadir : Pour un meurtre, un chauffeur clandestin condamné à 20 ans de réclusion criminelle    Meknès : Il poignarde mortellement son voisin    «Le Roi : le Maroc de Mohammed VI », un livre pour comprendre le Royaume « au-delà des clichés »    Fête de l'Huma: Les chemins de l'Humanité!    Gestion migratoire : Le Commissaire de l'UA salue le rôle du Maroc    Logement social : La Cour des comptes identifie les failles    Ligue des Champions d'Afrique : RCA et WAC à un pas de la phase de poules    3e meeting du Barbe et Arabe-Barbe, championnats nationaux et Salon du cheval : La filière équine sur sa lancée    Mariage des mineures. Le verdict du CESE attendu demain    Marrakech à l'heure de l'Oriental Fashion Show    «Double face»: dans la peau d'un écrivain pas comme les autres!    Attribution du dépôt légal à plus de 4.300 ouvrages au cours des 8 premiers mois    Marrakech, Oasis des plus grands Djs du monde    Spoliation foncière : la lutte se poursuit    Administration publique : Le Maroc et Québec signent un accord    Nasser Bourita : La CEDEAO doit prendre le leadership dans la lutte contre le terrorisme    Iran : Le guide suprême exclut toute négociation avec les Etats-Unis    Brexit: La suspension controversée du Parlement britannique devant la Cour suprême    Sous pression, Angela Merkel dévoile sa stratégie climatique    Crise des migrants: Erdogan menace l'Union Européenne…    Audiovisuel : MBC5 veut rayonner sur le Maghreb    Soins auto-administrés : Le Maroc adopte les recommandations de l'OMS    Hajar Raissouni, la demande de liberté provisoire sera examinée jeudi    Sécurité pénitentiaire. Les raisons de la bérézina    Le Fonds de solidarité contre les évènements catastrophiques est en selle    Contrôle frontalier : Les fiches d'embarquement- débarquement supprimées    Journée mondiale de l'arthrose    Le glacier d'Aletsch pourrait disparaître d'ici à 2100    Ligue des champions : Liverpool rêve d'Istanbul et les clubs français d'exploit    Le choc entre les deux Olympiques débouche sur un nul    Réinsertion des détenus : Un slogan alléchant    Divers sportifs    Nasser Bourita : Le développement humain est la clé de la durabilité de l'action contre le terrorisme    Divers Economie    Déficit budgétaire de 33,5 MMDH à fin août    Rejet total de l'annexionnisme israélien par l'OCI    Ces stars qui se sont mariées en secret    "GTI", le prof de maths français qui rappe sur Pythagore    Brad Pitt en cosmonaute dans "Ad Astra"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Amzazi : Le jumelage avec l'UE va accompagner les réformes de l'éducation au Maroc
Publié dans La Nouvelle Tribune le 06 - 03 - 2019

La mise en œuvre du projet de jumelage institutionnel entre le Maroc et l'Union européenne (UE) relatif à l'enseignement supérieur vise à accompagner les réformes engagées par le Maroc en la matière, dans le cadre de la vision stratégique de la réforme 2015-2030, a souligné, mardi à Rabat, le ministre de l'Education nationale, de la Formation professionnelle, de l'Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, Said Amzazi.
Dans une allocution lue en son nom, lors de la conférence à mi-parcours de ce projet de jumelage, placée sous le thème « Mise en œuvre du processus de Bologne, quels enseignement pour le Maroc? », M. Amzazi a indiqué que pour atteindre cet objectif, plusieurs activités ont été menées dans le cadre des composantes de ce projet, à savoir le rapprochement du cadre législatif et réglementaire marocain avec les standards de l'UE, la diversification de l'offre de formation et des modalités d'enseignement (Stratégie e-learning) et la mise en place d'un système de crédits.
Les volets que traite ce projet de jumelage, intitulé « Appui au système de l'enseignement supérieur au Maroc dans le cadre d'un rapprochement avec l'espace européen de l'enseignement supérieur », sont en parfaite harmonie avec les conclusions de la rencontre pédagogique nationale tenue les 2 et 3 octobre 2018 à Marrakech, qui a permis de tracer une feuille de route pour une refonte du cycle de licence, a-t-il noté, faisant savoir que ce séminaire constitue une occasion de présenter les expériences espagnoles en matière d'intégration de l'approche par compétence et de système de crédits dans l'enseignement supérieur.
Pour sa part, le Chef de délégation adjoint de l'UE au Maroc, Alessio Cappellani a souligné que cette conférence se propose de faire le point sur la mise en œuvre du processus de Bologne et de s'interroger sur les enseignements à tirer pour le Maroc.
Une des réformes phare du processus de Bologne est le système LMD (licence, master, doctorat), mis en œuvre au Maroc depuis plusieurs années, a-t-il noté, émettant le souhait de voir le système de transfert de crédits institutionnalisé au Maroc avec l'appui de ce projet.
M. Cappellani a également fait savoir que le processus de Bologne tente de jeter des ponts pour faciliter la mobilité des personnes qui souhaitent passer d'un système éducatif à un autre, ou d'un pays à un autre.
Fort de sa proximité géographique et de ses étroites interactions humaines, culturelles et historiques avec l'Europe, le Maroc a tout à gagner à poursuivre l'opérationnalisation de ce processus, a-t-il poursuivi.
Une intégration renforcée à l'espace européen d'enseignement supérieur facilitera l'intégration à son espace économique, qui est un des objectifs déclarés du statut avancé du Maroc auprès de l'UE, dans le sens où cela rendra le système d'enseignement supérieur marocain plus attractif et lui permettra de développer la recherche universitaire, domaine fondamental pour affronter les enjeux de la globalisation, a-t-il ajouté.
De son côté, le ministre de l'éducation de la communauté autonome de Castille-et-Léon (Espagne), Fernando Rey a indiqué que le Maroc a entamé un processus d'amélioration significative de la qualité de son système universitaire, mettant l'accent sur la convergence du modèle marocain d'enseignement supérieur avec ses particularités propres, avec le système universitaire européen. Soulignant que « ce projet à mi-parcours est un dialogue utile dans la mesure où il permet des changements concret, réels et tangibles de nos systèmes universitaires respectifs », ajoutant que « les universités représentent la meilleure voie du progrès, à l'avant-garde des meilleures avancées sociales, culturelles, scientifiques et économiques de nos communautés ».
Lancé le 1er mars 2018 pour une durée de 24 mois, dans le cadre de la mise en œuvre du programme « réussir le statut avancé », ce projet de jumelage, financé par l'UE à hauteur de 13 MDH, a pour objectif d'accompagner la réforme du système de l'enseignement supérieur au Maroc, dans le cadre de la mise en œuvre de la vision stratégique de la réforme 2015-2030 et du rapprochement avec l'espace européen de l'enseignement supérieur.
Cette conférence a été l'occasion de rappeler les objectifs poursuivis par le projet, de présenter ses résultats à mi-parcours et d'envisager, à l'issue d'une année complète, les activités qui restent à mener.
Initié en 1998 lors d'une déclaration conjointe des ministres de l'Enseignement supérieur français, allemand, anglais et italien, le processus de Bologne s'est donné pour mission d'harmoniser l'architecture du système européen de l'enseignement supérieur.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.