Les litiges relèvent désormais de la compétence des TPI    Les jeunes et le discours religieux contemporain    L'initiative «100 jours, 100 villes» du RNI fait escale à Asilah    «La confiance de Sefrioui dans Addoha est un signal positif»    La Douane, un acteur du développement durable    Le PPS perd un de ces doyens    Banque d'affaires: Les russes de Renaissance Capital tâtent le terrain    Algérie : après un an, la contestation populaire unit ses forces vives    Scène culturelle: La guerre des communiqués…    CGEM-DGI : CGEM-DGI Une rencontre de communication sur les dispositions de la loi de Finances 2020    Produits impropres à la consommation : Près de 18.000 tonnes détruites en 2019    Une baisse du marché sans impact sur les recettes fiscales    Le sud-africain Aspen Pharmacare veut se développer au Maroc    La HACA à l'édition 2020 du Salon de la radio et de l'audio-digital à Paris    Point de vue : Dire pour construire et non dire pour détruire    Le groupe Addoha intensifie ses investissements au Ghana    Proche-Orient : le plan de paix américain sera dévoilé dans les tout prochains jours    Les nageurs meknassis se positionnent sur le podium du Championnat d'hiver de Meknès    Le Marocain Hicham Laqouahi remporte le 31è marathon international de Marrakech    CAN Futsal 2020 : L'Île Maurice a déja réussi sa CAN    Coronavirus : Aucun cas enregistré au Maroc    Nous sommes tous Nour    Chute d'obus de mortier sur l'Est de Tripoli : Un Marocain tué    Mission multi-sectorielle sur les mines et industries extractives à Nouakchott    L'épidémie de coronavirus est partie d'un marché à Wuhan en Chine    Abdelaziz Barrada rejoint les Lusitanos Saint-Maur    Edito : Triste déballage    Voici le temps qu'il fera ce lundi    Coupe de la CAF: Les 6 équipes qualifiées pour les quarts de finale sont connues    Coronavirus : trois cas confirmés en France    Harvey Weinstein avait une "liste rouge" des femmes susceptibles de le dénoncer    Noureddine Saïl à Dakar : "Il faut multiplier les productions cinématographiques nationales afin de promouvoir le cinéma africain"    Le Roi félicite le Premier ministre indien à l'occasion de la fête nationale de son pays    Le Roi félicite le Gouverneur général d'Australie à l'occasion de la fête nationale de son pays    Le PPS au parlement: Le pays ne dispose que de 13 médecins légistes!    Russie: Le nouveau gouvernement a du pain sur la planche…    Ali Najab: «Les tortionnaires du polisario agissaient sur ordre des Algériens»    Hicham Dmii jette l'éponge    L'ambassade du Maroc à Pékin rassure    Larbi Doghmi, un créateur dans la mémoire…    La «dissolution» de l'IRCAM: Que pensent les acteurs amazighs !    Brexit : l'UE nomme un ambassadeur auprès du Royaume-Uni    Capitales africaines de la culture : Rabat supplée Marrakech à la hâte    Ligue des champions d'Afrique : Le Raja accroche l'EST et se qualifie pour les quarts    Coronavirus: le Maroc instaure un contrôle sanitaire aux ports et aéroports internationaux    Programme des principaux matchs du dimanche 26 janvier    En recevant Merkel, Erdogan met en garde contre une propagation du chaos libyen    Piers Faccini, le maître de la complainte    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Amzazi : Le jumelage avec l'UE va accompagner les réformes de l'éducation au Maroc
Publié dans La Nouvelle Tribune le 06 - 03 - 2019

La mise en œuvre du projet de jumelage institutionnel entre le Maroc et l'Union européenne (UE) relatif à l'enseignement supérieur vise à accompagner les réformes engagées par le Maroc en la matière, dans le cadre de la vision stratégique de la réforme 2015-2030, a souligné, mardi à Rabat, le ministre de l'Education nationale, de la Formation professionnelle, de l'Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, Said Amzazi.
Dans une allocution lue en son nom, lors de la conférence à mi-parcours de ce projet de jumelage, placée sous le thème « Mise en œuvre du processus de Bologne, quels enseignement pour le Maroc? », M. Amzazi a indiqué que pour atteindre cet objectif, plusieurs activités ont été menées dans le cadre des composantes de ce projet, à savoir le rapprochement du cadre législatif et réglementaire marocain avec les standards de l'UE, la diversification de l'offre de formation et des modalités d'enseignement (Stratégie e-learning) et la mise en place d'un système de crédits.
Les volets que traite ce projet de jumelage, intitulé « Appui au système de l'enseignement supérieur au Maroc dans le cadre d'un rapprochement avec l'espace européen de l'enseignement supérieur », sont en parfaite harmonie avec les conclusions de la rencontre pédagogique nationale tenue les 2 et 3 octobre 2018 à Marrakech, qui a permis de tracer une feuille de route pour une refonte du cycle de licence, a-t-il noté, faisant savoir que ce séminaire constitue une occasion de présenter les expériences espagnoles en matière d'intégration de l'approche par compétence et de système de crédits dans l'enseignement supérieur.
Pour sa part, le Chef de délégation adjoint de l'UE au Maroc, Alessio Cappellani a souligné que cette conférence se propose de faire le point sur la mise en œuvre du processus de Bologne et de s'interroger sur les enseignements à tirer pour le Maroc.
Une des réformes phare du processus de Bologne est le système LMD (licence, master, doctorat), mis en œuvre au Maroc depuis plusieurs années, a-t-il noté, émettant le souhait de voir le système de transfert de crédits institutionnalisé au Maroc avec l'appui de ce projet.
M. Cappellani a également fait savoir que le processus de Bologne tente de jeter des ponts pour faciliter la mobilité des personnes qui souhaitent passer d'un système éducatif à un autre, ou d'un pays à un autre.
Fort de sa proximité géographique et de ses étroites interactions humaines, culturelles et historiques avec l'Europe, le Maroc a tout à gagner à poursuivre l'opérationnalisation de ce processus, a-t-il poursuivi.
Une intégration renforcée à l'espace européen d'enseignement supérieur facilitera l'intégration à son espace économique, qui est un des objectifs déclarés du statut avancé du Maroc auprès de l'UE, dans le sens où cela rendra le système d'enseignement supérieur marocain plus attractif et lui permettra de développer la recherche universitaire, domaine fondamental pour affronter les enjeux de la globalisation, a-t-il ajouté.
De son côté, le ministre de l'éducation de la communauté autonome de Castille-et-Léon (Espagne), Fernando Rey a indiqué que le Maroc a entamé un processus d'amélioration significative de la qualité de son système universitaire, mettant l'accent sur la convergence du modèle marocain d'enseignement supérieur avec ses particularités propres, avec le système universitaire européen. Soulignant que « ce projet à mi-parcours est un dialogue utile dans la mesure où il permet des changements concret, réels et tangibles de nos systèmes universitaires respectifs », ajoutant que « les universités représentent la meilleure voie du progrès, à l'avant-garde des meilleures avancées sociales, culturelles, scientifiques et économiques de nos communautés ».
Lancé le 1er mars 2018 pour une durée de 24 mois, dans le cadre de la mise en œuvre du programme « réussir le statut avancé », ce projet de jumelage, financé par l'UE à hauteur de 13 MDH, a pour objectif d'accompagner la réforme du système de l'enseignement supérieur au Maroc, dans le cadre de la mise en œuvre de la vision stratégique de la réforme 2015-2030 et du rapprochement avec l'espace européen de l'enseignement supérieur.
Cette conférence a été l'occasion de rappeler les objectifs poursuivis par le projet, de présenter ses résultats à mi-parcours et d'envisager, à l'issue d'une année complète, les activités qui restent à mener.
Initié en 1998 lors d'une déclaration conjointe des ministres de l'Enseignement supérieur français, allemand, anglais et italien, le processus de Bologne s'est donné pour mission d'harmoniser l'architecture du système européen de l'enseignement supérieur.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.