De la nécessité d'investir dans la jeunesse    Jeux africains : l'Egypte domine le classement, le Maroc 4ème    Fouzi Lekjaa démissionne de la présidence de la RSB    L'orchestre philharmonique Symphonyat attendu à l'hippodrome de Casablanca    Kelaât Sraghna : Elle rend l'âme lors d'une soirée arrosée    Festival «Oued Eddahab » : Le coup d'envoi ce vendredi    Festival Tifawin : Les arts du rural en fête    Le KACM signe un contrat de haut niveau    Vers la création d'un centre sino-marocain de médecine traditionnelle    Retour en Europe : Ce passage est à éviter ce weekend    Transfert: Le PSG « intransigeant » sur le cas Neymar, selon la presse    Les ministres de tutelle veulent professionnaliser le sport dans le continent    Le cinéma sans frontières fait escale à Berkane    Des migrants privés de terre ferme, d'autres de secours    Italie: Deuxième jour de consultations pour sortir de la crise    Boris Johnson reçu par Macron, tenant de la fermeté sur le Brexit    Crise de Hong Kong: Craignant un Tian an men 2, Pékin tergiverse…    Le «grand jihad», lancé à l'aube de l'Indépendance, se poursuit    Marché immobilier : Les ventes toujours en repli    Finance climatique. Une délégation marocaine en Corée    Ces jeunes artistes marocains qui brillent de mille feux    Arrestation à Sidi Slimane d'un individu soupçonné d'assener des coups mortels à sa femme    Service militaire : Démarrage de l'incorporation des appelés    Casablanca : des têtes d'ânes découvertes à Hay Mohammadi    Maroc–Iles Fidji : Vers un partenariat mutuellement bénéfique    20 ans de règne : Un billet commémoratif de 20 DH émis par BAM    Grâce à la recharge *5 : Inwi démocratise l'achat d'applications sur Google Play Store    Fête de la Jeunesse : 443 personnes graciées    La relance sur fond de responsabilité    Edito : Révolution    Service militaire obligatoire : 900 candidats accueillis à Oujda    Accidents de la route : 30 morts et 1.615 blessés en périmètre urbain    Discours du roi. Un modèle de développement aux spécificités marocaines    La détérioration de la qualité de l'eau entrave la croissance économique    La fragile économie du lac Malawi victime du climat et de la surpêche    La propriété intellectuelle, pilier de la croissance en Afrique    Giuseppe Conte, "le Monsieur Nobody", passé de l'ombre à la lumière    Les femmes seraient diagnostiquées plus tardivement que les hommes    Ces stars qui ont vu leur carrière basculer    Le discret mais lucratif trafic de fossiles à Erfoud    Insolite : Trump ne construira pas de gratte-ciel au Groenland    Manchester United condamne des injures racistes reçues par Paul Pogba    Ligue des champions : L'Ajax accroché et Mezraoui expulsé    Ronaldo: 2018 a été l'année la plus difficile sur le plan personnel    Des enfants maqdessis visitent des sites touristiques à Tanger    Première édition du Festival international Cinéma & Littérature à Safi    L'écrivain Yann Moix provoque la polémique en se décrivant en enfant battu    Coups de feu sur le tournage du clip du rappeur Booba    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Lutte contre le sida en 2018: Ombres et lumière
Publié dans La Nouvelle Tribune le 16 - 07 - 2019

Côté face, un nombre de morts qui baisse et un accès aux traitements toujours plus large, mais côté pile, des infections en hausse dans certains pays et des financements insuffisants: la lutte contre le sida a connu une année 2018 contrastée.
– Des succès…
L'an dernier, 770.000 personnes dans le monde sont mortes de maladies liées au sida, selon le rapport annuel de l'Onusida publié mardi.
C'est moins qu'en 2017 (800.000) et cela représente une baisse d'un tiers depuis 2010 (1,2 million), selon l'agence de l'Onu dédiée à la lutte contre le sida. Surtout, c'est sans commune mesure avec l'hécatombe enregistrée au pic de l'épidémie en 2004, avec un nombre de morts plus de deux fois supérieur (1,7 million).
Autre bonne nouvelle: plus de trois séropositifs sur cinq dans le monde – 23,3 millions sur 37,9 – suivent des traitements antirétroviraux, qui permettent de ne plus transmettre le virus du sida s'ils sont pris correctement. C'est la plus haute proportion jamais atteinte, et c'est environ dix fois plus qu'au milieu des années 2000.
Le nombre de nouvelles infections, lui, est stable par rapport aux années précédentes (1,7 million).
– … mais en trompe-l'oeil
Globalement, la baisse du nombre de morts et le meilleur accès aux traitements s'expliquent par les progrès notables réalisés en Afrique du sud et de l'est, région historiquement la plus concernée par le sida. C'est là que vit plus de la moitié de la population mondiale touchée par le virus.
Mais ailleurs dans le monde, certains indicateurs sont inquiétants.
Ainsi, en Europe de l'est et dans le centre de l'Asie, le nombre de nouvelles infections a augmenté de 29% depuis 2010. Sur la même période, le nombre de morts dus au sida a augmenté de 5% dans ces régions et de 9% au Moyen-Orient et en Afrique du Nord ces huit dernières années.
– L'argent, nerf de la guerre
« Pour la première fois depuis 2000, les ressources disponibles pour la lutte globale contre le sida ont décliné », s'alarme Gunilla Carlsson, qui assure l'intérim à la tête de l'Onusida après le départ du Malien Michel Sidibé.
En 2018, 19 milliards de dollars étaient consacrés à des programmes de lutte contre la maladie dans les pays à faible et moyen revenu. C'est un milliard de moins qu'en 2017, et sept de moins que la somme jugée nécessaire pour 2020 (26,2).
« Cette baisse est un échec collectif », juge l'Onusida, selon qui cela concerne « toutes les sources de financement »: contributions internationales des Etats, investissements des pays eux-mêmes ou dons privés à but philanthropique.
C'est pourquoi 2019 est une année cruciale. Organisée tous les trois ans, la conférence de financement du Fonds mondial aura en effet lieu le 10 octobre en France, à Lyon.
L'objectif est de lever 14 milliards de dollars pour la période 2020-22 afin de financer ce fonds, fruit d'un partenariat entre Etats, organisations de la société civile, secteur privé et malades.
Les principaux contributeurs sont les Etats-Unis, la France, le Royaume-Uni, l'Allemagne et le Japon.
– Des objectifs difficiles à tenir
Tous ces obstacles compromettent le but que s'est assigné l'ONU pour 2020: que 90% des personnes vivant avec le VIH connaissent leur statut, que 90% de ces dernières soient sous traitement, et que parmi celles-ci, 90% aient une charge virale indétectable.
En 2018, ces proportions se montaient respectivement à 79%, 78% et 86%, avec là encore des disparités régionales.
Pour rappeler l'importance de cet objectif, l'Onusida a organisé la présentation de son rapport à Eshowe, ville de la province sud-africaine du KwaZulu-Natal. Le tryptique « 90-90-90 » y a été atteint avant la date-butoir de 2020, grâce à des actions de prévention et de soin de proximité, au sein des communautés locales.
Une manière de préparer l'avenir, alors que les enfants restent une cible de choix pour le virus du sida. En 2018, 160.000 enfants dans le monde ont été infectés, loin de l'objectif de 40.000 que la communauté internationale s'était fixé.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.