Kénitra: des motards utilisent leurs armes de service pour arrêter un récidiviste    Création d'un centre d'accueil pour les MRE à Tanger    Installation des agents d'autorité nouvellement nommés    Tanger : Un centre d'accueil pour la diaspora marocaine    Remaniement: Divisions de la majorité et compétences rares    Le Japon affiche de nouvelles ambitions africaines    Fête de la Jeunesse: Fini les cérémonies officielles…    Un Conseil de gouvernement jeudi prochain    Insolite : Mystérieux bienfaiteur    La Bourse de Casablanca clôture juillet en bonne mine    Le taux moyen de remplissage des barrages avoisine les 57% au niveau de la région de Tanger-Tétouan-Al Hoceima    Création d'entreprises : 50.135 nouvelles entités au premier semestre    Grève de 48 heures des médecins du secteur public    Equipements télécoms : Le processus d'agrément dématérialisé    Télédéclarations: la CNSS s'associe aux banques participatives    Exploration pétrolière: Jeu de chaises musicales sur le permis Anoual    En Libye, la peur de finir à la rue après avoir fui les combats    Réfugiés: Le ras-le-bol des pays voisins de la Syrie, après 8 ans de guerre    Le commerce mondial des marchandises pique du nez au troisième trimestre    Commerce: Trump vante la perspective d'un accord « fantastique » avec Londres après le Brexit    Gibraltar autorise le pétrolier iranien à partir malgré la tentative américaine de blocage    Hong Kong, passerelle entre Pékin et le monde, malgré l'essor économique chinois    Les utilisateurs d'Instagram pourront bientôt signaler les « Fake News »    Taux négatifs    Coupe arabe Mohammed VI des clubs champions : L'IRT décidé à franchir le tour préliminaire    Fouzi Lekjaa Objectif : Qualifier l'EN au Mondial et au dernier carré de la CAN    Coupe du Trône : Tirage au sort fatal pour au moins sept clubs de la D1    Championnat de Portugal : Adel Taarabt renoue avec Benfica jusqu'en 2022    Kitesurf : Dakhla à l'heure de la 5ème édition de «Dakhla Downwind Challenge»    Athlétisme : Des records du monde en danger    Neymar convoqué pour les prochains matches amicaux du Brésil    Vahid Halilhodzic prend officiellement les commandes de la sélection nationale    De nouveaux ambassadeurs du Qatar et de la Finlande à Rabat    Myrtilles : Cet aliment miracle réduit le risque d'Alzheimer et d'infarctus    Augmentation du nombre de bénéficiaires de l'Entraide nationale    Divers    Fès: L'UEMF s'allie à l'Ecole polytechnique    La Marine Royale saisit 4 tonnes de chira au large d'Assilah    Vol de médicaments de l'hôpital multidisciplinaire d'Azrou : Un récidiviste interpellé    Tanger : Deux arrestations dans une affaire de coups et blessures ayant entraîné la mort d'une personne    Réhabilitation du cimetière juif d'El Jadida    Le film culte "Apocalypse Now" ressort dans une nouvelle version    Depuis sa cellule, MHD rend un hommage déchirant à Dj Arafat    Une MasterClass pour former les musiciens en herbe    Casablanca: Où sont les autorités et la Cour des comptes?    «Le festival Bab Souss» du 23 au 25 août    Pour présenter ses vœux de l'Aïd Al Adha : Karima Skalli lance «Alhawa rachiki»    Fast and furious : Hobbs et Shaw assurent l'intérim    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Instagram masque les « likes » dans six pays
Publié dans La Nouvelle Tribune le 18 - 07 - 2019

Instagram, très populaire chez les jeunes, a commencé jeudi à masquer les « likes » sur sa plateforme dans six pays, dont le Japon, le Brésil et l'Italie, assurant vouloir diminuer le stress chez ses utilisateurs après des critiques sur les risques du réseau social pour la santé mentale des utilisateurs.
Les utilisateurs d'Instagram, propriété du géant américain Facebook, ne pourront plus voir combien de « j'aime » reçoivent les posts des autres dans six pays au total (Australie, Italie, Irlande, Japon, Brésil, Nouvelle-Zélande). Ils pourront toujours voir le nombre de « likes » sur leurs propres posts mais en cliquant sur une page différente.
Un premier test avait été effectué en mai au Canada. Aucune date n'est précisée pour la fin de ce qui est présenté comme une expérience. Les outils de mesure des entreprises utilisant la plateforme pour promouvoir leurs produits ne seront pas affectés par cette nouvelle procédure, ajoute Instagram qui compte plus d'un milliard d'utilisateurs dans le monde.
« Nous faisons cette expérience parce que nous souhaitons que nos utilisateurs se concentrent sur les photos et les vidéos partagées, pas sur le nombre de +j'aime+ qu'ils recueillent », a déclaré un porte-parole d'Instagram. « Nous ne voulons pas qu'Instagram donne l'impression d'être dans une compétition ».
« Nous voulons qu'Instagram soit un lieu où les gens se sentent à l'aise pour s'exprimer », a insisté dans un communiqué une responsable de Facebook pour l'Australie et la Nouvelle-Zélande, Mia Garlick. « Nous espérons que ce test fera baisser la pression à propos du nombre de +j'aime+ qu'un post va recevoir afin que vous puissiez vous consacrer au partage de ce que vous aimez ».
L'impact des réseaux sociaux sur leurs utilisateurs fait l'objet d'études critiques. L'une, menée par la Royal Society for Public Health en 2017, a classé Instagram comme le pire réseau pour la santé mentale des jeunes au Royaume-Uni.
Une autre, conduite en 2018 aux Etats-Unis par le Pew Research Center, a montré que 72% des adolescents du pays utilisaient Intagram et que près de 40% d'entre eux se sentaient obligés de ne partager que les contenus ayant rassemblé beaucoup de « likes » ou de commentaires.
Il y a une semaine, Instagram a annoncé la généralisation de nouveaux outils de lutte contre le harcèlement en ligne, utilisant notamment un logiciel d'intelligence artificielle générant un avertissement adressé aux personnes souhaitant publier des remarques injurieuses.
En février, Instagram avait décidé d'interdire les photos montrant des blessures infligées à soi-même pour aider à lutter contre l'automutilation et le suicide. Cette décision était intervenue après que le père d'une jeune Britannique, Molly Russell, qui s'était suicidée en 2017 à l'âge de 14 ans, avait accusé Instagram d'avoir une responsabilité dans ce drame. Elle avait selon son père consulté beaucoup de contenus liés au suicide.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.