Coronavirus : le Maroc s'engage sur le plan africain en mettant à contribution son expérience et expertise    UNAF U21 : les lionnes de l'Atlas s'acharnent sur l'Algérie (2-0)    Barça: le quadruplé retentissant de Messi face à Eibar (VIDEO)    Al-Kass Cup: l'Académie Mohammed VI s'incline face au Real Madrid (VIDEO)    PAM : le 25ème Conseil national du PAM aura lieu le 7 mars    Des installations du tramway de Casablanca sérieusement endommagées (PHOTOS)    Hamza monbb : des aveux mettent à mal les soeurs Batma    Tragique accident entre Marrakech et Imintanoute    Australie : le Maroc à l'honneur au Festival multiculturel de Canberra    Mutandis Auto réduit ses parts dans Immorente Invest    Paradis fiscaux: le Maroc peut mieux faire    Coronavirus : Les 167 Marocains rapatriés de Wuhan quittent l'hôpital    Un conseiller du PJD arrêté à la frontière pour faux et usage de faux    Lourde sanction contre les supporters de Dortmund    PAM : des dirigeants du parti refusent de participer au bureau politique formé par Abdellatif Ouahbi    Crédit du Maroc dresse le bilan de son plan stratégique CAP 2020    Blocage de l'adoption du code pénal, la sèche mise au point de Ben Abdelkader    Mehdi Lahlou : les banques islamiques ne sont aucunement différentes des banques classiques    Un nouveau "portefeuille pédagogique" pour lutter contre la violence en milieu scolaire    Fès: une ressortissante étrangère agressée sur la voie publique    Une voiture interceptée à l'entrée de Salé    Equipementiers Une 4e usine pour TE Connectivity    L'autre guerre    Les Panafricaines alertent sur l'urgence climatique    Top mondial YouTube: Zouhair Bahaoui cartonne avec son nouveau clip (VIDEO)    Azilal : le parc jurassique ouvrira ses portes fin mars    Le Maroc prêt à apporter au Qatar tous les moyens humains et logistiques pour réussir le Mondial-2022 de football    Le mouvement de contestation populaire né il y a un an en Algérie cherche son second souffle    L'Allemagne renforce les mesures de sécurité après l'attentat raciste de Hanau    Dans le bagage des candidats à la Maison Blanche il y a aussi… des casseroles    Tout comme le patrimoine marocain en général : La judaica marocaine a souffert du pillage à travers le temps    Le Maroc, terre d'un patrimoine ancestral : Les trésors juifs de Casablanca    Adieu Abdeslam Alla    Le HCP note une baisse de 0,1% de l'indice des prix à la consommation    La déconstruction d'un mythe    U.E: Les «villes libres» réclament des subventions…    ONU : Omar Hilale briefe le Conseil de sécurité sur sa visite en RCA    Le coronavirus pourrait coûter jusqu'à 30 milliards de dollars au secteur aérien    Mohamed Benchaâboun: « Tous les indicateurs montrent que la dette marocaine est soutenable »    L'ambassadrice des Pays-Bas se félicite de l'intégration des MRE dans la société néérlandaise    Appel à la consécration d'une justice citoyenne    La Commission de la programmation n'en fait qu'à sa tête    Divers sportifs    Achraf Hakimi et son retour au Real Madrid    La Commission européenne salue les efforts du Royaume en matière de réformes fiscales    L'industrie du cinéma a été plus inclusive en 2019 que lors de la décennie précédente    Le CCM dévoile les jurys du 21ème Festival national du film de Tanger    L'espoir du rap Pop Smoke abattu chez lui    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Destitution Trump: l'accusation en appelle au courage des sénateurs républicains
Publié dans La Nouvelle Tribune le 23 - 01 - 2020

Les démocrates ont appelé mercredi les membres républicains du Sénat américain à avoir le « courage » de « rechercher la vérité » dans le procès en destitution de Donald Trump, accusé d'avoir voulu « tricher » pour remporter un second mandat à la Maison Blanche.
« Vous devriez vouloir que toute la vérité sorte » de ce procès, a affirmé aux cent sénateurs faisant office de jurés l'élu Adam Schiff, qui mène l'accusation.
Assisté par six confrères, il est revenu sur les deux chefs d'accusation retenus le 18 décembre contre le locataire de la Maison Blanche: abus de pouvoir et entrave au travail du Congrès.
Après une première journée marathon qui a fixé le cadre de ce procès hors norme, les cent sénateurs ont écouté pendant près de neuf heures dans le plus grand silence les procureurs reprendre l'historique de cette affaire.
Ils se sont notamment appuyés sur de nombreux extraits des témoignages de membres du gouvernement devant la commission parlementaire à la Chambre des représentants en novembre.
« Ils ont tout risqué, leurs carrières. Je sais que ce que l'on vous demande peut aussi mettre la vôtre en danger. Mais s'ils ont eu du courage, nous le pouvons aussi », a lancé M. Schiff à l'adresse des 53 républicains, qui font jusqu'ici corps derrière M. Trump.
Ils les a appelés « à rechercher toute la vérité sur l'étendue de cette corruption, car je pense que le public a le droit de savoir ».
Donald Trump a « exercé des pressions sur l'Ukraine pour qu'elle annonce des enquêtes » pouvant servir sa campagne de réélection, dont l'une visait à « salir » un de ses rivaux potentiels, le démocrate Joe Biden, a assené cet ancien procureur.
Pour parvenir à ses fins, « en d'autres termes pour tricher », le président a notamment « gelé des centaines de millions de dollars d'aide militaire à un allié stratégique en guerre avec la Russie », a-t-il poursuivi.
Une fois ses actes rendus publics, il a « utilisé ses pouvoirs » pour bloquer l'enquête de la Chambre, a affirmé ce fin connaisseur du dossier, qui a supervisé les investigations.
– Dans son rôle –
« Aux Etats-Unis, personne n'est au-dessus de la loi, pas même le président », a fustigé Hakeem Jeffries, avocat de profession et membre de l'accusation.
« Ces gens sont fous! »: Depuis la Suisse, où il assistait au Forum économique mondial de Davos, Donald Trump s'est redit victime d'un « coup monté » orchestré par l'opposition démocrate.
Le président de 73 ans a assuré qu'il aurait « adoré » assister aux débats, mais que ses avocats n'y étaient pas favorables.
Il a envoyé un déluge de messages – au moins 150 – de son compte Twitter, ridiculisant ses adversaires ou vantant son bilan.
Donald Trump est le troisième président de l'histoire des Etats-Unis à subir l'opprobre associée à un procès en destitution, après Andrew Johnson en 1868 et Bill Clinton en 1999.
Comme eux, il devrait être acquitté, grâce au soutien de sa majorité républicaine.
Malgré tout, les 47 élus du groupe démocrate espèrent convaincre l'opinion publique que l'ancien magnat de l'immobilier a bien « violé son serment » de président. Pour ce faire, les procureurs disposent de 24 heures, étalées sur trois jours.
Jeudi, ils se pencheront à partir de 13H00 (18H00 GMT) sur le cadre constitutionnel de ce procès et vendredi, sur la conduite du président qui l'a conduit à être mis en accusation.
Samedi, ce sera au tour de la défense pour la même durée.
« La Constitution protège les privilèges de l'exécutif et il y a une raison à cela », a assuré mercredi l'avocat personnel du président Jay Sekulow.
Il a dénoncé un procès « ridicule » et « dangereux pour la République » à quelques mois de la présidentielle.
– Cadre strict –
Les sénateurs, qui font office de jurés, auront ensuite 16 heures pour poser leurs questions, par écrit.
Entre-temps, ils devront rester vissés sur leur siège sans prendre la parole, ni consulter leur téléphone ou ordinateur, les équipements électroniques étant interdits dans l'hémicycle.
Ce cadre strict vise à assurer la dignité des débats, même si les esprits s'étaient déjà échauffés mardi.
« La manière dont les choses sont dites est parfois aussi importante que ce qui est dit », a dit mercredi l'aumônier du Sénat, Barry Black, dans son sermon quotidien.
Un premier vote est attendu en fin de semaine prochaine: les sénateurs devront décider s'ils acceptent de convoquer de nouveaux témoins, comme le réclame le camp démocrate.
Pour cela, quatre républicains devront briser les rangs, ce qui semble difficile.
Les démocrates ont d'ailleurs refusé mercredi un « marché » proposé par plusieurs républicains: l'audition d'un témoin pour l'accusation contre celle du fils de Joe Biden, Hunter, cible des demandes d'enquête du président Trump.
Les élus pourraient ensuite passer rapidement au vote sur la culpabilité de Donald Trump. La Constitution impose une majorité des deux tiers pour destituer un président, un seuil a priori inatteignable.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.