Programme Intelaka: Mieux couvrir le périurbain et le rural    Cuir: «La menace turque ne fait pas peur!»    Wikileaks: Les enjeux du procès de Julian Assange    Brèves Internationales    Coronavirus/Maroc: les dernières précisions du ministère    Les notaires se disent "ouverts" à un dialogue avec le gouvernement sur les honoraires    Insolite : Défi original    Mohamed Benabdelkader : Aucun nouveau cas de spoliation foncière n'a été enregistré    Colloque à la Chambre des représentants sur le thème de "La démocratie participative entre problématiques actuelles et perspectives de développement"    Rabat et Mexico conviennent de créer une plateforme de coopération parlementaire    Moubarak, l'autocrate déchu à l'image corrompue    Sous le feu de ses rivaux démocrates Sanders se pose en rempart à Trump    La détention de l'éditeur suédois Gui Minhai perturbe les relations entre la Chine et la Suède    En vidéo: Les obsèques de l'ancien président égyptien Hosni Moubarak    Tunisie : vote de confiance attendu pour le nouveau gouvernement    Soufiane El Bakkali vise l'or aux JO de Tokyo    Rabat se prépare à la 13ème édition de la Course féminine de la victoire    Le MAT et l'OCS accrochés El Guisser voit rouge    Les syndicats en mal de syndiqués    Le coronavirus se répand dans le monde mais tue moins en Chine    Manger gras et sucré dérègle le cerveau en à peine une semaine    Le calvaire des mères célibataires    "Chi wqat", nouveau titre de Khaoula Moujahid    Le streaming continue de stimuler l'industrie musicale    Nouvelle édition du Salon régional du livre et de l'édition à Laâyoune    Coronavirus : l'Iran accuse les Etats-Unis de répandre « la peur »    Virgin Galactic : près de 8.000 personnes sur la liste d'attente des voyages dans l'espace    Maria Sharapova annonce sa retraite    Champions League: le Wydad et le Raja dans une mauvaise passe    Cinq boxeurs marocains en demi-finales du Tournoi pré-olympique de Dakar    5ème Festival du livre de Marrakech : Leïla Slimani invitée d'honneur    «Chi wqat» : Nouveau titre de Khaoula Moujahid et Abdelilah Arraf    Mutandis Auto réduit ses parts dans Immorente Invest    Zina Daoudia se défend après ses propos en Arabie Saoudite (VIDEO)    «30 Melyoun» cartonne au cinéma    Basket-ball : La NBA s'invite en Afrique    Zouhair Feddal sur le point de rejoindre ce club    Abdelouahed Radi: “J'étais un disciple de Mehdi Ben Barka” (VIDEO)    Volvo Cars appelle à lutter contre les inégalités en matière de sécurité routière    Agadir, ce n'est pas si mauvais que cela!    La JS tire la sonnette d'alarme sur l'approfondissement de la perte de confiance    Les notaires « ouverts » à un dialogue avec le gouvernement sur leurs honoraires    Matinées de l'industrie : M. Elalamy met le cap sur la production décarbonée    Salé sous le choc après un parricide    Coronavirus : Tanger Med muscle les contrôles    Suite aux mouvements de grève annoncés pour mars prochain : Le ministère de l'éducation suspend le dialogue avec les enseignants    Les efforts du Maroc en matière de lutte contre la torture mis en relief à Genève    3e édition de l'Afrique du Rire    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Catalogne: Elections anticipées après le divorce entre séparatistes
Publié dans La Nouvelle Tribune le 29 - 01 - 2020

Le président indépendantiste de la Catalogne a annoncé mercredi la convocation prochaine d'élections régionales anticipées en raison d'une crise ouverte au sein du mouvement séparatiste, qui va compliquer la stratégie de détente initiée par Pedro Sanchez.
« Cette législature n'a plus d'avenir (…). Les deux alliés au sein du gouvernement envisagent la voie vers l'indépendance d'une façon qui a entraîné une détérioration de la confiance mutuelle », a déclaré Quim Torra lors d'une allocution depuis le siège du gouvernement catalan à Barcelone.
Ce scrutin ne sera toutefois pas immédiat, le successeur et homme de confiance de Carles Puigdemont ayant indiqué que le budget de la région devra être approuvé avant qu'il n' »annonce la date » des élections. L'approbation du budget doit prendre environ deux mois. La Catalogne n'a plus adopté de budget depuis 2017.
La convocation de ces élections signe le divorce entre Ensemble pour la Catalogne (JxC), parti de MM. Torra et Puigdemont, et Gauche Républicaine de Catalogne (ERC), qui gouvernent ensemble la région depuis 2016 mais se font concurrence parallèlement pour dominer le mouvement séparatiste.
Le point de non-retour a été atteint lundi lorsqu'ERC a lâché Quim Torra et JxC qui lui demandaient de désobéir à l'ordre de la commission électorale de priver le président catalan de son siège de député régional après sa condamnation en décembre à 18 mois d'inéligibilité.
M. Torra a été condamné pour avoir refusé de retirer des symboles séparatistes du siège du gouvernement régional durant une campagne électorale comme le lui ordonnait la commission.
« Aucun gouvernement ne peut fonctionner sans unité (…) et sans loyauté entre ses membres », a lancé M. Torra.
– « Confrontation à mort » –
Les divergences entre ces deux formations n'ont cessé de s'accroître depuis la tentative de sécession de la Catalogne en 2017 pour laquelle le chef d'ERC Oriol Junqueras a passé deux ans en détention préventive avant d'être condamné en octobre à 13 ans de prison. M. Puigdemont, lui, avait fui en Belgique pour échapper aux poursuites de la justice espagnole.
Depuis sa cellule, M. Junqueras a fait prendre un virage plus modéré à ERC au point que la formation a appuyé début janvier la reconduction au pouvoir à Madrid du socialiste Pedro Sanchez, contrairement à JxC qui prône une stratégie de confrontation avec le gouvernement central.
En échange, M. Sanchez, qui doit se rendre à Barcelone le 6 février pour rencontrer M. Torra, a accepté la tenue d'une négociation entre les gouvernements central et catalan destinée à trouver une solution au « conflit politique » dans la région. Mais JxC voyait cette détente d'un mauvais oeil.
Avec un gouvernement catalan proche de la dissolution et aussi divisé, cette négociation est de toute façon « terminée », selon Oriol Bartomeus de l'Université autonome de Barcelone. « Il n'y aura pas de réunion avant qu'un nouveau gouvernement catalan ne soit formé », souligne-t-il.
Et selon ce politologue, le prochain scrutin catalan va donner lieu à une « confrontation à mort » entre JxC et ERC durant laquelle les troupes de Carles Puigdemont se présenteront comme « les vrais indépendantistes ». Une lutte qui va avoir « des répercussions sur la politique nationale espagnole ».
Car, sous la pression de JxC et des séparatistes radicaux de la CUP, ERC pourrait avoir plus de difficultés « à agir de façon modérée à la chambre des députés espagnols », où M. Sanchez a besoin de la formation catalane pour avoir une majorité et faire approuver son budget.
La volonté de Pedro Sanchez de dialoguer avec les séparatistes suscite en Espagne les foudres de la droite et de l'extrême droite qui taxent le socialiste de « traître » et le somment de ne pas rencontrer M. Torra.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.