Journée mondiale de l'information: 5 choses que vous pouvez faire pour restaurer la confiance dans le journalisme (Peu importe qui vous êtes)    Brèves    Conflits d'intérêts: L'Istiqlal plaide pour un texte dédié    Article 1067742    Auto Hall clôture le premier semestre dans le rouge    Allemagne : Schalke 04 se sépare de son entraîneur David Wagner    Cheb Khaled: «Maroc, Algérie, Tunisie... Un seul peuple séparé par l'histoire»    Colère et indignation après le meurtre de Naima (micro-trottoir)    Arts : les résultats du programme exceptionnel de soutien 2020 dévoilés    Bourita reçoit le nouvel ambassadeur du Royaume-Uni au Maroc    La chanteuse Chama Zaz tire sa révérence    Travailleuses et travailleurs domestiques: plus de 2.500 contrats de travail conclus (Amekraz)    Bilan quotidien: 1422 nouveaux cas au Maroc, dont 542 à Casa-Settat    Présidentielle en Côte d'Ivoire : l'ONU appelle à un vote «pacifique et inclusif»    US Round Up du lundi 28 septembre Présidentielle/Floride, Amy Coney Barrett, De Blasio, Célébrités    Le Liban, nouveau protectorat français ?    K-pop : 10 millions de vues pour la nouveauté des Blackpink    Chelsea: Hakim Ziyech toujours absent    Campagne d'assainissement : Plus d'un million de bouteilles d'alcool saisies par la DGSN    Mohamed Bachir Rachdi : « Le projet de loi vient donner de vrais pouvoirs d'action à l'Instance, pour jouer son rôle dans un cadre de complémentarité institutionnelle »    Festival de Fès de la culture soufie : une édition en ligne pour 2020 !    «La sortie sur le MFI de septembre était nécessaire»    Raja de Casablanca : Sofac rejoint la liste des partenaires    Le Maroc favorable au document sur le développement de l'éducation    La CGEM explique ses propositions pour la loi de finances 2021    Casablanca: trois escrocs dans les filets de la DGSN    Le gouvernement refuse de créer un fonds pour le cancer    Leicester humilie Manchester City et prend les rênes du championnat    OCP Africa et l'IFC s'allient pour l'agriculture ouest-africaine    Entre masques et doudounes, Roland-Garros lance son édition automnale toit fermé    France: les prévisions du ministre de l'Economie    JO de Tokyo: La natation nationale face au défi de la qualification    A 90 ans, Haja El Hamdaouia met fin à sa carrière    Fusion Atlanta-Sanad: la nouvelle entité voit le jour    France: trois morts dans le crash d'un aéronef    Biélorussie: Une investiture à huis-clos pour Alexandre Loukachenko    Un engagement sans faille en faveur des populations démunies    Stephanie Williams soutient les efforts consentis dans le cadre du dialogue de Bouznika    Entrée en vigueur de la loi relative au droit d'accès à l'information au Maroc    Ce qui est prévu jeudi au Conseil de gouvernement    Tourisme: Lancement de «Madaëf ECO6»    La chanteuse Houda Saad traverse une épreuve difficile (PHOTO)    Coronavirus : le dépistage élargi à tous les laboratoires [Document]    Pédophilie. Ramid fait trembler les assassins    On connaît le premier relégué de la Botola    Annulation de la 14ème édition du Festival international du film de femmes de Salé    Prévisions météorologiques pour la journée du lundi 28 septembre 2020    Les inégalités raciales ont coûté 16.000 milliards de dollars à l'économie américaine    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Courrier des Lecteurs
Publié dans L'Economiste le 27 - 06 - 2013


Où ira la manne du Golfe?
Il faut l'utiliser à bon escient
Enfin une bonne nouvelle dans ce marasme ambiant! Les Emiratis viennent d'annoncer un don de 10,62 milliards de DH pour le Maroc. C'est rassurant d'avoir une manne en ces temps de disette, mais encore faut-il bien identifier les secteurs qui vont en profiter. Les infrastructures, l'éducation et la santé semblent être les secteurs prioritaires selon le mémorandum d'entente signé mardi 25 juin.
Cependant, certains opérateurs redoutent que cet argent ne soit injecté dans le paiement des arriérés de l'Etat. Sachant que sur certains marchés (BTP, voiries...), l'Etat a parfois accumulé des impayés de plus d'une année.
F. M.
Les pétrodollars politiques
Les pays du Golfe accordent un don gigantesque au Maroc. Voilà une bonne nouvelle qui permettra de renflouer les caisses et de redresser les comptes. Le Royaume serait dans les bonnes grâces des cheikhs pétroliers et de ces émirs à la fortune démesurée. Faut-il y voir un élan de générosité, une façon de réunifier le peuple musulman? Dans ce monde, personne ne donne rien sans contrepartie.
Les pays du Golfe donnent leur argent pour que le Maroc continue à être un allié dans cette zone où les tensions politiques, entre sunnites et chiites, sont à leur comble. Les pétrodollars ne sont jamais sans odeur. Hélas! nous sommes loin d'être dans une position confortable pour refuser une telle somme. Cependant, il faut rester lucide et réaliste.
G. A.
Dons émiratis: Priorité à l'éducation et la santé!
Plus de 10 milliards de DH octroyés au Maroc par les pays du Golfe, voilà de quoi faire avancer beaucoup de choses... enfin, du moment que ce fonds revient aux secteurs prioritaires. L'éducation est en crise au Maroc. Dans certains patelins reculés, les enfants ont encore à faire plusieurs km (parfois dans les montagnes) pour aller à l'école. Certains écoliers ne peuvent même pas y aller, quand ils habitent dans des communes complètement enclavées.
Il faudrait faire quelque chose. Déjà que les enfants ne raffolent pas de l'école par nature, si en plus ils ont des km à traverser pour y aller, on peut se douter que le décrochage est important! Les grandes villes ne sont pas épargnées. Il y a plusieurs choses à repenser pour une meilleure éducation et formation dans nos écoles.
En 2e position: la santé. L'état de nos hôpitaux publics est lamentable! Sans parler des dispensaires qui manquent cruellement de moyens ! Ce don, comme tout don, est certainement une bonne chose. Seulement, il s'agit d'un don conditionné par ces pays du Golfe. Espérons que ce seront plutôt les écoles et hôpitaux qui pousseront comme des champignons dans nos villes et non des malls à taille monstrueuse!
G. I.
Ça tombe à pic
Le Maroc semble avoir la baraka. Au plus fort de la crise, des dons tombent du ciel pour sauver la mise. Espérons au moins que cet argent ira là où il faut, c'est-à-dire dans des secteurs-clés et créateurs d'emplois (santé, enseignement, justice...). Le citoyen pourrait ainsi en ressentir les effets immédiats. L'argent ne doit surtout pas être destiné à renflouer les caisses de l'Etat, payer ses dettes ou colmater les brèches de la compensation.
M. M.
Hadj 2013: Fin du suspens
Un vrai problème
Les autorités saoudiennes ont entamé des travaux d'expansion des lieux saints pour le bien des futurs pèlerins. En attendant l'achèvement des travaux, le problème d'élimination de quelque 6.200 hadjs s'impose.
Le hadj chez nos concitoyens a pris des dimensions sociales: ce qui complique davantage la tâche de cette réduction. En bons religieux, on doit comprendre les contraintes des officiels saoudiens et laisser les personnes les plus âgées accomplir ce rituel et donner priorité à celles qui se sont retirées une fois la capacité d'accueil favorable. Ce n'est qu'un point de vue pouvant susciter les réactions des lecteurs.
M. M.
Solution équitable
Enfin les autorités ont mis un terme au suspense! Le critère de l'âge a été retenu pour éliminer les 20% du quota du Maroc exigé par l'Arabie Saoudite. Il s'agit de 6.400 pèlerins, dont 5.662 de la campagne supervisée par le ministère et 735 de la part réservée aux agences de voyages. Le nombre total de pèlerins passe ainsi de 32.000 initialement prévus à 25.600. Ahmed Taoufiq, ministre des Habous, a expliqué que ce nombre sera ponctionné des listes des plus jeunes, hommes et femmes, et plus précisément celles et ceux nés en 1961 et années suivantes pour la campagne officielle, en tenant compte des cas de conjoints voyageant ensemble et sans toucher à la part des personnes âgées et de leurs compagnons (15%). Ce critère d'âge (le moins âgé) sera également appliqué aux pèlerins faisant partie du quota réservé aux agences de voyages. Je pense que ce scénario est le plus équitable pour tout le monde. Les plus jeunes auront toujours l'occasion de faire leur pèlerinage l'année prochaine au même tarif. Tout est bien qui finit bien!
A. G.
Cacophonie
Qui a le mot de la fin de cette cacophonie de la Omra/Ramadan 2013? Maximum 15 jours! Où est la liberté de séjour jusqu'à 40 jours? Les Marocains ont payé des séjours de 20, de 30 et même de 40 jours et personne n'est capable de préciser si le gouvernement saoudien va mettre en application ses menaces d'expulser les personnes qui dépassent 15 jours?
Les agences disent qu'elles n'ont aucune information officielle ? Alors partira, partira pas? Fiyadi Allah!
M. C.
Bac: Dispositif anti-triche
Nous sommes tous des tricheurs à quelques différences près. Je pense que le même système de contrôle de l'excès de vitesse pour les conducteurs serait valable aussi pour contrôler les étudiants et les élèves. Le contrôle physique n'est plus capable d'assurer un bon résultat. Il faudra: fixer des caméras dans les classes réservées aux examens, installer des brouilleurs dans les lieux concernés, faire appel aux technologies de communications très avancées pour contrecarré celles utilisées par les candidats et ceux qui cherchent à entraver le bon déroulement des examens. Il faut attaquer le progrès par le progrès, et non pas par la diarrhée verbale. Les choses ont évolué. A chaque candidat présent à un examen, concours ou contrôle, qui ne respecte pas les lois et les normes, on envoie le même procès que celui envoyé au conducteur qui ne respecte pas le code de la route, procès contenant l'ensemble des informations et même les photos qui constituent une preuve à l'appui. Personne ne peut donc nier ou avoir des excuses. Sa sanction sera appuyée par des preuves. Il pourra même être poursuivi en justice au cas où on constate qu'il y a des dérives graves. Je remarque que le contrôle et la surveillance physique des enseignants ne sont plus efficaces.
Ces derniers ne sont pas des agents de sécurité et de surveillance; s'ils assurent leur travail d'éducateur et d'enseignant dans de bonnes conditions, c'est déjà un point très positif. Leur ajouter d'autres têches, qui n'entrent pas dans leurs domaines, ce qui les fatigue et les expose à de graves conséquences, c' est une décision qui n'est pas bien réfléchie.
R. B.
Les maux de la santé
L'Etat n'a plus les moyens pour maintenir et assurer un service minimum de soins sanitaires de première nécessité à ses citoyens, surtout ceux qui habitent très loin des grandes agglomérations. Ils sont abandonnés à leur sort.
Les choses doivent évoluer, ce ne sont pas les moyens financiers qui manquent. Beaucoup de subventions et d'aides internationales sont données à des régions lointaines, mais leur destination reste inconnue. On doit laisser l'initiative privée faire les choses à sa manière. Le monopole d'un Etat myope ne mènera à rien ou contraire il va aggraver les choses et les rendre vulnérables. Les responsables de chaque secteur doivent savoir que les remèdes de bricolage ne peuvent pas servir toujours, leurs validités sont très limitées.
J. B.
Tout le monde boycotte...
L'opposition n'arrête pas de reprocher au gouvernement la non-participation aux projets du gouvernement. Et tenez-vous bien, dès que le gouvernement demande aux forces vives de partager ces projets (réunion, colloque, parlement), le mot d'ordre est le boycott! Pourquoi? Les parlementaires boycottent, la CGEM boycotte, la société civile boycotte, les syndicats boycottent, les médecins boycottent, les avocats boycottent, les transporteurs boycottent, les taxis boycottent etc. Allez comprendre! Surtout ne pas faire plaisir aux membres du gouvernement même si c'est au détriment de l'intérêt général!
M. C.
Plages propres
Je serai curieux de connaître le taux de colo-bacilles présents dans les plages de la non moins célèbre station de Taghazout où se déversent quotidiennement d'importantes quantités de matières fécales. Une simple observation du front de mer permet de constater comment tout le front est outillé en déversoirs par tuyauteries reliées aux habitations, sans compter les résidences locatives et autres auberges dont les rudimentaires fosses débordent sous les pieds des baigneurs et des barques de pêche qui font le charme de cette néanmoins belle station.
Les pouvoirs publics sont régulièrement alertés par des organismes internationaux sur cette situation. Aucune mesure n'est prise pour limiter les dégâts; dégâts qui atteignent leur point culminant avec l'arrivée de l'été et son corollaire l'afflux important d'estivants. La commune et l'Onep savent bien à quel niveau s'élève le taux de déversement dans la période estivale. Parler alors de plages propres se passe de commentaire.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.