USA : L'enquête russe disculpe Trump    Mali : Plus de 130 civils tués dans un village peul au centre du pays    Casablanca : Incendie au Marché Weld Mina à Hay Hassani    FRMF: Messi absent lors de la rencontre amicale à cause d'une blessure    La Tribune de Nas : Des « mlawis » en entrée…    Un incendie ravage un souk à Hay Hassani    Ronaldo accusé de viol: la Juve n'ira pas aux USA pour ses matchs de préparation    Milieu rural : Promotion de l'emploi des jeunes    Tournée Istiqlalienne dans la province de Larache    Enseignants contractuels    Prolongation des horaires d'ouverture du MMVI    Algérie : Les manifestants n'oublient pas la propreté des rues    Arrestation de 5 israéliens pour falsification de passeports marocains    Ministère : Les journaux électroniques autorisés à tourner pour leur propre compte    Nabil Benabdallah reçoit Nabil Chaath au siège du PPS    Résultats annuels: Un exercice 2018 positif pour la BCP    L'esprit ailleurs !    Sahara marocain: Le processus onusien se poursuit à Genève    Concept store «Infinix Park»: Jalon d'une nouvelle ère    Autriche: Les musulmans déposent une plainte contre le vice-chancelier    M. Hilale : Atténuer les effets des crises humanitaires, une priorité    Sahara marocain : Conférence ministérielle africaine sur l'appui de l'UA au processus onusien    Younes Chaabi: «Les MOOCs jouent un rôle important dans l'apprentissage de l'amazigh»    Politique budgétaire en Afrique : la CEA recommande l'alignement sur le cycle économique    Apatride de Narjiss Nejjar : Frontières intérieures…    Témoignage: Lettre à l'écran libre    inwi : Fin prêt pour la 5G    City Club : Le record de 1 million de fans sur Facebook battu    CNSS : Un nouveau service digital pour l'édition d'attestations    Ali Rguigue : «Le pari qu'a réussi Artcoustic est d'imposer le contenu digital d'utilité publique»    Amical : Pas de Messi à Tanger    Le Maroc envoie une aide humanitaire d'urgence aux victimes du cyclone Idai    Tunis: 2è édition du Festival International d'Improvisation Théâtrale    Ouverture de la 18ème édition du FICAM    L'hommage de Céline Dion aux victimes de Christchurch    Euro 2020: La Croatie s'en tire à bon compte    Beckham admet avoir utilisé son téléphone en conduisant    La césarienne cinquante fois plus mortelle pour les femmes africaines    Ces célébrités ont touché le fond : Britney Spears    "Football Leaks": Le hacker Rui Pinto extradé au Portugal    En attendant le verdict de la CAF, les U23 jouent leur va-tout devant la RDC    Driss Lachguar : Ce qui importe pour nous, c'est que le futur Premier secrétaire serve au mieux le projet sociétal moderniste du parti    Le président de la Chambre des représentants s'entretient avec l'ambassadeur du Liban à Rabat    Michel Temer, le survivant rattrapé par le scandale Lavage Express    Janet Jackson grillée par ses fans en pleine crise d'ego    La décision radicale des enfants de Michael Jackson    Björk réédite tous ses albums en cassettes colorées    Le WAC retrouve le Horoya Conakry en quarts    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La pression fiscale s'alourdit dans l'OCDE
Publié dans L'Economiste le 07 - 12 - 2015

La charge fiscale(1) moyenne suit une pente ascendante dans les pays de l'OCDE. Elle a ainsi atteint 34,4% du PIB en 2014, selon les dernières Statistiques des recettes publiques établies par l'OCDE. Il s'agit de l'ensemble des impôts, taxes et cotisations rapporté à la richesse nationale.
Les experts de l'OCDE soulignent que: «la progression de 0,2 point de pourcentage observée en 2014 s'inscrit dans le droit fil d'une tendance récente à la hausse qui ne s'est jamais inversée depuis 2009. Cette année, le chiffre enregistré était de 32,7%».
La charge fiscale est disparate entre les pays. En Grèce, elle a été portée de 31,2% à 35,9% entre 2007 et 2014. Le Danemark et la Turquie affichent également une hausse de la pression fiscale de plus de 4 points pendant la même période.
La hausse de la pression fiscale s'explique par plusieurs facteurs. Elle résulte pour deux tiers environ de l'accroissement des recettes tirées de la TVA et des impôts sur les revenus des personnes physiques et sur les bénéfices des sociétés. Le solde étant principalement imputable aux recettes provenant des cotisations sociales et des impôts sur le patrimoine.
Plusieurs pays ont adopté des mesures fiscales. Ils ont en effet relevé les taux ou élargi les bases d'imposition, voire les deux en même temps. Dans la zone OCDE, le taux normal moyen de TVA est passé de 17,7% en 2008 à 19,2% en 2015. Vingt-deux des 34 pays membres de l'Organisation ont relevé leurs taux maximum d'imposition des revenus des personnes physiques entre 2008 et 2014.
L'OCDE s'est penchée aussi sur les recettes fiscales rapportées au PIB. L'année dernière, elles ont été en moyenne supérieures dans les pays de l'OCDE de 0,3 point de pourcentage au niveau d'avant la crise, soit 34,1% en 2007. Elles ont ainsi dépassé le précédent record de 34,2% enregistré en 2000. Les plus fortes hausses des recettes fiscales rapportées au PIB entre 2013 et 2014 ont été observées au Danemark (3,3 points de pourcentage) et en Islande (2,8 points de pourcentage).
Les autres pays ayant enregistré des progressions notables sont la Grèce (1,5 point), l'Estonie (1,1 point) et la Nouvelle-Zélande (1,0 point). Les mouvements à la baisse les plus marqués se sont produits en Norvège (1,4 point de pourcentage) et en République tchèque (0,8 point de pourcentage). Le Luxembourg et la Turquie ont perdu pour leur part 0,6 point de pourcentage.
Les ménages endossent la facture!
Après Apple, Amazon et Starbucks, le géant américain McDonald's se retrouve dans le collimateur de la Commission européenne. Celle-ci vient de lancer une enquête sur le traitement fiscal du groupe accordé par le Luxembourg. Comme première réaction, le Luxembourg et McDonald's se sont défendus de toute opération frauduleuse. «Les sociétés parviennent encore à trouver des moyens de payer moins d'impôts et c'est en fin de compte aux particuliers de régler la facture», tient à rappeler dans un communiqué Pascal Saint-Amans, Directeur du Centre de politique et d'administration fiscales de l'OCDE. «Ce sont en effet les citoyens qui ont fait les frais de la grande majorité des hausses d'impôt observées depuis la crise sous la forme d'augmentations des cotisations sociales, de la taxe sur la valeur ajoutée et des impôts sur le revenu», ajoute Pascal Saint-Amans. Pour lui, «cette situation montre bien qu'il est urgent d'agir pour faire en sorte que les entreprises supportent leur juste part du fardeau». D'où l'action engagée autour du Projet OCDE/G20 de lutte contre l'érosion de la base d'imposition et le transfert de bénéfices (dont le Maroc est partie prenante). Le projet offre aux pouvoirs publics des solutions pour remédier aux décalages existant entre les règles en vigueur dans les différents pays, grâce auxquels les entreprises font «disparaître» des bénéfices ou les transfèrent vers des lieux où ils sont peu ou pas imposés et où elles n'exercent guère d'activité économique, voire aucune.
Fatim-Zahra TOHRY
--------------------------------
(1) La charge fiscale correspond au montant total des recettes fiscales perçues exprimé en pourcentage du PIB.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.