CDM reporte les échéances des crédits pour les clients impactés    Coronavirus : plus de 700.000 bénéficiaires de l'indemnité forfaitaire    Sous le thème «Philosophie de jeu de la FRMF» : La FRMF tient son séminaire en ligne    Les éboueurs, des soldats nocturnes qui veillent à la propreté    Covid-19: l'Espagne passe à la phase de “ralentissement” de la pandémie    Confinement : que regardent les téléspectateurs marocains?    La télévision au temps de Coronavirus et la reprise du pouvoir d'initiative    Le Maroc a été parmi les premiers à fournir la chloroquine malgré la forte demande au niveau mondial    Coronavirus: La Corée du Nord épargnée ?    Covid-19: le Maroc enregistre un 40ème décès    Le football français en deuil : De Marseille à toute la L1, hommage unanime à Pape Diouf    Mustapha Adib, ex-espion des services de l'hexagone, tombe bien bas    En Guinée, le président Alpha Condé, 82 ans, obtient une très large majorité parlementaire    Adieu Si Fadel    Dette : Quel geste politique demandé au Maroc ?    Lutte anti-coronavirus : Evacuation d'un grand marché populaire à Laâyoune    Un joueur du FUS se blesse pendant ses entraînements à domicile    Décès de Marcel Botbol à cause du Covid-19: ce que l'on sait    Balance commerciale : Le déficit s'aggrave à 2%    Commerce extérieur : Les indices reculent au quatrième trimestre 2019    Parlement: Dispositif exceptionnel pour la session du printemps    Brèves Internationales    Les réserves des centrales syndicales    L'artiste marocain Marcel Botbol meurt du coronavirus    L'ONEE prend des dispositions spéciales pour préserver son personnel    La Chambre des représentants mobilisée pour répondre aux exigences de la situation sanitaire    Nouvelle pauvreté et nouvelles solidarités en Italie    Le coaching mental, un impératif pour les sportifs à l'heure du confinement    Le ministère de la Santé étoffe sa communication    Des patients guéris du coronavirus livrent leurs témoignages    Des sans-abris hébergés par des ONG de Tanger    Report des Jeux méditerranéens d'Oran à 2022    Après la crise sanitaire, vers un foot plus vertueux ?    Le Maroc n'y échappera pas    De la culture gratuite pour combattre l'ennui du confinement    Le rappeur français Booba prêche le respect des mesures préventives    Les musiques reposantes ont le vent en poupe    Sancho, le digne héritier de CR7 à United?    Le CCM divertit les citoyens marocains en période de confinement    Mali: Des législatives entre terrorisme et coronavirus…    Coronavirus : L'Arabie saoudite appelle à reporter les plans du hajj    Fadel Iraki, le cofondateur du “Journal Hebdo”, n'est plus    Le Gadem pense fort aux socio-économiquement isolés ou plus vulnérables    Institut national des sciences de l'archéologie et du patrimoine : Les filières d'enseignement et de recherche publiées au BO    Un projet terroriste déjoué en Tunisie    La production dans la construction en hausse de 3,6% dans la zone euro    Ça ne va pas si mal que ça pour nos étudiants au Canada    WAC-EST: Le TAS fixe une nouvelle date    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Qualité des eaux de baignade: Evitez les plages de Tanger!
Publié dans L'Economiste le 20 - 06 - 2016

Près de 97% des 386 stations contrôlées répondent aux normes de qualité requises à la baignade. Seules les plages de la zone de Tanger sont déconseillées, notamment à cause de la pollution liée aux rejets des eaux usées
Pour cette saison estivale, il est conseillé d'éviter les plages de Tanger, les plus polluées de tout le littoral, selon le dernier rapport sur la qualité de l'eau de baignade, préparé conjointement par les ministères de l'Environnement et du Transport. Ce document, présenté vendredi dernier, a dressé l'état des lieux de 386 stations contrôlées, au niveau des trois zones, à savoir Méditerranée et Atlantique Nord et Sud. Il en ressort que 12 stations, soit 3,11% du total, sont déclarées non conformes pour la baignade lors de cette saison. Elles sont concentrées dans la préfecture de Tanger-Asilah. 7 d'entre elles sont situées à Tanger ville, tandis que les autres concernent les plages de Markala et Jbila. Ces stations polluées, relevant des catégories C et D en termes de qualité microbiologique, subissent l'influence des rejets d'eaux usées. Ce sont également des plages qui connaissent souvent une forte concentration des baigneurs conjuguée à l'insuffisance des infrastructures d'hygiène. Globalement, les autres plages sont déclarées conformes aux exigences réglementaires relatives à la qualité de baignade. Cette année, 22 plages ont été labellisées au Pavillon bleu. Que ce soit pour la façade méditerranéenne ou atlantique, toutes les plages sont de bonne ou de moyenne qualité microbiologique, soit les catégories A et B. Pour la façade méditerranéenne, les plages les plus propres sont celles de Saïdia Med, Karïat Arekmane, Quemado et Oued Laou. Pour l'Atlantique Sud, comme chaque année, la quasi-totalité des plages relève de la catégorie A, sauf celles de Sidi Ifni et Lghzira.
Il faut également noter l'amélioration de la qualité des eaux de baignade au niveau de plusieurs stations dans la façade atlantique nord, surtout dans la zone allant de Kénitra à Casablanca, qui concentrait plusieurs points noirs l'année dernière (cf.www.leconomiste.com). Cette année, les plages de Saâda, Chahdia et Petit Zenata, souvent déconseillées à la baignade, ont fait leur entrée dans la catégorie B, avec des eaux de baignade de qualité moyenne.
Pour les responsables du département de l'Environnement, l'amélioration de la qualité des eaux au niveau de plusieurs plages est le résultat d'une série de mesures menées en partenariat avec les ONG. Par exemple, «le programme national de l'assainissement liquide a favorisé cette amélioration suite à la limitation des rejets des eaux usées dans la mer», a expliqué Abdelouahed Fikrate, secrétaire général du ministère de l'Environnement. Cela est lié à la mise en place de 102 stations d'épuration en plus de 6 unités de traitement préliminaire reliées aux canaux marins au niveau de Tanger, Tétouan, Rabat, Casablanca, El Jadida et Agadir. La protection et l'amélioration de la qualité des eaux au niveau des deux façades maritimes du Maroc devront aussi être renforcées grâce à la mise en place de la loi sur le littoral. Ce texte interdit les rejets des eaux usées ou des déchets dans la mer. Après l'entrée en vigueur de ce texte, le rapport annuel sur la qualité des eaux de baignade ne sera plus élaboré conjointement par les deux ministères. Il sera pris en charge, dès l'année prochaine, par le département de l'Environnement. Celui de l'Equipement et du Transport devra se concentrer, quant à lui, sur la valorisation du domaine public maritime, notamment via la préparation d'un schéma directeur, favorisant une visibilité globale de ce patrimoine.
Pas de risque pour les baigneurs
Le rapport annuel sur la qualité des eaux de baignade est généralement accompagné d'un document retraçant les résultats du contrôle du sable des plages. Ceci est d'autant plus important que les déchets comme les tessons de bouteilles, les seringues et autres objets coupants représentant des risques pour les estivants. La grande affluence des vacanciers, se traduisant par une éventuelle contamination du sable par la flore fongique, pourrait aussi constituer une source de transmission d'agents pathogènes. Cette année, les échantillons de sable prélevés dans les plages prospectées ne présentent pas de contaminations ni par les métaux lourds ni par les hydrocarbures. Les analyses mycologiques ont aussi montré que le sable des plages contrôlées ne présente pas de contaminations par les dermatophytes ni par les moisissures.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.