ONU : Chapeau aux casques bleus    Possible maintien du trend haussier des prix des carburants    Pronostics Cannes 2019    Tenue de la 6ème édition du SITeau à Casablanca    Des services bancaires à portée de clic : La banque privée à l'heure du tout numérique    Banque privée : Les principaux requis de succès    Festival Gnaoua et Musiques du Monde : 22 ans déjà !    Vidéo – WAC-ESS : Les supporters enflamment les gradins du complexe Moulay-Abdallah    Abus sexuels : Le Maroc classé 34ème pour la protection de l'enfance    Messi remporte le sixième Soulier d'or de sa carrière    Des morts et des blessés dans un accident de la circulation à Tanger    Ligue des Champions d'Afrique : Le Wydad évite le pire    Vidéo – Le WAC arrache le nul à 10 et ne se fait pas aider par la VAR (1-1)    Un juge suspendu pour avoir critiqué Donald Trump    Match nul pour le WAC    Noor Midelt I attribué au consortium mené par EDF    Mammifères    Un nouveau festival dédié à la «cuisine de rue»    Coupe d'Allemagne : La dernière danse de Robben    Lyon prépare son grand ménage d'été    La RSB tout près de sa première étoile africaine    Chine : Le contrat secret qui a sauvé des millions de vies    L'Unesco reproche aux assistants vocaux de véhiculer des "préjugés sexistes"    Délais de paiement des entreprises : L'Intérieur animé de bonnes intentions    Les personnes vivant seules souffrent plus de troubles mentaux    Les politiques de vaccination contre la rougeole insuffisantes pour contrer l'épidémie    S.M le Roi inaugure la section régionale du Centre national Mohammed VI des personnes en situation de handicap    Amir Al Mouminine préside la quatrième causerie religieuse du Ramadan    Habib El Malki : Les associations constituent un pilier essentiel pour les institutions    Recul des prix des actifs immobiliers au premier trimestre    Ces tournages qui ont tourné au drame : Resident Evil    Insolite : Enorme surprise pour des étudiants américains    Issam Kamal : Les textes de la chanson marocaine, à quelques exceptions près, n'ont pas encore atteint la qualité souhaitée    Evénements d'Al Hoceima : Le CNDH accueille des mères et membres de familles de détenus    Al Barid Bank: 16% des transactions réalisées via le canal mobile au T1-2019    «Génération Africaine, la force du design» : A la découverte d'une cinquantaine de designers africains    «En cas d'insuffisance rénale ou de dialyse, il faudrait s'abstenir de jeûner»    Khalid Naciri: «En hommage à celui pleuré, seul, à quatre mille kilomètres d'ici»    Certification de documents : L'administration traîne les pieds    Selon un rapport du Conseil de l'éducation : A peine 83.000 handicapés décrochent un job    Santé. Plus de 3,8 millions de rendez-vous en ligne    Mohamed Saïd Afifi, le «Hamlet» marocain    Theresa May pose les armes    Plus de 30.000 tentatives d'immigration clandestine ont été mises en échec en 2019    La guerre contre l'Iran n'aura pas lieu    La politique sanitaire exposée en séance plénière de la Chambre des représentants    L'Everest pour la 23ème fois    Pas de cessez-le-feu en vue en Libye : Haftar reçu par Macron à Paris    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Agadir: Des responsables de plage pour un été sans déchets
Publié dans L'Economiste le 22 - 08 - 2017

Les responsables de plage doivent adapter leur discours en fonction du public qu'ils ont face à eux (une famille, un groupe de jeunes, des enfants, des pollueurs, des pêcheurs, des estivants, etc.) (Ph. SFM)
La saison estivale à Agadir connaît un afflux très important sur l'ensemble des plages de la ville. Afin d'accompagner ce flux et sensibiliser les estivants à réduire au minimum les déchets, 13 jeunes sont déployés en tant que responsables de plage dans le cadre de l'opération «Coca-Cola j'aime ma plage».
«Réduisons nos déchets, protégeons notre plage», peut-on lire sur les tee-shirts que portent les jeunes présents sur les plages: Madraba, Km25, Km26, Imi Ouaddar, Aghroud, Aghroud 2 et Imssouane. Cette opération, qui en est à sa 6e édition, est portée par Coca-Cola, avec comme partenaires la Société des boissons gazeuses du Souss» (SBGS) et l'ONG Surfrider Foundation Maroc.
La société Magval, autre partenaire de cette opération, est en charge de la collecte des déchets et leur envoi après mise sous presse pour expédition optimale auprès des divers transformateurs pour bénéficier d'une seconde vie. Au total, ce sont 28 responsables de plage, dont deux filles, qui ont été formés par Surfrider Foundation Maroc. Seuls 13 ont été retenus comme responsables de plage pour travailler durant la période estivale.
«Pour cette 6e édition, il y a un manque de moyens, c'est la raison pour laquelle on ne peut pas embaucher tous les candidats qui ont participé à la formation. Néanmoins, ceux qui n'ont pas été retenus sont sur la liste d'attente et pourront être appelés car, parfois, quelques responsables de plage ne terminent pas toute la période de l'opération pour différentes raisons», explique Rkia Drouiche, responsable de communication à Surfrider Foundation Maroc.
Ils vont sillonner 7 plages les plus fréquentées durant tout l'été effectuant des actions de sensibilisation et de collecte de déchets. La formation, qui s'est déroulée sur une période de 5 jours, consiste en une partie théorique dont les thèmes abordés sont liés à l'environnement: le littoral, la biodiversité, la qualité de l'eau, les déchets, la pollution, l'océan, le climat, le changement climatique, les éco-gestes, les énergies renouvelables ou encore le bénévolat et l'engagement citoyen. La théorie a pour objectif d'enrichir les connaissances des responsables de plage et de leur permettre d'engager des discussions sur la thématique de l'environnement avec le grand public.
Pour la partie pratique de la formation, les jeunes devaient jouer des scénarios sur l'action de sensibilisation sous forme d'ateliers. Chacun des jeunes est mis en situation et est amené à jouer le rôle du responsable de plage avec une situation proposée. Il doit adapter son discours en fonction du public qu'il est supposé avoir face à lui (une famille, un groupe de jeunes, des enfants, des pollueurs, des pêcheurs, des estivants, etc.). Ces mises en situation permettent de familiariser les futurs responsables de plage à l'entrée en communication avec les estivants afin de réussir à les convaincre de protéger les plages et le littoral.
Par ailleurs, à l'issue de la formation, tous les candidats reçoivent un certificat de formation qui détaille les connaissances acquises. Etant donné que la majorité des jeunes formés sont des étudiants universitaires, ils pourraient faire valoir cette expérience lors de leurs prochaines recherches d'emploi par exemple. Que deviennent ces responsables une fois la période d'été finie? Parmi les responsables de plage, 60% reviennent pour faire du bénévolat ou pour effectuer des stages au sein de Surfrider Foundation Maroc. Ce qui constitue l'autre objectif de l'opération «j'aime ma plage» qui consiste à transmettre à ces jeunes une «fibre environnementale» afin qu'ils aient envie de s'engager en faveur de l'environnement.
Bilan 2016
En 2016, l'opération «Coca-Cola j'aime ma plage» a mobilisé 46 responsables de plage qui ont travaillé sur 10 plages: Aourir, Imouran, Taghazout, Madraba, Km25, Km26, Imi Ouaddar, Aghroud 1, Aghroud 2 et Imssouane. Le nombre de personnes sensibilisées durant l'opération a atteint près de 70.616 estivants (contre 28.670 en 2014) et 7.172 enfants qui ont pris part aux jeux ludiques animés quotidiennement par les responsables de plage. Au cours des 58 jours, plus de 150 poubelles ont été déployées sur les plages et 12.957 sacs de déchets ont été collectés (contre 12.000 sacs en 2015). Le bilan fait état de la non-augmentation des quantités des déchets, ce qui signifie un changement comportemental et sociétal selon Surfrider Foundation Maroc.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.