L'UIR renforce sa coopération avec l'université des sciences juridiques et politiques de Bamako    Ministre des Affaires étrangères du Cap-Vert : Nous soutenons l'entrée du Maroc au Cedeao    Fathallah Sijilmassi présente son dernier ouvrage à Bruxelles    « Engagement et citoyenneté 2.0 », table ronde pour entamer la 5ème édition du Forum euro-méditerranéen des Jeunes Leaders d'Essaouira    Le Maroc réélu membre du conseil d'administration de l'Euromed Postal    MEDays : Appel à une approche ascendante du multilatéralisme    Après la défaite face à la Mauritanie, Halilhodzic commente...    Les régions montagneuses se préparent à lutter contre les effets du froid    Sao Tomé-et-Principe réaffirme son soutien à la marocanité du Sahara    Après le buzz de la vidéo le montrant en train de négocier l'allègement d'une peine, la police arrête un "semsar"    Suite à l'alerte météo, le ministère de l'Equipement appelle à la vigilance    Le Maroc signe la Convention révisée sur la reconnaissance des diplômes et autres titres de l'enseignement supérieur    AFRIQUIA met à la disposition du Hassania 50 autocars pour assister à cette finale de la coupe du Trône    Concurrence: Comment s'adapter aux mutations du marché    Sommet des BRICS La guerre commerciale fait encore parler d'elle    Jury au festival international du film, Asma Graumiche va faire rayonner le Maroc au Caire    Derby Casablanca : Le Wydad procédera à la vente des billets en ligne    Washington et les Européens étalent leurs divisions sur les jihadistes détenus en Syrie    Quatre visages pour raconter : La Havane, à l'aube de ses 500 ans    La vérité sur "l'échange de coups de feu" à Tanger    La culture marocaine dans ses multiples facettes en vedette à Toronto    Les indices Amadeus mis en avant à Tanger    En Afrique du Sud, le sel sacré qui épice la grande cuisine    Présentation du nouveau staff technique du Raja    L'hommage posthume de la famille du basket à Abderrahmane Sebbar    Khalid Echajari s'adjuge l'Open national des échecs à El Jadida    L'agroalimentaire marocain, un secteur en pleine expansion en Afrique    L'industrie 4.0, une opportunité à saisir pour accéder à un nouveau palier de développement    Le Maroc et les Maldives signent 4 accords de coopération bilatérale    Vincenzo Amendola : Le Maroc, un partenaire crédible de l'Italie et de l'Union européenne    Les révélations fracassantes de Jamie Lee Curtis    Forum des ministres de la culture à Paris    Ce que la reine Elisabeth apprécie le plus chez Kate Middleton    Miley Cyrus opérée des cordes vocales    Nicki Minaj gâtée pour son mariage    Ben Affleck à l'affiche d'"Hypnotic"    Special Olympics Morocco : 160 jeunes participants éduqués par le sport    Vidéo : L'école marocaine vue par The Tberguig !    Dans son nouveau clip : Xena Aouita illustre dans «Metamorph» la transformation humaine    Casablanca : Vernissage de l'exposition « autremême » d'Abdelkébir Rabi'    Kamal Hachkar rend hommage à Neta Elkayam    Chili. 30 ans après, la Constitution de Pinochet va être révisée    Eliminatoires de la CAN 2021 / Maroc-Mauritanie : Premier véritable test pour Halilhodzic    Le PPS condamne l'agression sioniste contre la Palestine    Rabat lance son nouveau mode de transport urbain «Tram'Bus»    Forum d'affaires Nigeria-Maroc : L'importance de la coopération Sud-Sud en agriculture mise en exergue    Lors d'une journée d'étude organisée à la Chambre des conseillers, Mohamed Benabdelkader : Mettre l'arsenal juridique au diapason de l'évolution de la société    Insolite : Arrêtée avec 2 kilos d'or dans ses chaussures    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Agadir: Des responsables de plage pour un été sans déchets
Publié dans L'Economiste le 22 - 08 - 2017

Les responsables de plage doivent adapter leur discours en fonction du public qu'ils ont face à eux (une famille, un groupe de jeunes, des enfants, des pollueurs, des pêcheurs, des estivants, etc.) (Ph. SFM)
La saison estivale à Agadir connaît un afflux très important sur l'ensemble des plages de la ville. Afin d'accompagner ce flux et sensibiliser les estivants à réduire au minimum les déchets, 13 jeunes sont déployés en tant que responsables de plage dans le cadre de l'opération «Coca-Cola j'aime ma plage».
«Réduisons nos déchets, protégeons notre plage», peut-on lire sur les tee-shirts que portent les jeunes présents sur les plages: Madraba, Km25, Km26, Imi Ouaddar, Aghroud, Aghroud 2 et Imssouane. Cette opération, qui en est à sa 6e édition, est portée par Coca-Cola, avec comme partenaires la Société des boissons gazeuses du Souss» (SBGS) et l'ONG Surfrider Foundation Maroc.
La société Magval, autre partenaire de cette opération, est en charge de la collecte des déchets et leur envoi après mise sous presse pour expédition optimale auprès des divers transformateurs pour bénéficier d'une seconde vie. Au total, ce sont 28 responsables de plage, dont deux filles, qui ont été formés par Surfrider Foundation Maroc. Seuls 13 ont été retenus comme responsables de plage pour travailler durant la période estivale.
«Pour cette 6e édition, il y a un manque de moyens, c'est la raison pour laquelle on ne peut pas embaucher tous les candidats qui ont participé à la formation. Néanmoins, ceux qui n'ont pas été retenus sont sur la liste d'attente et pourront être appelés car, parfois, quelques responsables de plage ne terminent pas toute la période de l'opération pour différentes raisons», explique Rkia Drouiche, responsable de communication à Surfrider Foundation Maroc.
Ils vont sillonner 7 plages les plus fréquentées durant tout l'été effectuant des actions de sensibilisation et de collecte de déchets. La formation, qui s'est déroulée sur une période de 5 jours, consiste en une partie théorique dont les thèmes abordés sont liés à l'environnement: le littoral, la biodiversité, la qualité de l'eau, les déchets, la pollution, l'océan, le climat, le changement climatique, les éco-gestes, les énergies renouvelables ou encore le bénévolat et l'engagement citoyen. La théorie a pour objectif d'enrichir les connaissances des responsables de plage et de leur permettre d'engager des discussions sur la thématique de l'environnement avec le grand public.
Pour la partie pratique de la formation, les jeunes devaient jouer des scénarios sur l'action de sensibilisation sous forme d'ateliers. Chacun des jeunes est mis en situation et est amené à jouer le rôle du responsable de plage avec une situation proposée. Il doit adapter son discours en fonction du public qu'il est supposé avoir face à lui (une famille, un groupe de jeunes, des enfants, des pollueurs, des pêcheurs, des estivants, etc.). Ces mises en situation permettent de familiariser les futurs responsables de plage à l'entrée en communication avec les estivants afin de réussir à les convaincre de protéger les plages et le littoral.
Par ailleurs, à l'issue de la formation, tous les candidats reçoivent un certificat de formation qui détaille les connaissances acquises. Etant donné que la majorité des jeunes formés sont des étudiants universitaires, ils pourraient faire valoir cette expérience lors de leurs prochaines recherches d'emploi par exemple. Que deviennent ces responsables une fois la période d'été finie? Parmi les responsables de plage, 60% reviennent pour faire du bénévolat ou pour effectuer des stages au sein de Surfrider Foundation Maroc. Ce qui constitue l'autre objectif de l'opération «j'aime ma plage» qui consiste à transmettre à ces jeunes une «fibre environnementale» afin qu'ils aient envie de s'engager en faveur de l'environnement.
Bilan 2016
En 2016, l'opération «Coca-Cola j'aime ma plage» a mobilisé 46 responsables de plage qui ont travaillé sur 10 plages: Aourir, Imouran, Taghazout, Madraba, Km25, Km26, Imi Ouaddar, Aghroud 1, Aghroud 2 et Imssouane. Le nombre de personnes sensibilisées durant l'opération a atteint près de 70.616 estivants (contre 28.670 en 2014) et 7.172 enfants qui ont pris part aux jeux ludiques animés quotidiennement par les responsables de plage. Au cours des 58 jours, plus de 150 poubelles ont été déployées sur les plages et 12.957 sacs de déchets ont été collectés (contre 12.000 sacs en 2015). Le bilan fait état de la non-augmentation des quantités des déchets, ce qui signifie un changement comportemental et sociétal selon Surfrider Foundation Maroc.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.