Environnement et climat politique : Les mises en garde de Ségolène Royal    Mahmoud Abbas reçu par Emmanuel Macron    Kénitra : Un Incendie dans une usine    Fraude fiscale. Les scandales en hausse en Espagne    Boycott : La baisse du prix du lait de Centrale Danone insuffisante ?    Averses orageuses localement fortes ce vendredi dans plusieurs régions du Royaume    Alger entrave la coopération bilatérale et régionale    Décès de l'ancien Premier ministre Mohamed Karim Lamrani    Fifa : Trois anciens cadres du foot nord-américain suspendus à vie    Attijariwafa bank : Une nouvelle offre publique de vente dans le pipe    Le MP lance les candidatures pour le secrétariat général    18 milliards DH en appui aux catégories vulnérables    Saad Lamjarred continuera à être diffusé sur Chada FM    1ère édition du Festival de la poésie arabe à Marrakech    La société générale lance un hub technologique à Casablanca    Sommet intercoréen: Un nouveau pas vers la paix…    Décès du président vietnamien    Qui dit mieux… DHJ: 145 supporters pour un leader    Attijariwafa bank : Un RNPG en hausse de 6,35% au premier semestre    Le WAC appelé à rebondir face à l'ESS pour une place au dernier carré    Turquie : Le Maroc participe à un Festival de soufies    Arrestation à Casablanca de deux récidivistes pour leur implication présumée dans un homicide    Personnes en situation de handicap mental. La société civile toujours mobilisée    Partenariat : Hyundai porte les couleurs du Wydad    SAR le Prince Moulay Rachid au funérailles de Mohammed Karim Lamrani    Le Conseil de gouvernement adopte un projet de loi réglementant la pratique de la médecine légale    Edito : Le modèle INDH    El Khalfi : Le hrig en baisse chez les Marocains    Ouverture des travaux du 1er Forum de la justice de Laâyoune    Paris SG : La "MCN" pas encore au niveau européen    Boateng avait parlé avec Tuchel de son possible rôle à Paris    S.M le Roi lance la troisième phase de l'INDH    Entretiens maroco-britanniques sur les relations post-Brexit    Christine Blasey Ford, l'universitaire qui pourrait faire tomber le juge de Trump    Les dirigeants européens pour un nouveau référendum sur le Brexit    L'Agence urbaine d'Essaouira tient son conseil d'administration    Managem signe de bonnes performances au premier semestre    C'est le Nord qui les intéresse, mais c'est vers le Sud qu'ils sont repoussés    Calculs rénaux et montagnes russes, singes imitant l'homme au menu des anti-Nobel 2018    Le ministre sierra-léonais des AE loue le sérieux et la crédibilité du Plan d'autonomie au Sahara    Le gouvernement étrangle les médias algériens    City surpris, le Real assure Ronaldo voit rouge    Abdessamad El Azrak et Victoria El Asbat enchantent le public casablancais    Nouvelle édition du Festival Taragalte à M'hamid El Ghizlane    James Gray présidera le jury du 17ème Festival international du film de Marrakech    James Gray présidera la 17ème édition du FIFM    Le film marocain «Razzia» de Nabil Ayouch en salles au Mexique    Bahreïn: un Marocain lauréat du Prix Cheikh Aissa Al Khalifa de bénévolat    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Marrakech: Protéger l'histoire contre l'acharnement immobilier
Publié dans L'Economiste le 22 - 02 - 2018

Combien de khettaras, d'espaces verts et de jardins ont déjà disparu sous la frénésie immobilière? Le patrimoine de Marrakech ne se limite pas aux seuls monuments et sites identifiés à l'époque du Protectorat ou au bien du patrimoine mondial de l'Unesco tel qu'il a été inscrit en 1985. Tout un tas de sites et d'éléments de l'histoire méritent d'être identifiés et protégés pour les générations actuelles et futures.
Porté par la recommandation concernant le paysage urbain historique, adoptée par la Conférence générale de l'Unesco le 10 novembre 2011, l'architecte espagnol, Antoni Pujol Niubó, a passé plusieurs années à cataloguer 256 édifices, qui sont l'image et le symbole d'un demi-siècle de l'histoire vivante de Marrakech.
Intégrer les espaces historiques
Accompagné dans cette démarche par la Direction du patrimoine culturel du Maroc et le Collège d'architectes de la Catalogne, cet amoureux de la ville ocre dresse un tableau exhaustif des édifices représentatifs de l'Art déco et de l'architecture dite rationaliste de la période d'Ecochard, le successeur de Prost et proche de Le Corbusier.
Le tout accompagné des titres fonciers, des plans successifs et des photos de l'époque. «Un travail de longue haleine pour lequel la ville de Marrakech lui sera redevable», confie Ahmed Skounti, enseignant-chercheur à l'Institut national des sciences de l'archéologie et du patrimoine de Rabat, qui a participé à la tâche.
«L'origine de l'architecture moderne à Marrakech. Inventaire de l'architecture coloniale et de l'Art déco (1920-1960)» est donc un ouvrage précieux qui réunit les données nécessaires à la prise de décision, s'inscrivant comme un document de base pour entamer la procédure de protection de cette architecture très intéressante. Car, en voilà l'objectif premier: intégrer les espaces historiques plutôt que les voir abandonnés ou détruits au profit d'immeubles.
Respect de l'intégrité artistique et morale des villes anciennes
Plus qu'un inventaire, le lecteur y parcourt des décennies de l'action urbanistique innovante appliquée par Lyautey et Prost dans le villes marocaines.
«Relevons, explique l'auteur espagnol, que le schéma de Prost de 1914 repose sur l'étude des perspectives des axes principaux, soit sur l'Atlas, soit sur la Koutoubia. Le résident général de France défendait le «respect de l'intégrité artistique et morale des villes anciennes», en interdisant l'entrée des non-musulmans dans les mosquées, ou encore l'architecte Henri Prost qui, dans un souci de préservation de l'intimité, a interdit l'ouverture de fenêtres sur les terrasses voisines».
Cette nouvelle politique urbaine, également prise comme référence en France, reposait sur l'enseignement des erreurs passées.
En effet, les architectes français ne voulaient pas réitérer l'expérience appliquée en Algérie et en Tunisie, qui avait provoqué l'éclatement des médinas par l'ouverture de grands boulevards, et la perte d'identité, de caractères et d'échelle des villes. La peur de Pujol Niubó? Que Marrakech cesse d'être la ville rouge.
Bien possible avec le temps sachant que le marché municipal du Guéliz, œuvre très représentative de l'Art déco, rasé en 2005, servait de référence pour tout autre badigeon extérieur d'immeubles et de villas.
Recommandations
La frénésie immobilière à Marrakech fait disparaître tout un tas de sites et d'éléments de l'histoire, qui méritent d'être identifiés et protégés pour les générations actuelles et futures. Des nouvelles constructions qui abandonnent toujours plus le rouge, la couleur de référence (Ph. Mokhtari)
Pour que cette approche centrée sur le paysage urbain historique prenne vie, plusieurs outils sont à mettre en place. Il s'agit donc de renforcer:
* la participation civique qui passe par l'élaboration d'un mécanisme de participation de l'ensemble des parties prenantes concernées par la gestion de l'espace urbain et de son environnement,
* la connaissance et la planification qui permettent de mieux identifier afin de protéger les attributs significatifs du paysage urbain historique,
* la réglementation qui permet de disposer d'outils juridiques de protection et de sauvegarde des composantes matérielles et immatérielles de la ville,
* les moyens financiers qui permettent d'appuyer et de renforcer les capacités, un investissement innovant et générateur de ressources, y compris le partenariat public-privé et le microcrédit.
De notre correspondante permanente, Stéphanie JACOB


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.