Le Maroc quitte la compétition la tête haute : Il a difficilement été défait par le Portugal    Elle fait l'actu : Farida Loudaya, ambassadeur du Maroc en Colombie et en Equateur    Le Maroc quitte le Mondial 2018    Iberostar rouvre à Agadir    Le français GFI regroupe ses principales filiales marocaines    Jeune enfance… grande misère    Agents d'autorité: SM le roi veut une rationalisation des ressources humaines    Oumaya Naamane Guessous: Le taux de divorce au Maroc est normal    L'ONU lance le Rapport des Objectifs de Développement Durable 2018    Daroua : Arrestation de 3 pilleurs de câbles électriques en cuivre    Casablanca : Démantèlement d'une bande de malfaiteurs dont une fille    «Les musiques et les sons aux intersections méditerranéennes» à Essaouira    Célèbre série britannique : «Baghdad Central» en tournage au Maroc    La lutte continue…!    Maroc-Portugal : les compos probables    Afailal: 190 sites menacés d'inondations ont été traités    Audiovisuel : Le CSCA adopte une nouvelle décision relative à la garantie de l'expression pluraliste    El Othmani: « Le gouvernement déterminé à aller de l'avant pour le développement des langues et des expressions culturelles nationales »    Franc succès de «Mawazine, Le Before »    Ivan Duque, nouveau président de Colombie...    Michael Kohler : «Un montant de 1 milliard 500 millions d'euros pour l'Afrique et le Proche-Orient»    Les chevaliers des temps modernes    Les Lions pour rééditer l'exploit de 1986    Travailleuses en Espagne : Des actes de mauvais traitement « très isolés » selon Yatim    Le cas ZIANE    Les Etats-Unis claquent la porte du Conseil des droits de l'homme de l'ONU    Malgré la tempête, Trump persiste et signe sur les séparations d'enfants migrants    Kénitra : Un policier contraint de faire usage de son arme de service pour arrêter six criminels    Un navire des garde-côtes italiens accoste avec plus de 500 migrants en Sicile    Armes chimiques : Une réunion de haut niveau à Marrakech    El Othmani : Les accords de libre-échange ont grandement profité aux exportations marocaines    Aïd Al-Adha : Les vétérinaires veulent « collaborer efficacement » avec l'ONSSA    Un élève auteur d'une agression contre un surveillant d'examens à Salé    Si la Selecção est un serpent...coupons-lui la tête    Polémique    Mondial 2018: La Russie s'impose face à l'Egypte (3-1)    48ème anniversaire de SAR le Prince Moulay Rachid    Edito : We Casa ?    (Vidéo)Auto-emploi: Zoubida donne l'exemple    Facebook partenaire de Maroc Cultures pour Mawazine    Les Africains se concertent à Marrakech contre les armes chimiques    Agression d'un élève contre un surveillant : la direction provinciale réagit    Burundi : L'économie otage de la crise politique    Souss-Massa : Une délégation du Conseil régional prospecte à San Pedro    Union du Maghreb Arabe : L'UA y croit toujours!    Alphadi : «Avec le Maroc, le cinéma africain peut aller très loin»    YouTube défie Spotify et Deezer en Europe avec un nouvel abonnement musical    Mohamed Ziane, entre rejet et admiration    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Marrakech: Protéger l'histoire contre l'acharnement immobilier
Publié dans L'Economiste le 22 - 02 - 2018

Combien de khettaras, d'espaces verts et de jardins ont déjà disparu sous la frénésie immobilière? Le patrimoine de Marrakech ne se limite pas aux seuls monuments et sites identifiés à l'époque du Protectorat ou au bien du patrimoine mondial de l'Unesco tel qu'il a été inscrit en 1985. Tout un tas de sites et d'éléments de l'histoire méritent d'être identifiés et protégés pour les générations actuelles et futures.
Porté par la recommandation concernant le paysage urbain historique, adoptée par la Conférence générale de l'Unesco le 10 novembre 2011, l'architecte espagnol, Antoni Pujol Niubó, a passé plusieurs années à cataloguer 256 édifices, qui sont l'image et le symbole d'un demi-siècle de l'histoire vivante de Marrakech.
Intégrer les espaces historiques
Accompagné dans cette démarche par la Direction du patrimoine culturel du Maroc et le Collège d'architectes de la Catalogne, cet amoureux de la ville ocre dresse un tableau exhaustif des édifices représentatifs de l'Art déco et de l'architecture dite rationaliste de la période d'Ecochard, le successeur de Prost et proche de Le Corbusier.
Le tout accompagné des titres fonciers, des plans successifs et des photos de l'époque. «Un travail de longue haleine pour lequel la ville de Marrakech lui sera redevable», confie Ahmed Skounti, enseignant-chercheur à l'Institut national des sciences de l'archéologie et du patrimoine de Rabat, qui a participé à la tâche.
«L'origine de l'architecture moderne à Marrakech. Inventaire de l'architecture coloniale et de l'Art déco (1920-1960)» est donc un ouvrage précieux qui réunit les données nécessaires à la prise de décision, s'inscrivant comme un document de base pour entamer la procédure de protection de cette architecture très intéressante. Car, en voilà l'objectif premier: intégrer les espaces historiques plutôt que les voir abandonnés ou détruits au profit d'immeubles.
Respect de l'intégrité artistique et morale des villes anciennes
Plus qu'un inventaire, le lecteur y parcourt des décennies de l'action urbanistique innovante appliquée par Lyautey et Prost dans le villes marocaines.
«Relevons, explique l'auteur espagnol, que le schéma de Prost de 1914 repose sur l'étude des perspectives des axes principaux, soit sur l'Atlas, soit sur la Koutoubia. Le résident général de France défendait le «respect de l'intégrité artistique et morale des villes anciennes», en interdisant l'entrée des non-musulmans dans les mosquées, ou encore l'architecte Henri Prost qui, dans un souci de préservation de l'intimité, a interdit l'ouverture de fenêtres sur les terrasses voisines».
Cette nouvelle politique urbaine, également prise comme référence en France, reposait sur l'enseignement des erreurs passées.
En effet, les architectes français ne voulaient pas réitérer l'expérience appliquée en Algérie et en Tunisie, qui avait provoqué l'éclatement des médinas par l'ouverture de grands boulevards, et la perte d'identité, de caractères et d'échelle des villes. La peur de Pujol Niubó? Que Marrakech cesse d'être la ville rouge.
Bien possible avec le temps sachant que le marché municipal du Guéliz, œuvre très représentative de l'Art déco, rasé en 2005, servait de référence pour tout autre badigeon extérieur d'immeubles et de villas.
Recommandations
La frénésie immobilière à Marrakech fait disparaître tout un tas de sites et d'éléments de l'histoire, qui méritent d'être identifiés et protégés pour les générations actuelles et futures. Des nouvelles constructions qui abandonnent toujours plus le rouge, la couleur de référence (Ph. Mokhtari)
Pour que cette approche centrée sur le paysage urbain historique prenne vie, plusieurs outils sont à mettre en place. Il s'agit donc de renforcer:
* la participation civique qui passe par l'élaboration d'un mécanisme de participation de l'ensemble des parties prenantes concernées par la gestion de l'espace urbain et de son environnement,
* la connaissance et la planification qui permettent de mieux identifier afin de protéger les attributs significatifs du paysage urbain historique,
* la réglementation qui permet de disposer d'outils juridiques de protection et de sauvegarde des composantes matérielles et immatérielles de la ville,
* les moyens financiers qui permettent d'appuyer et de renforcer les capacités, un investissement innovant et générateur de ressources, y compris le partenariat public-privé et le microcrédit.
De notre correspondante permanente, Stéphanie JACOB


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.