Âge, sexe, région…: les derniers chiffres sur le coronavirus au Maroc    Fake news: un commercial de 35 ans arrêté à Casablanca    Covid-19 : les composantes parlementaires mobilisées pour répondre aux exigences de la situation actuelle    Covid-19: un opérateur privé prend en charge le numéro “Allo Yakada”    Gel des avancements : Le gouvernement tente de rassurer les syndicats    La CNDP prolonge le moratoire sur la reconnaissance faciale    Covid-19: nouvelles mesures au profit des établissements et entreprises publics    Coronavirus : l'ancien président du Congo Yhombi Opango décède des suites du Covid-19    Le dirham se déprécie face à l'euro et le dollar    Décès du docteur et militant Ahmed Bourra    Communiqué du Bureau politique du PPS    Liga: Real Madrid va finalement baisser les salaires de ses stars    Covid-19: la Bundesliga ne reprendra pas avant cette date    WAC-EST: Le TAS fixe une nouvelle date    Hicham Hajji : «La culture restera toujours présente. Elle est indispensable»    «Zhar El Batoul» : Une série historique attendue pendant le mois de Ramadan    Confinement : Le CCM met en ligne une série de longs métrages marocains    L'ensemble des indicateurs au vert à fin 2019 : Cosumar en bonne santé financière    Ligue des champions: le Wydad et le Raja disent «niet» à la CAF    Santé mentale du personnel médical : Une cellule psychologique mise en place pour les équipes soignantes    La culture à portée de clic!    Au Maroc, des usines manufacturières opèrent leur conversion pour pallier la pénurie de masques    Port d'Agadir : Hausse de 7% de l'activité    Banque Populaire : nouvelles mesures en faveur des entreprises    Covid-19: le Consulat rassure les Marocains d'Italie    Coronavirus : le Maroc peut en sortir plus fort    Issam-Eddine Tbeur: «la peste soit sur le Coronavirus !»    Fonds anti-Coronavirus: Abdelilah Benkirane -t-il fait don de sa pension exceptionnelle ?    Les pjdistes mangent à tous les râteliers, dont la maladie, pour se placer en pole position du triple échiquier électoral de 2021    Coronavirus : plus de 3.000 morts aux Etats-Unis et des grèves de protestations sociales    BAM émet de nouvelles directives monétaires et prudentielles    Le protocole d'enterrement des victimes du Covid-19    Contaminé par le coronavirus, voici les dernières nouvelles du prince Charles    Le Code du travail appelé à la rescousse pour gérer la crise du Covid-19    La situation des détenus préoccupe la société civile    La demande explose pour les banques alimentaires new-yorkaises    Les grossistes tablent sur une stabilité des effectifs employés au premier trimestre    Neymar respecte les règles du confinement    Report des JO : Le CNOM informera les fédérations et les sportifs de toutes les mises à jour    Chelsea intéressé par les services d'Achraf Hakimi    L'IMA lance une programmation culturelle en ligne    Les ventes de "La Peste" d'Albert Camus en hausse en raison du coronavirus    La Chine referme ses cinémas    On connaît les nouvelles dates des JO de Tokyo    Coronavirus: Cuba exporte ses médecins…    Le virus de la discorde met à mal l'unité de l'UE    Un test en cinq minutes pour les automobilistes aux EAU    Hongrie: Viktor Orban renforce ses pouvoirs…    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Toxicomanie: Nouvelle stratégie de prise en charge
Publié dans L'Economiste le 02 - 07 - 2018

La multiplication des saisies de drogues traduit les transformations que connaît la géopolitique des drogues au niveau mondial. Le Maroc n'échappe pas à cette dynamique. Le pays fait de plus en plus face à une série de nouveaux défis dans sa lutte contre le trafic de drogue. Les saisies de grosses quantités de cocaïne et de psychotropes montre que le Maroc est menacé par de nouvelles formes de toxicomanie.
Au-delà des aspects sécuritaires, c'est au niveau de la lutte contre les effets sanitaires de la hausse de la consommation des drogues que le gouvernement est également très attendu. L'idée est de prendre en charge cette population vulnérable. En plus des impacts négatifs de ce phénomène au niveau social, le développement de la toxicomanie constitue également une véritable menace pour le système de santé.
A cause de sa lourde charge de morbidité. La consommation de différentes sortes de drogues se traduit généralement par l'atteinte par l'une des maladies transmissibles, principalement le VIH-Sida ou encore l'hépatite C. Face à cette situation, le gouvernement est appelé à agir d'urgence. L'idée est d'éviter un enlisement de la situation. Le département de la Santé vient d'annoncer le lancement d'une nouvelle stratégie, 2018-2022, pour améliorer la prise en charge des toxicomanes.
«Elle sera bientôt mise en marche», a fait savoir Anass Doukkali, ministre de la Santé, mardi dernier à la Chambre des conseillers. Pour lui, cette nouvelle démarche permettra de «traiter ce phénomène en tant que problème de santé publique, avec une approche respectueuse des droits humains».
Lors de son intervention devant les conseillers, le ministre a mis l'accent sur le triptyque déterminant le déploiement de cette nouvelle stratégie: «coordination, efficacité et dignité, sont les maîtres mots de cette stratégie», a-t-il dit. Ce nouveau plan vise notamment à «déployer des mesures préventives au profit des catégories vulnérables».
Il permettra également «d'assurer l'accès des usagers des drogues à un traitement adéquat au niveau des établissements de santé, ainsi qu'en milieu carcéral». Des unités de traitement d'addictologie ont été déjà lancées dans certaines villes (voir repères).
De nouveaux instituts de réhabilitation psychologique et sociale sont également au programme. La nouvelle stratégie, dont les détails seront bientôt dévoilés par le ministère de la Santé, s'articule autour d'une série d'axes, qui s'inscrivent dans la logique des recommandations des Nations Unies.
Dans son dernier rapport annuel sur les drogues, l'ONU a mis l'accent sur une série de mesures indispensables. Elles concernent notamment la prévention de l'usage des drogues dans le milieu familial et dans les écoles. Les interventions doivent prendre en compte les vulnérabilités individuelles et environnementales de la population.
Cette Organisation internationale a pointé le déficit en matière de disponibilité et d'accessibilité des interventions pour le traitement des troubles liés à l'usage des drogues. Une série de normes internationales ont été énumérées par l'ONUDC et l'OMS pour que les Etats puissent s'en inspirer.
Repères
* 12 Centres de traitement des addictions ont été créés au niveau de 10 villes
* 27.620 personnes ont bénéficié de la prise en charge au niveau de ces centres
* 1.629 personnes bénéficient du programme de traitement à la méthadone


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.