Journée mondiale de l'information: 5 choses que vous pouvez faire pour restaurer la confiance dans le journalisme (Peu importe qui vous êtes)    Brèves    Conflits d'intérêts: L'Istiqlal plaide pour un texte dédié    Article 1067742    Auto Hall clôture le premier semestre dans le rouge    Allemagne : Schalke 04 se sépare de son entraîneur David Wagner    Cheb Khaled: «Maroc, Algérie, Tunisie... Un seul peuple séparé par l'histoire»    Colère et indignation après le meurtre de Naima (micro-trottoir)    Arts : les résultats du programme exceptionnel de soutien 2020 dévoilés    Bourita reçoit le nouvel ambassadeur du Royaume-Uni au Maroc    La chanteuse Chama Zaz tire sa révérence    Travailleuses et travailleurs domestiques: plus de 2.500 contrats de travail conclus (Amekraz)    Bilan quotidien: 1422 nouveaux cas au Maroc, dont 542 à Casa-Settat    Présidentielle en Côte d'Ivoire : l'ONU appelle à un vote «pacifique et inclusif»    US Round Up du lundi 28 septembre Présidentielle/Floride, Amy Coney Barrett, De Blasio, Célébrités    Le Liban, nouveau protectorat français ?    K-pop : 10 millions de vues pour la nouveauté des Blackpink    Chelsea: Hakim Ziyech toujours absent    Campagne d'assainissement : Plus d'un million de bouteilles d'alcool saisies par la DGSN    Mohamed Bachir Rachdi : « Le projet de loi vient donner de vrais pouvoirs d'action à l'Instance, pour jouer son rôle dans un cadre de complémentarité institutionnelle »    Festival de Fès de la culture soufie : une édition en ligne pour 2020 !    «La sortie sur le MFI de septembre était nécessaire»    Raja de Casablanca : Sofac rejoint la liste des partenaires    Le Maroc favorable au document sur le développement de l'éducation    La CGEM explique ses propositions pour la loi de finances 2021    Casablanca: trois escrocs dans les filets de la DGSN    Le gouvernement refuse de créer un fonds pour le cancer    Leicester humilie Manchester City et prend les rênes du championnat    OCP Africa et l'IFC s'allient pour l'agriculture ouest-africaine    Entre masques et doudounes, Roland-Garros lance son édition automnale toit fermé    France: les prévisions du ministre de l'Economie    JO de Tokyo: La natation nationale face au défi de la qualification    A 90 ans, Haja El Hamdaouia met fin à sa carrière    Fusion Atlanta-Sanad: la nouvelle entité voit le jour    France: trois morts dans le crash d'un aéronef    Biélorussie: Une investiture à huis-clos pour Alexandre Loukachenko    Un engagement sans faille en faveur des populations démunies    Stephanie Williams soutient les efforts consentis dans le cadre du dialogue de Bouznika    Entrée en vigueur de la loi relative au droit d'accès à l'information au Maroc    Ce qui est prévu jeudi au Conseil de gouvernement    Tourisme: Lancement de «Madaëf ECO6»    La chanteuse Houda Saad traverse une épreuve difficile (PHOTO)    Coronavirus : le dépistage élargi à tous les laboratoires [Document]    Pédophilie. Ramid fait trembler les assassins    On connaît le premier relégué de la Botola    Annulation de la 14ème édition du Festival international du film de femmes de Salé    Prévisions météorologiques pour la journée du lundi 28 septembre 2020    Les inégalités raciales ont coûté 16.000 milliards de dollars à l'économie américaine    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Moucharaka Mouwatina: Une autre approche pour soutenir la société civile
Publié dans L'Economiste le 27 - 09 - 2018

Deux associations sur trois œuvrent dans le développement et logement ou dans la culture, sport et loisirs. Mais les associations peuvent en fait se situer dans deux ou plusieurs domaines d'intervention pour disposer d'une marge de manœuvre selon la disponibilité des financements
«Développer le rôle de la société civile dans l'élaboration et le suivi des politiques publiques et expérimenter les nouveaux outils de la démocratie participative», est l'objectif visé par le programme Moucharaka Mouwatina (participation citoyenne), lancé officiellement en juin 2018.
Ce programme vise surtout à décentraliser l'appui de l'Union européenne aux Organisations de la société civile (OSC) en le rendant plus accessible, plus visible et plus connecté aux réalités des territoires.
«En 2015, et dans la continuité de son appui pour la société civile marocaine, l'Union européenne a relevé le défi de développer une approche territoriale cohérente en réponse aux spécificités et aux besoins des régions, à être présent au niveau local et décentraliser les actions, et réaliser un accompagnement de proximité en fonction de leurs missions, leurs compétences et leur capacité d'action», a rappelé Claudia Wiedey, ambassadeur, chef de la délégation de l'Union européenne au Maroc, lors de l'inauguration du bureau régional du programme Moucharaka Mouwatina à Agadir.
En d'autres termes, ce programme a pour ambition d'aider les OSC ainsi que les autorités locales à participer conjointement à l'élaboration des politiques inclusives du développement local. Les OSC, aussi bien que les autorités locales, ont besoin de renforcer leurs capacités en tant qu'acteurs de la politique participative et de travailler ensemble pour mener à bien la gouvernance du territoire et le développement local.
Ce programme compte également créer des formes innovantes d'interaction entre les OSC et la population d'une part, et les collectivités locales d'autre part. Avec cette nouvelle formule, Moucharaka Mouwatina aspire à se rapprocher de la société civile afin d'expérimenter les outils de la démocratie participative sans être limité par des mécanismes rigides.
Au total, le programme vise un effectif d'au moins 300 OSC au niveau national pour bénéficier des appuis financiers et techniques envisagés au niveau de 4 régions pilotes qui ont été identifiées pour mettre en œuvre ce programme pour la période de 2018-2020. Après la région de l'Oriental et celle de Casablanca-Settat, un troisième bureau vient d'être officiellement créé dans la région du Souss Massa.
Parmi les objectifs visés par Moucharaka Mouwatina, il y a l'amélioration de l'environnement institutionnel et légal des OSC marocaines et renforcer les capacités des partenaires institutionnels locaux et nationaux. Il s'agit en particulier des collectivités locales. En outre, le programme vise l'appui au CNDH et à l'INFDH dans leur intervention auprès de la société civile et aux actions de formation menées par les CRDH dans les 4 régions ciblées par le programme.
La majorité des associations, soit environ les trois quarts (73,6%), sert une population locale, soit dans le quartier, le douar, la commune urbaine ou rurale, ou le groupement de communes
Par ailleurs, le programme veut renforcer la participation et la contribution des OSC à la mise en œuvre des politiques publiques relatives à l'accès et la qualité des services socioéconomiques de base. Enfin, le programme adoptera du coaching différencié pour les organisations locales, ainsi que la création et le développement de nouveaux espaces de concertation avec les acteurs publics.
L'un des résultats phares attendus par le programme Moucharaka Mouwatina est la mise en place de 4 guichets de financement différenciés avec des procédures adaptées à la taille et aux projets portés par les OSC de chaque région. Cette flexibilité de l'appui financier va permettre à des structures de la société civile, jusque-là non éligibles aux critères de l'UE, à pouvoir bénéficier également d'appui financier.
En effet, selon le retour des anciens programmes, l'UE a constaté que les besoins financiers sont différents d'une OSC à une autre, ainsi que les capacités et les moyens humains. L'idée est également d'appuyer les initiatives et les projets émanant des OSC locales plutôt que des initiatives issues du cahier des charges des programmes de l'UE.
C'est dans cette perspective que cinq organisations de la société civile ont obtenu des subventions directes pour la mise en œuvre de leurs projets respectifs. Il s'agit du projet «Les jeunes comme leviers du développement inclusif du Maroc» dans la région de Rabat-Salé et porté par l'ONG italienne OVCI la Nostra Famiglia et le projet «Label Commune Citoyenne au service de la démocratie locale», porté par l'ONG Collectif Démocratie et Libertés.
Au Souss Massa, c'est l'association Migrations & Développement qui est financée pour son projet «Société civile et démocratie participative: pour une implication renforcée au débat public et politique des acteurs et actrices du Souss Massa».
Et enfin dans l'Oriental, ce sont les deux projets «Appui et accompagnement au processus de participation démocratique dans la région de l'Oriental» porté par l'ONG espagnole Movimiento por la Paz, el Desarme y la Libertad, et le projet «Renforcement des capacités des OSC locales pour un accompagnement global des femmes victimes de violence», porté par l'ONG Quartiers du Monde.
L'UE adaptera désormais ses financements
Financé par l'Union européenne à hauteur de plus de 165 millions de DH, Moucharaka Mouwatina est mené en partenariat avec le ministère délégué auprès du chef de gouvernement chargé des Relations avec le Parlement et la Société civile, le Conseil national des droits de l'homme, l'Institut national de formation aux droits humains (Institut Driss Benzekri) et le Bureau des Nations unies pour les services d'appui aux projets (UNOPS) en tant que partenaire de mise en œuvre et avec la participation de la société civile au Maroc. Moucharaka Mouwatina a pour but d'appuyer les initiatives de la société civile dans les domaines de la jeunesse, de l'égalité femmes-hommes et de l'environnement, ceci dans une nouvelle démarche participative en se déployant au niveau des régions.
Faiblesses de la société civile au Maroc (par ordre d'importance)
* 1- Problème de financement des activités
* 2- Opportunisme, pas d'indépendance, clientélisme
* 3- Faible engagement, de communication, de coordination
* 4- Non organisée, pas d'expertise et de professionnalisme
* 5- Absence de vision, de stratégie et de planification
* 6- Absence d'une législation adaptée, ignore son vrai rôle
* 7- Pression des autorités
* 8- Est exclue de la prise de décision, négligence
* 9- Manque de courage, passivité devant les vrais problèmes
Les faiblesses de la société civile qui reviennent le plus sont les problèmes de financement, ceux associés à l'engagement, ce qui est qualifié par l'opportunisme, le manque d'indépendance et le clientélisme, ainsi que la communication et l'Organisation d'expertise et le professionnalisme
Source: Projet indice de la société civile, Enquête auprès des organisations de la société civile (2011)


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.