Wafa Assurance signe un accord de rapprochement avec des compagnies au Cameroun    Brief d'avant match : Que peut-on attendre de la rencontre WAC-Mamelodi Sundowns    Maluma et Gims préparent un clip à Marrakech !    Ukraine : À peine élu, Zelensky pris entre deux feux    Les dispositions relatives à la protection sociale des artistes mises en oeuvre par le ministère    Baisser les impôts et élargir l'assiette, un vrai casse-tête    Un policier tire sur deux voleurs à Rabat    Badr Tahiri. ‘‘Une stratégie dédiée à la région s'impose''    L'UE a accordé une protection à plus de 300 000 demandeurs d'asile en 2018    Après freddy Mercury, Rami Malek passe au mode "Bond"    Jazzablanca 2019 accueillera Metronomy !    Afrique du Nord. Les pistes de promotion de l'emploi    Festival international de la culture Aissaoua : Retour sur les temps forts    Arrestation à Meknès de deux individus soupçonnés de possession et de trafic d'ecstasy    Programme Moucharaka Mouwatina : Lancement d'un appel à propositions    Le Wydad assuré de jouer la Ligue des Champions 2019/2020    CAN 2019 : L'UAR veut maintenir les droits de retransmission télévisée à un niveau abordable    9è fête des journalistes sportifs marocains : Des journalistes honorés    Fès à l'heure du 2ème Salon régional de l'économie sociale et solidaire    DGSN : Huit employées d'un centre d'appels non autorisé arrêtées à Khouribga    ABL Aviation: faire de Casablanca un hub régional de l'Afrique    De Zemamra à Azemmour    Khalid Naciri au Forum de la MAP    Benabdallah: le PPS soutient totalement l'Initiative civile pour le Rif    Santé scolaire: «Jeux Vidéo : Jouons sans en abuser»    Les hommes qu'il faut à la place qu'il faut    Irlande du Nord: Une renaissance de l'I.R.A.?    Ramadan et santé: Les précautions à prendre    Le pétrole dépasse 75 dollars pour la première fois depuis fin octobre    Partenariat : La BEI et l'Amica renforcent leur coopération    Dialogue social : Nouvelles conditions des syndicats    Après le fiasco d'Hanoi, Kim ravive les « liens historiques » avec Moscou    Données: Facebook table sur une amende record de 3 à 5 milliards de dollars    Dans l'ouest de la Libye, des anti-Haftar se battent contre un "nouveau Kadhafi"    Insolite : Navigateur non-voyant    Edito : Ordures    Limogeages en série en Algérie : Le PDG de Sonatrach congédié    La jeunesse marocaine discute du Maroc de demain    Mohamed Benabdelkader : Passer d'une gestion administrative des carrières à une gestion professionnelle basée sur les compétences    Pourquoi la Lune et le Soleil semblent avoir une taille similaire vus depuis la Terre    Campagne agricole: 80% du PIB hors aléas climatiques    Le Barça quasiment champion d'Espagne    Autopsie de l'équipe nationale par Hervé Renard    Coup d'envoi de la 46ème édition du Trophée Hassan II et de la 25ème Coupe Lalla Meryem de golf    Anders Holch Povlsen, un milliardaire très discret    Vers une protection effective du livre et des droits d'auteur    "La lune et Casablanca", une immersion dans les univers de l'art vidéo    Projection à Washington du long métrage franco-marocain "Tazzeka"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Fintech: Les bons conseils du FMI aux émergents
Publié dans L'Economiste le 18 - 03 - 2019

Tobias Adrian, conseiller financier et directeur du département des Marchés monétaires et de capitaux au FMI (Ph. Bziouat)
- L'Economiste: Quels sont les principaux objectifs que vous vous êtes assignés avec le Programme Fintech de Bali?
- Tobias Adrian: La volonté du Fonds monétaire international est de pousser les gouvernements à s'intéresser au secteur des fintechs et à prendre des décisions politiques bien mûries. Nous n'avons pas de prescriptions à leur donner parce que le sujet est nouveau et complexe. Mais, nous voulons leur offrir toutes les informations à prendre en considération lorsqu'ils établiront leur cadre de politique.
- En quoi la révolution numérique peut-elle être une aubaine pour les économies de la région?
- C'est tout l'espoir que nous portons. Dans certains pays, nous avons vu que les nouvelles technologies peuvent avoir un effet positif sur la croissance parce que les services financiers et le crédit sont plus accessibles à un grand nombre. Est-ce en mesure d'influer sur la courbe du chômage? C'est possible, mais nous n'avons aucune certitude. Ce que nous savons, c'est qu'il faut plus d'investissement, d'efficacité dans les politiques publiques et plus de demande agrégée pour stimuler la croissance. L'usage des nouvelles technologies dans le secteur de la finance peut aider à atteindre ces objectifs.
- Sur quels leviers les économies doivent-elles agir pour tirer meilleur profit de ces technologies?
- Je pense que la priorité aujourd'hui est de créer un environnement qui favorise l'innovation. L'on ne peut bénéficier des nouvelles technologies que si le cadre légal et réglementaire est favorable. Avoir une approche qui tient compte des particularités des fintechs est importante. Les banquiers centraux cherchent à comprendre comment fonctionnent ces acteurs. C'est déjà une bonne nouvelle.
- L'essor des fintechs requiert l'existence d'un bassin de compétences. Or, l'inefficience du système éducatif et de formation est souvent blâmé...
- Le niveau d'éducation est très important pour soutenir la croissance. Il est en même temps essentiel de créer un environnement qui aide les PME à se développer et encourage les initiatives individuelles. Il faut toute une combinaison de facteurs pour créer une dynamique porteuse. Aux Etats Unis et en Asie par exemple, le capital risque est très développé. Ce sont souvent des entrepreneurs qui ont eu du succès qui réinvestissent dans les startups et qui aident les jeunes entrepreneurs à développer leurs projets. Il n'y a pas un seul facteur de succès.
- Quel regard porte le Fonds sur l'exploitation des données?
- Les pays ont des approches différentes sur les données personnelles. En Europe, les fintechs peuvent accéder aux données bancaires des clients qui les y autorisent et les banques sont tenues de les partager. Ce n'est pas le cas dans des pays comme les Etats Unis et la Chine. Les firmes technologiques chinoises octroient des crédits ce qui n'est pas possible pour leurs homologues américaines. Il y a une très grande hétérogénéité entre les modèles et il est trop tôt pour savoir lesquels sont les plus efficaces. Nous sommes encore dans une phase d'expérimentation.
Propos recueillis par Franck FAGNON


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.