La déconcentration administrative: un enjeu de démocratie    PAM: Les dissidents reportent le congrès    Début de semaine mitigé    Le marché pétrolier en ébullition    L'Boulevard 2019: La relève sur un tremplin    Tremplin 2019: Une 19e édition et un esprit toujours aussi bon enfant    Skhirat: 1ère réunion du comité de pilotage de la 3e phase de l'INDH    Suivez en direct: PSG vs Real Madrid et Atlético Madrid vs Juventus    Salon du livre du Saguenay–Lac-Saint-Jean : Le marocain Mustapha Fahmi primé    OCP renforce sa position de leader en Asie    Le déficit de liberté économique, une menace pour la démocratie    Insolite : Héritage dépensé    Pedro Sanchez : J'espère que les Espagnols donneront une majorité plus large au Parti socialiste    News    Dakar salue l'engagement infaillible de S.M le Roi en faveur de la paix et de la sécurité en Afrique    Liverpool chute, l'Ajax carbure et le Barça s'en tire à bon compte    Djorkaeff à la tête de la Fondation Fifa    Le Onze national des locaux attendu aujourd'hui à Alger    Amadou Ba : Le soutien à l'intégrité territoriale du Maroc est une constante de la diplomatie sénégalaise    Des centaines de poissons morts asphyxiés en bordure de l'Oued Massa    L'accès des enfants réfugiés à la scolarisation, une initiative assurément louable    Le Maroc et le Danemark scellent un nouveau partenariat dans le domaine de la statistique    Les produits du terroir jouent un rôle clé dans le développement agricole durable    Le développement de la flotte de RAM, un prérequis pour mieux servir le tourisme national    Le Festival international du film de femmes à Salé lance la nouvelle saison culturelle    Mouna Fettou: Nous avons besoin d'une véritable industrie cinématographique    Le Maroc invité d'honneur du Festival d'Helsinki de la musique sacrée    Trump annonce un durcissement « substantiel » des sanctions contre l'Iran    Tourisme : La tendance positive du début d'année se confirme    U.S. Seeks to Heighten Scrutiny of Foreign Investment in Tech, Infrastructure, Data    Brexit : le risque d'un « No-deal » est très réel    Assemblée Générale Ordinaire de la FRMF    Rapport de la Cour des comptes : Tamek tire à boulets rouges sur Jettou    Maroc-France. Appel à projet pour l'enseignement des soft skills à l'université    Guaido poursuivi pour ses liens présumés avec des narco-trafiquants    Mur à Sebta. Vox se fait remonter les bretelles par le PP    Meknès. Le Barbe et l'Arabe-Barbe à l'honneur    Moga Festival ou l'avant-garde de la musique électronique    Quel gouvernement pour le PLF 2020?    Incendies: Fermeture de milliers d'écoles en Indonésie et en Malaisie    La « Cour suprême » de Facebook pourra annuler les décisions de Mark Zuckerberg    Sahara : A quoi joue l'Espagne ?    Le Professeur Rachid Yazami reçoit à Paris le Prix de l'Investisseur arabe    Tourisme à Essaouira : Des progrès notables, mais encore des efforts à fournir    Le Maroc invité d'honneur du festival d'Helsinki de la musique sacrée    Météo: le temps qu'il fera ce mercredi    Divers    Ligue des champions: Raja et Wydad proches de la phase de poules    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Fintech: Les bons conseils du FMI aux émergents
Publié dans L'Economiste le 18 - 03 - 2019

Tobias Adrian, conseiller financier et directeur du département des Marchés monétaires et de capitaux au FMI (Ph. Bziouat)
- L'Economiste: Quels sont les principaux objectifs que vous vous êtes assignés avec le Programme Fintech de Bali?
- Tobias Adrian: La volonté du Fonds monétaire international est de pousser les gouvernements à s'intéresser au secteur des fintechs et à prendre des décisions politiques bien mûries. Nous n'avons pas de prescriptions à leur donner parce que le sujet est nouveau et complexe. Mais, nous voulons leur offrir toutes les informations à prendre en considération lorsqu'ils établiront leur cadre de politique.
- En quoi la révolution numérique peut-elle être une aubaine pour les économies de la région?
- C'est tout l'espoir que nous portons. Dans certains pays, nous avons vu que les nouvelles technologies peuvent avoir un effet positif sur la croissance parce que les services financiers et le crédit sont plus accessibles à un grand nombre. Est-ce en mesure d'influer sur la courbe du chômage? C'est possible, mais nous n'avons aucune certitude. Ce que nous savons, c'est qu'il faut plus d'investissement, d'efficacité dans les politiques publiques et plus de demande agrégée pour stimuler la croissance. L'usage des nouvelles technologies dans le secteur de la finance peut aider à atteindre ces objectifs.
- Sur quels leviers les économies doivent-elles agir pour tirer meilleur profit de ces technologies?
- Je pense que la priorité aujourd'hui est de créer un environnement qui favorise l'innovation. L'on ne peut bénéficier des nouvelles technologies que si le cadre légal et réglementaire est favorable. Avoir une approche qui tient compte des particularités des fintechs est importante. Les banquiers centraux cherchent à comprendre comment fonctionnent ces acteurs. C'est déjà une bonne nouvelle.
- L'essor des fintechs requiert l'existence d'un bassin de compétences. Or, l'inefficience du système éducatif et de formation est souvent blâmé...
- Le niveau d'éducation est très important pour soutenir la croissance. Il est en même temps essentiel de créer un environnement qui aide les PME à se développer et encourage les initiatives individuelles. Il faut toute une combinaison de facteurs pour créer une dynamique porteuse. Aux Etats Unis et en Asie par exemple, le capital risque est très développé. Ce sont souvent des entrepreneurs qui ont eu du succès qui réinvestissent dans les startups et qui aident les jeunes entrepreneurs à développer leurs projets. Il n'y a pas un seul facteur de succès.
- Quel regard porte le Fonds sur l'exploitation des données?
- Les pays ont des approches différentes sur les données personnelles. En Europe, les fintechs peuvent accéder aux données bancaires des clients qui les y autorisent et les banques sont tenues de les partager. Ce n'est pas le cas dans des pays comme les Etats Unis et la Chine. Les firmes technologiques chinoises octroient des crédits ce qui n'est pas possible pour leurs homologues américaines. Il y a une très grande hétérogénéité entre les modèles et il est trop tôt pour savoir lesquels sont les plus efficaces. Nous sommes encore dans une phase d'expérimentation.
Propos recueillis par Franck FAGNON


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.