Jeux africains : Le prince Moulay Rachid donne le coup d'envoi    Répit pour Huawei en plein flou sur les négociations commerciales avec Pékin    Ce que veut dire la Révolution du Roi et du Peuple    Marocains résidant à l'étranger : Cartographie des Marocains d'Europe    Point de vue : Faites la Jeunesse avant qu'elle ne soit vieillesse…    Le village de la 12e édition des Jeux africains ouvre ses portes à Rabat    Philippe Coutinho s'engage avec le Bayern Munich    Karim Alami perd tragiquement son fils    Le Festival Atlas Electronic sensibilise à la mobilité des artistes    La Bourse de Casablanca réalise une bonne performance hebdomadaire    Managem annonce un chiffre d'affaires en baisse    El Andaloussi quitte Safran Electronics & Defense Morocco    Télécoms: L'ANRT dématérialise les agréments    Développement durable: La Commission nationale bientôt opérationnelle    L'expertise marocaine brille lors d'une formation internationale sur le sauvetage sportif en Centrafrique    Aïd Al Adha 1440 : Bon déroulement de l'opération d'abattage    Service militaire : La sélection démarre cette semaine    Moussaoui Ajlaoui : Créer un nouvel Etat en Afrique du Nord serait suicidaire pour la région. La position de Washington va dans ce sens    La France se prépare à accueillir le G7    L'administration américaine s'oppose à la création d'une entité fantoche    Macron reçoit Poutine avant le sommet du G7    Macron recevra jeudi Boris Johnson puis Kyriakos Mitsotakis    Syrie: les forces gouvernementales entrent dans la ville de Khan Cheikhoun    Des enfants maqdessis visitent des sites touristiques à Casablanca    Le fauteuil    La prise de conscience!    Doukkal s'entretient avec son homologue chinois sur la coopération dans le domaine de la santé    Le Royaume prend très au sérieux l'avenir et le présent de ses jeunes : Pour un Maroc fait par et pour sa jeunesse    La liste élargie de Hallilodzic    Jeux Africains : Le Maroc gagne par forfait l'Afrique du Sud    Démarrage de la nouvelle saison    Vidéo. Ce que pensent les Casablancais de la nomination d'Halilhodzic    Facebook, Google, Apple... : Attention, les Gafam vous pistent!    Visite de travail à Copenhague du président du Conseil exécutif de l'UNICEF, Omar Hilale    L'incendie qui ravage Grande Canarie hors de contrôle, nouvelles évacuations    Un incendie ravage une forêt de pins sur les hauteurs de Béni Mellal    Les usagers d'Instagram pourront désormais dénoncer la désinformation    Météo: les prévisions de ce lundi    Parcs zoologiques. Vers la fin de la capture et la vente des éléphants d'Afrique    Le Maroc: marché international de commerce de fossiles    Un centre sino-marocain de médecine traditionnelle bientôt à Casablanca    L'œuvre d'Oum Kaltoum ouvre le bal de la Biennale de Rabat    Les tambourinaires amazighs du Moyen- Atlas    Azelarabe Alaoui préside le jury du Festival Cèdre du court métrage    Nouvelle édition du Festival "Voix de femmes" à Tétouan    The Mask : Un reboot au féminin en préparation    La Star Afrofunk Bantunani à Casablanca    11è édition des Voix de Femmes à Tétouan du 19 au 24 août    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Contrer les contenus extrémistes, l'affaire de tous
Publié dans L'Economiste le 18 - 06 - 2019

Pour Latifa Akharbach (au centre), les autorités de régulation ont leur mot à dire pour éviter la prolifération de contenus extrémistes et nuisibles dans les médias digitaux (Ph. Adam)
«Nous sommes une partie de la solution», plaide d'emblée Latifa Akharbach, la présidente de la Haute autorité de la communication audiovisuelle (Haca). Ancienne ambassadrice et spécialiste des médias, la responsable de la Haca intervenait lors du Cyfy Africa 2019, qui vient de se dérouler à Tanger.
«Le renforcement des moyens, des prérogatives et de l'expertise des régulateurs des médias est désormais considéré, au plan international, comme partie importante de toute stratégie de lutte contre les discours de radicalisation et de haine», note Akharbach.
Le problème, ce sont les dérapages et les contenus extrémistes et nuisibles qui prolifèrent sur le web et les réseaux sociaux. Les récents événements de Christ Church en Nouvelle Zélande avec l'odieux «Live» du massacre de plusieurs dizaines de fidèles dans une mosquée en est l'un des exemples les plus frappants. L'assassin s'était radicalisé sur les réseaux sociaux en partageant des contenus disponibles pour tous les publics que personne n'a réussi (ou voulu) traquer.
En effet, les opérateurs des réseaux sociaux plaident souvent la non-ingérence même si des doutes persistent sur la «neutralité algorithmique» dont se prévalent la plupart d'entre eux. Cette neutralité a été largement entamée avec l'affaire Cambridge Analytica.
D'ou la nécessité de renforcer les moyens et les prérogatives des régulateurs et de profiter de leur expertise en la matière, même si leur juridiction n'inclut pas le web. «Mais la porosité des frontières entre les médias rend nécessaire plus que jamais cette régulation», insiste Akharbach. «Sur le terrain, des groupuscules comme Daech ont peut-être perdu la guerre, mais leur propagande de haine est toujours là circulant sur le web», précise cette dernière et en plusieurs langues.
Même si personne ne peut prétendre la panacée, il reste que la solution doit être globale, comme le précise la présidente de la Haca et émaner de l'ensemble des acteurs, créateurs de contenu mais aussi des journalistes, des éducateurs et des opérateurs eux-mêmes. «C'est le développement de l'esprit critique et la promotion d'une véritable éducation aux médias et à l'information qui sont susceptibles de renforcer l'immunité des individus», continue la responsable de la Haute autorité.
Intervenant dans le cadre d'un panel consacré à la question de la lutte contre l'extrémisme violent, la présidente de la Haute autorité a relevé que le discours de radicalisation n'est pas uniquement en lien avec la religion et qu'aujourd'hui, la radicalité a conquis d'autres espaces, attiré de nombreux acteurs et s'est élargie à de nouvelles questions.
«Les mouvements politiques d'extrême droite, les néo-nazis, les islamophobes ou les suprématistes, pour ne citer que ces exemples, utilisent les mêmes procédés de recrutement numérique», a-t-elle poursuivi. D'ou la nécessité de redoubler d'efforts pour les contrer.
Ali ABJIOU


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.