Le Roi adresse un message de félicitations au Sultan de Brunei Darussalam    Un séisme meurtrier frappe la frontière irano-turque    Le secteur de la pêche côtière et artisanale clôture l'année 2019 en évolution après une période de stagnation    Le Roi félicite l'Empereur du Japon à l'occasion de son anniversaire    Agadir : arrestation d'un chauffeur de camion en possession de 589 kg de chira    Tighadouini a enfin trouvé un club !    Antarctique : fonte de glace record après l'arrivée de la canicule    Coupe Arabe U20: Pour suivre la rencontre Maroc- Madagascar    Bulaid : « Mike Tyson m'a proposé de fumer un joint avec lui »    Lafactory ouvre une base à Dakar    Marché des changes : le dirham s'apprécie de 0,53% face à l'euro    Le groupe Maroc Telecom tire son épingle du jeu    Le PPS invité au 18e Congrès des Palestiniens d'Europe    Fin de quarantaine pour les Marocains de Wuhan    Marrakech : une journée nationale sur les NTI et le développement informatique    Le Maroc propose d'accueillir les finales de la Ligue des Champions et de la Coupe de la CAF    Ligue Europa: La soirée de Ziyech, En-Nesyri, Idrissi et Saïss    La 17e journée en 4 jours    L'Espagne exprime son désaccord avec l'Algérie sur la frontière maritime    Mohamed Alami Nafakh Lazraq dépasse les 50% de participations dans Alliances développement immobilier    Météo Maroc: risque d'orages sur les provinces du Sud    Réunion de l'UA sur le coronavirus : Le Maroc « s'engage sur le plan continental »    Coronavirus: le nouveau bilan officiel    Célébration de la journée internationale de la langue maternelle à Rabat    «Les arts plastiques connaissent une dynamique créative très importants»    Au-delà des chiffres !    En Algérie, des milliers de manifestants pour le premier anniversaire du Hirak    Ouarzazate : un accident de la route fait 2 morts et 4 blessés    Les fonctionnaires appelés à la grève générale mercredi 26 février    UNAF U21 : les lionnes de l'Atlas s'acharnent sur l'Algérie (2-0)    Al-Kass Cup: l'Académie Mohammed VI s'incline face au Real Madrid (VIDEO)    Des installations du tramway de Casablanca sérieusement endommagées (PHOTOS)    Australie : le Maroc à l'honneur au Festival multiculturel de Canberra    Coronavirus : Les 167 Marocains rapatriés de Wuhan quittent l'hôpital    Mehdi Lahlou : les banques islamiques ne sont aucunement différentes des banques classiques    Les Panafricaines alertent sur l'urgence climatique    L'autre guerre    Les Algériens bouclent dans la rue un an de contestation populaire inédite    L'Allemagne renforce les mesures de sécurité après l'attentat raciste de Hanau    Tout comme le patrimoine marocain en général : La judaica marocaine a souffert du pillage à travers le temps    Le Maroc, terre d'un patrimoine ancestral : Les trésors juifs de Casablanca    Adieu Abdeslam Alla    L'ambassadrice des Pays-Bas se félicite de l'intégration des MRE dans la société néérlandaise    Appel à la consécration d'une justice citoyenne    La Commission européenne salue les efforts du Royaume en matière de réformes fiscales    L'industrie du cinéma a été plus inclusive en 2019 que lors de la décennie précédente    Le CCM dévoile les jurys du 21ème Festival national du film de Tanger    L'espoir du rap Pop Smoke abattu chez lui    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Enseignement: Les élèves condamnés à subir leur héritage social
Publié dans L'Economiste le 26 - 06 - 2019

A peine 8% des élèves marocains sont scolarisés dans des écoles en équilibre social, alors que la moyenne internationale est de 33%. La mixité sociale est en recul permanent dans les établissements. Les enfants de milieux défavorisés, majoritaires, se retrouvent entre eux dans une école publique à faible rendement. Ceux de parents aisés se retrouvent aussi entre eux, dans des systèmes privés, plus divers et plus performants
A l'école publique, l'appartenance sociale pèse bien trop lourd dans le parcours scolaire des élèves. Or, le rôle de l'école est, justement, de gommer les inégalités de départ et de permettre aux enfants d'évoluer, peu importe leur origine sociale. Au lieu d'octroyer les mêmes chances à ses usagers, à travers un enseignement de qualité ouvert à tous, d'être un ascenseur… elle s'est transformée en machine à reproduction sociale. Ce qui y détermine la réussite ce n'est pas le mérite, ce sont les conditions matérielles des parents.
Plusieurs études ont démontré que l'école marocaine figure parmi les plus inégalitaires au monde. «Les jeunes Marocains vivent désormais dans des mondes éducatifs parallèles, délimités par la capacité financière de leur famille», relève la Banque mondiale, dans son mémorandum sur le Maroc, publié en 2017. Dans les enquêtes internationales évaluant les acquis des enfants en maths et sciences, lecture et compréhension, TIMSS et PIRLS, les disparités sont patentes. Le groupe des 10% des meilleurs décrochent des scores 2,5 fois supérieurs à ceux des 10% les moins performants, alors que la moyenne internationale est de 1,5 fois seulement. Le gap entre les deux est trop important. Généralement, ceux qui s'en sortent le mieux sont issus de familles aisées et instruites. Ils bénéficient d'un soutien scolaire, d'outils informatiques, d'un transport scolaire, d'une bibliothèque à la maison… Sont exposés à des langues étrangères au quotidien, pratiquent des activités parascolaires… Contrairement à leurs camarades appartenant à des couches défavorisées.
Les résultats de la dernière enquête TIMSS (2016) prouve bien que l'origine sociale des élèves est déterminante dans les écoles marocaines. Les enfants de 4e année du primaire scolarisés dans des établissements où les classes aisées sont dominantes réalisent des scores supérieurs de 77 points en mathématiques et de 100 points en sciences. Et plus le grade professionnel du père est élevé, plus les résultats sont importants.
Les inégalités sont, également, par milieu de résidence et par sexe. Dans son enquête sur les acquis des élèves (PNEA), le Conseil supérieur de l'éducation relève le gouffre entre les mondes urbain et rural. Les urbains de 15 ans et plus restent à l'école en moyenne 7,13 années, contre seulement 3,24 ans pour leurs homologues ruraux. Pour les garçons, la moyenne est de 6,52 ans. Elle chute à 4,8 ans pour les filles. Les enfants handicapés sont encore plus discriminés. Leur taux de scolarisation en ville est de seulement 49,5%, contre 32,9% en milieu rural. Les petites filles handicapées sont quasi exclues, avec un taux de scolarisation d'à peine 29,1%.
Trop d'injustices au sein de l'école marocaine. «L'école, dont la mission est précisément de favoriser la promotion sociale de l'individu, reproduit les inégalités à travers une éducation non inclusive et non équitable», déplore le Conseil supérieur de l'éducation, dans son rapport: «Une école de justice sociale». Le système est désormais scindé en deux: un, gratuit et totalement défaillant, et un deuxième payant et plus avantageux.
Le projet avorté d'établissements d'excellence (voir article précédent), prôné par le Plan d'urgence, aurait pu permettre à quelques élèves méritants issus de milieux démunis d'accéder à une offre de qualité gratuite. Une offre leur permettant de s'en sortir mieux que leurs parents et d'améliorer leur condition, en attendant une réforme globale qui peine à se concrétiser.
Gaspillage de capital humain
Impuissante devant ses défaillances, l'école marocaine «se régule par le rejet», selon le Conseil supérieur de l'éducation. Chaque année, des centaines de milliers d'élèves la quittent. De 2000 à 2018, plus de 6 millions d'enfants l'ont abandonnée. Un énorme gâchis. L'indice du capital humain de la Banque mondiale, dévoilé en octobre dernier, a évalué la perte de capital humain au Maroc, en raison d'insuffisances en matière d'éducation et de santé. Le déficit est de 50%. En d'autres termes, un enfant né aujourd'hui se voit privé de la moitié de son capital humain à l'âge adulte. De son côté, le Pnud, estime le potentiel gaspillé à cause des inégalités en éducation au Maroc à 45,8%.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.