Casablanca: un “khettaf” percute volontairement un fourgon de police    Les souvenirs du séisme d'Agadir!    Autre revers cinglant pour la fantomatique «RASD»    L'ancien président égyptien Hosni Moubarak n'est plus    La RSB rate le leadership à Oued Zem    Hamidou Zemmouri n'est plus    Coronavirus: grosse panique chez les Marocains d'Italie    L'escalade continue    3e édition de l'Afrique du Rire    Varroc Lighting Systems Maroc obtient un nouveau prêt auprès de la BERD    Primaires démocrates : Sanders en pole position, Biden sous pression    Huawei sort la nouvelle version de son mobile pliable, à un prix très haut de gamme    Tour des championnats européens de football    6 jeunes auteurs en résidence d'écriture pour le film d'animation    Pétitions, le Parlement fait le point    Eliminatoires africaines de taekwondo : Trois Marocains sur quatre qualifiés aux JO de Tokyo    Tennis : le Med Avenir du COC a rendez-vous avec son 33e tournoi incontournable    Course féminine de la victoire : La ville de Rabat est prête pour la 13è édition    Attijariwafa bank : un nouvel organigramme    Allemagne: Une voiture fonce dans un défilé de carnaval, 30 blessés    Coronavirus : à Wall Street, pire séance en deux ans pour le Dow Jones    Expansion du coronavirus en Italie : Le consulat du Maroc à Vérone crée une cellule de crise    Le Maroc prend part à Genève à une rencontre sur la Convention contre la torture    Thaïlande: La Cour Constitutionnelle dissout un parti d'opposition…    Alliances Développement Immobilier : Alami Lazraq franchit à la hausse le seuil de participation    4ème édition de Oulad Mogador Music Action : Deux groupes sélectionnés    Sécurité et protection des données : inwi adhère officiellement à la «Déclaration numérique GSMA»    Prévisions météorologiques pour ce mardi 25 février    63ème Championnat marocain de cross-country    Insolite : Anniversaire présidentiel    Les cygnes blancs de 2020    Le DG de l'ONEE présente à Kampala le bilan positif de la présidence marocaine de l'Association africaine de l'eau    Marrakech abrite une journée nationale sur les NTI et le développement informatique    Les éditeurs marocains exposent au Salon international du livre à Mascate    Participation du Maroc à la 43ème session du CDH    Divers    Pompeo appelle le Premier ministre irakien désigné à protéger les troupes américaines    200ème but de Cavani sous les couleurs du PSG    Le Zamalek se retire du championnat égyptien    Mubawab annonce le lancement de sa nouvelle Business Unit "Mubawab Transaction"    Dounia : Un monodrame poignant sur le parcours d'une jeune femme en quête d'identité existentielle    Avec "Pinocchio", Matteo Garrone signe un conte noir pour enfants    Conseil de gouvernement jeudi: ce qui est prévu    Youssef Amrani met en avant le rôle clé du Maroc en Afrique sur la chaîne sud-africaine Enca News    Lancement du programme de prévention des jeunes à l'addiction au tabac et aux drogues    Parution: «Celui qui vient de l'avenir, Abdelkébir Khatibi»    Carton plein pour Saad Lamjarred et Fnaire (VIDEO)    Marche de protestation contre les restrictions de déplacement dans les camps de Tindouf    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Blanchiment des capitaux: Comment la justice intensifie la traque
Publié dans L'Economiste le 23 - 08 - 2019

De l'enquête préliminaire à l'instruction au verdict, la justice intervient dans la lutte contre le blanchiment des capitaux. Le ministère public se charge de l'enquête préliminaire: de 2010 à 2018, les procureurs du Roi ont traité environ 200 affaires. La juridiction de Rabat a une compétence nationale. Elle a jugé 21 dossiers en 2018
La justice a enquêté sur 193 affaires de blanchiment d'argent sale entre 2010-2018. «Les efforts déployés ont donné des résultats positifs. Les magistrats chargés de la lutte contre le blanchiment des capitaux ont soldé tous les dossiers de 2010 à 2015», se félicite la présidence du ministère public.
Durant presque dix ans, ce type de crime financier a connu une hausse soutenue. En effet, une seule affaire a été enregistrée au début de la décennie contre 52 à fin 2018. Le Maroc s'est doté d'une législation contre l'argent sale et le financement du terrorisme en mai 2007. La loi a été depuis amendée à deux reprises en 2011 et 2013.
Plusieurs acteurs luttent contre le blanchiment des capitaux. Ayant une compétence nationale, le tribunal pénal de Rabat enquête et juge ce genre d'affaires qui impliquent souvent des personnes ou des sociétés basées à l'étranger (voir encadré). C'est d'ailleurs l'un «des obstacles» relevé par le ministère public en 2017.
Et auquel s'ajoute «la concentration des enquêtes au niveau de la Brigade nationale de la police judiciaire. Ce qui se traduit par «un retard dans les investigations», selon le rapport d'activité 2018 du président du ministère public, M'hammed Abdenabaoui. Il a fallu «diagnostiquer la situation» et «adopter des mesures pour assurer une efficience dans la gestion des enquêtes préliminaires».
Ces démarches doivent s'inscrire dans un contexte historique plus large. Les magistrats du ministère public ne relèvent plus de l'autorité du ministère de la Justice depuis le 7 octobre 2017. C'est l'une des conséquences de la réforme de la justice et de la Constitution adoptée six ans plus tôt.
Ainsi donc, le ministère public nouveau format va tenter à sa manière de marquer son empreinte dans la lutte contre le blanchiment des capitaux. En 2018, il opte pour la décentralisation des enquêtes au niveau des brigades régionales de la police judiciaire.
Le but étant «de réduire la pression» sur leurs confrères auxquels sont transférés tous les cas suspects. La police judiciaire a été «incitée à la célérité» dans ses enquêtes. Et lorsque les résultats des investigations s'avèrent «suffisants», le ministère public défère directement les mis en cause devant le tribunal: «Dans ce cas là, le juge d'instruction n'est pas saisi». Ce magistrat est censé faire une enquête distincte de celle du parquet.
Par ailleurs, le ministère public s'est intéressé aussi aux infractions sous-jacentes au blanchiment des capitaux: stupéfiants, fraude financière, traite des êtres humains... Le procureur du Roi qui enquête sur un dossier de ce genre est enjoint par sa hiérarchie de renvoyer les cas suspectés de blanchiment au tribunal de première instance de Rabat.
La notification des accusés et des témoins relève également des missions du ministère public. La coordination «avec les procureurs du Roi des autres juridictions du Royaume permet de faire face aux difficultés de notification» des personnes appelées à comparaître devant le tribunal pénal de Rabat.
La présidence du ministère public dispose de statistiques mensuelles liées au blanchiment des capitaux. L'une d'elles porte sur les délais d'enquêtes. Une donnée importante qui ne figure pas dans son rapport d'activité 2018. Le nombre d'enquêtes finalisées laisse déduire que les délais de traitement se sont réduits: de 28 à 5 en 2016 et de 47 à 16 en 2017.
Par ailleurs, le nombre des déclarations de soupçon émanant des procureurs du Roi a augmenté. Elles oscillaient entre 8 à 30 durant les années précédentes contre 40 en 2018. Ces déclarations de soupçon sont obligatoires lorsqu'il y a des doutes sur l'origine des fonds financiers notamment.
Elles s'imposent à d'autres professions comme les banquiers, les notaires, les bijoutiers, les casinos, les transporteurs de fonds... Les déclarations de soupçon sont envoyées et traitées par l'Unité de traitement du renseignement financier (UTRF) basée à Rabat. Le nombre des affaires de blanchiment de capitaux ayant été jugées est également en hausse: une dizaine entre 2010-2017 contre 21 jugements en 2018.
Le Maroc mal noté à l'international
Le blanchiment de l'argent sale s'appuie sur des réseaux criminels transfrontaliers. La coopération judiciaire internationale est de mise: commission rogatoire, transfert des criminels, interpellation des personnes recherchées à l'international... Ce volet est d'ailleurs évalué annuellement par le Groupe d'action financière (Gafi) qui est un organisme intergouvernemental réunissant 38 pays membres. Son antenne au Moyen-Orient et en Afrique du Nord a publié son dernier rapport d'évaluation en avril 2019. «Ses notations oscillent majoritairement entre faibles et modérées. Il y a besoin de réaliser encore des avancées substantielles sinon conformes pour avoir une bonne notation», déclare Aziza Rimane, directrice des affaires juridiques de Bank Al-Maghrib. La conformité technique implique par exemple d'incriminer le blanchiment de la fraude fiscale. La loi n°43-05 relative à la lutte contre le blanchiment de capitaux ne le prévoit pas. C'est probablement l'une des raisons qui pousse l'OCDE et l'Union européenne à vouloir intégrer le Royaume dans la liste grise des paradis fiscaux. Au moment où des pays fiscalement plus attrayants ne le sont pas! C'est le cas de l'Irlande et du Luxembourg.
Faiçal FAQUIHI


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.