Nador: Arrestation d'un individu pour implication dans la constitution d'une bande criminelle    Connaissez-vous (vraiment) la Déclaration des Droits de l'Homme ?    Destitution: Donald Trump et l'affaire ukrainienne    « Ach Waqe3 » : l'actualité décryptée par Jamal Berraoui    Bilan encourageant pour la Fondation marocaine pour la promotion de l'enseignement préscolaire    SM le Roi inaugure le Complexe Mohammed VI de football à Salé    Aéronautique: Un deuxième mandat pour le président du GIMAS et un bilan positif    Journée internationale des droits de l'Homme : L'appel à la solidarité mondiale de Michelle Bachelet    Nouvelle nomination au Conseil de Surveillance de Maroc Telecom    Indice du développement humain : Encore du chemin à faire pour le Maroc !    Les femmes, cibles "par excellence" de la cyberviolence    Coupe du Trône des clubs de saut d'obstacles : Le RCSE Dar Es Salam domine le classement des demi-finales    Hommage à Seddik Maâninou ce mardi à la MAP    La mosquée, l'école, le dispensaire…    Coupe de la Confédération africaine de football : Le HUSA et la RSB réalisent de bonnes opérations à l'extérieur    SAR la Princesse Lalla Hasnaa préside la cérémonie du 30e anniversaire de l'Association Al-Ihssane    La coordination «Akal» dénonce le laxisme des autorités    Marrakech : Un musée privé de la musique voit le jour    Un grand dirigeant nous quitte    Le Hassania d'Agadir se ressaisit    Michael Benyahia, le premier pilote marocain et arabe chez McLaren    Bataille de chiffres entre Washington et Téhéran…    Des livreurs Chronopost disparaissent dans la nature... avec un million d'euros de marchandises    La justice égyptienne livre son verdict dans l'affaire de l'opposant Mohamed Ali    Fiscalité, OXFAM enfonce le clou    Réforme de la justice : la cadence est au ralenti    Casablanca : Les 41èmes journées de la Ligue pour la santé mentale les 13 et 14 décembre    En Algérie, une présidentielle dont la population ne veut pas    Les cimes de la création à Imouzzer Kandar    Sylvestre Amoussou, réalisateur scénariste du Bénin    «Lalla Aïcha» de Mohamed El Badaoui, projeté en avant première au FIFM    Agadir : Grand engouement pour le 1er Salon international de l'arganier    L'AMMC vise la note relative à l'émission de billets de trésorerie de Douja Promotion Groupe Addoha    Atlantic Dialogues Emerging Leaders : 50 jeunes professionnels de 27 nationalités rejoignent le réseau    La dictature du buzz    Poutine et Zelensky dialoguent mais actent leurs divergences à Paris    Aziza Jalal remonte sur les planches    Edito : Mobilité    Changement climatique : Le Maroc préside la réunion des Seychelles    Enseignants-cadres des AREF : Côté cour, côté jardin    Boris Johnson, le Brexit à portée de main    Ligue 1 : Marseille inarrêtable, Saint-Etienne de nouveau en panne    Le MCO défait à Oujda par l'ASFAR    Le capital humain marocain, une ressource qualifiée et performante    Le gouvernement français s'apprête à lever le voile sur sa réforme des retraites    Upton Sinclair Un écrivain socialiste engagé    Participation du Maroc aux 21èmes Journées théâtrales de Carthage    Grand engouement du public au FIFM 2019    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Capital humain: 96% des actifs casablancais sont stressés
Publié dans L'Economiste le 14 - 11 - 2019

Les actifs casablancais considèrent la sécurité, le niveau de stress et la qualité des transports comme les facteurs les plus importants pour décider de s'installer dans une ville ou de la quitter. Selon les résultats de l'enquête Mercer, la plupart estiment que les autorités locales ne répondent que très peu à leurs attentes
Vu la pénurie de compétences dans de nombreux domaines, retenir les talents est un défi majeur pour les entreprises. Toutefois, elles ne sont pas les seules concernées. Les pouvoirs publics le sont aussi. En effet, les villes émergentes sont confrontées à cette pression de la recherche et de la sauvegarde des compétences les plus qualifiées. A Casablanca, le pari semble loin d'être remporté ...
Afin de mieux cerner les attentes des employés, le cabinet Mercer, spécialiste du conseil et services en ressources humaines, protection sociale et avantages sociaux, a mené une étude intitulée «People first: Driving growth in emerging megacities» (Les employés d'abord: Stimuler la croissance dans les mégalopoles émergentes). L'enquête s'est axée sur quatre besoins vitaux, à savoir l'humain, la santé, l'argent et l'emploi. Ces besoins ont été déclinés dans un classement de 20 facteurs décisionnels par importance pour comprendre ce qui motive les personnes à quitter ou à rester dans une ville et comment adapter les programmes et les solutions à ces besoins.
Près de la moitié des Casablancais actifs sont prêts à déménager vers une autre ville pour bénéficier d'une meilleure qualité de vie. Parmi les raisons qui les poussent à quitter la métropole, 48% évoquent l'absence de sécurité et de sûreté. En revanche, le quart indique que la proximité avec la famille et l'entourage est un élément dissuasif.
La majorité des travailleurs (96%) affirme être stressée par le rythme du travail et de vie. Ils estiment, par ailleurs, ne pas bénéficier des conditions adéquates et pointent du doigt plusieurs dysfonctionnements parmi lesquels l'on retrouve la santé. En effet, 8 sur 10 disent que l'accès à des programmes de santé et de bien-être subventionné par l'employeur est important. Toutefois, ils sont 45% à dépendre des soins de santé publics locaux, que ce soit pour des soins médicaux basiques ou urgents. Côté finance, les deux tiers sont prêts à changer d'emploi pour une meilleure rémunération et 43% de ces derniers classent le revenu total comme étant la principale raison les poussant à rester dans leur ville actuelle ou de la quitter.
Près de 9 Casablancais actifs sur 10 affirment qu'il est important pour eux de pouvoir continuer à développer leurs compétences professionnelles et personnelles. Au vu de la révolution technologique, ils sont 39% à craindre de perdre leur travail dans les cinq prochaines années. 28% sont persuadés que l'intelligence artificielle aura une incidence sur leur travail et 18% pensent que la moitié de leurs tâches pourraient être remplacées.
«Les entreprises doivent appréhender la nature multidimensionnelle des besoins de leurs employés sur les plans humain et pécuniaire ainsi qu'au niveau du travail et de la santé. Celles qui se livreront à cet exercice seront les plus à même d'attirer et de retenir les meilleurs profils», préconise Amine Lazrak, DG Mercer Afrique du Nord et Afrique francophone.
En effet, pour que les entreprises soient compétitives, elles doivent comprendre comment fonctionnent leurs collaborateurs. L'étude a d'ailleurs relevé, sans grande surprise, que de grandes disparités existent entre les priorités des employeurs et les attentes des employés. Les patrons estiment que la motivation de leurs collaborateurs dépend principalement du salaire et de l'évolution de carrière, or les employés ne les placent qu'en 5e position dans leurs besoins.
Pour ce qui est de la mégapole Casablanca, les actifs prennent d'abord en considération le cadre de vie et la sécurité pour décider se s'installer dans une ville ou de la quitter. Vienent après le salaire et bonus, le transport et circulation, la qualité de l'air et de l'eau et les soins de santé abordables.
«En prenant en considération ces facteurs, les entreprises et les pouvoirs publics doivent mettre à contribution leurs ressources, bases de données, systèmes analytiques, technologies et savoir-faire. Ces alliances permettront de faire progresser et de créer un environnement dont les travailleurs et leurs familles ont besoin pour s'épanouir», souligne Amine Lazrak, directeur général Mercer Afrique du Nord et Afrique francophone.
D'ailleurs, selon l'enquête, les Casablancais estiment que les autorités locales répondent très faiblement à leurs principaux besoins, à savoir: la sécurité (24%), niveaux de stress (32%) et mobilité et circulation (30%) (voir illustration). Les employés s'attendent ainsi à ce que les pouvoirs publics apportent de réels changements afin de leur offrir un meilleur cadre de vie.
Echantillon
L'enquête a été menée dans 15 mégalopoles (dont Casablanca) accueillant une population comprise entre 3 et 15 millions d'habitants, un fort PIB prévisionnel et une croissance démographique élevée pour la prochaine décennie. 7.200 employés et 577 employeurs, répartis dans 7 pays (Maroc, Brésil, Chine, Inde, Kenya, Mexique et Nigeria) ont été sondés.
T.E.G.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.