Maroc : une nouvelle vague de l'épidémie de Covid-19 est probable    Mobilité propre : De nouvelles dispositions applicables en 2022 et en 2023    Grâce Royale au profit de 510 personnes à l'occasion de l'Aïd Al Mawlid Annabawi    Rallye Aicha des Gazelles : Hajar Elbied et Malika Ajaha, grandes gagnantes à bord d'un Duster    Aquaculture : Agadir Haliopôle Cluster accompagne les start-up innovantes    Agadir : Démantèlement d'une bande de trois malfrats, dont une jeune femme    Casablanca : Pour kidnapping, séquestration et viol, un duo écope de 10 ans de prison chacun    Ali Bensaad : «Le discrédit du régime algérien, qui se désagrège, est tel qu'il rejaillit sur l'image de tout le pays. Il est l'homme malade du Maghreb»    Covid-19 : Le Maroc et la Mauritanie coopèrent dans le domaine de la recherche    Le pass vaccinal obligatoire dès jeudi dans les espaces publics et pour se déplacer    Les 100 ans de Georges Brassens.. Un souffle de poésie et de musicalité joyeuse parcourt la ville de Sète    Sauvetage de 213 migrants qui tentaient de rejoindre l'Angleterre    Femmes sur le marché du travail : Les chiffres inquiétants du HCP    Le gouvernement adopte le projet de budget de l'Etat pour 2022    Sahara : Irina Tsukerman dénonce un lobbying douteux contre le Maroc et soutient la légitimité et la crédibilité de la voix de Tamek    Irak: Le responsable d'un attentat meurtrier en 2016 arrêté    Le premier ministre polonais fustige un «chantage» de l'UE, qui souhaite protéger ses «valeurs»    Aïd Al Mawlid Annabaoui - Le Prophète Sidna Mohammed « As-Sadiq Al-Amin » : Un illustre modèle    Un trafic international de cocaïne démantelé en Belgique, 27 arrestations    Port Tanger Med: Mise en échec d'une grande opération de trafic international de drogue et saisie d'une tonne et 355 kg de cocaïne    Un responsable marocain sur le gazoduc Maghreb-Europe (GME) : «Nous ne le laisserons pas rouiller»    Projet de loi des Finances 2022 : 245 milliards d'investissement public, 3,2% de croissance anticipée    Le WAC domine et s'incline, le Raja s'impose face aux Libériens de LPRC Oilers    Prémices d'une nouvelle guerre civile au Liban ?    Examen des Orientations générales du PLF pour l'année budgétaire 2022    La CGEM décline son software    Ahmed Ouikhalen et Meryem Mahfoud remportent la 3è édition    «Osmoses», nouvelle exposition de Hiba Baddou    «J'utilise le fantastique pour raconter, pour voir la réalité avec un autre angle»    Penser le visage avec Emmanuel Levinas    Le PLF2022 table sur un taux de croissance de 3,2 pc et un déficit budgétaire de 5,9 pc du PIB    Arabie Saoudite : Levée des restrictions liées au Covid-19    Coiffe saoudienne... à l'anglaise    Béni Mellal-Khénifra : Exposition collective... aux couleurs de l'automne    L'Opinion : Du sécuritaire à l'humanitaire    Daech et les Talibans : un casse-tête ou une menace ?    Couture : Maison Sara Chraibi divulgue sa collection printemps-été 2022    Faux printemps arabes    Casablanca : Nabila Rmili annonce une vaste campagne de nettoyage    Covid-19. Colin Powell, secrétaire d'Etat sous George W. Bush, est décédé    Para-basket : L'OCS accède à la première division du Championnat national    Les villes les mieux équipées en guichets automatiques bancaires    Face aux résistances des vieux briscards : Les Pionniers!    Relations Maroc-Mali : Interview exclusive avec Abdoulaye Diop, ministre malien des Affaires étrangères    Ligue des champions /2ème tour « aller » : Le Wydad risque de se faire balancer vers la Coupe de la CAF !    «Te Amo» : Nouveau tube de Khaoula Moujahid    Maroc: ce qui va changer dans le secteur de la Santé    Laâyoune-Sakia El Hamra : Avortement de trois tentatives d'immigration clandestine    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Les réfugiés dans l'impasse
Publié dans Les ECO le 20 - 06 - 2010

Le statut des réfugiés au Maroc est encore un sujet de discorde. Alors que le pays est le premier signataire, dans le monde arabe, de la Convention de Genève de 1951 sur les réfugiés, le Maroc ne dispose pas encore de législation nationale sur les réfugiés et n'a pas institué de procédures d'asile conformes aux normes internationales. Selon le Haut commissariat pour les réfugiés (HCR), le Maroc est d'abord un pays de transit pour des milliers de migrants et de demandeurs d'asile, notamment en provenance de l'Afrique subsaharienne. La difficulté pour le HCR, dans ce contexte, consiste alors à garantir la protection des réfugiés mêlés à des mouvements migratoires : «Nous sommes quelque 800 réfugiés reconnus par la délégation du Haut commissariat des Nations unies pour les réfugiés au Maroc. Nous avons fui nos pays à cause de la guerre ou de crainte d'être persécutés. La plupart d'entre nous avons choisi le royaume chérifien compte tenu de sa stabilité politique», avance Paulin Kuanzambi, le vice-président du Collectif des réfugiés au Maroc. Pour ce réfugié angolais, les autorités marocaines ne seraient pas totalement impliquées pour assurer un encadrement rapproché de cette population déracinée vivant sur le territoire national. En outre, ces réfugiés vivraient dans des conditions d'extrême précarité : «La seule solution durable pour que nous puissions jouir de nos droits en tant que réfugiés est la réinstallation, c'est-à-dire notre transfert vers un autre pays d'accueil, pour y commencer une nouvelle vie», explique Kuanzambi dans une lettre adressée le 20 juin à la presse, à l'occasion de la journée internationale des réfugiés.
Structurel VS sécuritaire
Même son de cloche chez le HCR. Pour les membres de sa délégation installée à Rabat, «les politiques et les pratiques des Etats sont dominées par des préoccupations sécuritaires, tandis que la propagation de l'extrémisme entrave l'action de protection et d'assistance en faveur des réfugiés». De plus, la faiblesse ou l'inexistence des institutions nationales d'asile et le manque de stratégies nationales pour gérer les mouvements migratoires mixtes participent fatalement à précariser la situation des réfugiés, non seulement au Maroc, mais dans toute la région nord-africaine : «Les réfugiés ne sont pas des chiffres, mais des êtres humains. Nous ne sommes pas non plus des anges, mais des personnes ayant une force incroyable qui nous permet de survivre et de garder des valeurs humaines dans des situations anormales», s'indigne Kuanzambi.Pour le HCR, la seule solution à même de donner de l'espoir à cette population minoritaire est d'ordre structurel : mettre en place un régime d'asile global, à l'échelle nationale, au moyen d'activités de renforcement des capacités consistant notamment à former les organes de maintien de l'ordre, les fonctionnaires de l'administration, les magistrats et les institutions de la société civile au droit des réfugiés.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.