OPCVM : Plus de 939 MMDH de souscriptions en 2020    Maroc/Météo : Temps assez chaud ce mardi 3 août    Tokyo 2020 / Athlétisme : Première médaille d'or pour le Maroc grâce à Soufiane El Bakkali    Adjudications: Hausse de 46,2% des émissions du Trésor en 2020    La canicule sévit en Grèce, les vagues de chaleur se font fréquentes en Europe    Covid-19/ Casablanca : Reportage au cœur des services de réanimation du CHU Ibn Rochd    Hommages olympiques du roi Mohammed VI à Soufiane El Bakkali après son sacre    Eagle Hills livre la première phase de « Rabat Square »    Le Parlement Jeunesse du Maroc tient sa 3ème session législative    Israël accuse et menace l'Iran qui rejette toute implication    Lancement du Guide de la procédure d'extradition    Le Chef d'Etat-major de l'Armée de Terre des Etats-Unis reçu par le ministre chargé de l'Administration de la Défense Nationale    JO-2020 : El Bakkali offre au Maroc l'Or olympique    Une coupe spectaculaire... sur les traces de la Botola    Dissolution de la direction technique nationale et gel de toutes les activités    Rabat/plage des Oudayas : Le surf de plus en plus populaire (Reportage)    Amrani met en exergue les choix visionnaires de Sa Majesté le Roi    Baisse des revenus des sociétés de financement en 2020    Ministère de l'Economie, des Finances et de la réforme administrative. Un nouvel organigramme entre en vigueur    Pfizer et Moderna augmentent le prix de leurs vaccins contre le Covid    L'intérieur dément les allégations sur la désertion des Forces auxiliaires à Sebta    Dalsinky, l'artiste qui réunit sculpture et peinture (Interview)    La découverte: Imane Benzalim, une femme de chœur    Fatima Regragui tire sa révérence    Le groupe marocain Asif est de retour avec « Balbala »    Couvre-feu à 21H, interdiction des déplacements, fermeture des salles de sport...le gouvernement annonce de nouvelles restrictions    Hussein Arnous chargé de former un nouveau gouvernement syrien    Chambres professionnelles : plus de 12.000 candidats aux élections    L'ancien maire de Fès quitte l'Istiqlal face au «dévoiement de la ligne» du parti    Affaire Ghali : L'étau se resserre autour de l'ex-chef de cabinet de Gonzalez-Laya    Sites marchands/e-marchands. Les transactions par cartes bancaires atteignent un chiffre record    Covid-19 / Maroc : La situation épidémiologique au 2 août 2021 à 16H00    L'ancien maire de Marrakech, Omar Jazouli, tire sa révérence    Inondations : la justice allemande enquête sur des soupçons de défaillances dans la gestion du système d'alertes    JO de Tokyo : « L'or » de la vérité a sonné    Allemagne : l'épouse d'un politologue soupçonnée d'espionnage pour Pékin    Arts plastiques: belle initiative, noble dessein    Meknès : Trois faussaires de billets de banque mis sous les verrous    Sports équestres / Dressage : Honorable performance de Yessin Rahmouni aux JO    Mesures sanitaires : en Allemagne, confrontations entre manifestants et policiers    L'actrice Fatima Regragui n'est plus    L'actrice marocaine Fatima Regragui n'est plus !    Mort de Fatima Regragui, actrice populaire et engagée    Demande sur le cash : Une hausse "exceptionnelle" en 2020 (BAM)    Le rabbin Abraham Joulani félicite SM le Roi à l'occasion de la Fête du Trône (Vidéo)    Climat: le seuil de +1,5°C risque d'être atteint d'ici 2025, avertit l'ONU    Des millions d'Américains menacés d'expulsion    Covid-19 : L'OMC met en garde contre l'inégalité vaccinale pour la reprise économique    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Les réfugiés dans l'impasse
Publié dans Les ECO le 20 - 06 - 2010

Le statut des réfugiés au Maroc est encore un sujet de discorde. Alors que le pays est le premier signataire, dans le monde arabe, de la Convention de Genève de 1951 sur les réfugiés, le Maroc ne dispose pas encore de législation nationale sur les réfugiés et n'a pas institué de procédures d'asile conformes aux normes internationales. Selon le Haut commissariat pour les réfugiés (HCR), le Maroc est d'abord un pays de transit pour des milliers de migrants et de demandeurs d'asile, notamment en provenance de l'Afrique subsaharienne. La difficulté pour le HCR, dans ce contexte, consiste alors à garantir la protection des réfugiés mêlés à des mouvements migratoires : «Nous sommes quelque 800 réfugiés reconnus par la délégation du Haut commissariat des Nations unies pour les réfugiés au Maroc. Nous avons fui nos pays à cause de la guerre ou de crainte d'être persécutés. La plupart d'entre nous avons choisi le royaume chérifien compte tenu de sa stabilité politique», avance Paulin Kuanzambi, le vice-président du Collectif des réfugiés au Maroc. Pour ce réfugié angolais, les autorités marocaines ne seraient pas totalement impliquées pour assurer un encadrement rapproché de cette population déracinée vivant sur le territoire national. En outre, ces réfugiés vivraient dans des conditions d'extrême précarité : «La seule solution durable pour que nous puissions jouir de nos droits en tant que réfugiés est la réinstallation, c'est-à-dire notre transfert vers un autre pays d'accueil, pour y commencer une nouvelle vie», explique Kuanzambi dans une lettre adressée le 20 juin à la presse, à l'occasion de la journée internationale des réfugiés.
Structurel VS sécuritaire
Même son de cloche chez le HCR. Pour les membres de sa délégation installée à Rabat, «les politiques et les pratiques des Etats sont dominées par des préoccupations sécuritaires, tandis que la propagation de l'extrémisme entrave l'action de protection et d'assistance en faveur des réfugiés». De plus, la faiblesse ou l'inexistence des institutions nationales d'asile et le manque de stratégies nationales pour gérer les mouvements migratoires mixtes participent fatalement à précariser la situation des réfugiés, non seulement au Maroc, mais dans toute la région nord-africaine : «Les réfugiés ne sont pas des chiffres, mais des êtres humains. Nous ne sommes pas non plus des anges, mais des personnes ayant une force incroyable qui nous permet de survivre et de garder des valeurs humaines dans des situations anormales», s'indigne Kuanzambi.Pour le HCR, la seule solution à même de donner de l'espoir à cette population minoritaire est d'ordre structurel : mettre en place un régime d'asile global, à l'échelle nationale, au moyen d'activités de renforcement des capacités consistant notamment à former les organes de maintien de l'ordre, les fonctionnaires de l'administration, les magistrats et les institutions de la société civile au droit des réfugiés.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.